www.missa.org

Liturgie du jour

Actualités

Vocation sacerdotale

Calendrier liturgique

Dans la prière, tirez le nom d'un saint



webmstr

mismenuann

Prières usuelles

Le Rosaire

Le sacrement de réconciliation et le dialogue avec un prêtre

La confession

Liturgie des heures

Lectionnaire

Comment m'engager dans ma communauté chrétienne pdf

ecathmontreal.png

ecdqtv_logo.jpg

Accueil Spiritualité


Journal Missa

 Archives d'avril 2001 WeblogMissa

 4/28/2001
Sciences sociales: L´éthique, sauvegarde de tout ce qui est humain Réflexion de Jean-Paul II sur la globalisation

CITE DU VATICAN, Vendredi 27 avril 2001(ZENIT.org) - "L´éthique ne peut être la justification ou la légitimation d´un système, mais plutôt la sauvegarde de tout ce qui est humain dans un système" affirmait ce matin Jean-Paul II devant les membres de l´Académie pontificale des Sciences sociales, au terme de son assemblée plénière sur le thème de l´éthique et de la globalisation.

"L´économie de marché semble avoir conquis virtuellement le monde entier", constatait le pape, et "les marchés en tant que mécanismes d´échanges sont devenus le moyen d´une nouvelle culture". Or il se trouve que "les changements technologiques et les relations de travail se modifient trop vite pour que les cultures puissent répondre". "Le besoin de contrôler ces développements et de s´assurer que des pratiques nouvelles respectent les valeurs humaines fondamentales et le bien commun" se fait donc sentir.

C´est ce "contrôle que l´éthique peut assurer". Mais le pape met en garde contre la conception erronée que l´on pourrait se faire de l´éthique en affirmant: "L´éthique ne peut être la justification ou la légitimation d´un système, mais plutôt la sauvegarde de tout ce qui est humain dans un système".

Cette éthique est fondée sur les "valeurs humaines universelles" présentes en l´homme. "C´est à l´intérieur de l´homme en tant que tel, disait le pape, dans l´humanité universelle jaillie de la main du Créateur, que les normes de la vie sociale doivent être cherchées". Jean-Paul II affirme à la fois que "les valeurs humaines universelles existent" et qu´ "elles doivent être promues et mises en valeur comme la force principale de tout développement et de tout progrès".

C´est ce développement intégral de l´homme et de tous les hommes que la globalisation peut servir: il s´agit, invite Jean-Paul II de "promouvoir une globalisation qui sera au service de toute la personne et de tous les peuples". Car la globalisation économique n´est en elle-même "ni bonne ni mauvaise", "elle dépend de ce que les hommes en font.

Dans son discours, Jean-Paul II citait en particulier l´exemple du secteur de la science biomédicale: la désinvolture d´une recherche financée par des "groupes privés" peut trouver les législateurs non-préparés. Et l´on en arrive à voir "évaluer en termes de coûts et de bénéfice" jusqu´au capital génétique humain.

Si elle ne se fait pas au service de l´homme, la globalisation, dénonçait Jean-Paul II, peut se présenter comme un "nouveau colonialisme". Elle doit au contraire, demandait le pape, s´accompagner du respect de l´identité spécifique des peuples et de leurs traditions", et en premier de la pratique religieuse qui représente "la plus claire manifestation de la liberté de l´homme". ZF01042701
9:06:36 AM Forum

WeblogMissa

 4/23/2001
Jean-Paul II célèbre le premier "Dimanche de la miséricorde"
"Un don pour toute l´humanité"

CITE DU VATICAN, Lundi 23 avril 2001 (ZENIT.org) - Pour la première fois, le pape Jean-Paul II et l´Eglise ont célébré hier, dimanche 22 avril le "dimanche de la miséricorde": "un don pour toute l´humanité" a déclaré Jean-Paul II devant une foule de quelque 40.000 pèlerins, dont de nombreux Polonais.

Le pape Jean-Paul II a institué cette célébration de la miséricorde lorsqu´il a canonisé la mystique polonaise, soeur Faustine Kowalska, le 30 avril de l´An 2000: c´était la première sainte du Jubilé.

