Dimanche le 20 avril 2014
On a enlevé le Seigneur de son tombeau, et nous ne savons pas où on l'a mis

Le premier jour de la semaine, Marie Madeleine se rend au tombeau de grand matin, alors qu'il fait encore sombre. Elle voit que la pierre a été enlevée du tombeau.
Le matin de Pâques, Marie-Madeleine courut trouver Simon-Pierre et l'autre disciple, celui que Jésus aimait, et elle leur dit : « On a enlevé le Seigneur de son tombeau, et nous ne savons pas où on l'a mis. »
Pierre partit donc avec l'autre disciple pour se rendre au tombeau.
Ils couraient tous les deux ensemble, mais l'autre disciple courut plus vite que Pierre et arriva le premier au tombeau.
En se penchant, il voit que le linceul est resté là ; cependant il n'entre pas.
Simon-Pierre, qui le suivait, arrive à son tour. Il entre dans le tombeau, et il regarde le linceul resté là,
et le linge qui avait recouvert la tête, non pas posé avec le linceul, mais roulé à part à sa place.
C'est alors qu'entra l'autre disciple, lui qui était arrivé le premier au tombeau. Il vit, et il crut.
Jusque-là, en effet, les disciples n'avaient pas vu que, d'après l'Écriture, il fallait que Jésus ressuscite d'entre les morts.



12:52:13 AM
 Jeudi le 17 avril 2014
Novena to Our Lady of Good Counsel - April 17 to 25

The original 11 guidelines (french), were transmitted in France by the Reverend Father Dom Marcellin Theeuwes, to the representatives of the initial CLC (Carthusian Lay Contemplatives), April 26, 2003, founding the IFSB; this was on the feast day of Our Lady of Good Counsel, in the universal church calendar.

Please join (and invite everyone) in praying Our Lady of Good Counsel for the realization of God’s plan for the IFSB/SBLC, specially yearly during the 9 days preceding the Feast of Our Lady of Good Counsel.

http://www.quies.org/olgc_400.pngNovena to Our Lady of Good Counsel - April 17 to 25

Holy Virgin, moved by the painful uncertainty we experience in seeking and acquiring the true and the good, we cast ourselves at thy feet and invoke thee under the sweet title of Mother of Good Counsel. We beseech thee: come to our aid at this moment in our worldly sojourn when the twin darknesses of error and of evil that plots our ruin by leading minds and hearts astray.

Seat of Wisdom and Star of the Sea, enlighten the victims of doubt and of error so that they may not be seduced by evil masquerading as good; strengthen them against the hostile and corrupting forces of passion and of sin.

Mother of Good Counsel, obtain for us from thy Divine Son the love of virtue and the strength to choose, in doubtful and difficult situations, the course agreeable to our salvation. Supported by thy hand we shall thus journey without harm along the paths taught us by the word and example of Jesus our Savior, following the Sun of Truth and Justice in freedom and safety across the battlefield of life under the guidance of thy maternal Star, until we come at length to the harbor of salvation to enjoy with thee unalloyed and everlasting peace. Amen.
(By Pope Pius XII, 23 January 1953)
5:01:32 AM
 Mercredi le 16 avril 2014
Neuvaine à la Miséricorde Divine

Cette neuvaine s'effectue du Vendredi Saint au Dimanche de la Miséricorde (dimanche suivant Pâques). Elle a été demandée par Jésus à Soeur Faustine. On peut la dire en tout temps.

Le Chapelet de la Miséricorde Divine

Le 14 septembre 1935, Soeur Faustine entend les mots suivants : " Dis toujours le chapelet que je t'ai appris. Celui qui le dit fera l'expérience de ma Miséricorde, sa vie durant, et surtout à l'heure de sa mort."

Au début : Notre Père... Je vous salue Marie... Je crois en Dieu...

Sur les grains du Notre Père, on récite les paroles suivantes :

V. Père éternel je t'offre le Corps et le Sang, l'Âme et la Divinité de ton Fils Bien-Aimé, Notre Seigneur Jésus-Christ; R. En réparation de nos péchés et de ceux du monde entier.

Sur les grains du "Je vous salue Marie", on récite les paroles suivantes :

V. Par sa douloureuse Passion, R. Sois miséricordieux pour nous et pour le monde entier.

Pour conclure, on dit trois fois :

V. Dieu Saint, Dieu Fort, Dieu Éternel, R. Prends pitié de nous et du monde entier.
4:05:23 PM

 Mardi le 15 avril 2014
Marche du pardon de Montréal

Marche du pardon de Montréal, vendredi Saint
11:35:25 AM
24 People Who Applied for the World's Toughest Job


11:01:34 AM
 Lundi le 14 avril 2014
Méditation sur la vocation cartusienne

...croire à l'Amour et s'y livrer.

Les réflexions qui suivent, écrites par un chartreux, peuvent certainement éclairer quiconque souhaite s'engager de tout son être au service de Dieu, même dans une autre vocation.
6:02:23 AM
 Vendredi le 11 avril 2014
The Big Silence

Abbot Christopher Jamison, a Benedictine monk, believes that he can teach five ordinary people the value of silent meditation, as practised by monks in monasteries, so they can make it part of their everyday lives.

He sets up a three-month experiment to test out whether the ancient Christian tradition of silence can become part of modern lives.

Christopher brings the five volunteers to his own monastery, Worth Abbey, before sending them to begin a daunting eight days in complete silence at a specialist retreat center.

Journey into the interior space that time in silence reveals. They encounter anger, frustration and rebellion, but finally find their way to both personal and spiritual revelation.

Will they make silent contemplation a part of their everyday lives? How much will their lives be changed by what they have discovered in their time in silence And will Abbot Christopher's hope, that they will discover a new belief in God, be fulfilled?


5:52:22 AM

 Mardi le 8 avril 2014
Le «jésuite néerlandais de Homs» assassiné

Le jésuite néerlandais Frans van der Lugt, salué comme «un homme de paix» par le Vatican, a été abattu lundi devant sa maison dans la Vieille ville de Homs, où il était resté malgré la faim et les bombardements de l'armée syrienne.

Agé de 75 ans, le prêtre, qui résidait en Syrie depuis 1966, a été exécuté de sang froid par un inconnu, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Le secrétaire de l'Ordre des jésuites néerlandais, Jan Stuyt, a confirmé à l'AFP que le père avait été «assassiné» lundi matin: «un homme est venu le chercher, l'a sorti de la maison et lui a tiré à deux reprises dans la tête, dans la rue, en face de sa maison».

Malgré les conditions de vie extrêmement difficiles, le prêtre avait choisi de rester dans la Vieille ville de Homs, un secteur tenu par les rebelles et assiégé et bombardé depuis près de deux ans par les troupes de Bachar al-Assad.

«C'est ainsi que meurt un homme de paix, qui, avec un grand courage, a voulu rester fidèle, dans une situation extrêmement risquée et difficile, à ce peuple syrien à qui il avait donné depuis longtemps sa vie et son assistance spirituelle», a déclaré à l'AFP le père Federico Lombardi, porte-parole du Vatican.

On ignorait pour le moment les raisons de cet assassinat.

L'agence officielle syrienne Sana a accusé un «groupe terroriste armé d'avoir tiré à l'aube sur le prêtre».

«Acte barbare»

Condamnant un «acte barbare», l'opposition syrienne a de son côté accusé le régime de Bachar al-Assad d'être «le seul responsable du crime et le seul bénéficiaire de la mort du père Frans».

L'opposition a souligné qu'il était protégé par l'Armée syrienne libre (ASL): «Le garde de l'ASL a été blessé à la poitrine ce matin quand un homme armé et masqué a attaqué le monastère».

Le prêtre sera enterré en Syrie, «conformément à sa volonté», selon Jan Stuyt.

En février, le père avait confié à l'AFP via Skype qu'il considérait la Syrie comme sa patrie: «Le peuple syrien m'a tant donné, tant de gentillesse, tant d'inspiration, et tout ce que je possède. Maintenant qu'il souffre, je dois partager sa peine et ses difficultés».

«Je suis le seul prêtre et le seul étranger à être resté. Mais je ne me sens pas comme un étranger, mais comme un Arabe parmi les Arabes», avait-il dit.

«Nous avons très très peu à manger. Les gens dans la rue ont le visage fatigué et jaune (...). C'est la famine ici mais les gens ont également soif d'une vie normale», expliquait-il.

«Un Syrien parmi les Syriens»

Quelques jours plus tard, 1400 personnes avaient pu être évacuées de la Vieille ville, mais le père Frans avait encore choisi de rester.

«Je ne vois pas les gens comme des musulmans ou des chrétiens, je vois d'abord un être humain», avait expliqué avant l'évacuation le prêtre, qui cherchait à aider les plus pauvres.

Le ministre néerlandais des Affaires étrangères Frans Timmermans a rendu hommage au prêtre, devenu «un Syrien parmi les Syriens» et qui «n'a amené que du bien à Homs». «Il doit pouvoir compter sur notre contribution pour mettre fin à cette misère», a-t-il lancé.

Washington s'est dit «attristé» par la nouvelle, la porte-parole du département d'État Jennifer Psaki «condamnant cette violente attaque et toutes celles visant les civils innocents et les minorités» et «saluant les efforts (du père Frans) pour alléger l'immense souffrance dans la ville» de Homs.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a qualifié le meurtre «d'acte de violence inhumain».

