www.missa.org

Liturgie du jour

Actualités

Vocation sacerdotale

Calendrier liturgique

Dans la prière, tirez le nom d'un saint



webmstr

mismenuann

Prières usuelles

Le Rosaire

Le sacrement de réconciliation et le dialogue avec un prêtre

La confession

Liturgie des heures

Lectionnaire

Comment m'engager dans ma communauté chrétienne pdf

ecathmontreal.png

ecdqtv_logo.jpg

Accueil Spiritualité


Journal Missa

 Archives de mars 2005 Journal Missa

 Mardi le 29 mars 2005
Ministry potential discerner
2:47:36 PM
Fête du chapelet 2005 : lundi le 4 avril à 19 h 30 à la Basilique Notre-Dame sous la présidence de Monsieur le cardinal Jean-Claude Turcotte.
2:15:28 PM
Le discernement du Magistère comme diaconie de la vérité
10:30:05 AM
Marche pour le Mariage samedi le 9 avril à Ottawa de 12H00 à 16H00 march4marriage.ca

Les votes depuis 1999 de vos Membres du Parlement sur les questions de vie et de famille

Écrivez à votre député
10:06:21 AM
Lectionnaire : La communauté s'augmenta ce jour-là d'environ trois mille personnes - Le plan du Seigneur demeure pour toujours, les projets de son coeur subsistent d'âge en âge - Va plutôt trouver mes frères pour leur dire que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu.
9:32:09 AM
Regarde-moi...
9:23:19 AM
Considérations à propos des projets de reconnaissance juridique des unions entre personnes homosexuelles - Congrégation pour la Doctrine de la Foi
9:02:55 AM
...one day another telephone call came from the Vatican-again entirely unforeseen. On the line was the Press Secretary for the Holy See, Dr. Joaquín Navarro-Valls, a very efficient, cordial, friendly Spanish psychiatrist who had gone into journalism and who had been one of the staunchest supporters of the interview. Dr. Navarro-Valls was the bearer of a message that (he assured me) had surprised even him. The Pope, he said, sent him to say: "Even if there wasn't a way to respond to you in person, I kept your questions on my desk. They interested me. I didn't think it would be wise to let them go to waste. So I thought about them and, after some time, during the brief moments when I was free from obligations, I responded to them in writing. You have asked me questions, therefore you have a right to responses....I am working on them. I will let you have them. Then do with them what you think is appropriate." Once again John Paul II confirmed his reputation for being "the Pope of surprises"-an attribute that has characterized him from the time of his election, which upset all predictions. One day at the end of April 1994, during a meeting in my house with Dr. Navarro-Valls, he pulled from his briefcase a big white envelope. Inside was the text I had been told about, straight from the hands of the Pope himself. He had vigorously underlined many points-which the reader will find italicized in the text, according to the instructions of the author. Likewise, the space breaks separating one paragraph from another are also preserved. The title of the book was chosen by John Paul II. He wrote it himself on the cover of the folder containing his manuscript, specifying, however, that this was only a suggestion and that he would leave it up to the editors to make the final decision on the book's title. We decided to keep his title exactly as written because we realized that it perfectly identified the heart of the message these pages convey. Above all else, the pages that follow make it clear that this is a Pope who is impatient in his apostolic zeal; a shepherd to whom the usual paths always seem insufficient; who looks for every means to spread the Good News to men; who-evangelically-wants to shout from the rooftops (today crowded with television antennae) that there is hope, that it has been confirmed, that it is offered to whoever wants to accept it. Even a conversation with a journalist is valued by this Pope as part of the tradition of Paul in the First Letter to the Corinthians: "I have become all things to all, to save at least some. All this I do for the sake of the gospel, so that I too may share in it" (1 Cor 9:22-23).
8:59:05 AM

Journal Missa

 Lundi le 28 mars 2005
Le respect des droits individuels - Pour tenir compte de tout le réel social, humain, familial, écologique, philosophique, religieux, métaphysique, psychologique, culturel, artistique, technique, matériel, spirituel, etc., etc., on doit inévitablement, et incontournablement toujours se référer et revenir éventuellement : politiquement et légalement à l'ordre naturel des choses. Sinon une vérité, bonne en elle-même, comme durant cette époque contemporaine le sont les droits individuels, qui serait subjectivement déconnectée de sa mission dans la hiérarchie des valeurs, relative à l'ensemble des contingences dans lesquelles nous évoluons et vivons, tyranisera inévitablement d'autres vérités ou valeurs, qui sont pourtant toutes ensemble importantes et nécessaires à notre épanouissement humain ensemble. Il nous faut sans cesse reprendre cent fois sur le métier notre ouvrage... pour tenter de garder une vue d'ensemble, il faut re-prendre du recul, y regarder deux fois, trois fois. Le mot respect vient du latin re-specto et signifie voir à nouveau, re-voir, re-prendre, re-fléchir, re-ajuster, re-specter. On doit respecter les droits individuels, mais on ne doit pas perdre notre vue d'ensemble... les droits des uns doivent cohabiter avec les droits des autres, et la valeur relative des droits de chacun doit être respectée, c'est à dire regardée par 2 fois. Certains droits auront nécessairement naturellement priorité sur d'autres droits par la force des choses, vouloir nier ou ne pas re-specter l'ordre naturel c'est faire passer les droits individuels de quelques-uns avant les droits et les besoins essentiels d'autres et mettre en péril la survie de l'ensemble. On peut donner beaucoup d'exemples de la hiérarchie naturelle de droits individuels relatifs à des droits de l'ensemble ou des droits de la nature. Je peux par exemple, ne pas tenir compte d'un feu de circulation, mais sachant qu'un carnage peut en résulter,  je restreints volontairement mon droit individuel à la libre circulation. Je peux défier les lois de la nature en sautant de 10,000 pieds d'un avion sans parachute, mais sachant que je ne survivrai pas, je tiens compte de mes limites naturelles et je respecte ce qu'il est nécessaire de faire pour éliminer tout risque de me blesser. Un lecteur de Missa nous a envoyé une traduction française d'un texte qui amène à réfléchir : des droits individuels ont-ils le droit de tyraniser la dissension ?
3:51:08 PM
La Cupidité ou l'avarice - La dépendance affective - La Gourmandise - L'Angoisse - Le Mensonge - L'Ennui ou la dépression spirituelle (l'acédie)
11:31:37 AM

Journal Missa

 Vendredi le 25 mars 2005
Neuvaine à la Miséricorde Divine

Cette neuvaine s'effectue du Vendredi Saint au Dimanche de la Miséricorde (dimanche suivant Pâques). Elle a été demandée par Jésus à Soeur Faustine.