"La divine Miséricorde! Voilà le don pascal que l´Eglise reçoit du Christ ressuscité et qu´elle offre à l´humanité à l´aube du troisième millénaire". L´invitation consolante du Ressuscité à "ne pas avoir peur" se confondait hier, Place Saint-Pierre avec le message de "Jésus miséricordieux", lancé depuis Cracovie par soeur Faustine.

"Nayez pas peur!", telle est l´invitation du ressuscité aux disciples, lui, "l´Agneau immolé sur le Golgotha qui implore le pardon pour ses bourreaux et ouvre aux pécheurs repentis les portes du ciel". L´événement pascal, c´est là "le prodige de la miséricorde" qui a "radicalement changé le destin de l´humanité", disait le pape Jean-Paul II.

"Dans le Christ humilié et souffrant, croyants et non-croyants, continuait le pape, ne peuvent pas ne pas admirer une surprenante solidarité, qui l´unit à notre humaine condition au-delà de toute imagination".

Cet amour, explique Jean-Paul II, "se révèle et se met en oeuvre en tant que miséricorde dans notre existence quotidienne et stimule chaque personne à avoir à son tour de la "miséricorde" envers le Crucifié". "N´est-ce pas, disait-il, justement aimer Dieu et aimer le prochain, et même les ennemis en suivant l´exemple de Jésus, qui est le programme de vie de tout baptisé et de l´Eglise tout entière?"

Quant à soeur Faustine, elle a été, disait le pape "un témoin et une messagère de l´amour miséricordieux du Seigneur", elle est, soulignait le pape, un "don" non seulement pour la Pologne, mais pour "toute l´humanité". "Le message dont elle a été porteuse, expliquait le pape, constitue la réponse adéquate et incisive que Dieu a voulu offrir aux demandes et aux attentes des hommes de notre temps, marqué par des tragédies immenses. A Soeur Faustine, Jésus dit un jour: "L´humanité ne trouvera pas la paix tant qu´elle ne se tournera pas avec confiance vers la miséricorde divine".

C´est du Coeur du Christ, rappelait Jean-Paul II, que Soeur Faustine a vu deux rayons de lumière venir illuminer le monde", deux rayons qui représentent le sang et l´eau du sacrifice de la Croix, et de l´Eucharistie, l´eau du baptême, et le don de l´Esprit Saint. "C´est le flux restaurateur de l´amour miséricordieux de Dieu", qui "ne cesse de se répandre sur les hommes et sur les femmes de notre époque", insistait le pape qui lançait la fameuse invocation: "Jésus j´ai confiance en toi!", que la foule des pèlerins saluait immédiatement par des applaudissements nourris. Le pape disait espérer concrètement cette "nouvelle civilisation de l´amour": "un simple acte d´abandon suffit, disait le pape, pour briser les barrières de l´obscurité et de la tristesse, du doute et du désespoir".

Lors de la prière mariale du Regina Coeli, le pape s´adressait plus longuement que d´habitude à ses compatriotes rassemblés tant à Rome qu´à Cracovie autour du cardinal archevêque de Cracovie Macharski.

Enfin, le pape donnait à la Vierge Marie le titre de "Mère de la Miséricorde", titre qui était à nouveau salué par des applaudissements. "C´est justement grâce à la maternité de la Vierge Marie, expliquait Jean-Paul II, que la compassion de Dieu pour l´homme se communique au monde".

"Avec Soeur Faustine Kowalska, le grand message de confiance en la Miséricorde Divine traverse les souffrances du XXe siècle pour arriver jusqu´aux chrétiens du nouveau millénaire", disait Jean-Paul II lors de la canonisation de la religieuse polonaise, le 30 avril 2000 (cf. ZF000430) en présence de milliers de fidèles venus entre autres d´Italie, d´Amérique, et de l´Europe de l´est.

C´est entre les deux guerres mondiales que la jeune religieuse polonaise a reçu du Christ le message de la miséricorde. Cette spiritualité a marqué Karol Wojtyla dès sa jeunesse. Ce message n´est pas nouveau, disait Jean-Paul II, mais qu´il nous aide à vivre de manière plus intense l´Évangile de Pâques, pour l´offrir "comme un rayon de lumière aux hommes et femmes de notre temps".