Un autre père jésuite, Paolo Dall'Oglio, est porté disparu en Syrie depuis huit mois. Prenant fait et cause pour l'opposition démocratique, ce prêtre italien de 59 ans a été enlevé près de Raqqa (nord) le 30 juillet, alors qu'il était entré clandestinement dans le pays.

Depuis le début du conflit en mars 2011, plus de 150 000 personnes ont été tuées en Syrie, selon l'OSDH, et plus de neuf millions forcées à quitter leurs foyers, d'après l'ONU.

Contesté depuis plus de trois ans, le président Assad a réaffirmé dans un message adressé à son homologue russe et allié Vladimir Poutine qu'il ne quitterait pas le pouvoir, selon un responsable russe qui l'a rencontré.

Alors que la rébellion est dominée par les islamistes, M. Assad a par ailleurs martelé lundi que le «projet de l'islam politique avait échoué».
12:23:39 AM

 Dimanche le 6 avril 2014
Bill 72, Pope John Paul II Day Act, 2014

Bill 72 2014

An Act to proclaim Pope John Paul II Day

Preamble

Pope John Paul II, who was born in Poland on May 18, 1920, reigned as Pope of the Roman Catholic Church from October 16, 1978 until his death on April 2, 2005. His reign was marked by his steadfast opposition to communism, and he is often credited as one of the forces that contributed to its collapse in Eastern Europe in 1990. The year 2014 marks the 25th anniversary of the fall of communism in Central and Eastern European countries.

The legacy of Pope John Paul II reflects his lifelong commitment to international understanding, peace and the defence of equality and human rights. His legacy has an all-embracing meaning that is particularly relevant to Canada’s multi-faith and multicultural traditions and experience.

As one of the great spiritual leaders of contemporary times, Pope John Paul II visited Ontario twice during his pontificate of more than 25 years. On his visits, he was enthusiastically greeted by our province’s diverse religious and cultural communities.

Therefore, Her Majesty, by and with the advice and consent of the Legislative Assembly of the Province of Ontario, enacts as follows:

Pope John Paul II Day

1. April 2 in each year is proclaimed as Pope John Paul II Day.

Commencement

2. This Act comes into force on the day it receives Royal Assent.

Short title

3. The short title of this Act is the Pope John Paul II Day Act, 2014.

March 25, 2014 Royal Assent received
8:51:05 AM

 Vendredi le 4 avril 2014
Rosalie Cadron-Jetté

Rosalie Cadron-Jetté a été déclarée Vénérable le 3 décembre 2013. Le 5 avril prochain, nous soulignerons le 150e anniversaire de décès de la fondatrice des Soeurs de Miséricorde.

En cette occasion historique, une célébration privée aura lieu chez les Soeurs de Miséricorde. Le 28 septembre prochain, en la basilique Notre-Dame à Montréal, une messe commémorative sera célébrée et présidée par Mgr Christian Lépine. Une invitation à tous et à toutes !

De plus, les 10-11-12 avril prochains, le Musée des Sœurs de Miséricorde vous invite à découvrir Rosalie Cadron-Jetté, fondatrice des Sœurs de Miséricorde. Départ des visites : 10 h 30 et 14 h. Aucune réservation requise. Possibilité de vous rendre au tombeau de Rosalie. Le musée est situé dans la Maison mère des Sœurs de Miséricorde, au 12435, av. de la Miséricorde.

Pour information :

514-332-0550 poste 1-393 ou www.museemisericorde.org

Mais qui est Rosalie Cadron-Jetté ? Hélène Grégoire, vice-postulatrice de la cause de canonisation, nous parle de la fondatrice des Sœurs de Miséricorde, une femme au parcours hors de l'ordinaire.








4:18:41 AM

 Jeudi le 3 avril 2014
Canonisation de deux nouveaux saints canadiens : François de Laval et Marie de l’Incarnation

C'est dans la joie et la gratitude que les évêques du Canada reçoivent aujourd'hui la proclamation du pape François annonçant que Mgr François de Laval et Mère Marie de l'Incarnation sont reconnus saints par l'Église universelle.
11:15:24 AM
 Lundi le 24 mars 2014
Pray for atheists

At the apparition site of Medjugorje, Our Lady reportedly gave five wonderful promises, on September 2, 2012, for those who pray for atheists (the ones "who have not come to know the love of the Heavenly Father").

The promises are:

1. "I will strengthen you." 2. "I will fill you with my graces." 3. "With my love, I will protect you from the evil spirit." 4. "I will be with you." 5. "With my presence, I will console you in difficult moments."

The prayer:

"In the Name of Jesus, Who said that anything we ask in His Name will be given to those who believe, I ask that those who have not come to know the love of the Heavenly Father will be blessed with the knowledge that they are loved by Him beyond all human reasoning and understanding. Please grant them the gift to feel His love as it enfolds them to such an extent that they will be unable to resist or deny it. May the knowledge of the Heavenly Father's infinite love stir within their hearts the desire to return that love to Him, and to reflect it to all others. May their lives be a pure reflection of His resplendent love. I ask this in the Name of the Father, and the Son, and the Holy Spirit, through the Immaculate Heart of Mary. Amen"
12:13:22 PM

 Dimanche le 23 mars 2014
Francis: The Church needs lay people, they should not be “clericalised”

In an audience with Italian television and radio network Corallo, the Pope called for “harmony” between individuals' tasks within a parish Domenico Agasso jr Rome

The Church needs the laity and they should not be “clericalised”, Francis said in this morning’s audience with Italian Catholic radio and television network Corallo.

“Who’s more important? The Pope or that little old lady who recites the rosary every day?” Francis asked this question to representatives of local television channels, admitting that he himself did not know the answer.

“The body of Christ is the harmony of the different,” the Pope explained condemning the phenomenon of “clericalism” which afflicts many lay people, to the point that it can be defined as an “added evil”. “Some bishops and priests are drawn by the temptation to clericalise the laity, but there are also many lay people who get down on their knees and ask to be clericalised: it is a two-way sin.” But according to Francis, “a lay person has the strength that comes from baptism and his lay vocation is not negotiable.”

The Pope criticised the tendency some prelates have of pushing lay people who do a lot of great work in their parishes - they may be great organisers, for example - to be come deacons. Another thing that often happens, Francis said in his off-the-cuff address to representatives of Italian diocesan broadcasters, is that “when there is a lay person who does a good job and is committed, their parish priest goes to the local bishop – and this happened to me in Buenos Aires – and says: “Why don’t we make him a deacon?” This is a mistake: if we have a good lay person, let him carry on being just that,” the Pope stressed.

“The way I see it, clericalism prevents lay people from growing,” the Pope added. And this “is a two-way temptation because clericalism would not exist if there weren’t any lay people who wanted to be clericalised.”

Francis then called for “harmony” between the various tasks carried out in the Church “because a priest cannot do a lay person’s job.” The Pope then stressed the importance of “pastoral councils”: “A parish without a pastoral council and an economic affairs council is not a good parish,” he said.

Francis urged Catholic radio and television broadcasters to give due “attention to issues that are important to the lives of people, families and society” as a whole and to treat said issues “in a responsible, sincere and passionate way in the name of the common good and the truth” not just to create hype. “Big broadcasters often don’t show an adequate amount of respect for the people and values involved in the issues addressed, but try to create a spectacle instead,” Francis stressed. “But it is crucial you show respect in your broadcasts because human stories should not be exploited.”
11:32:12 AM

 Vendredi le 21 mars 2014
Adrienne Von Speyr et le Sacrement de Pénitence

Dans beaucoup de ses œuvres on rencontre le terme, inventé par elle, d'« attitude de confession » (Beichthaltung). Cette attitude peut se décrire comme une disposition habituelle à s'ouvrir sans réserve, là où cette ouverture a un sens et répond à une exigence. Cette disponibilité est très proche de l'« indifférence »ignatienne, laquelle est prête à jouer cartes sur table avec Dieu,ou de ce qu'on lit en saint Jean : « qui fait la vérité (a-lèfheia :non caché) vient à la lumière » (Jn 3,21), ou encore de l'affirmation paulinienne : « tout ce qui se manifeste est lumière »(Ep J,14). De sorte que l'opposé de cette attitude, c'est-à-dire le péché, est défini comme «mensonge» (Jn 8,44)
2:00:53 PM
 Lundi le 17 mars 2014
Ukraine: kidnapped priest freed

(Vatican Radio) A priest of the Ukrainian Greek Catholic Church, Fr. Mykola Kvych, who was kidnapped by armed men on Saturday morning in Sevastopol, has been freed. The police chief of the Crimean port town made the announcement and the UGCC communications office later confirmed the announcement.
2:49:30 PM
 Samedi le 15 mars 2014
Ukrainian Greek Catholic priest abducted in Crimea