"Je désire - dit Jésus à Soeur Faustine - que durant neuf jours, tu amènes les âmes à la source de ma miséricorde, afin qu'elles puisent force et fraîcheur, ainsi que toutes les grâces dont elles ont besoin dans les difficultés de la vie et particulièrement à l'heure de la mort. Chaque jour tu amèneras un groupe d'âmes différent et tu les plongeras dans l'océan de ma miséricorde. Et moi, je ferai entrer toutes ces âmes dans la demeure de mon Père (...). Et chaque jour, par ma douloureuse passion, tu solliciteras de mon Père des grâces pour ces âmes". (1209)
6:09:35 PM
"Eux (les Apôtres) qui n'avaient jamais fréquenté les villes et leurs assemblées, comment ont-ils pu songer à se mobiliser contre la terre entière ? Ils étaient craintifs et sans courage : celui qui a écrit sur eux le montre bien, lui qui n'a voulu ni excuser ni cacher leurs défauts. C'est là une preuve très forte de vérité. Que dit-il donc à leur sujet? Quand le Christ fut arrêté, après avoir fait d'innombrables miracles, la plupart s'enfuirent, et celui qui était leur chef de file ne resta que pour le renier."

"Ces hommes étaient incapables de soutenir l'assaut des Juifs quand le Christ était vivant. Et lorsqu'il fut mort et enseveli, alors qu'il n'était pas ressuscité, qu'il ne leur avait donc pas adressé la parole pour leur rendre courage, d'où croyez-vous qu'ils se seraient mobilisés contre la terre entière ? Est-ce qu'ils n'auraient pas dû se dire : "Qu'est-ce que cela? Il n'a pas été capable de se sauver lui-même, et il nous protégerait? Quand il était vivant, il n'a pas pu se défendre, et maintenant qu'il est mort, il nous tendrait la main ? Quand il était vivant il n'a pu se soumettre aucune nation, et nous allons convaincre la terre entière en proclamant son nom ? Comment ne serait-il pas déraisonnable, non pas même de le faire, mais seulement d'y penser ?"

"La chose est donc évidente : s'ils ne l'avaient pas vu ressuscité et s'ils n'avaient pas eu la preuve de sa toute-puissance, ils n'auraient pas pris un risque pareil."

Saint Jean Chrysostome
Homélie sur 1 Co 4.3.4, dans la Patrologie grecque, 61, 34-36.

6:02:02 PM

Journal Missa

 Mardi le 22 mars 2005
Honore ton père et ta mère afin que tes jours se prolongent sur la terre que te donne ton Dieu - Quel est le sens du mot "honorer" dans ce commandement ?...est-ce que c'est : "soumets-toi nécessairement à tes parents" ou "sois bête et obéissant" ?... Non, l'honneur que l'on proclame ou l'autorité que l'on reconnaît ne seront toujours dûs qu'à Dieu seul, et ensuite par filiation divine seulement à ceux dont la vie est Agapè. "Qui sont ma mère et mes frères ?" Et parcourant du regard ceux qui étaient assis en cercle autour de lui, il dit :"Voici ma mère et mes frères. Quiconque fait la volonté de Dieu, voilà mon frère, ma soeur, ma mère." (Mc 3, 33-34) L'enfant doit donc honorer ses parents seulement en vertu de la conformité de leurs actes à la volonté de Dieu, sinon il y aurait évidemment contradiction entre les lois divines. Aucune autre expectative d'honneur de la part de parents ne pourrait s'appuyer sur la loi divine. Dieu ne donne donc pas aux parents dans ce commandement : un sauf-conduit à une subjectivité parentale déconnectée de l'évangile, ni une assurance-honneur tous risques, ou une déclaration de grâce d'infaillibilité intellectuelle ou émotive parentale, ou un état de fait de servilité relative des enfants face à leurs parents, Dieu n'y canonise pas les parents; mais il instruit les enfants que dans la mesure où leurs parents respecteront fidèlement Sa volonté, qu'Il est là et qu'Il se réjouit et qu'Il bénit cette relation participante à la circumincession divine. Si nos parents honorent Dieu "en esprit et en vérité", on a donc une mission de kabed (rendre lourd, pesant) donner du poids à nos parents, de leur témoigner publiquement de l'honneur à cause de cet honneur qu'ils rendent eux-mêmes à Dieu. C'est donc la responsabilité des enfants d'honorer et d'imiter ce qui est bon dans leurs parents, le degré de cet honneur n'est donc pas une prérogative des parents mais est mérité par eux, et cet honneur révèle la gloire de Dieu. L'honneur véritable, kabed, ne revient en fin de compte qu'aux parents qui comme Saint Paul n'ont pour seul souci : " ...oubliant le chemin parcouru et tout tendu vers l'avant, je m'élance vers le but, en vue du prix attaché à l'appel d'en haut que Dieu nous adresse en Jésus-Christ" (Ph 3,13-14) car plus ils sont honorables moins ils se préoccuperont d'être honorés.
5:58:24 PM
Pour "agir" dans l'Eglise, il faut apprendre à "être" en adoration avec Jésus Eucharistie
2:15:14 PM

Journal Missa

 Dimanche le 20 mars 2005
Marguerite Marie Teilhard de Chardin (1883†1936) : "L'énergie spirituelle de la souffrance ".
7:35:30 AM
Lectionnaire :je ne serai pas confonduau Nom de Jésus, aux cieux, sur terre et dans l'abîme, tout être vivant tombe à genouxdes chiens me cernent - malheureux l'homme par qui le Fils de l'homme est livré
7:27:33 AM

Journal Missa

 Samedi le 19 mars 2005
Saint Joseph, époux de la Vierge Marie : un homme de grand courage.
10:43:58 PM
 Lettre du Saint-Père aux Prêtres à l'occasion du Jeudi Saint 2005
10:25:21 PM
Ils ne vont plus se souiller avec leurs idoles et leurs horreurs, avec toutes leurs révoltes. -  mon peuple se rassasie de ma bonté - Si nous continuons à le laisser agir, tout le monde va croire en lui, et les Romains viendront détruire notre Lieu saint et notre nation. » Alors, l'un d'entre eux, Caïphe, qui était grand prêtre cette année-là, leur dit : « Vous n'y comprenez rien ; vous ne voyez pas quel est votre intérêt : il vaut mieux qu'un seul homme meure pour le peuple, et que l'ensemble de la nation ne périsse pas. » ...A partir de ce jour-là, le grand conseil fut décidé à le faire mourir. C'est pourquoi Jésus ne circulait plus ouvertement parmi les Juifs ; il partit pour la région proche du désert, dans la ville d'Éphraïm où il séjourna avec ses disciples.
10:23:10 PM

Journal Missa

 Vendredi le 18 mars 2005
Celui qui donne un bon conseil, construit d'une main, celui qui conseille et donne l'exemple, à deux mains, mais celui qui donne de bonnes leçons et un mauvais exemple construit d'une main et détruit de l'autre.  Francis Bacon (1561-1626)
2:22:34 PM
XXe Journée Mondiale de la Jeunesse le 20 mars à Montréal - Près de 1000 jeunes du diocèse de Montréal sont attendus le dimanche 20 mars à 13 h 30 à l'Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal afin de célébrer la XXe Journée Mondiale de la Jeunesse. Les activités débuteront à 13 h 30 par une animation et une catéchèse prononcée par l'abbé Alain Roy, directeur du Service de pastorale liturgique à l'Archevêché de Montréal, et le Père Emmett John (Père Pops), responsable de l'organisme Le Bon Dieu dans la rue. Vers 15 h 30, les jeunes se rendront en procession jusqu'à la Cathédrale Marie-Reine-du-Monde où les attendra le cardinal Jean-Claude Turcotte pour la célébration de la messe du dimanche des Rameaux à 17 h. A partir de l'Oratoire, le cortège empruntera la rue du Frère-André vers l'est, le Chemin de la Côte-des-Neiges vers le sud, la rue Guy vers le sud et le boulevard René-Lévesque vers l'est, jusqu'à la cathédrale Marie-Reine-du- Monde, angle René-Lévesque et Mansfield. L'arrivée à la cathédrale est prévue à 16 h 45. Vers Cologne (Allemagne) en août 2005. Célébrée pour la troisième année consécutive dans le diocèse de Montréal, la Journée Mondiale de la Jeunesse précède le prochain rassemblement mondial des jeunes qui aura lieu en août prochain à Cologne en Allemagne. Près de 700 jeunes du diocèse de Montréal y sont déjà inscrits.
8:52:34 AM