Selon la demande de Soeur Faustine, le pape annonçait il y a un an que le deuxième dimanche de Pâques devenait dans le monde entier "le dimanche de la Miséricorde Divine", c´est-à-dire "une invitation permanente pour le monde chrétien à affronter, en faisant confiance à la bienveillance divine, les difficultés et les épreuves que l´humanité devra vivre dans les années à venir".

Après la récitation du Regina Coeli la foule des pèlerins s´est dirigée de la place Saint-Pierre à l´église voisine du Santo Spirito in Sassia, sanctuaire romain de la Miséricorde divine, tenu par les religieuses polonaises de la congrégation de soeur Faustine. Dès 12 h 30, les portes s´ouvraient, les pèlerins envahissaient l´église, intercédant pour le monde entier, et en quelques minutes, il était déjà difficile de circuler. Toute la journée l´église a accueilli les pèlerins du monde venus vivre à Rome cette toute première célébration. ZF01042304
8:16:06 PM Forum

WeblogMissa WeblogMissa

 4/19/2001
Nous avons reçu un email aujourd'hui du concepteur du site web Normand Barré, ptre 1929 - 1998 qui nous écrit: "Permettez-moi de vous inviter à la découverte du site à la mémoire de Normand Barré, prêtre Catholique Québécois, décédé le 23 novembre 1998. Normand Barré avait un don particulier pour dire la Bonne Nouvelle de Jésus avec des mots clairs et simples".

Pour vous donner un aperçu voici quelques extraits d'une de ses homélies d'un dimanche des vocations.

Les homélies de Normand Barré Curé de la Paroisse Ste-Anne-de-Varennes 1996-1998

Aujourd'hui, c'est le dimanche des vocations, vocation au mariage, vocation à la vie religieuse, au sacerdoce. D'ailleurs il y a quelque chose de commun entre tous ces appels que Dieu nous fait...

...Cette passion de l'unité cette passion d'un monde qui soit heureux. D'un monde qui connaisse l'amour, c'est ça la vie...

...Chu pas là pour imposer mes perceptions personnelles je suis là pour faire vivre la communion dans les positions diverses et opposées et différentes. C'est ça la vocation du prêtre. Être journaliste de la Bonne Nouvelle, être un constructeur de ponts parce que j'ai en charge la communion d'une Communauté. C'est pas toujours facile...

...peut-être on a oublié que l'église c'est nous c'est pas juste le prêtre. Parce que vous aussi vous êtes prêtre. Au moment de votre baptême, vous avez été faits rois, prophètes et prêtres. Est-ce que nous l'avons oublié ? Parce que vous aussi vous êtes des rassembleurs, vous devez êtres des rassembleurs, dans la communion. C'est ça une des charges principales d'un chrétien. Être témoin de la communion...  4:42:12 PM

WeblogMissa

 4/18/2001
Mgr Robert Beaupré P.H. ('68) décédé le 18 avril.

ARCHEVÊCHÉ DE MONTRÉAL, Mercredi 18 avril 2001 (archeveche-mtl.qc.ca) - Monseigneur Robert Beaupré, P.H., Vicaire général et coordonnateur général de la Pastorale diocésaine, est décédé ce matin à 4h00 à l'Hôpital Notre-Dame de Montréal, suite à une longue maladie.

Sa dépouille sera exposée au Salon rouge de la Cathédrale, au 1071 rue de la Cathédrale, de 14h00 à 22h00, dimanche 22 avril. La translation du corps aura lieu le lundi 23 avril à 9h00 à la Cathédrale de Montréal. Ses funérailles, présidées par le Cardinal, y seront célébrées à 11h00.  7:54:29 PM

Le pape Jean-Paul II confesse en la basilique Saint-Pierre "Nous devrons être facilement accessibles"

CITE DU VATICAN, Vendredi 13 avril 2001 (ZENIT.org) - Le pape Jean-Paul II s´est rendu disponible pour les confessions en la basilique Saint-Pierre, à midi.

Le pape fait ainsi chaque Vendredi Saint depuis la première année de son pontificat. Mais ce geste prend toute sa valeur en cette première Pâque du millénaire, au lendemain du Jubilé et surtout de la lettre aux prêtres consacrée précisément à ce sacrement.

