Samedi le 23 mars 2002
À l´école de la foi, on doit apprendre que pour un chrétien le sacrement de la pénitence est la voie ordinaire pour obtenir le pardon de ses péchés graves commis après le baptême...Nous savons que la maturité de la vie ecclésiale dépend en grande partie de l´expérience renouvelée du tribunal divin du Pardon de la part de tous les fidèles. C´est pourquoi, dans le ministère ordonné, on ne peut pas négliger le soin pastoral, qui manifeste à tout homme l´efficacité de ce sacrement en tant que colloque personnel avec Dieu, colloque porteur de salut.  Il est nécessaire que l´annonce de la réconciliation, le chemin de conversion et la célébration même du sacrement puissent resplendir davantage et toucher l´intimité du cur de l´homme". ..."Les prêtres savent, continue le cardinal Hoyos que l´on est bon confesseur si l´on est d´humbles et assidus pénitents... Chaque prêtre est invité à offrir à tous la possibilité d´une rencontre et d´un colloque personnel avec le divin Emmanuel, le Dieu avec nous (cf. Mt 1,23), dont l´épilogue soit la communion sacramentelle... Les sociétés et les nations ont besoin d´hommes de paix, d´authentiques semeurs de concorde et de respect réciproque, des hommes qui comblent leurs propres curs de la paix du Christ et qui la portent aux autres, la portent dans les maisons, dans les bureaux, dans les institutions, sur les lieux de travail, dans le monde entier: et ceux-ci ce sont et ce doit être avant tout les prêtres du Christ, instruments de la grâce divine, administrateurs des dons divins, spécialement du sacrement de la Réconciliation et de l´Eucharistie.
4:21:52 PM