Journal Missa

 Jeudi le 17 mars 2005
Franz-Olivier Giesbert, directeur de l’hebdomadaire « Le Point » - Faites comme si le monde avait été créé ce matin. ...Pourquoi faudrait-il que le Vatican réécrive les Dix Commandements de Moïse, tous les dix ans, au gré des dernières enquêtes d’opinion ?... L’Eglise n’est plus le centre du monde, mais son point de repère. Elle doit accepter d’être prise à partie par la presse. J’ose dire que c’est même souvent bon signe. Elle doit seulement, chaque fois qu’il le faut, rectifier, démentir ou rétablir les faits. ...Même s’il lui faut préserver le sacré, l’Eglise n’a, pour le reste, rien à cacher. ... j’ai aimé que le texte « Aetatis Novae », rédigé par la commission pontificale des moyens de communications sociales, ait dénoncé, en son temps, la montée des monopoles, la dictature de l’audimat ou la loi de l’argent ... Vous n’êtes pas obligé de répondre au premier coup de sifflet de l’animateur de télévision qui vous placera entre une prostituée reconvertie dans la chanson et un champion de football drogué avant de vous demander de répondre en dix secondes, pas une de plus, à sa question rituelle : « Et Dieu dans tout ça ? » Mais vous devez témoigner partout où on a besoin de vous, sous peine de donner raison à Julien Green qui écrivait, révolté : « Il est effrayant de voir à quel point le catholicisme dérange peu la vie des hommes. »
10:04:03 PM
Mgr Blazquez Perez... la célébration de l’Eucharistie le dimanche. C’est le cœur de l’Eglise. C’est le centre, le point d’appui, le but, la racine de la vie de l’Eglise et de la pastorale de chaque prêtre et de chaque évêque. Nous voulons que ce soit mis clairement en relief. ...il faut soigner cette communauté de la foi afin qu’elle puisse être solide et être ferment de notre monde.
9:50:14 PM
La vocation de l’homme dans ce monde « passe par Jésus Christ en qui se rencontre la pleine vérité » - (Cardinal brésilien Hummes) Dans le service que l’Eglise est appelée à rendre aux hommes, à tous les hommes, elle suit l’exemple du Christ qui se présente comme serviteur ... L’Eglise soutient et favorise les efforts pour réaliser le plein développement de la personnalité de l’être humain dans la promotion de ses droits fondamentaux, sa dignité, sa liberté ...sa tâche essentielle est d’aider l’homme à rencontrer la vérité plénière de l’être humain... l’Eglise, doit constamment exercer le dialogue, car c’est là la méthode la plus importante pour les relations et la construction de la société ... Un dialogue courageux, ouvert, franc, sensible et humble ; un dialogue avec l’homme contemporain, avec la raison humaine, la science, les progrès de la biotechnologie, avec la philosophie, la culture, avec la politique et l’économie, avec tous ceux qui entendent défendre les droits de l’homme, la justice sociale et la solidarité avec les pauvres... Un dialogue qui sache pardonner, débattre, discerner, assimiler ce qui peut être proposé de bon, de vrai, de juste, de digne humainement, à l’interlocuteur...un dialogue qui, en même temps, sache annoncer la vérité dont l’Eglise est dépositaire et dont elle est fière...dans la résurrection nous retrouverons tout ce qui s’est fait de bon, de juste, et de beau au cours de l’histoire, mais purifié de tout le mal, de toutes les blessures... Voilà une Eglise qui veut dialoguer avec le monde, ne veut pas juger le monde mais le sauver, veut être à son service. Cette parole de Jésus dit : « Je ne viens pas pour condamner le monde, pour juger le monde, mais pour le sauver »
9:46:18 PM
Justice et paix sont inséparables : Une paix véritable sur la terre comporte en effet la ferme détermination de respecter les autres, individus et peuples, dans leur dignité et la constante volonté d’augmenter la fraternité entre les composantes de la famille humaine.  La paix est œuvre de la justice.
9:36:18 PM
Lectionnaire : - Abram tomba la face contre terre et Dieu lui parla ainsi : « Voici l'Alliance que je fais avec toi : tu deviendras le père d'un grand nombre de peuples. Au lieu d'être appelé Abram, comme jusqu'ici, ton nom sera désormais Abraham, car je fais de toi le père d'un grand nombre de peuples. Je te ferai porter des fruits à l'infini, de toi je ferai des peuples, et des rois sortiront de toi. J'instituerai mon Alliance entre moi et toi, et après toi avec ta descendance, de génération en génération ; ce sera une Alliance perpétuelle par laquelle je serai ton Dieu, et celui de ta descendance après toi.  - ...souvenez-vous des merveilles qu'il a faites, de ses prodiges  - ...avant qu'Abraham ait existé, moi, JE SUIS
12:16:04 PM
Saint Patrick (†461), apôtre de l'Irlande.
12:08:32 PM
Place à la jeunesse lors du dimanche des Rameaux - Quatre mille jeunes Canadiens se rendront aux JMJ de Cologne

(CECC - Ottawa)... Partout dans le monde, le 20 mars prochain, de jeunes catholiques se réuniront afin de célébrer la Journée mondiale de la jeunesse (JMJ) qui a lieu, chaque année, lors du dimanche des Rameaux. Plusieurs diocèses canadiens souligneront cet événement par des célébrations spéciales en compagnie de nombreux jeunes.

Depuis sa mise en place, en 1985, par le pape Jean-Paul II, la JMJ se déploie sous deux formes : celle des grands rassemblements annuels qui se tiennent, le dimanche des Rameaux, sur la place Saint-Pierre à Rome et dans les diocèses et, celle - plus visible et spectaculaire - des rencontres internationales auxquelles les jeunes du monde entier sont conviés par le Saint-Père, à tous les deux ou trois ans, comme ce fut le cas à Toronto, en 2002. L’année 2005 sera marquée par une telle rencontre qui se déroulera, à Cologne, en Allemagne, du 16 au 21 août.

Le Canada participera activement aux JMJ de Cologne puisque près de 4000 jeunes y sont déjà inscrits. Comme en témoigne l’engouement des Journées mondiales de la jeunesse antérieures, il existe peu d’événements aussi rassembleurs : plus d’un million de jeunes, à Paris, en 1997 ; plus de 2 millions, à Rome, en 2000 ; et plus de trois millions, à Manille, en 1995.