Le pape invite en effet les prêtres du monde à venir puiser pour eux-mêmes d´abord, régulièrement et fréquemment, à cette source de la miséricorde.

Il les invite aussi à "être facilement accessibles" pour leurs confrères et pour les fidèles, de façon à ce que le renouveau du sacrement amorcé pendant le Jubilé entre vraiment dans le programme pastoral du siècle. ZF01041301   7:43:25 PM

WeblogMissa

 4/17/2001
Le 30 avril nous fêterons le premier anniversaire de la canonisation de Sr Faustine à Rome. Cette sainte a poussé jusqu'à l'extrême la pratique de la miséricorde. Même au-delà du voile, son extraordinaire mission de Miséricorde continue, comme Jésus l'avait prophétisé. En effet, par son intercession, combien de coeurs malades ont été guéris, combien de vies ressuscitées ! Le témoignage qui suit en est un exemple frappant.

L'histoire se passe en Pologne. Elle fut racontée par une religieuse polonaise, dans les années 80, à un couple français qui apportait des colis humanitaires. Ewa était une prostituée et cette nuit-là elle se trouvait dans un bois. Atteinte d'un très profond désespoir, elle n'en pouvait plus, elle était sur le point de se suicider. A cet instant crucial, une religieuse vint vers elle et se mit à lui parler avec beaucoup de douceur, lui suggérant de se rendre dans la ville voisine. Elle lui indiqua avec précision une rue dans laquelle elle trouverait une maison avec les lumières encore allumées. Elle lui demanda de s'y rendre.

Ewa trouva les choses exactement comme la religieuse les lui avait décrites, et elle sonna à la porte de cette maison. Un vieux prêtre l'accueillit, qui ne dormait pas encore. Il lui offrit l'hospitalité et le lendemain matin, elle se confessa à lui, ce qu'elle n'avait pas fait depuis sa petite enfance. C'est une douche de grâce qu'ils reçurent alors tous les deux ! Ewa décida de changer complètement de vie, elle fut éclairée de l'intérieur par l'Esprit Saint et retrouva l'espérance et la paix ! Puis le prêtre, très touché lui aussi, demanda à Ewa : "Mais qui a bien pu vous indiquer ma maison ? "

C'est alors qu'Ewa se rendit compte qu'il n'était pas très normal de rencontrer une religieuse, la nuit, en pleine forêt ! Mais elle dit toute la vérité au prêtre. Celui-ci, de plus en plus intrigué, demanda à Ewa de lui décrire l'habit de la religieuse et il lui montra des photos de religieuses habitant les couvents voisins, pour voir de quel Ordre il s'agissait. Ewa reconnut l'habit des soeurs de Notre Dame de la Miséricorde. Fort de cette information, le prêtre fit son enquête auprès de la supérieure de ce couvent, qui interrogea les soeurs : laquelle d'entre elles s'était rendue dans la forêt cette nuit-là ?? Bien sûr, aucune des soeurs ne se reconnut. Alors, le prêtre emmena Ewa au couvent pour lui présenter les soeurs, espérant qu'elle reconnaîtrait sa bienfaitrice. A peine arrivée au parloir, Ewa s'arrêta net devant un portrait accroché au mur, et s'écria : " Voilà, c'est elle ! C'est elle qui m'a parlé dans la forêt et m'a indiqué votre maison ! "

Il s'agissait du portrait de Sr Faustine, morte depuis longtemps...  9:40:32 AM

WeblogMissa

 4/16/2001
Première Fête de la Divine Miséricorde pour toute l'Eglise (22 avril 2001). Nous approchons de la première Fête "officielle" de la Divine Miséricorde pour toute l'Eglise (22 avril 2001), en ce premier Dimanche de la Miséricorde du 3ème millénaire, moment de grâce. En préparation de cette Fête, nous sommes invités à faire la Neuvaine à la Miséricorde Divine qui commence le Vendredi Saint. Au cours de cette neuvaine, nous amènerons toutes les âmes, même les plus éloignées, à la source de Miséricorde qui s'écoule du Coeur de Jésus.  11:09:04 PM