2014-03-15 Vatican Radio In a serious escalation of tension in Crimea, a Ukrainian Greek Catholic priest was kidnapped on Saturday. Sources in Ukraine say Father Mykola Kvych, a pastor and a Ukrainian military chaplain, was abducted by pro-Russian forces after celebrating the liturgy. “Every abduction is a terrible event for everybody involved,” said Bishop Borys Gudziak, the Eparch of the Ukrainian Greek Catholic Eparchy. “It’s a gross violation of human rights and God-given human dignity.” He expressed his grave concern about the repercussions of the kidnapping of Father Kvych. Earlier this month, Ukrainian Greek Catholic priests received oral and written threats warning them to leave Crimea. Many priests, however, have chosen to remain with their people. “Our priests and bishops have been very close to the people,” said Bishop Borys. “We’ve been inspired by the example of Our Lord [Who] went a long distance from fellowship with the Father to incarnate Himself and be in our reality.” He said they have also been inspired by the words of Pope Francis “who said a pastor needs to have the smell of his sheep. And our pastors have been with the people, and they’re today with the people enduring this occupation in the Crimea.” With the whereabouts of Father Mykola unknown, Bishop Borys made a special appeal “to the authorities of the Russian Orthodox Church, who have in direct or indirect ways supported these moves for the for the occupation of Crimea to do everything in their power to have Father Kvych released and to stop the persecution of Catholic priests and Catholic faithful on this peninsula.”
6:52:57 PM
Kindness

"Although human nature itself is drawn to special kindness towards these times of life, that is towards the old and children, still the authority of the Rule should also provide for them. Let their weakness be always taken into account, and let them by no means be held to the rigor of the Rule with regard to food. On the contrary, let a kind consideration be shown to them, and let them eat before the regular hours." Source: Rule of Saint Benedict

A few thoughts, inspired about kindness…

There is a very fine point that can easily be missed here if we don't examine St. Benedict's words carefully. There is a distinct difference between the *natural* kindness of human nature that shows sympathy and kindness to souls in need, and *supernatural* charity. Now it is of course a highly praiseworthy and truly wonderful thing to be a humanitarian and the world needs all it can get! But for the charity of human nature to be elevated to the supernatural virtue of Charity requires that an entirely different motive for the action be the genesis of our undertakings.

Don't misunderstand me, here. Working with the underprivileged or the elderly or any other group or soul in need is much to be admired and imitated. Never-the-less, if the underlying reason for these good actions is merely sympathy or vague feelings of injustice or any other human emotion and not, at root, the love of Almighty God, then as praise worthy as the works are they are not Supernatural Charity. Think I'm being too tough? Too old fashioned? Not PC? Well, if you're familiar with St. Paul's letter to the Corinthians Chapter 13 you will remember this: ***"And though I bestow all my goods to feed the poor, and though I give my body to be burned, and have not charity, it profiteth me nothing."*** We're talking "agape" or "caritas" here, Beloveds, not human love but a love above natural human love.

St. Benedict's Instructions seem very plain that the authority of the Holy Rule and the love of Almighty God must be behind our treatment of the needy and the ill. But there is a "caveat" here, too. We must be EXTREMELY vigilant that we are not tainted with even the faintest whiff of Pride in anything we do, remembering what the Holy Rule of Saint Benedict (echoing the Gospels) tells us quite plainly. Left to ourselves we are only capable of sin. Any good we do is by the Grace of God. To feel Pride at anything we do is foolish and makes idols of our false-self.

MLP
8:28:51 AM

 Jeudi le 6 mars 2014
Henri VIII et les martyrs de la Chartreuse de Londres

Vous êtes triste, disait-il, il passe des heures où tout vous pèse. Moi aussi, j'ai habité cette cellule, et, comme vous, j'y ai souffert. Àh ! si ces murs pouvaient parler ! page 110
2:57:23 PM
 Mercredi le 5 mars 2014
Entretien - Otto de Habsbourg



A l'occasion de la Présidence française de l'Union Européenne en 2008, Otto de Habsbourg-Lorraine donnait une interview exclusive à KTO. Ce fut l'un de ses derniers entretiens télévisés. Devenu à 66 ans député du Parlement Européen, après un parcours atypique, le fils de Charles Ier d' Autriche, dernier empereur d'Autriche-Hongrie, s'était consacré pendant 20 ans à la construction européenne. Otto de Habsbourg est décédé le 4 juillet 2011 à l'âge de 98 ans.
3:56:00 PM
Zita de Habsbourg, princesse servante; dernière Impératrice d'Autriche



Elle aurait pu connaître la gloire comme la belle et romantique Sissi. Mais Zita de Habsbourg, dernière Impératrice d'Autriche, eut un destin à l'opposé de celle qui l'avait précédée sur le trône : après seulement deux ans de règne en pleine guerre mondiale, elle subit la calomnie, l'exil et la pauvreté. En prise directe avec l'Histoire, l'Impératrice Zita a su faire face aux difficultés, gardant le cap sans se plaindre et surtout sans en vouloir à ceux qui avaient causé sa chute. Femme politique intelligente et courageuse, mère de famille soucieuse de donner la meilleure éducation possible à ses enfants, tant intellectuelle que spirituelle, elle a toujours puisé sa force dans sa foi jusqu'à sa mort en 1989 à l'âge de 97 ans. Modèle d'humilité, de fidélité, de confiance en Dieu, qu'a-t-elle à dire aujourd'hui aux hommes et aux femmes du XXIe siècle ? Un film de Carine Poidatz. Une coproduction Perles d'Histoire / Les Bons Clients / Association pour la béatification de l'Impératrice Zita / KTO - octobre 2012.
2:52:32 PM
Recettes de pain de jeûne

Recette de pain de jeûne, sans levain, de Flavia. Genre chapatis de l'Inde.

Ingrédients
- 200 gr de farine intégrale
- 50 gr de farine blanche type 0
- 500 ml d'eau
- 1/2 cuiller à café de sel
- 2 cuillers à soupe d'huile d'olive
- 15 amandes ou noix hachées
- 2 cuillers à soupe de raisins secs

Préparation
1. Tremper les raisins secs dans de l'eau très chaude pendant environ 15 minutes
2. Préchauffer le four à 200°C
3. Mélanger tous les ingrédients dans un bol. Le mélange doit être bien mouillé. Puis le placer sur une poêle antiadhésive ou sur un plat à four graissé. Aplatissez le mélange de manière uniforme sur tout le fond, avec les mains ou une cuiller. Mettez au four sur la grille supérieure pendant 15 min, puis replacez sur la grille du bas pendant 15 min supplémentaires.
Lorsque le pain est ferme au toucher et que les côtés croustillants s'écartent des rebords du plat, il est prêt. Laissez-le refroidir et retirez-le du plat. Servez immédiatement.

Voici 2 autres recettes qui vous aideront à remplir votre machine (un achat qui vaut la peine !). Dans la 1ère,nous avons ajouté raisins secs et amandes pour ceux qui voudraient rendre leur pain plus riche. (Cela ne fait pas partie du plan initial, mais il vaut mieux enrichir le pain plutôt que d’abandonner le jeûne). Ce pain vous fera bénir les jours de jeûne !

a) Pour un pain de 600 gr avec fruits secs, cuit à la machine
Cycle : Pain intégral ou complet
- 150 g de farine de blé complet
- 200 g de farine blanche
- 9 g de levure sèche
- 1 +1/2 c à café de sel
- 25 g raisins secs (ou autre fruit sec)
- 20 g d’amandes
- 20 g de graines de tournesol
- 15 g de muesli (ou avoine)
- 350 ml d’eau tiède
- 60 ml d’huile d’olive (ou autre huile moins chère)

Mettre levure, farine, sel, raisins secs, amandes, graines de tournesol, muesli, eau et huile d’olive dans le plat à pain. Allumer et régler la machine à pain. Ajouter de l’eau si la pâte ne se ramasse pas ou de la farine blanche si la pâte colle sur les côtés du plat.

b) Pour un pain sans fruits secs, cuit à la machine
Cycle : Pain complet
- 150 g de farine blé complet
- 200g de farine blanche
- 1 ½ c à café levure sèche activée
- ½ c à café de sel
- 250 ml d’eau tiède
- 3 c à soupe d’huile d’olive (ou autre huile moins chère)

Mettre levure, farine, sel, eau et huile d’olive dans le plat à pain. Allumer et régler la machine à pain. Ajouter de l’eau si la pâte ne se ramasse pas, ou de la farine blanche si la pâte colle sur les côtés du plat.
3:22:15 AM

La puissance du jeûne en 10 min


2:14:24 AM
 Dimanche le 2 mars 2014
EWTN Live - 2014-2-26 - Fr. Philip Anderson - The Contemplative Life

Fr. Mitch welcomes Fr. Philip Anderson, Abbot of Our Lady of Clear Creek Abbey in Hulbert, Oklahoma to share about the contemplative Benedictine life.
7:42:49 PM

 Jeudi le 27 février 2014
February 27, 2014, marks the five hundredth anniversary of the return of the Carthusians to the Charterhouse of the Serra San Bruno, after 322 years of Cistercian stay

Hic oculus ille conquiritur, cujus sereno intuitu vulneratur sponsus amore, quo mundo et puro conspicitur Deus.
6:04:40 AM
 Mardi le 25 février 2014
St. Luigi Versiglia

Feastday: February 25 1873 - 1930 Beatified By: Pope John Paul II Canonized By: Pope John Paul II

Luigi Versiglia was born at Oliva Gessi (Pavia) on 5th June 1873. He came to Don Bosco’s Oratory when he was twelve years old and went on to become a Salesian Priest. After his ordination in 1895 he spent ten years as novice master at Genzano di Roma. In 1906 he led the first Salesian missionary expedition to China, fulfilling a prophecy often repeated by Don Bosco. Once he had established a ‘mother house’ in Macau, he opened a mission in the area of Shiu Chow. He became its first bishop on 22nd April 1920.