La plupart des activités aura lieu dans les villes de Cologne, Bonn et Düsseldorf, du 16 au 21 août, mais un bon nombre de pèlerins seront d’abord accueillis, du 11 au 15 août, dans les diocèses d’Allemagne qui, chacun, aura alors son programme d’activités particulières.

Malgré les récents revers de santé qui l’ont affecté, le pape Jean-Paul II compte toujours se joindre à la fête.

JMJ2005 - Canada
JMJ 2005 - Site web officiel

12:00:31 PM
" Deux amours ont donné naissance à deux cités : la cité terrestre procède de l'amour de soi porté jusqu'au mépris de Dieu; la cité céleste procède de l'amour de Dieu porté jusqu'au mépris de soi." Saint Augustin

Hédonisme ou Christianisme ? Maintenant que les idéologies homicides comme le communisme; le fascisme et le nazisme ont révélé leurs horreurs et déçu les masses, le plus insidieux des adversaires s'appelle l'hédonisme. Ce livre résume l'expérience du chirurgien-gynécologue, engagé, dès 1966, dans la contraception, la stérilisation, puis en 1975 dans l'I.V.G. Il décrit la philosophie maçonnique, qui a inspiré ces choix et ceux de la société française. L'hédonisme sous-jacent est la priorité accordée au plaisir et à la liberté sans frein, au mépris de toute morale, naturelle ou chrétienne. C'est une pente dangereuse vers l'euthanasie, l'utilisation libre des drogues, la délinquance sexuelle, la délinquance tout court. Comme toutes les sociétés connaissent des périodes de décadence, unissons nos forces pour faire à nouveau de la France un modèle de civilisation.

Humanum Genus ...la secte des francs-maçons n'a pas le droit de se dire étrangère à leurs attentats, puisqu'elle favorise leurs desseins et que, sur le terrain des principes, elle est entièrement d'accord avec elles. ... arrachez à la franc-maçonnerie le masque dont elle se couvre et faites la voir telle qu'elle est.

Remèdes à la Luxure - Toutes nos maladies spirituelles sont autant de formes de servitude. La luxure jette l'âme dans de profondes ténèbres : elle ne peut en sortir que si la lumière de Dieu l'effleure, par manière d'appel, et si elle permet à cette douce lumière de pénétrer de plus en plus en elle.

Le but de la vie chrétienne - La prière, le jeûne, les veilles et autres activités chrétiennes, aussi bonnes qu'elles puissent paraître en elles-mêmes, ne constituent pas le but de la vie chrétienne, tout en aidant à y parvenir. Le vrai but de la vie chrétienne consiste en l'acquisition du Saint-Esprit de Dieu. Le Saint-Esprit recrée dans la joie tout ce qu'il effleure.
11:43:13 AM
Adoration eucharistique perpétuelle Mère Teresa de Calcutta disait: «Ce n'était pas avant 1973, année où nous avons commencé l'heure sainte quotidienne, que notre communauté s'est mise à croître et à fleurir.» - Je supplie la Vierge Marie de toucher le coeur de tous les curés de paroisse, pour qu'ils établissent l'adoration eucharistique perpétuelle dans leur paroisse, et que cela se répande dans le monde entier. (Mère Teresa) - Fruits

Adoration dans votre diocèse
8:47:09 AM

Journal Missa

 Mercredi le 16 mars 2005
Soeur Lucie m’a demandé de prier pour l’unité des chrétiens
4:13:16 PM
Da Vinci Code un "château de mensonges"

Le Vatican critique vivement le best-seller de Dan Brown Da Vinci Code (reportage de Radio-Canada)

L’archevêque de Gênes, le cardinal Tarcisio Bertone, promeut le 16 mars un débat sur le récent succès de librairie « Code Da Vinci » pour mettre au clair les idées fausses véhiculées par le livre. (ZENIT)

Des internautes ont remarqué depuis quelques mois que la facture graphique des sites web da-vinci-code.org et francmacon.org est la même snapshot jpg.

La franc-maconnerie : depuis 250 ans elle imprègne progressivement et profondément les idées et les législations de tous les pays : laïcité, clubisme, divorce, contraception, avortement , p.a.c.s , dépénalisation des drogues, euthanasie... Elle prétend rechercher la vérité, mais prône le relativisme : pour elle il n’y a pas une mais des vérités, tant sur le plan religieux que sur le plan moral. Elle prétend donner la « lumière » à ses initiés, alors qu’elle oeuvre dans le secret des loges et qu’elle refuse de reconnaître que Jésus est la Lumière, la Vérité et la Vie. Livres de Maurice Caillet

Lettre encyclique Humanum Genus de S. S. le pape Léon XIII condamnant le relativisme philosophique et moral de la franc-maçonnerie - 20 avril 1884

NDLR : Le Code Da Vinci est un roman éclectique et gnostique qui renie la réalité historique et exégétique : fascinant par l'intrigue mais par ailleurs tout à fait pernicieux et délétère par la désinformation qu'il cherche à servir au grand public sous le couvert - tantôt de la supposée érudition de son auteur tandis que son contenu exégétique et historique ne passe pas le test de la crédibilité scientifique - tantôt de se targuer d'être une fiction alors que sous le couvert d'un "roman" c'est une tentative bien réelle cependant de dénaturer les fondements historiques et théologiques de la Foi. Étant donné l'immense effort de marketing que poursuivent toujours les éditeurs pour vendre ce livre depuis maintenant 2 ans il n'est donc pas étonnant que le cardinal Bertone doive aujourd'hui mettre en garde les catholiques au sujet de ce "roman" comme étant un "château de mensonges".
4:06:25 PM
Les stigmates sont-ils un phénomène purement maladif? (Myrna Nazzour)
12:44:19 PM
Comment se confesser ? Réponses du P. Girotti

Le sacrement de la réconciliation, « cours » au Vatican

CITE DU VATICAN, Jeudi 10 mars 2005 (ZENIT.org) - Comment se confesser ? Quelle devrait être la fréquence de la confession ? Le ministère du sacrement de la pénitence et de la réconciliation est au coeur d'un « cours » sur le « for interne » organisé par le Tribunal de la pénitencerie apostolique, jusqu'à samedi, à Rome, au palais de la Chancellerie.

Le cours est présidé par le Grand Pénitencier, le cardinal James Francis Stafford. Il aborde des questions de droit canon et de morale. Il s'adresse plus particulièrement aux jeunes prêtres. Une question qui intéresse aussi les fidèles en ce temps de carême et de réconciliation.

A ce propos, le régent de la Pénitencerie apostolique, le P. Gianfranco Girotti a confié au micro de Radio Vatican que le pape, par sa lettre apostolique pour l'année de l'Eucharistie, « Mane nobiscum, Domine », a voulu « rappeler à l'attention de tous les fidèles la nécessité de la confession, afin que la rencontre avec le Seigneur puisse se réaliser avec cette digne préparation sans laquelle ce ne serait qu'une attitude superficielle que de s'approcher pour recevoir le Corps et le Sang du Christ ».