Messe chrismale: La fête du peuple de Dieu et de la "fraternité sacerdotale"
Rassemblés autour de l´autel de la confession de saint Pierre

CITE DU VATICAN, Jeudi 12 avril 2001 (ZENIT.org) - La vie du baptisé est marquée à chacune de ses étapes par "l´onction". C´est pourquoi la messe chrismale où sont bénies les saintes huiles est une "fête du peuple de Dieu", expliquait le pape Jean-Paul II dans son homélie. Et "tout baptisé, disait le pape, avant de citer l´appel à la sainteté du concile Vatican II, est appelé à louer l´amour miséricordieux de Dieu et à lui rendre témoignage par la sainteté de sa vie". C´est aussi la fête de la "fraternité sacerdotale". "Ce rite suggestif reçoit sa lumière, pour ainsi dire, du Cénacle", expliquait le pape qui se réjouissait de voir autant de prêtres et d´évêques entourer d´une couronne blanche et or, l´autel de la confession de saint Pierre. Là, comme chaque année en ce jour, ils ont renouvelé solennellement d´une seule voix leurs engagements sacerdotaux. Le pape leur adressait cette invitation: "Soyez saints afin que le peuple de Dieu qui vous est confié soit saint". Il soulignait que "parmi les célébrations de l´année liturgique, c´est celle qui manifeste davantage le lien de communion existant entre l´évêque et les prêtres et des prêtres entre eux". La célébration avait lieu ce matin en la basilique vaticane, au seuil du triduum pascal. Nous donnons ci-dessous notre traduction intégrale (non officielle, de travail) de l´homélie de Jean-Paul II.
Homélie de Jean-Paul II

1. "Spiritus Domini super me, eo quod unxerit Dominus me - L´Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m´a consacré par l´onction" (Is 61,1). Ces versets, tirés du Livre d´Isaïe, contiennent le fil conducteur de la messe chrismale. Notre attention se concentre sur l´onction, puisque, bientôt, seront bénies l´Huile des catéchumènes, l´Huile des malades et le Saint-Chrême. Nous vivons ce matin une fête singulière sous le signe de "l´huile de joie" (Ps 44,8). C´est une fête du peuple de Dieu qui arrête son regard aujourd´hui sur le mystère de l´onction marquant la vie de tout chrétien, à partir du jour de son baptême. C´est de façon spéciale notre fête à tous, chers et vénérés Frères dans le sacerdoce, nous qui avons été ordonnés prêtres pour le service du peuple chrétien. Je vous remercie cordialement pour votre présence nombreuse autour de l´autel de la confession de saint Pierre. Vous représentez le presbyterium romain, et dans un certain sens, le presbyterium du monde. Nous célébrons la messe chrismale au seuil du triduum pascal, centre et sommet de l´année liturgique. Ce rite suggestif reçoit sa lumière, pour ainsi dire, du Cénacle, c´est-à-dire du mystère du Christ prêtre qui, lors de la Dernière Cène, se consacre lui-même, anticipant le sacrifice sanglant du Golgotha. Et c´est de la table eucharistique que descend l´onction sacrée. L´Esprit divin diffuse son parfum mystique dans toute la maison (cf. Jn 12,3), c´est-à-dire l´Eglise, et fait que les prêtres participent de façon spéciale à la consécration même de Jésus (cf. Collecte).