He was a man of wisdom and tireless energy, a real shepherd totally dedicated to his flock. He gave his Vicariate a solid infrastructure with a seminary, houses of formation, various residences, an orphanage and old people’s homes. He was more of a father than an authoritarian. He led by his example of hard work and Christian love and never asked people to do anything without first weighing up their capabilities.

On 25th February 1930 he was with Don Caravario and five others, all young people, on the way to visit the small Christian Community at Lin Chow (Li Tau Tseu). They were stopped by a group of armed men, who first demanded protection money and then made to take away the three women in the party. Don Versiglia and Don Caravario stood in their way and were knocked to the ground and tied up. Their crucifixes were ripped away and, as they prayed, they were shot dead.

Don Versiglia and Don Caravario were canonized by Pope John Paul II on 1st October 2000 and their Feast Day is on 13th November, which is the day on which each Salesian Community celebrates Mass for deceased benefactors and members of the Salesian Family.

Biography Provided By: Salesians of Don Bosco UK
3:22:31 PM

Messe avec les nouveaux cardinaux: cultiver la docilité à l'Esprit Saint

Le Cardinal entre dans l'Eglise de Rome, pas dans une cour (texte intégral)

Rome, 23 février 2014 (Zenit.org) Pape François

La docilité cultivée à l'Esprit Saint, c'est ce que le pape François souhaite pour les cardinaux et pour lui-même: il a commenté dans ce sens les lectures de ce dimanche 23 février, lors de la messe présidée avec le collège cardinalice en la basilique Saint-Pierre, à 10 h.

Il demande de "cultiver les comportements de sainteté". Et indique ce que le Christ a accompli: "Jésus n’est pas venu pour nous enseigner les bonnes manières, des manières de salon ! Pour cela il n’y avait pas besoin qu’il descende du ciel et meure sur la Croix. Le Christ est venu pour nous sauver, pour nous montrer le chemin, l’unique chemin de sortie des sables mouvants du péché, et ce chemin c’est la miséricorde. Être saints n’est pas un luxe, c’est nécessaire pour le salut du monde."

Il avertit: "Le Cardinal entre dans l’Église de Rome, il n’entre pas dans une cour. Tous évitons et entraidons-nous pour éviter des habitudes et des comportements de cour : intrigues, bavardages, cercles, favoritismes, préférences."

A.B.

Homélie du pape François

« Que ton aide, Père miséricordieux, nous rende toujours attentifs à la voix de l’Esprit » (Collecte)

Cette prière, prononcée au début de la Messe, nous appelle à une attitude fondamentale : l’écoute de l’Esprit Saint, qui vivifie l’Église et l’anime. Par sa force créatrice et rénovatrice, l’Esprit soutient toujours l’espérance du Peuple de Dieu en marche dans l’histoire, et soutient toujours, comme Paraclet, le témoignage des chrétiens. En ce moment, nous tous, avec les nouveaux Cardinaux, nous voulons écouter la voix de l’Esprit qui parle à travers les Écritures proclamées.

Dans la première Lecture a résonné l’appel du Seigneur à son peuple : « Soyez saints, car moi, le Seigneur votre Dieu, je suis saint » (Lv 19, 2). Et Jésus dans l’Évangile rappelle : « Vous donc, soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait » (Mt 5, 48). Ces paroles nous interpellent tous, disciples du Seigneur ; et aujourd’hui, elles sont adressées spécialement à moi et à vous, chers frères Cardinaux, d’une manière particulière à vous qui êtes entrés hier dans le Collège cardinalice. Imiter la sainteté et la perfection de Dieu peut sembler un but inaccessible. Cependant, la première Lecture et l’Évangile suggèrent des exemples concrets afin que le comportement de Dieu devienne la règle de notre agir. Mais rappelons-nous tous, rappelons-nous que sans l’Esprit Saint, notre effort serait vain ! La sainteté chrétienne n’est pas avant tout notre œuvre, mais elle est le fruit de la docilité – voulue et cultivée – à l’Esprit de Dieu trois fois Saint.

Le Lévitique dit : « Tu ne haïras pas ton frère dans ton cœur… Tu ne te vengeras pas et tu ne garderas pas de rancune… mais tu aimeras ton prochain… » (19, 17-18). Ces attitudes naissent de la sainteté de Dieu. Nous au contraire habituellement nous sommes si différents, si égoïstes et orgueilleux… pourtant la bonté et la beauté de Dieu nous attirent, et l’Esprit Saint peut nous purifier, il peut nous transformer, il peut nous modeler jour après jour. Faire ce travail de conversion, conversion du cœur, conversion que nous tous –spécialement vous Cardinaux, et moi – nous devons faire. Conversion !

Dans l’Évangile, Jésus aussi nous parle de la sainteté et nous explique la loi nouvelle, la sienne. Il le fait au moyen de quelques antithèses entre la justice imparfaite des scribes et des pharisiens et la justice supérieure du Royaume de Dieu. La première antithèse du passage d’aujourd’hui concerne la vengeance. « Vous avez appris qu’il a été dit : "Œil pour œil, dent pour dent". Eh bien ! moi, je vous dis : … si quelqu’un te gifle sur la joue droite, tends-lui encore l’autre » (Mt 5, 38-39). Non seulement nous ne devons pas rendre à l’autre le mal qu’il nous a fait, mais nous devons nous efforcer de faire le bien avec largesse.

La seconde antithèse fait référence aux ennemis : « Vous avez appris qu’il a été dit : "Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi". Eh bien ! moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, et priez pour ceux qui vous persécutent » (v. 43-44). À celui qui veut le suivre, Jésus demande d’aimer celui que ne le mérite pas, sans contrepartie, pour combler les vides d’amour qu’il y a dans les cœurs, dans les relations humaines, dans les familles, dans les communautés et dans le monde. Frères Cardinaux, Jésus n’est pas venu pour nous enseigner les bonnes manières, des manières de salon ! Pour cela il n’y avait pas besoin qu’il descende du ciel et meure sur la Croix. Le Christ est venu pour nous sauver, pour nous montrer le chemin, l’unique chemin de sortie des sables mouvants du péché, et ce chemin de sainteté c’est la miséricorde, chemin qu’il a fait et qu’il fait avec nous chaque jour. Être saints n’est pas un luxe, c’est nécessaire pour le salut du monde. C’est ce que le Seigneur nous demande.

Chers frères Cardinaux, le Seigneur Jésus et notre Mère l’Église nous demandent de témoigner avec beaucoup de zèle et d’ardeur de ces attitudes de sainteté. La sainteté d’un Cardinal consiste vraiment en ce supplément d’oblativité gratuite. Par conséquent, aimons ceux qui nous sont hostiles ; bénissons celui qui dit du mal de nous ; saluons d’un sourire celui qui peut-être ne le mérite pas ; n’aspirons pas à nous faire valoir, mais opposons la douceur à la tyrannie ; oublions les humiliations subies. Laissons-nous toujours guider par l’Esprit du Christ, qui s’est sacrifié lui-même sur la croix, pour que nous puissions être des "canaux" par lesquels s’écoule sa charité. C’est l’attitude, ce doit être la conduite d’un Cardinal. Le Cardinal – je le dis spécialement à vous - entre dans l’Église de Rome, frères, il n’entre pas dans une cour. Tous évitons et entraidons-nous pour éviter des habitudes et des comportements de cour : intrigues, bavardages, cercles, favoritismes, préférences. Que notre langage soit celui de l’Évangile : "oui, oui; non, non"; nos attitudes celles des Béatitudes, et notre route celle de la sainteté. Prions de nouveau : « Que ton aide, Père miséricordieux, nous rende toujours attentifs à la voix de l’Esprit ».

L’Esprit Saint nous parle aujourd’hui aussi à travers les paroles de saint Paul : « Vous êtes le temple de Dieu… le temple de Dieu est sacré, et ce temple c’est vous » (1 Co 3, 16-17). Dans ce temple, que nous sommes, se célèbre une liturgie existentielle : celle de la bonté, du pardon, du service, en un mot, la liturgie de l’amour. Notre temple est comme profané si nous négligeons nos devoirs envers le prochain. Quand dans notre cœur le plus petit de nos frères trouve place, c’est Dieu lui-même qui y trouve place. Quand ce frère est laissé dehors, c’est Dieu lui-même qui n’est pas accueilli. Un cœur vide d’amour est comme une église désaffectée, soustraite au service divin et destinée à un autre.

Chers frères Cardinaux, restons unis dans le Christ et entre nous ! Je vous demande de me demeurer proche, par la prière, le conseil, la collaboration. Et vous tous, évêques, prêtres, diacres, personnes consacrées et laïcs, unissez-vous dans l’invocation de l’Esprit Saint, afin que le Collège des Cardinaux soit toujours plus ardent de charité pastorale, davantage rempli de sainteté, pour servir l’Évangile et aider l’Église à rayonner l’amour du Christ dans le monde.