Mais que faut-il pour une bonne confession ? Le P. Girotti indique : « Le catéchisme de l'Eglise catholique est très clair : la « contrition » occupe la première place et lorsqu'elle est « parfaite », elle remet les fautes vénielles et obtient aussi le pardon des péchés mortels, moyennant la ferme résolution de recourir, à peine ce sera possible, à la confession sacramentelle. Il y a ensuite la « confession des péchés », c'est-à-dire « l'accusation » qui nous libère et facilite notre réconciliation avec les autres. Par l'accusation (des péchés), on le sait, l'homme regarde en face les péchés dont on s'est rendu coupable ; on en assume la responsabilité, et, de cette façon, on s'ouvre de nouveau à Dieu et à la communion de l'Eglise. Un autre élément est la « satisfaction ». On sait que beaucoup de péchés offensent le prochain. Il faut faire ce qui possible pour « réparer » : par exemple, restituer les choses volées, rétablir la réputation de qui a été calomnié. C'est la simple justice qui l'exige. On sait que l'absolution enlève le péché, mais ne remédie par à tous les désordres que le péché a causés. Enfin, il y a la « pénitence » que le confesseur impose et qui doit correspondre, autant que possible, à la gravité et à la nature des péchés commis ».

Quelle devrait être la fréquence de la confession ? « Selon le précepte de l'Eglise, répond le P. Girotti, et le catéchisme de l'Eglise catholique, ainsi que le Code de Droit canon (canon 989), « tout fidèle qui a atteint l'âge de raison est tenu à l'obligation de confesser fidèlement ses péchés graves au moins une fois par an ». Celui qui est responsable d'avoir commis un péché mortel, ne doit pas recevoir la sainte communion, même s'il éprouve une grande contrition, sans avoir auparavant reçu l'absolution sacramentelle, à moins qu'il ne soit pas possible d'accéder à un confesseur. Et bien qu'elle ne soit pas strictement nécessaire, la confession des fautes quotidiennes (péchés véniels) est cependant vivement recommandée par l'Eglise. En effet, la confession régulière des péchés véniels nous aide à former notre conscience, à lutter contre les inclinations mauvaises, à progresser dans la vie de l'Esprit ».

Mais aujourd'hui, le sacrement semble délaissé par les fidèles... Le P. Girotti explique : « Le pape Luciani disait qu'après le concile de Trente les confessions avaient augmenté et les communions diminué. Après le concile Vatican II, au contraire, les communions ont augmenté et les confessions diminué. Si nous tenons présents à l'esprit les résultats d'une enquête effectuée par l'université catholique de Milan il y a quelques années, il est indéniable qu'il s'agit d'une « crise » de la confession sacramentelle. Le motif de cette crise est principalement dans la perte du sens du péché et le Saint-Père, dans l'exhortation apostolique « Reconciliatio et Paenitentia », cite les principaux motifs de la diminution de ce sens du péché : dans un monde sécularisé, la présence de Dieu n'est plus considérée comme une clef de l'agir humain ; il émerge toujours davantage cette préoccupation de ne pas culpabiliser, et de ne pas mettre de frein à la liberté ; le sens du péché diminue avec une éthique qui relativise la norme morale, en niant sa valeur absolue, niant que puissent exister des actes intrinsèquement illicites. La notion même de péché est attaquée. La diminution du nombre des confessions dépend aussi de la désaffection de nombreux baptisés pour le sacrement de la pénitence. Il y a des personnes qui continuent, même pendant longtemps, à communier sans jamais se confesser, considérant de ne pas en avoir besoin, et avec facilité et sans motifs sérieux, ils abandonnent la messe dominicale. Il y a des personnes qui vivent habituellement dans l'inimitié, qui ne pardonnent pas, etc., et malgré cela, si l'occasion se présente (funérailles, mariages, premières communions), ils s'approchent de la table eucharistique sans se confesser ».
12:36:31 PM
"Dans la célébration de la liturgie, la Sainte Ecriture a une importance extrême. C'est d'elle que sont tirés les textes qu'on lit et que l'homélie explique [...] Il faut promouvoir ce goût savoureux et vivant de la Sainte Ecriture dont témoigne la vénérable tradition des rites aussi bien orientaux qu'occidentaux." (Vatican II, La sainte liturgie, 24) - Bien au fait de l'exégèse contemporaine, Pierre Bougie commente les textes bibliques proclamés au cours des dimanches et des solennités de l'année liturgique. Avec une habileté remarquable, il situe dans leur contexte les passages d'écriture retenus par la liturgie, dégage le message qui en ressort et souligne l'actualité de cette Bonne Nouvelle. Les chrétiennes et les chrétiens qui se réunissent pour partager la Parole de Dieu aussi bien que les pasteurs qui ont à la proclamer trouveront dans ces ouvrages un outil précieux pour s'y préparer.

Bougie, Pierre
De la bouche du lion : une parole à proclamer : année B
Fides, 1999
ISBN 978-2-7621-2192-6

De la griffe du taureau : une bonne nouvelle à annoncer : année C
Fides, 2000
ISBN 978-2-7621-2279-4

De la plume de l'ange : un message à découvrir : année A
Fides, 2001
ISBN 978-2-7621-2316-6

Pour vous procurer ces livres
12:23:46 PM

M. Pierre Bougie, p.s.s.
Un bibliste parle du Code Da Vinci

Lorsque j’étais recteur au séminaire de Panama, un évêque auxiliaire habitait avec nous. Mgr Oscar Brown et moi, nous causions un bon matin de l’évangile du jour et je lui dis : « Avez-vous remarqué, Monseigneur, la femme au parfum qui s’approche de Jésus? Rien ne dit qu’elle était une prostituée. Le texte dit seulement qu’elle était pécheresse! » Il me répond, pince-sans-rire : « Elle était narcotrafiquante. » Bien sûr, il badinait et j’ai bien ri. C’est sur ce ton qu’il faut aborder le livre Code Da Vinci. C’est une oeuvre de fiction et c’est comme tel que le best-seller de Dan Brown doit être compris.
Pietro Boglioni, l’historien canadien d’origine italienne qui vit à Montréal disait que dans un roman, le fait de dire que ce n’est pas un roman fait partie du roman. L’affirmation que Marie-Madeleine était une prostituée et qu’elle est devenue l’épouse de Jésus tient de la fantaisie et ne possède aucune base factuelle. Les seuls témoins contemporains de la vie de Jésus sont les apôtres. Ce qu’ils nous ont dit de lui est contenu dans le Nouveau Testament, surtout les quatre évangiles. S’appuyer sur les évangiles gnostiques composés plus de deux cents ans après les événements relève de l’art du conteur. Avec habileté, Dan Brown y a trouvé la matière d’un thriller à la sauce moderne, tout en affirmant dans sa préface qu’il donne des informations historiques. Au chapitre 7 de l’évangile de Luc, une femme anonyme verse du parfum sur les pieds de Jésus. Elle est connue comme une pécheresse (adultère?). Au chapitre 8, Marie-Madeleine est mentionnée parmi les femmes qui accompagnaient Jésus et les apôtres. Les femmes qui ont des liens avec des hommes connus sont énumérées avec le nom de ces hommes. Ce n’est pas le cas de Marie- Madeleine. Elle n’est pas identifiée comme l’épouse de Jésus. Jésus a été célibataire à la manière des Esséniens de Qumran. Marie-Madeleine n’est pas assimilée à la femme au parfum non plus. Ne parlons pas de l’exclusion des femmes dans les premiers rôles de l’Église primitive. Marie, mère de Jésus, se distingue dans la communauté de Jérusalem. Si Marie-Madeleine avait été la femme de Jésus, elle aurait eu du relief dans les Actes des apôtres. Elle en est absente.
Comme quoi le bon roman, Code Da Vinci, peut nous amener à des réflexions des plus inattendues!
Source 
6:49:47 AM