2. "Misericordias Domini in aeternum cantabo - Je chanterai les miséricordes du Seigneur éternellement" (Refr. du Psaume). Intimement renouvelés par l´expérience jubilaire, conclue depuis peu, nous sommes entrés dans le troisième millénaire en portant dans le cœur et sur nos lèvres les paroles du psaume: "Je chanterai les miséricordes du Seigneur éternellement". Tout baptisé est appelé à louer l´amour miséricordieux de Dieu et à lui rendre témoignage par la sainteté de sa vie, et ainsi en est-il également de toute communauté chrétienne. "La volonté de Dieu, écrit l´apôtre Paul, c´est votre sanctification" (1 Thess. 4,3). Et le concile Vatican II précise: "L´appel à la pénitude de la vie chrétienne et à la perfection de la charité s´adresse à tous ceux qui croient au Christ, quels que soient leur état ou leur rang" (Lumen gentium, 40). Cette vérité fondamentale qui doit se traduire par des priorités pastorales, nous concerne avant tous nous, évêques, et vous, chers prêtres. Avant d´interpeller notre "agir", elle interpelle notre "être". "Soyez saints, dit le Seigneur, parce que je suis saint (Lv ! 19,2); mais on pourrait ajouter: soyez saints afin que le peuple de Dieu qui vous est confié soit saint. La sainteté du troupeau ne découle pas de celle du pasteur, mais elle est favorisée par celle-ci, elle en est encouragée et elle s´en nourrit. J´ai écrit, dans la Lettre que, comme chaque année, j´ai adressée aux prêtres à l´occasion du Jeudi Saint: cette "journée spéciale de notre vocation, nous invite à réfléchir surtout sur notre "être" et en particulier sur notre chemin de sainteté. C´est de ce dernier que découle aussi l´élan apostolique" (n. 6). J´ai voulu mettre l´accent sur le fait que la vocation sacerdotale est "mystère de miséricorde" (n. 7). Comme Pierre et Paul, sachons nous reconnaître indignes d´un si grand don. C´est pourquoi, devant Dieu, nous ne cessons d´éprouver stupéfaction et reconnaissance pour la gratuité de son choix, pour la confiance qu´il place en nous, pour le pardon qu´il ne nous refuse jamais (cf. n. 6).

3. C´est dans cet esprit, chers frères, que nous allons bientôt renouveler nos promesses sacerdotales. C´est un rite qui revêt toute sa valeur et toute sa signification justement en tant qu´expression du chemin de sainteté auquel le Seigneur nous a appelés sur le chemin du sacerdoce. C´est un chemin que chacun parcourt de façon très personnelle, connue de Dieu seul, lui qui scrute et connaît les cœurs. Cependant, dans la liturgie d´aujourd´hui, l´Eglise nous offre la consolante possibilité de nous unir, de nous soutenir les uns les autres au moment où nous répétons d´une seule voix: "Oui, je le veux!" Cette solidarité fraternelle ne peut pas ne pas se transformer en un engagement concret à porter les fardeaux les uns des autres, dans les circonstances ordinaires de la vie et du ministère. S´il est vrai en effet que personne ne peut devenir saint à la place d´un autre, il est aussi également vrai que chacun peut et doit le devenir avec et par les autres, sur le modèle du Christ. La sainteté personnelle ne se nourrit-elle pas de cette "spiritualité de communion" qui doit toujours précéder et accompagner les initiatives concrètes de la charité? (cf. Novo millennio ineunte, 43). Pour y éduquer les fidèles, il nous est demandé à nous, pasteurs, d´en donner un témoignage cohérent. En ce sens, la messe chrismale devient extraordinairement éloquente. De fait, parmi les célébrations de l´année liturgique, c´est celle qui manifeste davantage le lien de communion existant entre l´évêque et les prêtres et des prêtres entre eux: elle est un signe que le peuple chrétien attend et apprécie avec foi et affection.

4. "Vos autem sacerdotes Domini vocabimini, ministri Dei nostri, dicetur vobis - Vous serez appelés prêtres du Seigneur, ministres de notre Dieu" (Is 61,6). C´est en ces termes que le prophète Isaïe s´adresse aux Israélites, en prophétisant les temps messianiques, où tous les membres du peuple de Dieu devaient recevoir la dignité sacerdotale, prophétique et royale, par l´opération du Saint Esprit. Tout cela s´est réalisé dans le Christ par la Nouvelle Alliance. Jésus transmet à ses disciples l´onction reçue du Père, c´est-à-dire le "baptême dans l´Esprit Saint" qui le constitue Messie et Seigneur. Il leur communique ce même Eprit; son mystère de salut étend ainsi son efficacité jusqu´aux extrémités de la terre. Aujourd´hi, chers Frères dans le sacerdoce, faisons mémoire, avec gratitude, de l´onction sacramentelle que nous avons reçue, et en même temps, renouvelons notre engagement à diffuser toujours et en tout lieu le bon parfum du Christ (cf. Oraison après la communion). Que nous soutienne la Mère du Christ, Mère de Prêtres, à laquelle les Litanies s´adressent avec ce titre de "Vase spirituel". Que Marie obtienne pour nous, fragiles vases d´argile, d´être comblés de l´onction divine. Qu´elle nous aide à ne jamais oublier que l´Esprit du Seigneur nous "a envoyés annoncer aux peuples le joyeux message". Dociles à l´Esprit du Christ, nous serons les ministres fidèles de son Evangile. Toujours. Amen!"

