www.missa.org

Spiritualite

Appel universel à la sainteté

Dans la prière, tirez le nom d'un saint

Méditations

Web cam adoration

Missa

Religio

Le sacrement de réconciliation et le dialogue avec un prêtre

La confession

Un apôtre de la confession

Le jeûne

Test parent-enfant sur la dépendance à l'internet (cyber-dépendance)

LES MÉDIAS: Un défi fascinant pour la famille

Le magistère et l'ordination sacerdotale réservée aux hommes

Loi Naturelle et Homosexualité

Bien commun et religions ...dans le cadre du débat des "accomodements raisonnables"

Réflexion sur la vie religieuse

L'appel à la sainteté

Un appel à la vie intérieure

RES

Ateliers d'éthique

Le Décalogue d'Assise pour la Paix

Tomber en amour et rester en amour - Jean Monbourquette O.M.I.

La révélation publique du troisième secret de Fatima

Neuvaine à la Miséricorde Divine

Neuvaine au Coeur Sacré de Jésus

Neuvaine au Serviteur de Dieu Père Alfred Pampalon C.S.s.r.

Neuvaine avec Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus

La joie parfaite selon Saint François d'Assise

Prières usuelles

Archive des nouvelles de Medjugorje

Le Rosaire

< Saint Charbel

Les Apophtegmes des pères du désert

Une mort clinique - Un jugement - Une seconde chance

Rencontres spirituelles, Raymond Beaugrand-Champagne

Quoi faire pour que nos messes deviennent plus intéressantes ?, Raymond Beaugrand-Champagne

Homélie pour le 9e congrès des Pueri Cantore par Mgr Claude Thompson

Claude Ryan et le Rapport Proulx

Les élections de 2004 responsabilité et discernement

Le jeune donneur de sang



webmstr

mismenuann

Prières usuelles

Le Rosaire

Le sacrement de réconciliation et le dialogue avec un prêtre

La confession

Liturgie des heures

Lectionnaire

Comment m'engager dans ma communauté chrétienne pdf

ecathmontreal.png

ecdqtv_logo.jpg

Accueil Spiritualité


Réflexion sur la vie religieuse

Le principal but de notre vie religieuse est d'aspirer toujours davantage à notre sanctification qui est avant tout, l'intimité de notre union à Dieu. Que nous puissions dire comme saint Augustin : " Mon coeur est inquiet jusqu'à ce qu'il repose en Toi. "

C'est par la sainteté de ses membres qu'une communauté est agréable à Dieu et digne de sa mission. À ce sujet, Maurice Zundel a écrit dans un de ses livres : " Être saint, c'est ne pas être blessé de ses blessures; être saint, c'est être libre ne pas dépendre de l'opinion des autres. Donc, de vivre la liberté des enfants de Dieu. Penser qu'il n'y aurait pas d'arc-en-ciel, s'il n'y avait pas de larmes dans nos yeux.

Gérard Chaudrey qui condamne les avidités d'ici-bas, dit à son tour : " Ce n'est pas ce que nous avons amassé qui reste après cette vie, c'est ce que nous avons donné. " Vieillir, devrait nous rendre en état de Complies, c'est-à-dire, en état d'abandon et d'action de grâce, comme le disait le P. Benoît Lacroix, o.p.

Apprenons de saint Joseph toute la valeur pour Dieu de l'échec apparent à nos yeux de nos aspirations humaines. L'échec accueilli dans la foi et offert à Dieu nous plonge à tout coup dans le mystère pascal, mystère de la mort qui donne la vie. Dans la souffrance, Joseph a appris à laisser Dieu agir à son heure, dans l'épaisseur et la lourdeur du quotidien. En dépit de sa souffrance, il a su attendre l'agir déroutant de Dieu, en se disant sans doute que " tout est grâce parce que Dieu n'est pas distrait. " À sa suite, acceptons que nos désirs ne soient pas toujours réalisés et pensons que c'est peut-être pour un plus grand bien, soit spirituel, soit temporel.

Pour cela, il faut dépasser nos aspirations terrestres. En fait, comme l'a dit un jésuite, le Père Rulla, nous sommes appelées au dépassement et non à l'épanouissement. L'épanouissement est l'effet du dépassement. Donc, pour vivre épanouis, il faut se dépasser.

Si je recherche mon épanouissement, je deviens le centre de ma vocation religieuse et la communauté doit s'adapter à moi. Je n'accepte donc pas les idéaux de l'Évangile. Jésus-Christ n'a pas écouté ses disciples qui voulaient un Royaume temporel mais la volonté de Dieu qui est l'échec apparent de la Croix.

Si je pense trop à ce qui va bien à ma personnalité, je ne pense pas au Royaume, je suis centré sur moi-même. Si mes motivations sont profondes, je serai libre de ne pas être libre.

Aussi, vivons l'expérience de l'Église. Nous sommes appelés à aller au désert. À l'image de son maître, l'Église n'est pas faite pour vivre dans la gloire. Il en est de même pour la vie de chaque baptisé. Nous sommes appelés à nous voir dépouillés de notre efficacité, de notre santé pour finalement accepter la mort. Jésus a vécu tout cela. Il a choisi de monter vers Jérusalem. Il a été abandonné par ses apôtres et ses meilleurs amis. L'expérience spirituelle est de cet ordre. Elle va jusqu'à l'extrême limite pour les personnes les plus généreuses.

Donc, si nous visons surtout à l'union à Dieu, nous essaierons de renoncer à avoir toujours davantage. Se rappeler notre voeu de pauvreté et l'offrir pour les prêtres. Même si nous ne vivons pas dans le grand luxe, il me semble que la communauté donne largement le nécessaire.

