www.missa.org

Spiritualite

Appel universel à la sainteté

Dans la prière, tirez le nom d'un saint

Méditations

Web cam adoration

Missa

Religio

Le sacrement de réconciliation et le dialogue avec un prêtre

La confession

Un apôtre de la confession

Le jeûne

Test parent-enfant sur la dépendance à l'internet (cyber-dépendance)

LES MÉDIAS: Un défi fascinant pour la famille

Le magistère et l'ordination sacerdotale réservée aux hommes

Loi Naturelle et Homosexualité

Bien commun et religions ...dans le cadre du débat des "accomodements raisonnables"

Réflexion sur la vie religieuse

L'appel à la sainteté

Un appel à la vie intérieure

RES

Ateliers d'éthique

Le Décalogue d'Assise pour la Paix

Tomber en amour et rester en amour - Jean Monbourquette O.M.I.

La révélation publique du troisième secret de Fatima

Neuvaine à la Miséricorde Divine

Neuvaine au Coeur Sacré de Jésus

Neuvaine au Serviteur de Dieu Père Alfred Pampalon C.S.s.r.

Neuvaine avec Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus

La joie parfaite selon Saint François d'Assise

Prières usuelles

Archive des nouvelles de Medjugorje

Le Rosaire

< Saint Charbel

Les Apophtegmes des pères du désert

Une mort clinique - Un jugement - Une seconde chance

Rencontres spirituelles, Raymond Beaugrand-Champagne

Quoi faire pour que nos messes deviennent plus intéressantes ?, Raymond Beaugrand-Champagne

Homélie pour le 9e congrès des Pueri Cantore par Mgr Claude Thompson

Claude Ryan et le Rapport Proulx

Les élections de 2004 responsabilité et discernement

Le jeune donneur de sang



webmstr

mismenuann

Prières usuelles

Le Rosaire

Le sacrement de réconciliation et le dialogue avec un prêtre

La confession

Liturgie des heures

Lectionnaire

Comment m'engager dans ma communauté chrétienne pdf

ecathmontreal.png

ecdqtv_logo.jpg

Accueil Spiritualité


L'appel à la sainteté
Jean Lafrance

La réconciliation de l'humanité avec Dieu a commencé au désert, dans l'humiliation d'être des pauvres, des mendiants de la grâce. Plus la sainteté de Dieu pénètre dans le coeur d'un humain et plus elle l'illumine sur sa misère profonde. Tant que l'on était médiocre, on ne voyait pas sa pauvreté.

C'est pourquoi, les saints ont d'abord été des hommes de prière, c'est là qu'ils ont puisé la force de devenir des saints, et c'est surtout par la puissance et l'efficacité de leur prière qu'ils ont secouru leurs frères.

Vient ensuite, la nécessité de dire un " oui " total et plénier à la volonté du Père. Quiconque s'engage à la suite du Christ sur le chemin des Béatitudes doit un jour ou l'autre dire comme lui à Gethsémani : " Cependant, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux ". (Mc 14, 36).

Le travail de l'abnégation du moi est l'oeuvre capitale de la vie. L'expérience prouve que si l'on examine la vie des religieux ou simples fidèles, fervents, pieux et dévoués, l'on constate que ce qui leur a manqué, ce n'est ni une vie intérieure profonde ni un sincère et vif amour de Dieu et des âmes, mais bien une certaine plénitude dans le renoncement, une certaine profondeur d'abnégation et totalité de l'oubli de soi qui les eût entièrement livrés au travail de Dieu en eux.

Aimer Dieu, le louer, se fatiguer à son service, autant de choses qui attirent les âmes religieuses; mais mourir totalement à soi-même, obscurément, dans le silence de l'âme et se laisser détacher à fond, par la grâce, de tout ce qui n'est pas pure volonté de Dieu, voilà l'holocauste secret devant lequel reculent la plupart des âmes; le point exact ou leur chemin bifurque entre une vie fervente et une vie de sainteté. (P. de Guibert, s.j.).