ZF01041201  10:40:59 PM

WeblogMissa

 4/15/2001
Joyeuses Pâques ! La lumière de la Pâque fait découvrir le grand enseignement contenu dans la Passion Homélie du Pape Jean-Paul II lors du Dimanche des Rameaux, XVI Journée mondiale de la Jeunesse   8:51:52 AM

WeblogMissa

 4/14/2001
Samedi Saint Méditations du cardinal Jean-Marie Lustiger ROME, Jeudi 12 avril 2001 (ZENIT.org) - "Prier les jours saints", c´est sous ce titre que les méditations du cardinal Jean-Marie Lustiger pour la "grande semaine" sont publiées par le site (cef). Nous reprenons ci-dessous la méditation pour le Samedi Saint, seul jour a-liturgique de l´année. L´intégralité du texte est publié dans l´hebdo de l´Eglise de Paris: "Paris-Notre Dame" (Contact: ++ 33 (0)1 56 56 44 11). Samedi Saint "Du Vendredi Saint à Pâques s´installe ce jour "vide", à ne pas escamoter. Entre la Passion et la Résurrection, la liturgie maintient vide de tout acte liturgique ce temps où, selon le "Symbole des Apôtres", le Christ descend aux "Enfers", le séjour des morts, et récapitule l´Histoire. Spirituellement, c´est le moment où l´Eglise elle-même vit, après la mort de son Seigneur, sa propre passion. Au "Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m´as-tu abandonné ?" prononcé par Jésus sur la croix, correspond, pour la vie de l´Eglise, ce Samedi Saint où la Croix, dévoilée, est nue, où aucune Eucharistie ne peut être célébrée. L´Eglise, en deuil, prie son Seigneur absent, avant que n´éclate dans la nuit du Samedi Saint la splendeur de la Résurrection dans le sacrement baptismal. Lier le Vendredi Saint à Pâques en supprimant ce temps intermédiaire, ce temps du silence et de l´absence du Samedi Saint, cette distance et ce vide comme disent les mystiques, c´est mal comprendre le mystère de la Passion et de la Résurrection. On mesure mieux le sérieux, la gravité, mais aussi la grandeur du salut quand on saisit comment le silence et l´absence, dans le mystère de la Rédemption, sont constitutifs du salut. Voilà pourquoi ce Samedi Saint est un jour a-liturgique".  5:23:45 PM

Le pape Jean-Paul II confesse en la basilique Saint-Pierre "Nous devrons être facilement accessibles" CITE DU VATICAN, Vendredi 13 avril 2001 (ZENIT.org) - Le pape Jean-Paul II s´est rendu disponible pour les confessions en la basilique Saint-Pierre, à midi. Le pape fait ainsi chaque Vendredi Saint depuis la première année de son pontificat. Mais ce geste prend toute sa valeur en cette première Pâque du millénaire, au lendemain du Jubilé et surtout de la lettre aux prêtres consacrée précisément à ce sacrement. Le pape invite en effet les prêtres du monde à venir puiser pour eux-mêmes d´abord, régulièrement et fréquemment, à cette source de la miséricorde. Il les invite aussi à "être facilement accessibles" pour leurs confrères et pour les fidèles, de façon à ce que le renouveau du sacrement amorcé pendant le Jubilé entre vraiment dans le programme pastoral du siècle. ZF01041301  4:59:36 PM

Première Fête de la Divine Miséricorde pour toute l'Eglise (22 avril 2001). Nous approchons de la première Fête "officielle" de la Divine Miséricorde pour toute l'Eglise (22 avril 2001), en ce premier Dimanche de la Miséricorde du 3ème millénaire, moment de grâce. En préparation de cette Fête, nous sommes invités à faire la Neuvaine à la Miséricorde Divine qui commence le Vendredi Saint. Au cours de cette neuvaine, nous amènerons toutes les âmes, même les plus éloignées, à la source de Miséricorde qui s'écoule du Coeur de Jésus.  9:56:40 AM