[Traduction officielle, texte original: Italien]
3:06:57 PM

 Samedi le 15 février 2014
Diary of Saint Faustina

990 I know well, O Lord, that You have no need of our works; You demand Love, love and once again, love of God – there is nothing greater in heaven or on earth. The greatest greatness is to love God; true greatness is in loving God; real wisdom is to love God. All that is great and beautiful is in God; there is no beauty or greatness outside of Him. O you sages of the world and you great minds, recognize that true greatness is in loving God! Oh, how astonished I am that some people deceive themselves, saying: There is no eternity!
9:06:16 AM
 Jeudi le 13 février 2014
Andrea Bocelli tells a little story about abortion

Mourir dans la dignité... cela fût ici le mystère du jugement téméraire d'euthanasie possible d'un enfant - Andrea Bocelli - dans le sein de sa mère.

Donner la mort à une personne humaine, c'est donc donner la mort à qui??

Le projet de loi 52 : Loi concernant les soins de fin de vie; est-ce que c'est l'enchassement d'une valeur humaine, incontestable, sûre, fondatrice, traditionnelle québecoise? ou une autre suite logique d'un dérapage moral qui nous coupe de la solidarité québécoise, fondée irrémédiablement sur la Foi? Supportons-nous les valeurs québecoises dans un tel projet de loi? Ou nous éloignons-nous de nos valeurs fondatrices?


9:20:44 AM
 Lundi le 10 février 2014
Projet de loi 52 - L'Archevêque de Montréal fait appel à la conscience

Une question de vie ou de mort : Un appel à la conscience
Très bientôt, à Québec, nos députés vont voter sur le projet de loi 52 : Loi concernant les soins de fin de vie. S'il est adopté, l'euthanasie deviendra légale sous l'appellation d' « aide médicale à mourir ».

Or, devancer la mort ce n'est pas aider à mourir mais faire mourir. C'est donner à nos médecins le pouvoir de tuer des patients vulnérables dans certaines circonstances.

Nous aimons les personnes vulnérables, et un jour nous serons tous vulnérables. Il est important que nous sachions tous que notre famille et la société ne devanceront pas notre mort, mais seront là pour nous soutenir jusqu'à la fin.

Nous sommes appelés à faire le choix inconditionnel du respect de la vie jusqu'à la mort naturelle. L'être humain est constitué pour respecter et servir la vie en toute situation de fragilité. Il ne peut se mettre à causer la mort de personnes innocentes - si encadrée soit la décision - sans blesser en lui-même la conscience de sa propre dignité.

Donner la mort à une personne humaine innocente, c'est aussi se donner la mort à soi-même...

† Christian Lépine Archevêque de Montréal

Mardi, 11 février, aura lieu la Journée mondiale des malades. À cette occasion, Mgr Lépine a invité les fidèles de l'archidiocèse de Montréal à participer à une messe spéciale qui aura lieu à la Cathédrale Marie-Reine-du-Monde, à 19 h 30.
6:43:16 AM

 Vendredi le 7 février 2014
Notre Père

El Padrenuestro por los fallecidos en la tragedia de Galicia y todos sus familiares y amigos.
6:58:57 PM
 Mardi le 4 février 2014
Simone Weil

Pour Michel Serres, elle était une « sainte laïque ». Camus portait toujours sur lui une photo d'elle, Bernanos une lettre qu'elle avait écrite sur la guerre d'Espagne. Pour le 100ème anniversaire de sa naissance, Régis Burnet exhume la philosophe Simone Weil, en compagnie de Christiane Rancé, écrivain, et Martin Steffens, professeur de Philosophie. Portrait d'une femme assoiffée de vérité qui associa avec démesure : combat politique, vision philosophique et pratique mystique.

Quel est ton tourment?...
7:30:06 AM

Le rôle majeur des enseignants

Le rôle des enseignants est bien plus grand que celui d’apprendre la discipline et l’alphabet à de jeunes enfants. Voici quelques exemples de ce qu’ils accomplissent pour nous au quotidien.
7:22:24 AM
Vatican II, Paul VI, the Carthusians, and the private Mass

Many people are under the impression that the private Mass was abolished by Vatican II. You may well be told by liturgists that saying Mass without "the people" present makes no sense in the modern Church - or even that it is forbidden. Next time anyone tries to tell you this, refer them to the letter Optimam partem of Pope Paul VI in 1971 to Fr Andrew Poisson, the Minister General of the Carthusians. The text (in Latin) can be found in the Acta Apostolicae Sedis 1971, volume 63 pages 447-450. Here is my translation of the relevant section of the letter: Monks, who are bound by the obligation of choir in the Carthusian Order, almost from its beginning, have been priests, or religious who are preparing themselves to receive sacred orders. There are those today who are of the opinion that this is not fitting that cenobites or hermits, who are never going to exercise the sacred ministry, should be raised to the priesthood. As we have already said elsewhere (Cfr. AAS 58 (1966) p.1181) this opinion certainly lacks a firm foundation. For many Saints and very many religious have combined the profession of the monastic or indeed the eremitcal life with the priesthood because they have had a sound perspective of the fitting relationship between both consecrations, that proper to the priest, and that proper to the monk. Indeed, solitude, the absolute loss of the goods of this world, the abnegation of one's own will: things that are undertaken by those who enclose themselves within the bounds of the monastery, most singularly prepare the soul of the priest to be devoutly and ardently offered up for the Eucharistic sacrifice which is "the source and summit of the whole Christian life". Furthermore, when that full self-giving, to which the religious devotes himself, is added to the priesthood, he is configured in a special way to Christ who is at the same time priest and victim.

When the second Vatican Council treated in a special document about priests and their duties, it rightly laid down that those duties include the care of the people of God. However, this care is carried out by yourselves in celebrating the eucharistic sacrifice as you are accustomed to do every day. This celebration most often takes place in your eremitcal oratories, that is to say, in a devout recess, where the soul of the monk, fixed on the things of above, drinks in more richly the Spirit of love and light. Therefore the vocation of the Carthusian, when it is faithfully adhered to, brings it about that the universal intention, which is present in the Eucharistic sacrifice, becomes the intention of each monk who is carrying out the sacred rites. The Vatican Council itself declared this fullness of Eucharistic charity in these significant words: "In the mystery of the Eucharistic Sacrifice, in which priests fulfil their office most especially, the work of our redemption is continually carried out, and therefore its daily offering is warmly commended. Even if the presence of the faithful is not possible, this offering is an act of Christ and the Church." (Presbyterorum Ordinis 13) The novice-master put me onto this document last year when he was talking to me about the course in sacramental theology. It is listed as one of the important fontes in the Carthusian statutes - one of very few magisterial documents to refer specifically to the Carthusians. By affirming the value of the private Mass, it is also important for the secular priest who should never feel awkward about celebrating Mass quietly on a day when he is not bound to celebrate a publicly scheduled Mass. Source
7:04:26 AM

 Lundi le 3 février 2014
Le serviteur souffrant - Isaie

"Il a été mené comme une brebis à la boucherie, et comme un agneau muet devant celui qui le tond, Il n'a point ouvert la bouche. Dans son humiliation, son jugement a été levé. Et sa postérité, qui la dépeindra ? Car sa vie a été retranchée de la terre." Act 8,27...33

Isaie 52- De même que beaucoup ont été dans la stupeur en le voyant, -- tant il était défiguré, son aspect n'étant plus celui d'un homme, ni son visage celui des enfants des hommes, -- 15 ainsi il fera tressaillir des nations nombreuses. Devant lui les rois fermeront la bouche; car ils verront ce qui ne leur avait pas été raconté, et ils apprendront ce qu'ils n'avaient pas entendu.

53- Qui a cru ce que nous avons entendu, et à qui le bras de Yahweh a-t-il été révélé? 2 Il s'est élevé devant lui comme un frêle arbrisseau; comme un rejeton gui sort d'une terre desséchée; il n'avait ni forme ni beauté pour attirer nos regards, ni apparence pour exciter notre amour. 3 Il était méprise et abandonné des hommes, homme de douleurs et familier de la souffrance, comme un objet devant lequel on se voile la face; en butte au mépris, nous n'en faisions aucun cas. 4 Vraiment c'était nos maladies qu'il portait, et nos douleurs dont il s'était chargé; et nous, nous le regardions comme un puni, frappé de Dieu et humilié. 5 Mais lui, il a été transpercé à cause de nos péchés, broyé à cause de nos iniquités; le châtiment qui nous donne la paix a été sur lui, et c'est par ses meurtrissures que nous sommes guéris. 6 Nous étions tous errants comme des brebis, chacun de nous suivait sa propre voie; et Yahweh a fait retomber sur lui l'iniquité de nous tous. 7 On le maltraite, et lui se soumet et n'ouvre pas la bouche, semblable à l'agneau qu'on mène à la tuerie, et à la brebis muette devant ceux qui la tondent; il n'ouvre point la bouche. 8 Il a été enlevé par l'oppression et le jugement, et, parmi ses contemporains, qui a pensé qu'il était retranché de la terre des vivants, que la plaie le frappait à cause des péchés de mon peuple? On lui a donné son sépulcre avec les méchants, et dans sa mort il est avec le riche, alors qu'il n'a pas commis d'injustice, et qu'il n'y a pas de fraude dans sa bouche. 10 Il a plu à Yahweh de le briser par la souffrance; mais quand son âme aura offert le sacrifice expiatoire, il verra une postérité, il prolongera ses jours, et le dessein de Yahweh prospérera dans ses mains. 11 A cause des souffrances de son âme, il verra et se rassasiera. Par sa connaissance le juste, mon Serviteur, justifiera beaucoup d'hommes, et lui-même se chargera de leurs iniquités. 12 C'est pourquoi je lui donnerai sa part parmi les grands; il partagera le butin avec les forts. Parce qu'il a livré son âme à la mort et qu'il a été compté parmi les malfaiteurs; et lui-même a porté la faute de beaucoup, et il intercédera pour les pécheurs.