Journal Missa

 Mardi le 15 mars 2005
Pétition pour demander au Gouvernement du Québec de reconduire la clause dérogatoire

Pétition pour demander au Gouvernement du Québec de reconduire la clause dérogatoire en faveur de l’enseignement, dans les écoles publiques, des programmes d’enseignement moral et religieux catholique et protestant.

Depuis 1982, la clause dérogatoire protège vos droits religieux reconnus dans la Loi sur l’Instruction publique (L.I.P.). Cette clause doit être renouvelée à tous les cinq (5) ans. Si elle ne l’est pas, ces droits pourront être contestés en cour, en vertu de la Charte canadienne des droits et libertés.

La clause dérogatoire, tel que prévu par la Loi constitutionnelle de 1982, permet à un gouvernement provincial de protéger une loi qu’il estime essentielle mais qui pourrait être contestée en vertu de la Charte canadienne. Il doit évidemment agir « dans des limites qui soient raisonnables et dont la justification puisse se démontrer dans le cadre d’une société libre et démocratique » (art. 1). Une telle clause dérogatoire est présentement invoquée au Québec, non seulement pour protéger les droits scolaires religieux mais aussi pour protéger la langue.

Au cours des derniers jours, les journaux ont annoncé que selon leurs sources le gouvernement avait l’intention de reconduire la clause dérogatoire qui permet aux parents d’exercer leur droit de choisir, pour leurs enfants, les cours d’enseignement religieux ou de morale à l’école.

Plusieurs se questionnent à savoir si l’on doit continuer de signer la pétition à la suite de ces annonces. OUI. L’Église catholique de Québec annonce que la signature de la pétition demandant la reconduction de la clause se poursuit et que les personnes intéressées par la question sont invitées à continuer de signer la pétition. Il est même plus important que jamais de s’informer sur la question afin de bien en saisir l’enjeu.

Rappelons que la clause qui permet de choisir l’enseignement religieux à l’école publique viendra à échéance le 30 juin 2005 et, que les conséquences d’un possible non renouvellement priveraient les parents (80%) d’exercer leur droit de choisir entre le cours d’enseignement religieux catholique (EMRC), l’enseignement religieux protestant (EMRP) ou l’enseignement morale (EM).
5:32:01 PM
Le maintien de la définition traditionnelle du mariage est conforme à la Charte canadienne

Bon nombre de gens en faveur de l’élargissement du mariage aux relations de personnes de même sexe ne revendiquent pas le mariage religieux et la plupart d’entre elles y sont même opposées. Il s’ensuit que la défense de l’institution qu’est le mariage doit dans ce contexte se fonder principalement sur des raisons d’ordre naturel et juridique et non pas d’ordre proprement religieux. D’ailleurs, indépendamment de tout contexte, il est dans l’ordre normal des choses que les sains motifs d’ordre naturel ne contredisent pas mais au contraire appuient les motifs d’une religion bien comprise, selon le principe qui reconnaît que la Philosophie peut servir de servante à la Théologie, principe que réitère l’encyclique Foi et raison.

C’est dans cette perspective que nous présentons le document de réflexion qui suit. Son contenu démontre que le maintien de la définition traditionnelle du mariage est conforme à la Charte canadienne et qu’une modification dans le sens du projet de loi-C38 lui serait contraire. Le document a aussi l’avantage de montrer que les raisons invoquées en faveur de l’élargissement du mariage ne résistent pas à l’analyse. Les raisons ainsi réfutées sont les suivantes : la conformité à la Charte canadienne, le droit à l’égalité, la protection des minorités, l’élimination de la discrimination, le droit des personnes homosexuelles au mariage.

Gérard Lévesque, philosophe et chercheur en Éthique et en Philosophie du droit.

Le mariage et l'union entre deux personnes de même sexe vus à la lumière de la Charte canadienne des droits et libertés et en vue d'un consensus à travers la population canadienne.
4:51:45 PM
La nuit de ton esprit sera le soleil de ton âme  Yvonne-Aimée de Malestroit (†1951), augustine dont la vie absolument étrange, extraordinaire a été marquée par un grand amour de Dieu.

...que m’importe que ma vie soit tissée d’incompréhensibles choses, elles sont toujours un enchaînement des desseins d’Amour de Dieu sur moi.

8:35:56 AM

Journal Missa

 Lundi le 14 mars 2005
Québec, le 18 février 2005

À l’attention de Monsieur le Sénateur Serge Joyal

Pour que le droit au mariage ne soit pas vide de sens

Monsieur le sénateur,

J'ai bien reçu votre lettre du 7 février 2005, concernant la question de l'extension du mariage civil aux couples de même sexe. Le journal La Presse, dans son édition du 14 février 2005, en a publié un extrait.

Je vous remercie de votre participation à cet important débat de société répondant ainsi à mon article « Mariage et Société » du 22 janvier 2005.

Permettez-moi d'aller droit à l'essentiel de ce débat qui distingue nos positions respectives face à cette question. Dans l'extrait qui a été publié par La Presse, vous faites référence à deux systèmes de droit, qui existeraient de façon parallèle et indépendante dans une démocratie parlementaire telle que la nôtre. Vous parlez d'un système civil fondé sur les principes élaborés dans la Charte des droits et libertés, et d'un système religieux, fondé sur les règles de la foi et de la conscience.

Votre présentation oublie une donnée fondamentale, c'est-à-dire une référence à l'ordre naturel des choses ou, pour parler de façon plus philosophique, à la loi naturelle. Ainsi, les normes des deux systèmes ne sont valables que dans la mesure où elles sont fondées sur la loi naturelle tout en respectant les données fondamentales. Il s'agit là de données objectives dont personne, qu'il soit législateur ou non, ne peut changer arbitrairement le sens.

Appliquée à la question qui nous occupe, cette affirmation entraîne la conséquence suivante le mariage, avant d'être une institution de la société civile ou d'une société religieuse, est une donnée fondamentale de la réalité humaine. En langage religieux, nous disons que le Créateur lui-même a donné à l'union de l'homme et de la femme sa forme propre et ses finalités. Mais nous pourrions dire aussi, en langage sociologique, que depuis l'apparition des premiers humains, c'est sur l'union reconnue d'un homme et d'une femme qu'a reposé la responsabilité de la conservation de l'espèce humaine. Une telle union a évolué vers une réelle égalité et un respect mutuel accru entre les partenaires, et c'est heureux, mais sa réalité de base n'a pas changé. S'écarter de cette donnée fondamentale, c'est faire place au subjectivisme et à l'arbitraire au risque de saper les fondements mêmes du droit civil.