Comprenez que ce n'est pas facile pour les supérieurs d'exiger la bonne mesure, car il est dit que si ils laissent tout faire, ils doivent supporter des sujets qui ont des besoins à n'en plus finir, ainsi que le laisser-aller.

Il y a une loi dans la vie religieuse qui dit qu'une communauté qui en arrive à posséder de grands biens connaît presque toujours un relâchement dans l'observance. Il est même dit qu'on pourrait difficilement vivre toujours dans l'abondance de vocations ! L'Église, la communauté et l'individu sont amenés à vivre le dépouillement au coeur de leur démarche. Ce n'est pas dramatique de voir l'avenir de nos communautés dans cette optique.

Ici, il serait peut-être opportun de réfléchir sur l'observance de notre règlement qui doit être adapté à notre nouveau mode de vie et à l'âge. Toutefois, le règlement est bien au-dessous de la charité. Il faut donc qu'il soit d'abord respecté dans ce but. Exemple : Fixer le silence aux heures qui conviennent le mieux au respect du repos des membres de la communauté.

L'obéissance

L'obéissance est aussi une affaire de coeur ! Dans l'obéissance, on découvre la vraie grandeur à servir, à donner, à offrir. Le Père Zundel écrira : " Celui-là est le plus grand qui se donne le plus. " La vraie grandeur ne consiste pas à commander ni à être au-dessus de l'un ou de l'autre. La vraie grandeur est dans le dévouement, la générosité et le don de soi. " Qui perd sa vie à cause de Jésus, la trouvera. "

Si l'on voit les autres réussir, un grand coeur et une âme vertueuse, ne se livrera pas à la jalousie et à la haine.

Ce qui se passe dans le coeur conditionne le regard. L'antipathie non contrôlée et la jalousie, par exemple, ne veulent voir que les défauts de l'autre et les amplifient même. À l'inverse, l'amour ne veut voir que les qualités et il les amplifie même. (Méditation du Prions en Église.)

Ici, l'on peut dire que : " La meilleure équipe n'est pas celle qui réunit des gens parfaits, mais celle où chacun accepte les défauts du voisin et se fait pardonner les siens. " Jacques Loew.

Ce que tu reproches à l'un ou à l'autre, corrige-le chez toi en apprenant avec le sourire à te connaître davantage. Souvent, l'on projette sur l'autre ce que l'on est soi-même. " Père Pageau, c.s.v.

Voici un exemple pour vivre en paix : Charles Darwin critiqué d'une façon outrageante disait : " Deux esprits valent mieux qu'un. Si j'ai tort, plus vite on pourra me convaincre de mon erreur, mieux cela vaudra. "

" Celui qui reconnaît ses torts est plus sage aujourd'hui qu'hier. Et si quelqu'un peut dire les choses qu'il doit dire et non les choses qu'il aime dire, c'est également un sage. " J.E. Le Gresley.

Et un autre exemple : Quelqu'un à table, à côté de Liberman contre son gré, lui dit : " Si vous saviez comme je vous déteste. " Liberman lui répondit avec douceur : " Si vous saviez comme je vous aime. "

Un ami, un allié, c'est quelqu'un qui a le courage de vous dire que vous avez tort. Et l'on reconnaît que deux amitiés sont vraies si les deux s'aident à mieux aimer les autres. Michael Moore.

Épitecte, 10 siècles avant Darwin conseillait ainsi : " Si on vous rapporte que quelqu'un a dit du mal de vous, ne vous défendez pas, mais dites : Cet homme ne connaît pas tous mes autres défauts, autrement, il ne s'en serait pas tenu à ceux qu'il a critiqués. "

Et Jean Vanier a écrit : " Celui qui a peur de montrer qui il est, avec sa pauvreté et ses faiblesses aura toujours peur des autres. "

En parlant de Mère Marie Rivier, fondatrice des Soeurs de la Présentation, il est dit que si on s'opposait à son but, ou par des calomnies ou par d'autres moyens, elle attendait avec patience que Dieu la justifie.

Son attitude de charité et de paix ne lui permettait pas de conserver du ressentiment. Son recours était la prière, puis elle se tenait tranquille. Elle ne témoignait jamais d'indignation. C'est le propre d'un grand coeur de n'avoir ni ruse, ni paroles piquantes. Un petit esprit ne peut retenir sa colère. Le faible croit qu'on le blesse dès qu'on le touche.

Ceux qui cherchent à être aimés, à être approuvés en tout n'ont rien compris des valeurs de Jésus-Christ, du message évangélique. L'amour est possible seulement si on est libre; libre de s'oublier, de se perdre. Si l'on aime que ceux qui nous aiment, ou parce que ça nous rapporte quelque chose, c'est de l'amour égoïste. Nous sommes donc esclaves de notre moi; nous ne sommes pas libres.

Pour nous aider, aspirons aux dons supérieurs, et surtout au don qui les dépasse tous, la charité. Elle est la pierre de touche de la vie chrétienne. " Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, si je n'ai pas la charité, je ne suis rien. " Il s'agit de notre charité en ce monde. C'est la seule chose qui demeure telle quelle dans l'éternité. Et de fait, n'a-t-on pas remarqué que les vrais contemplatifs sont étonnamment indulgents ? P. Hausherr, s.j.

Chères soeurs et frères, pour la gloire de Dieu, le bien de l'Église et de nos Communautés, ensemble, faisons un effort afin plaire davantage à Dieu par notre charité et notre discrétion, surtout avec les personnes de l'extérieur. Notre bonheur n'en sera que plus grand, ici-bas et dans l'éternité.

Fraternellement unis en Jésus-Prêtre

aimf

© 1996-2017 missa.org Tous droits réservés | Réalisation
Version pour
imprimante  Imprimer
Commentaires
Recommander
Menu