54- Pousse des cris de joie, stérile, qui n 'enfantais pas; éclate de joie et d'allégresse, toi qui n'as pas été en travail, car les fils de la délaissée sont plus nombreux que les fils de celle qui avait un époux, dit Yahweh. 2 Elargis l'espace de la tente; qu'on déploie les tentures de ta demeure; ne les retiens pas, allonge tes cordages, et affermis tes pieux! 3 Car tu te répandras à droite et à gauche, et ta postérité prendra possession des nations; et peuplera les villes désertes. 4 Ne crains point, car tu ne seras pas confondue; n'aie point honte, car tu n'auras pas à rougir; car tu oublieras la honte de ta jeunesse, et tu ne te souviendras plus de l'opprobre de ton veuvage. 5 Car ton époux, c'est ton Créateur; Yahweh des armées est son nom; et ton Rédempteur est le Saint d'Israël; il s'appelle le Dieu de toute la terre. 6 Car comme une femme délaissée et affligée, Yahweh te rappelle comme une épouse de la jeunesse qui a été répudiée, dit ton Dieu. 7 Un instant, un moment, je t'ai abandonnée, mais avec une grande miséricorde je te rassemble. 8 Dans une effusion de ma colère, je t'ai caché un moment mon visage, mais avec un amour éternel j'ai compassion de toi, dit ton Rédempteur, Yahweh. 9 Il en sera pour moi comme des eaux de Noé, lorsque je jurai que les eaux de Noé ne se répandraient plus sur la terre: ainsi j'ai juré de ne plus m'irriter contre toi; et de ne plus te menacer. 10 Quand les montagnes se retireraient; et que les collines seraient ébranlées, mon amour ne se retirerait pas de toi, et mon alliance de paix ne sera point ébranlée, dit celui qui a compassion de toi, Yahweh. 11 Malheureuse, battue de la tempête, sans consolation, voici que je coucherai tes pierres dans l'antimoine, et que je te fonderai sur des saphirs; 12 je ferai tes créneaux de rubis, tes portes d'escarboucles, et toute ton enceinte de pierres précieuses. 13 Tous tes fils seront disciples de Yahweh tes fils jouiront d'une grande paix. 14 Tu seras affermie sur la justice; loin de toi l'angoisse, car tu n'as rien à redouter; la frayeur, car elle n'approchera pas de toi. 15 Si une ligue se forme, cela ne viendra pas de moi; qui s'est ligué contre toi? Il tombera devant toi. 16 Voici que moi, j'ai créé le forgeron, qui souffle sur les charbons ardents, et qui en retire l'arme qu'il doit travailler, et c'est moi qui ai créé le dévastateur pour la détruire. 17 Toute arme forgée contre toi sera sans effet, et toute langue qui s'élèvera pour contester avec toi, tu la condamneras. Tel est l'héritage des fils de Yahweh; telle est la justice qui leur viendra de moi -- oracle de Yahweh.
10:14:08 PM
 Samedi le 1 février 2014
Pellevoisin

À Pellevoisin, au cours de l'année 1876, la Vierge apparut quinze fois à Estelle Faguette. « C'est ici que je serai honorée, lui dit la Reine du Ciel ». Depuis cette date, à Pellevoisin, petit village du Berry spécialement choisi par la Sainte Vierge pour y répandre ses grâces, des milliers de pèlerins se donnent chaque année rendez-vous. La Vierge Marie leur révèle jusqu'où va la miséricorde de Dieu et les invite à redécouvrir que le Coeur de Jésus les aime d'une manière brûlante. Elle nous apprend à ne pas lui lâcher la main et à lui faire confiance en toutes circonstances. Ce documentaire retrace la belle histoire d'Estelle Faguette et de Pellevoisin, lieu bénit où Marie nous donne la grâce de découvrir le vrai calme intérieur par sa présence maternelle. Un film réalisé par Armand Isnard. Une coproduction CAT Productions et KTO - 2011.
1:39:38 PM
Les jeunes et le débat sur l'avortement - Une situation nouvelle

Quelque chose est en train de changer dans le monde sur le front de l'avortement: en Espagne, le gouvernement a décidé de ne le permettre qu'en cas de violence ou de graves malformations, alors qu'aux Etats-Unis plus de vingt Etats limitent les possibilités de mettre un terme à une grossesse et une loi a été votée à la Chambre qui interdit l'avortement après vingt semaines. Il y a quelques jours également, la marche pour la vie qui s'est tenue dans la capitale a vu défiler, malgré un froid polaire, de nombreux jeunes. Comme l'a observé "The Washington Post", le nouveau mouvement anti-avortement - contre toute prévision - conquiert toujours plus les jeunes. Ce sont des jeunes qui n'étaient pas encore nés au moment des grandes batailles des années soixante-dix et qui pensent librement, sans être influencés par cette vague idéologique qui à l'époque a fait de l'interruption de grossesse une question de droit, une étape fondamentale de l'émancipation féminine. Alors que les jeunes américains découvrent le droit à la vie et se passionnent pour lui, en France le gouvernement propose un élargissement de la possibilité d'avorter, rendant ce choix privé de tout lien moral: en effet, on a effacé toute référence qui le relie à un contexte dramatique, à une condition d'"extrême difficulté de la femme". Et sur cette modification - surtout formelle, car depuis des années désormais cette clause n'était plus respectée - la bataille s'est rouverte: ici aussi, ce sont les adultes et les personnes âgées qui sont pour l'avortement, alors que de nombreux jeunes se déclarent contraires. Ces conflits dépassent la traditionnelle opposition politique entre gauche et droite, devenant des affrontements entre les générations. En outre, les anciens partisans de l'avortement n'ont pas envie d'admettre que la légalisation a été un échec par rapport à leurs propres objectifs: en effet, en défendant le "droit d'avorter", ils avaient promis que la légalisation, accompagnée par une campagne anticonceptionnelle insistante, aurait de fait tronqué le recours à cette pratique. Rien de ce genre ne s'est produit. Au contraire, on calcule qu'aujourd'hui en France une femme sur trois a avorté au moins une fois, alors que la transformation linguistique - avec l'utilisation de l'expression "interruption volontaire de grossesse", c'est-à-dire la tentative de faire de l'avortement une intervention médicale comme les autres - n'a réussi qu'à lui donner un halo de légèreté superficielle. Mais le problème le plus grave que la légalisation de l'avortement a ouvert - et que personne ne veut affronter - est son conflit avec les droits humains, comme le rappelle le Pape François dans Evangelii gaudium: "Cette défense de la vie à naître est intimement liée à la défense de tous les droits humains. Elle suppose la conviction qu'un être humain est toujours sacré et inviolable, dans n'importe quelle situation et en toute phase de son développement. Elle est une fin en soi, et jamais un moyen pour résoudre d'autres difficultés. Si cette conviction disparaît, il ne reste plus de fondements solides et permanents pour la défense des droits humains, qui seraient toujours sujets aux convenances contingentes des puissants du moment". Avec la légalisation de l'avortement, comme l'a écrit le sociologue français Luc Boltanski, après deux mille ans s'est à nouveau posé la question de la définition de l'être humain, avec la crise conséquente de cette idée qui est à la base de la Déclaration des droits de l'homme de 1948. En effet, l'irruption de l'avortement dans le domaine du droit rétablit une différence entre "être humains de la chair" et "êtres humains confirmés par la parole"; ce n'est qu'à ces derniers qu'il est permis de vivre, alors que les premiers se retrouvent dans la condition qui était autrefois celle des esclaves: c'est-à-dire qu'ils sont "une humanité non confirmée". Boltanski, qui raisonne hors des passions idéologiques et religieuses, conclut que "la condition du fœtus est la condition humaine". Il est alors possible - et souhaitable - que, en mettant l'avortement en discussion, la réouverture du débat sur la définition et la dignité de chaque être humain rallume l'intérêt et l'attention pour la position de l'Eglise, considérée jusqu'à récemment comme désuète et conservatrice. ©L'Osservatore Romano - 30 janvier 2014 - LUCETTA SCARAFFIA
1:16:16 PM
 Vendredi le 31 janvier 2014
Totus Tuus ego sum, o Maria et Omnia mea Tua sunt

« Une clé pour comprendre la spiritualité de Jean-Paul II » : c’est en ces termes que le cardinal Stanisłas Dziwisz, archevêque de Cracovie, ancien secrétaire de Jean-Paul II, présente le recueil de notes inédites de Jean-Paul II « Je suis entre les mains de Dieu. Notes personnelles 1962 - 2003 », publié par les éditions « Znak » (cf. Zenit du 24 janvier 2014).
11:48:29 PM
Quand don Bosco prie pour le don de la pluie

Le martyrologe romain fête aujourd'hui saint Jean Bosco (1815-1888), l'ami des jeunes. Il lui arrivait aussi de prier par l'intercession de la Vierge Marie pour le don de la pluie, comme le rapporte le P. Jean-Marie ...