Un passage de votre lettre me semble faire référence à cet aspect des choses. Vous soulignez que le mariage est une institution qui ne peut recouvrir ce que tout le monde voudrait y mettre. Mais, si on refuse toute référence à la loi naturelle ou, si vous préférez, à l'ordre naturel des choses, comment distinguer les changements possibles de ceux qui ne le sont pas ? Ce qui est considéré comme inacceptable aujourd'hui, voire comme farfelu, sera-t-il acceptable plus tard ? Sur quelles bases ? Au gré de quelle tendance sociétale du moment ? Vous voyez bien que notre débat dépasse le cadre d'une référence à une norme religieuse et se préoccupe bien plutôt de ce qui est objectivement fondamental à la réalité humaine.

Dans ce débat, comme dans d'autres, j'estime donc qu'on élargit abusivement la notion de « droit » et par conséquent celles d'« égalité » et de « discrimination ». Le droit d'une personne n'est pas bafoué quand celle-ci se voit refuser un geste, une action que l'ordre naturel rend impossibles. À titre d'exemple, un homme ne peut revendiquer le droit d'être « enceint ». De la même manière, deux personnes homosexuelles ne peuvent prétendre au droit au mariage qui implique essentiellement la conjugalité c'est-à-dire la complémentarité des sexes selon l'ordre naturel des choses.

Union civile

Les personnes homosexuelles, vivant en couple, ont vu leurs réels droits économiques et sociaux garantis par l'établissement, au moins au Québec, de l'union civile. Ne pas définir leur union comme un mariage ne les prive d'aucun droit, mais décrit seulement la réalité. Dans une telle perspective, le recours à la clause nonobstant ne s'avère d'ailleurs pas nécessaire. Il suffirait que le Parlement confirme la définition traditionnelle du mariage et garantisse ainsi le cadre juridique à l'intérieur duquel les cours fédérale et provinciale doivent interpréter les cas litigieux au regard de la Charte. Procéder autrement, par exemple dans le sens du projet de loi C-38, risque de diviser pour longtemps le pays et de jeter le discrédit sur ses institutions.

Vous insistez sur les bienfaits de la Charte des droits et vous rappelez, à juste titre, des situations difficiles du passé, voire d'un passé récent. Votre réquisitoire est assez éloquent. Même si j'estime que certaines affirmations demanderaient à être plus nuancées, j'admets que l'Église a dû progresser dans ce domaine. Depuis un certain temps déjà, en particulier sous le Pontificat du Pape actuel, elle a démontré un souci et un intérêt pour la défense des droits humains. Mais la promotion des droits humains ne peut se faire que dans la vérité et le respect de données objectives et fondamentales. Respecter une personne n'est pas satisfaire à toutes ses attentes. Nous le savons bien.

De même, vous faites référence à certaines conditions difficiles et à certaines injustices qu'ont vécues et que vivent les personnes homosexuelles. Votre plaidoyer mérite qu'on y réfléchisse sérieusement et qu'on fasse tout pour éviter de telles situations. Respecter la personne homosexuelle ne peut toutefois se faire au détriment du sens objectif de cette réalité humaine fondamentale qu'est le mariage. J'admets cependant que vous, y compris les pasteurs, doivent être une présence de soutien et non de condamnation auprès des personnes qui vivent des situations complexes. Vous avez apporté une contribution sérieuse à ce débat et je vous en remercie. J'espère que ces quelques points continueront d'alimenter votre réflexion face à la gravité d'une décision qui vous reviendra comme législateur.

Respectueusement,

Marc Cardinal Ouellet,
Archevêque de Québec et Primat du Canada

Source 

Écrivez à vos députés
8:46:13 AM

Journal Missa

 Vendredi le 11 mars 2005

Neuvaine
Avec tout l'amour du monde depuis 1904
La neuvaine dédiée à saint Joseph rassemble des gens du monde entier

Montréal - Près de 50 000 pèlerins sont attendus du 10 au 19 mars pour participer à la neuvaine et à la fête de saint Joseph. Fidèle à la tradition depuis 84 ans, L'Oratoire Saint-Joseph accueille en mars des milliers de pèlerins du monde entier. Sous le thème « Construire un monde qui a du coeur » le père Benoît Fortin, capucin, réfléchira sur nos lieux d'engagement et de rencontre du Christ. Ces rencontres seront vécues au rythme des festivités du centenaire du sanctuaire lancées en octobre dernier. Le père Fortin est très engagé auprès des personnes démunies et appauvries dans la région de l'Outaouais. Son discours social est interpellant et invite à l'action.

Deux temps de célébration avec prédication marquent chaque journée à 14 h à la basilique et à 20 h à la crypte. Cette neuvaine culmine le 19 mars avec la fête de saint Joseph, patron de l'Oratoire et du Canada. Trois célébrations solennelles se déroulent à la basilique : à 10 h avec Mgr Luigi Ventura, nonce apostolique du Canada; à 14 h 30 avec Mgr Pierre Morissette, évêque du diocèse de Baie-Comeau et à 20 h avec monsieur le Cardinal, Jean-Claude Turcotte, archevêque du diocèse de Montréal. Les Petits Chanteurs du Mont-Royal assument le chant en compagnie de l'organiste, Philippe Bélanger.

Près de 20 000 feuillets de prière à domicile sont en circulation. À travers un réseau de plus de 4 000 groupes (paroisses, centres de formation, mouvements et associations), la neuvaine se démarque comme le temps fort de l'année au sanctuaire du mont Royal. Le bureau des pèlerinages a déjà enregistré la présence de près de 150 groupes au cours de ces neuf journées et lors de la fête de saint Joseph, le samedi 19 mars. Toute la population est invitée à se joindre aux pèlerins de Montréal, du Québec, du Canada, des États-Unis et même de l'Amérique latine, de l'Europe et de l'Asie.
7:25:55 AM

Journal Missa

 Jeudi le 10 mars 2005
Les évêques du Québec tiennent un premier Forum jeunesse

Voici le communiqué émis lors du Point de presse du 10 mars 2005 dans le cadre de l'assemblée plénière des évêques du Québec.

Le 10 mars 2005 - Une quarantaine de jeunes gens, âgés de 20 à 30 ans, se sont réunis autour de quelques évêques les 25 et 26 février dernier, pour échanger sur leur perception de la jeunesse, leur compréhension de la société et leur engagement dans l'Église. Venus des divers diocèses du Québec, ces jeunes sont pour la plupart des étudiants du milieu collégial et universitaire (politique, psychologie, médecine, etc.). Certains sont déjà au travail ou impliqués dans le milieu des affaires et de l'administration. Comme beaucoup de jeunes, d'autres sont en recherche d'emploi.

