www.missa.org

Spiritualite

Appel universel à la sainteté

Dans la prière, tirez le nom d'un saint

Méditations

Web cam adoration

Missa

Religio

Le sacrement de réconciliation et le dialogue avec un prêtre

La confession

Un apôtre de la confession

Le jeûne

Test parent-enfant sur la dépendance à l'internet (cyber-dépendance)

LES MÉDIAS: Un défi fascinant pour la famille

Le magistère et l'ordination sacerdotale réservée aux hommes

Loi Naturelle et Homosexualité

Bien commun et religions ...dans le cadre du débat des "accomodements raisonnables"

Réflexion sur la vie religieuse

L'appel à la sainteté

Un appel à la vie intérieure

RES

Ateliers d'éthique

Le Décalogue d'Assise pour la Paix

Tomber en amour et rester en amour - Jean Monbourquette O.M.I.

La révélation publique du troisième secret de Fatima

Neuvaine à la Miséricorde Divine

Neuvaine au Coeur Sacré de Jésus

Neuvaine au Serviteur de Dieu Père Alfred Pampalon C.S.s.r.

Neuvaine avec Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus

La joie parfaite selon Saint François d'Assise

Prières usuelles

Archive des nouvelles de Medjugorje

Le Rosaire

< Saint Charbel

Les Apophtegmes des pères du désert

Une mort clinique - Un jugement - Une seconde chance

Rencontres spirituelles, Raymond Beaugrand-Champagne

Quoi faire pour que nos messes deviennent plus intéressantes ?, Raymond Beaugrand-Champagne

Homélie pour le 9e congrès des Pueri Cantore par Mgr Claude Thompson

Claude Ryan et le Rapport Proulx

Les élections de 2004 responsabilité et discernement

Le jeune donneur de sang



webmstr

mismenuann

Prières usuelles

Le Rosaire

Le sacrement de réconciliation et le dialogue avec un prêtre

La confession

Liturgie des heures

Lectionnaire

Comment m'engager dans ma communauté chrétienne pdf

ecathmontreal.png

ecdqtv_logo.jpg

Accueil Spiritualité


Le jeune donneur de sang

Certains parmi vous ont connu des épreuves très douloureuses et leur foi est restée intacte. D'autres n'ont eu qu'une grippe et cherchent encore leur chemin ...

L'histoire commence un vendredi après-midi, alors que tu es dans ta voiture et que tu rentres à la maison. Tu entends, à la radio, une nouvelle ... En un petit village très éloigné, trois personnes sont mortes d'une grippe jusqu'alors inconnue. Tu ne portes pas vraiment attention et tu mets un disque compact.

Le lundi matin, la radio annonce que ce ne sont plus trois personnes d'un petit village, mais 30 000 personnes qui sont mortes, en Inde.

Le mardi, à la une de tous les journaux, on annonce qu'il n'y a pas seulement 30 000 personnes qui sont mortes en Inde, mais une multitude d'autres, au Pakistan, en Afghanistan, en Iran. Tout le monde en parle, désignant cette grippe sous le nom d'"influence mystérieuse" et l'on commence à se poser la question: "Comment va-t-on contrôler cette influence mystérieuse?"

Au bulletin de nouvelles qui suit, il est annoncé que l'Europe ferme ses frontières et ne permettra à aucun voyageur d'entrer sur le Continent en provenance de tout pays où l'influence mystérieuse aurait frappé. C'est la panique, en Europe. Les médias racontent que cette maladie est longtemps silencieuse et qu'une fois la maladie déclarée, il nous reste une semaine à souffrir atrocement, puis on meurt.

L'Angleterre annonce qu'elle ferme ses frontières.

Le Président des États-Unis annonce que ses frontières seront fermées à l'Europe et à l'Asie, et ce, jusqu'à ce que l'on ait trouvé remède. Le lendemain, les gens vont à l'église, prier que les chercheurs soient inspirés à trouver le bon remède.

Peu de temps après, la radio annonce que deux citoyens de New York ont contracté la maladie. Il semble maintenant que la maladie a gagné le monde entier. Les scientifiques continuent de chercher un antidote, sans succès.