Don Bosco prêchait le triduum à la fête de 1'assomption dans la paroisse rurale de Montemagno près de Turin. Une sécheresse implacable sévissait et menaçait de ruiner totalement les récoltes de pommes de terre, principaux produits du pays. A moins d'une pluie prochaine et abondante, les récoltes seraient irrémédiablement perdues. Or voici qu'au sermon d'ouverture du triduum, Don Bosco annonce: "Mes frères, si vous venez généreusement pendant ces trois jours entendre la parole de Dieu et si vous purifiez vos consciences par une bonne confession, je vous promets de la pluie pour la clôture." Quand l'orateur descendit de chaire, le curé affolé l'aborda et lui dit: - "Don Bosco qu'avez-vous promis là? De la pluie pour la clôture?" - "J'ai dit cela ?" fait Don Bosco, étonné. L'église fut remplie à chacune des prédications. Les confessionnaux furent pris d'assaut. Toute la population en âge de le faire communia au matin de l'Assomption. L'après-midi pour la clôture, l'église était archicomble. Pendant ce temps, le soleil narguait tout le monde dans un ciel sans nuage. Au moment de monter en chaire à la fin du Magnificat, Don Bosco, un peu inquiet, envoie le sacristain inspecter le ciel pendant que lui-même murmure cette prière: "Bonne Mère, vous ne pouvez les décevoir; voyez leur empressement !" Le sacristain revient en disant: "Il y a bien à l'horizon un nuage gros comme un chapeau de gendarme, mais rien de bien sérieux." Don Bosco monte en chaire. Le ciel s'obscurcit visiblement. Il n'a pas prononcé dix phrases qu'un coup de tonnerre formidable retentit et une bienfaisante pluie se met à tomber. Un soupir de soulagement s'échappe de toutes les poitrines. Alors le prédicateur change le thème de son sermon pour inciter à la confiance envers Notre Dame.

Source: La clé du Trésor, P. Jean-Marie, éd. Résiac
11:40:18 PM

Premier programme de l'Année de la Vie consacrée 2015

Les événements de l’Année de la vie consacrée

Mgr José Rodríguez Carballo en a exposé les événements principaux, à commencer par une célébration solennelle dans la basilique Saint-Pierre, présidée par le pape. Selon l’agenda de ce dernier, ce pourrait être le 21 novembre 2014, Journée mondiale "Pro orantibus", dédiée à la vie contemplative.

Parmi les autres événements, une Assemblée plénière de la Congrégation, en novembre, sur le thème « La nouveauté (novum) de la vie consacrée à partir de Vatican II », inspiré de la parole du Christ « A vin nouveau, outres neuves » (Mc 2,22).

Diverses rencontres internationales auront lieu à Rome : jeunes religieux et religieuses, novices, profès et professes ; formateurs ; congrès international de théologie sur la vie consacrée sur le thème « Renouveau de la vie consacrée à la lumière du Concile et perspectives d'avenir » ; exposition sur « La vie consacrée Evangile dans l’histoire humaine ».

Toutes ces initiatives, organisées en partenariat avec l’Union des supérieurs généraux (USG) et l’Union internationale des supérieures générales (UISG), se concluront par une audience avec le pape.

Pour la clôture de l’Année de la vie consacrée, une célébration est prévue avec le pape, probablement le 21 novembre 2015.

La préparation de l’Année

Pour la préparation de cette Année, le dicastère publiera une lettre tous les quatre mois. La première, en date du 2 février prochain, pour la Journée mondiale de la vie consacrée, sera intitulée « Réjouissez-vous » et s’inspirera du magistère du pape François sur la vie consacrée.

Selon la volonté du pape, un symposium sur la gestion des biens économiques et patrimoniaux par les religieux aura lieu les 8-9 mars 2014, à l’Université "Antonianum" de Rome.

Les sœurs contemplatives, dans le respect de leur état de vie, seront invitées à « une chaîne de prières entre les monastères ».

Par ailleurs, le pape devrait publier prochainement une nouvelle Constitution apostolique sur la vie contemplative, après Sponsa Christi promulguée par Pie XII en1950.

Le dicastère prépare également des documents pour cette Année, en particulier la révision du document Mutuae relationes (1978) sur les rapports entre évêques et religieux – en partenariat avec la Congrégation pour les évêques – et l’actualisation de l’instruction Verbi Sponsa (1999), qui traite de l’autonomie et de la clôture des soeurs contemplatives. Deux travaux demandés par le pape.

Un document sur la vie et la mission des religieux hommes, un guide sur la gestion des biens pour les Instituts de vie consacrée, et un texte important sur la vocation et la mission des Instituts laïcs, sont également attendus.

Pour conclure, les Conférences de religieux et les Unions de supérieurs sont invités à faire part de leurs suggestions pour que cette Année soit « une Année de grâce ». Source: Zenit
11:33:26 PM

Les trois principaux objectifs de l'Année de la Vie consacrée

Les trois principaux objectifs de l’Année de la vie consacrée sont de « faire mémoire avec gratitude » du passé récent, depuis le Concile, d’« embrasser l’avenir avec espérance », et de « vivre le présent avec passion » dans le sillage des fondateurs, explique le cardinal Braz qui reprend une expression du pape François, de façon à « réveiller le monde ».

L’Année de la Vie consacrée, annoncée par le pape François pour l’année 2015 a été présentée à la presse ce vendredi matin, 31 janvier, au Vatican, par le cardinal brésilien João Braz de Aviz, préfet de la Congrégation pour les instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique, et par le secrétaire de ce dicastère, un franciscain espagnol, Mgr José Rodríguez Carballo, O.F.M.

La crise traversée par la société, l’Eglise, et donc la vie consacrée, n’est pas, insiste le cardinal brésilien « comme l’antichambre de la mort », mais « comme un kairos, une occasion favorable pour la croissance en profondeur et par conséquent, d’espérance ».
11:30:41 PM

Islam et christianisme. Là où le dialogue bute

Dans "Evangelii gaudium", le pape François dicte les règles concernant les relations avec les musulmans. Le jésuite islamologue Samir Khalil Samir les examine une par une. Et il en relève les limites
11:25:15 PM
The Hijab has Nothing to do With Morality

...the covering of a women's head has been misrepresented as an act of piety.
8:01:35 PM
The War on Christians in the Middle East

Baroness Warsi, UK's Minister for Faith, warns of the possible extinction of Christianity in its historical heartlands

...The large, heavy book being held in front of me was, I realized, almost beyond reading. Its pages were thick and glued together in lumps, soaked and sticky with the blood of the men, women, and children who had been slaughtered that warm evening in a place of peace, in a city where Christians had lived and flourished before Islam even existed. This was not a holy book to be preached from, but a holy book of martyrdom that preached. Its illegible pages spoke entire volumes, its red turned to brown strains cried out to a still largely indifferent or even hostile world...
9:51:49 AM
 Mardi le 28 janvier 2014
Message du Pape François pour la 48è journée mondiale des communications sociales

"La communication au service d'une authentique culture de la rencontre" : c'est le thème choisi par le Pape François pour la 48e Journée Mondiale des Communications sociales qui aura lieu le 1er juin 2014. 14 mars 2013 : FRANCOIS célèbre sa première messe à la Chapelle Sixtine, au Vatican, Rome, Italie.

Chers frères et sœurs,

Aujourd'hui nous vivons dans un monde qui devient de plus en plus « petit » et où il semblerait alors facile de se faire proches les uns des autres. Le développement des transports et des technologies de communication nous rapprochent, nous connectant toujours plus, et la mondialisation nous rend interdépendants. Cependant, au sein de l'humanité persistent des divisions, parfois très marquées. Au niveau mondial, nous voyons l'écart scandaleux entre le luxe des plus riches et la misère des plus pauvres. Souvent il suffit d'aller dans les rues d'une ville pour voir le contraste entre les personnes vivant sur les trottoirs et les lumières étincelantes des boutiques. Nous y sommes tellement habitués que cela ne nous frappe plus. Le monde souffre de nombreuses formes d'exclusion, de marginalisation et de pauvreté ; ainsi que de conflits où se mélangent les causes économiques, politiques, idéologiques et, malheureusement, même religieuses.