WeblogMissa

 4/13/2001
Lettre/prêtres: La redécouverte du sacrement, au programme du millénaire "Nous devrons être facilement accessibles" CITE DU VATICAN, Jeudi 12 avril 2001 (ZENIT.org) - La redécouverte du sacrement de la récnonciliation doit faire partie du programme pastoral du nouveau millénaire, soulignait Mgr Csaba Ternyak, Secrétaire de la congrégation pour le Clergé, lors de la présentation de la lettre du pape aux prêtres le 4 avril dernier. "Nous devrons être facilement accessibles", affirmait Mgr Ternyak. Il encourageait l´adoption de mesures très concrètes pour favoriser la confession fréquente des prêtres mais aussi leur disponibilité à confesser les fidèles, y compris les enfants se préparant à la première communion. S´appuyant sur la redécouverte du sacrement amorcée au cours des célébrations du Jubilé, à Rome et dans tous les sanctuaires du monde, Mgr Ternyak insistait sur la "nécessité" pour les prêtres de s´efforcer de redonner tout son lustre à ce sacrement, ce qui suppose une grande "disponibilité". Il soulignait aussi l´impact qu´a eu sur l´opinion publique de la demande de pardon célébrée le 12 mars 2000 en la basilique Saint-Pierre: un geste qui appelle, explique-t-il, une démarche personnelle de la part des fidèles, le péché personnel ayant "toujours aussi une incidence sociale". "Donc, par la lettre de ce Jeudi saint le Saint-Père, continuait Mgr Ternyak, avec une affection profonde pour tous les prêtres, leur indique que leur propre vie et la "programmation" pastorale pour le nouveau millénaire part de la pleine remise en valeur du sacrement de la pénitence. Sacrement qui jette une lumière de vitalité, de fraîcheur, et infuse des énergies nouvelles et saines dans la mission de l´Eglise". "Si nous voulons être pratiques, ajoutait Mgr Ternyak, nous devrons, sur notre agenda, prévoir surtout des rythmes réguliers pour notre confession fréquente. Nous devrons prêcher et parler davantage de la confession, nous devrons établir un horaire privilégié et généreux pour écouter les confessions de nos confrères et des fidèles. Et dans ce but nous devrons être facilement accessibles. Nous devrons aussi préparer avec beaucoup de soin le chemin des petits vers la confession, dès la préparation à la première communion. Peut-être pourrions nous réfléchir au fait qu´une petite lumière au confessionnal constitue déjà un signe de la miséricorde et une invitation d´où pourraient naître de grandes choses". Mgr Ternyak concluait en revenant au Christ: "Tout ce qui est bon et qui convient à notre état doit être fait, mais la priorité doit être réservée aux instruments directs de sanctification, parce que l´Eglise n´est dans l´histoire que pour prolonger la présence de Jésus Christ, unique Sauveur de tout homme".

WeblogMissa

 4/12/2001
Première Fête de la Divine Miséricorde pour toute l'Eglise (22 avril 2001). Nous approchons de la première Fête "officielle" de la Divine Miséricorde pour toute l'Eglise (22 avril 2001), en ce premier Dimanche de la Miséricorde du 3ème millénaire, moment de grâce. En préparation de cette Fête, nous sommes invités à faire la Neuvaine à la Miséricorde Divine qui commence le Vendredi Saint. Au cours de cette neuvaine, nous amènerons toutes les âmes, même les plus éloignées, à la source de Miséricorde qui s'écoule du Coeur de Jésus.   11:04:02 PM

 Archives depuis le 7 octobre 2017 | Journal Missa sur Typepad |
 Archives 2017 | 01-10 |
 Archives 2016 | 01-12 |
 Archives 2015 | 01-12 |
 Archives 2014 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2013 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2012 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2011 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2010 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2009 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2008 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2007 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2006 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2005 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2004 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2003 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2002 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2001 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 |




© 1996-2017 missa.org Tous droits réservés | Réalisation
Version pour
imprimante  Imprimer
Commentaires
Recommander
Menu