Il ne s'agit pas de faire des prouesses d'ascèse, mais d'un renoncement tout intérieur à la volonté propre qui devra s'inscrire dans les actes extérieurs. Il est dit que " le bon exemple prêche plus que les discours; souvent, on redresse les autres simplement en marchant droit. " L'ascèse, c'est d'accepter d'être interpelé, et non de jeûner.

L'homme renonce à décider librement et laisse définitivement Dieu disposer de lui, révélant alors la loi fondamentale de l'existence du Christ : " Je ne suis pas descendu du ciel pour faire ma volonté mais pour faire la volonté de Celui qui m'a envoyé " (Jn 6, 38). C'est exactement le " qu'il m'advienne selon ta Parole " de Marie qui a créé en elle un espace libre pour que cette Parole de Dieu prenne chair en elle.

Nous aimerions amener Dieu à suivre notre propre cheminement, alors qu'il attend notre disponibilité absolue. Au détour du chemin, il nous appelle à donner ce que nous n'avons pas prévu, à livrer notre vie sur un plan auquel nous n'avons pas pensé. C'est alors qu'on peut vraiment donner sa substance, en un mot " se livrer ".

La vraie générosité est de se voir tel qu'on est et qu'on ne soupçonnait pas.

Peut-être ne serons-nous jamais des saints à canoniser qui pleurent parce que l'amour n'est pas aimé, comme saint François d'Assise, mais nous pouvons appartenir à la foule de ceux et celles que l'on célèbre le jour de la Toussaint et qui acclament l'Agneau immolé.

Même nos bons désirs ne correspondent pas forcément à une volonté de Dieu à notre égard. Ainsi, les anciens Pères ont fait l'expérience très concrète d'un renoncement systématique à toutes les volontés propres, à tous les désirs qui se présentent, comme un moyen pour faire émerger en nous la volonté de Dieu et la faire apparaître à la conscience claire. Pour cette voie d'accès, les Pères de l'Église se réfèrent sans cesse à l'attitude du Christ à Gethsémani. De là comprenons combien nos meilleurs désirs doivent traverser une certaine mort et subir une purification pour coïncider avec la volonté de Dieu.

Si nous sommes préoccupés de quelque chose, cela veut dire que nous ne sommes pas totalement abandonnés à la volonté de Dieu, même s'il nous paraît vivre selon cette volonté. " Que votre coeur cesse de se troubler, vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi " (Jn 14,1).

Jésus veut nous faire partager la certitude d'être regardés par un Père attentif. Ainsi Abraham sera invité à faire confiance à Dieu capable de ressusciter les morts. Il faut donc renoncer à toutes nos évidences pour comprendre selon l'évidence de Dieu. Celui qui a réussi à s'abandonner à Dieu en toute chose vit dans la paix de Dieu. Dans cette joie intérieure, il rend grâce et prie pour tous les hommes. Celui qui vit dans l'abandon ne craint plus les événements car il sait en qui il a mis sa confiance (2 Tim 1, 12), même si ces événements le bousculent un peu. Aussi garde-t-il la paix du corps et du coeur.

À l'exemple de la Vierge Marie, il est bon de répéter : " Je suis la servante du Seigneur, qu'il me soit fait selon ta parole ", même dans les souffrances et les renoncements. Alors la Parole de Dieu habiterait notre âme et le monde serait rempli de l'amour de Dieu. Dans cet amour, nos ennemis deviennent nos amis, des créatures divines.

Alors, l'Esprit descend sur l'homme et l'âme est remplie d'une joie ineffable, parce que l'Esprit recrée dans la joie tout de qu'Il touche.

En terminant, je souhaite que les saints du ciel et de la terre nous obtiennent la la puissante grâce d'obtenir le degré de sainteté que Dieu nous a destiné, et celle de croire à la puissance de notre prière réciproque ! Donc, union de prière !


© 1996-2017 missa.org Tous droits réservés | Réalisation
Version pour
imprimante  Imprimer
Commentaires
Recommander
Menu