Puis arrive une nouvelle inespérée: L'on a déchiffré le code ADN du virus, ce qui permettra d'élaborer enfin un antidote! Il n'y a plus qu'à identifier un individu qui n'a pas été infecté par le virus. Donc, en tous les pays, on demande aux citoyens de se présenter à l'hôpital le plus près, pour réaliser des analyses sanguines.

Alors ton épouse et toi vous rendez à l'hôpital, avec votre fils. Dans la salle d'attente, tout le monde se demande si c'est la fin du monde. Un préposé appelle soudain un nom et ton fils te dit: "Papa, il a appelé mon nom!" Avant que tu aies le temps de réagir, ton fils est parti avec des infirmiers. Tu leur cries: "Attendez!" mais les infirmiers te répondent que ton fils a peut-être le type de sang qu'il faut, du sang propre, non contaminé. Cinq minutes plus tard, les médecins sortent de la salle d'examen en pleurant de joie. C'est la première fois depuis une semaine que tu vois quelqu'un rire. Le médecin s'approche de toi et te dit: "Dieu merci, le sang de votre fils est parfait et il va pouvoir servir à élaborer un antidote."

La nouvelle se répand. Tout le monde pleure de joie. Le médecin vous prend à part, toi et ton épouse, et vous dit: "Nous ne savions pas que le donneur serait un enfant; nous avons besoin de votre signature pour utiliser son sang." En lisant le document, vous remarquez que la quantité de sang n'est pas précisée. Alors vous demandez au médecin quelle quantité de sang il faudra prélever. D'un ton grave, le médecin répond que l'on aura besoin de tout son sang. Vous n'en croyez pas vos oreilles, alors vous protestez, mais, mais, ne pourrait-on faire une transfusion?? Le médecin répond que votre enfant est le seul donneur admissible et qu'il n'y a pas d'autre choix, que cette cure servira à sauver le monde entier. Alors, consternés, tremblants, vous signez la formule de consentement.

La semaine suivante, le jour des funérailles de ton fils, certains font la grasse matinée, certains vont se promener ou voir un match de football. Ceux qui sont présents à la cérémonie ont un sourire embarrassé. Tu voudrais sortir en hurlant: "Mon fils a donné sa vie pour vous et c'est tout ce que ça vous fait???"

Parfois, c'est ce que Dieu voudrait nous dire: "Mon fils a donné sa vie pour vous et vous n'avez pas encore compris à quel point je vous aime!"

Il est étrange de voir à quel point il est si simple pour les gens d'ignorer Dieu, ensuite ils se demandent pourquoi le monde va mal.

On croit tout ce que les journaux et la télévision nous racontent, mais on doute de la Parole de Dieu.

On passe notre vie à accumuler des biens terrestres et trop peu de temps à chercher les trésors célestes. Il y a des gens qui disent Je crois en Dieu et qui démontrent, ensuite, par leurs actes, qu'ils le Le suivent pas.

On retransmet une multitude de courriels de blagues, mais quand on en reçoit un qui parle de Dieu, on hésite, devrais-je le transmettre ou l'effacer?

On parle très librement de choses vulgaires, obscènes ou blasphématoires, mais dans les écoles et dans les lieux de travail, sitôt que quelqu'un parle de Dieu, il se fait regarder de travers.

On se préoccupe terriblement de ce que les créatures (les humains) pensent de nous, mais si peu de ce que Dieu pense de nous.

Peut-être qu'au fond, on est juste lâches, mais Celui qui a donné tout Son sang pour nous, Lui, s'Il avait été lâche, nous ne serions pas ici aujourd'hui.

Bon et fructueux Carême 2005. Le Vendredi Saint, cette année, sera le 25 mars, et Pâques, ou dimanche de la Résurrection, le 27 mars.

Ce texte nous a été transmis par un lecteur de Missa


© 1996-2017 missa.org Tous droits réservés | Réalisation
Commentaires
Recommander
Menu