Dans ce monde, les médias peuvent contribuer à nous faire sentir plus proches les uns des autres; à nous faire percevoir un sens renouvelé de l'unité de la famille humaine, qui pousse à la solidarité et à l'engagement sérieux pour une vie plus digne. Bien communiquer nous aide à nous rapprocher et à mieux nous connaître les uns les autres, à être plus unis. Les murs qui nous divisent ne peuvent être surmontés que si nous sommes prêts à nous écouter et à apprendre les uns des autres. Nous avons besoin de régler les différences à travers des formes de dialogue qui nous permettent de grandir dans la compréhension et le respect. La culture de la rencontre exige que nous soyons disposés non seulement à donner, mais aussi à recevoir des autres. Les médias peuvent nous aider dans ce domaine, surtout aujourd'hui, alors que les réseaux de communication humaine ont atteint une évolution extraordinaire. En particulier, l'Internet peut offrir plus de possibilités de rencontre et de solidarité entre tous, et c'est une bonne chose, c'est un don de Dieu.

Il y a cependant des aspects problématiques : la vitesse de l'information dépasse notre capacité de réflexion et de jugement et ne permet pas une expression de soi mesurée et correcte. La variété des opinions exprimées peut être perçue comme une richesse, mais il est également possible de s'enfermer dans une sphère d'informations qui correspondent seulement à nos attentes et à nos idées, ou même à des intérêts politiques et économiques déterminés. L'environnement communicatif peut nous aider à grandir ou, au contraire, à nous désorienter. Le désir de connexion numérique peut finir par nous isoler de notre prochain, de nos plus proches voisins. Sans oublier ceux qui, pour diverses raisons, n'ont pas accès aux médias sociaux, et risquent d'être exclus.

Ces limites sont réelles, pourtant elles ne sauraient justifier un rejet des médias sociaux ; elles nous rappellent plutôt que la communication est, en définitive, une conquête plus humaine que technologique. Par conséquent, qu'est-ce qui nous aide dans l'environnement numérique à grandir en humanité et dans la compréhension mutuelle ? Par exemple, nous devons retrouver un certain sens de la lenteur et du calme. Ce qui demande du temps et la capacité de faire silence pour écouter. Nous avons également besoin d'être patients si nous voulons comprendre celui qui est différent de nous : la personne s'exprime pleinement non pas quand elle est simplement tolérée, mais lorsqu'elle se sait vraiment accueillie. Si nous désirons vraiment écouter les autres, alors nous apprendrons à regarder le monde avec des yeux différents, et à apprécier l'expérience humaine comme elle se manifeste dans différentes cultures et traditions. Mais nous saurons également mieux apprécier les grandes valeurs inspirées par le christianisme, comme la vision de l'homme en tant que personne, le mariage et la famille, la distinction entre la sphère religieuse et la sphère politique, les principes de solidarité et de subsidiarité et bien d'autres.

Alors, comment la communication peut-elle être au service d'une authentique culture de la rencontre ? Et pour nous, les disciples du Seigneur, que signifie rencontrer une personne selon l'Évangile ? Comment est-il possible, malgré toutes nos limites et nos péchés, d'être vraiment proches les uns des autres ? Ces questions se résument à celle qu'un jour, un scribe c'est-à-dire un communicateur, posa à Jésus : « Et qui est mon prochain? » (Lc 10, 29). Cette question nous permet de comprendre la communication en termes de proximité. Nous pourrions la traduire ainsi : comment se manifeste la « proximité » dans l'utilisation des moyens de communication et dans le nouvel environnement créé par les technologies numériques ? Je trouve une réponse dans la parabole du bon Samaritain, qui est aussi une parabole du communicateur. Celui qui communique, en effet, se fait proche. Et le bon Samaritain non seulement se fait proche, mais il prend en charge cet homme qu'il voit à moitié mort sur le bord de la route. Jésus renverse la perspective : il ne s'agit pas de reconnaître l'autre comme mon semblable, mais de ma capacité de me faire semblable à l'autre. Communiquer signifie alors prendre conscience d'être humains, enfants de Dieu. J'aime définir ce pouvoir de la communication comme « proximité ».

Lorsque la communication est destinée avant tout à pousser à la consommation ou à la manipulation des personnes, nous sommes confrontés à une agression violente comme celle subie par l'homme blessé par les brigands et abandonné au bord de la route, comme nous le lisons dans la parabole. En lui le lévite et le prêtre ne considèrent pas leur prochain, mais un étranger dont il valait mieux se tenir à distance. À ce moment, ce qui les conditionnait, c'étaient les règles de pureté rituelle. Aujourd'hui, nous courons le risque que certains médias nous conditionnent au point de nous faire ignorer notre véritable prochain.

Il ne suffit pas de passer le long des « routes » numériques, c'est-à-dire simplement d'être connecté : il est nécessaire que la connexion s'accompagne d'une rencontre vraie. Nous ne pouvons pas vivre seuls, renfermés sur nous-mêmes. Nous avons besoin d'aimer et d'être aimés. Nous avons besoin de tendresse. Ce ne sont pas les stratégies de communication qui en garantissent la beauté, la bonté et la vérité. D'ailleurs le monde des médias ne peut être étranger au souci pour l'humanité, et il a vocation à exprimer la tendresse. Le réseau numérique peut être un lieu plein d'humanité, pas seulement un réseau de fils, mais de personnes humaines. La neutralité des médias n'est qu'apparente : seul celui qui communique en se mettant soi-même en jeu peut représenter un point de référence. L'implication personnelle est la racine même de la fiabilité d'un communicateur. Pour cette raison, le témoignage chrétien, grâce au réseau, peut atteindre les périphéries existentielles.

Je le répète souvent : entre une Église accidentée qui sort dans la rue, et une Église malade d'autoréférentialité, je n'ai pas de doutes : je préfère la première. Et les routes sont celles du monde où les gens vivent, où l'on peut les rejoindre effectivement et affectivement. Parmi ces routes, il y a aussi les routes numériques, bondées d'humanité, souvent blessée : hommes et femmes qui cherchent un salut ou une espérance. Aussi grâce au réseau, le message chrétien peut voyager « jusqu'aux extrémités de la terre » (Ac 1, 8). Ouvrir les portes des églises signifie aussi les ouvrir dans l'environnement numérique, soit pour que les gens entrent, quelles que soient les conditions de vie où ils se trouvent, soit pour que l'Évangile puisse franchir le seuil du temple et sortir à la rencontre de tous. Nous sommes appelés à témoigner d'une Église qui soit la maison de tous. Sommes-nous en mesure de communiquer le visage d'une telle Église ? La communication contribue à façonner la vocation missionnaire de l'Église tout entière, et les réseaux sociaux sont aujourd'hui l'un des endroits pour vivre cet appel à redécouvrir la beauté de la foi, la beauté de la rencontre avec le Christ. Même dans le contexte de la communication il faut une Église qui réussisse à apporter de la chaleur, à embraser le cœur.

Le témoignage chrétien ne se réalise pas avec le bombardement de messages religieux, mais avec la volonté de se donner soi-même aux autres « à travers la disponibilité à s'impliquer avec patience et respect dans leurs questions et leurs doutes, sur le chemin de la recherche de la vérité et du sens de l'existence humaine. » (Benoît XVI, Message pour la 47ème Journée mondiale des communications sociales, 2013). Pensons à l'épisode des disciples d'Emmaüs. Il faut savoir entrer en dialogue avec les hommes et les femmes d'aujourd'hui, pour en comprendre les attentes, les doutes, les espoirs, et leur proposer l'Évangile, c'est-à-dire Jésus Christ, Dieu fait homme, mort et ressuscité pour nous libérer du péché et de la mort. Le défi nécessite profondeur, attention à la vie, sensibilité spirituelle. Dialoguer signifie être convaincu que l'autre a quelque chose de bon à dire, faire de la place à son point de vue, à ses propositions. Dialoguer ne signifie pas renoncer à ses propres idées et traditions, mais à la prétention qu'elles soient uniques et absolues.

Que l'icône du bon Samaritain, qui soigne les blessures de l'homme blessé en y versant de l'huile et du vin, soit notre guide. Que notre communication soit une huile parfumée pour la douleur et le bon vin pour l'allégresse. Notre rayonnement ne provient pas de truquages ou d'effets spéciaux, mais de notre capacité de nous faire proche de toute personne blessée que nous rencontrons le long de la route, avec amour, avec tendresse. N'ayez pas peur de devenir les citoyens du territoire numérique. L'attention et la présence de l'Église sont importantes dans le monde de la communication, pour dialoguer avec l'homme d'aujourd'hui et l'amener à rencontrer le Christ : une Église qui accompagne le chemin, sait se mettre en marche avec tous. Dans ce contexte, la révolution des moyens de communication et de l'information est un grand et passionnant défi, qui requiert des énergies fraîches et une nouvelle imagination pour transmettre aux autres la beauté de Dieu.

Du Vatican, le 24 janvier 2014, mémoire de Saint François de Sales.
6:39:12 AM

 Mercredi le 15 janvier 2014
The Principle - One of the most heated debates of the century, coming Spring 2014

Jusqu'à Copernic, la cosmologie était généralement géocentrique. La théorie de la relativité défend actuellement l'héliocentrisme copernicien; mais des constatations scientifiques depuis la fin du 19e siècle et jusqu'à présentement (2013) avec maintenant des satellites d'exploration de plus en plus sophistiqués, ramèneraient pour certains astrophysiciens la possibilité objective du géocentrisme. Ce film devrait être en salle en 2014. Des implications bouleversantes pour la réflexion métaphysique.

Sed contra
4:49:19 AM