Dans un premier temps, les jeunes ont été invités à s'exprimer sur leur vie en société. Ils se sont montrés préoccupés des grandes questions sociales, de l'importance de la solidarité internationale. Ils ont demandé que les évêques prennent davantage la parole dans leurs interventions sur les enjeux sociaux de l'heure. Tout en se montrant ouverts à l'évolution de la société, les jeunes sentent la nécessité de trouver leur identité propre et de prendre leur place au sein de cette société. Ils sentent le besoin de se retrouver dans des groupes restreints ou des communautés d'appartenance, afin de partager leurs valeurs et d'entretenir des relations plus personnalisées.

À propos du sens de leur vie, les jeunes présents au Forum jeunesse ont d'abord souligné que leur expérience se situe dans une quête spirituelle qui revêt diverses formes. Cela prend du temps avant de découvrir leur cheminement spirituel. C'est d'ailleurs progressivement qu'émerge en eux une foi plus personnelle. Des jeunes s'engagent ensuite dans divers mouvements de solidarité ou des groupes communautaires. Concernant leur lien à l'Église, tout en reconnaissant avoir parfois de la difficulté avec l'institution ecclésiale et certains de ses enseignements, ils demeurent néanmoins positifs et veulent participer à son évolution.

Enfin, les jeunes cherchent des témoins. Ils sentent par ailleurs le besoin de formation pour alimenter de leur foi. « Quand on est ensemble, ont-ils dit, c'est facile de parler de notre foi. Mais dès qu'on est plongé dans nos milieux, on se sent souvent très seul. » Heureux d'avoir eu l'occasion de vivre cette expérience, les jeunes ont vivement souhaité que d'autres rencontres soient organisées régulièrement, voire même un grand rassemblement des jeunes du Québec.
2:34:08 PM
David Chatters, MP Westlock - St Paul - Le dossier du "mariage" de personnes de même sexe a généré plus d'appels téléphoniques, de lettres et de courriels que tout autre débat durant au-delà des onze années de ma présence au Parlement.  Conséquemment, j'aimerais prendre un moment pour présenter mon point de vue.  La Cour Suprême a refusé de prononcer que la définition traditionnelle du mariage était discriminatoire.  En 1991, dans un autre cas, elle a prononcé que l'institution du mariage était si fondamentalement importante pour notre société qu'elle était digne d'une protection spéciale en vertu de la Charte.  Cette décision rend la position libérale purement politique, sans aucune base dans la Charte.  Conséquemment à cette décision du Tribunal, nous avons l'intention de proposer des amendements au projet de loi libéral pour assurer une protection au mariage traditionnel, offrir une alternative afin de reconnaître les partenariats de même sexe et offrir une protection beaucoup plus forte pour les institutions religieuses sous la section des droits des religions de la Charte.  Je crois en toute sincérité que ceci est le souhait de la plus grande majorité de mes électeurs et en fait, de la plupart des Canadiens.  Je vais donner mon appui à nos amendements au projet de loi (C-38) et si nos amendements sont refusés, alors je voterai contre le projet de loi libéral. Si vous-même appuyez ma position, alors veuillez svp prendre le temps d'écrire, ou d'envoyer un courriel au Premier Ministre et au Ministre de la Justice et exhortez-les à appuyer nos amendements.   L'adresse pour tous les membres du Parlement est : Chambre des Communes, Ottawa, Ontario, K1A OA6.   L'adresse de courriel du Premier Ministre est Martin.P@parl.gc.ca, celle du Ministre de la Justice est Cotler.I@parl.gc.ca . Adresses de courriel de tous les membres du Parlement. (Traduction libre)
8:55:25 AM

Journal Missa

 Mardi le 8 mars 2005
Lettre adressée à tous les Membres du Parlement et du Sénat au sujet du Projet de loi C-38 par l'Organisme catholique pour la vie et la famille (OCVF)
11:24:52 PM
Rencontre avec Jean Vanier à l'occasion de son passage à Montréal

La communauté lieu du pardon et de la fête

Au Centre chrétien métropolitain 6956, rue Saint-Denis (angle Bélanger, ancien ciné-théatre Le Château)

Jeudi 31 mars à 19 h
Offrande libre
11:02:32 PM
...la vie n’est que relation aux autres, elle nous rend responsable de cette relation
6:40:27 AM

Journal Missa

 Dimanche le 6 mars 2005
Une question d'égalité, ou de vie et d'humanité

Imaginez qu'on rassemble, peu importe le nombre : deux individus ou des milliards d'invidus, hommes seulement sur une planète. Dans cent ans il n'y aurait plus personne vivant sur cette planète, il n'y aurait jamais eu de "familles", il n'y aurait jamais eu d'enfants, il n'y aurait plus de "société", il n'y a aurait plus de lois, il n'y aurait plus de vie humaine.

Ou bien rassemblons deux individus ou des milliards d'invidus, femmes seulement sur cette planète. Dans cent ans il n'y aurait plus personne vivant sur cette planète, il n'y aurait jamais eu de "familles", il n'y aurait jamais eu d'enfants, il n'y aurait plus de "société", il n'y a aurait plus de lois, il n'y aurait plus de vie humaine.

Mais rassemblons toutefois un seul homme et une seule femme sur cette planète. Cette union d'un homme et d'une femme peuplera éventuellement l'univers entier. Il y aura des familles, des enfants, des sociétés, des lois. Au delà de la vie biologique, il y aura l'humanité jaillissant de la mystérieuse et nécessaire complémentarité dans la relation homme-femme, jaillissant de la différence des sexes qui est au fondement non seulement de notre vie biologique mais de ce qui constitue notre humanité et donc ce qui détermine la société.


Le face à face de l’homme et de la femme, est au principe de la vie et aussi de notre humanité. Il semble donc que c'est simple : l'union de deux personnes de même sexe et l'union d'un homme et d'une femme ne peuvent pas utiliser le même terme sémantique "mariage" sans porter atteinte à la dignité et à la valeur sociale fondatrice de vie et d'humanité qu'est l'union entre un homme et une femme. Ces réalités sont tellement différentes dans leur importance vitale pour la société qu'on ne peut pas leur donner la même valeur ou protection dans nos lois. Les petits enfants comprennent cette explication en nous souriant avec complicité... la grande majorité des canadiennes et canadiens s'entendent pour conserver et même demandent de protéger la définition traditionnelle du mariage. L'égalité demandée, dans le sens de l'équivalence légale de ces deux types d'unions si différents, est-elle une notion réaliste ?

Nos élus ont-ils la possibilité de défendre le mariage au Parlement ?

On lit dans des journaux que : "L'opposition au projet de loi s'est intensifiée, non seulement au Parlement, mais dans le grand public. L'ampleur et la véhémence de l'opposition au projet de loi C-38 a surpris et rendu le gouvernement nerveux. Les libéraux ont été pris de court lorsque leurs propres sondages internes -- autant les sondages du gouvernement que du parti -- ont démontré qu'une large majorité est opposée à la redéfinition du mariage. [Mais...]...ce ne sera pas un vote libre à la Chambre des Communes même si le premier ministre Paul Martin l'avait promis.
70 libéraux vont être forcés de voter selon la ligne du parti ou bien devront faire face chacun à l'expulsion de leurs postes! Les ministres du cabinet, les secrétaires parlementaires, les whips et officiers de caucus vont tous être sujets à une stricte discipline du parti."

SVP
écrivez à vos députés, rassurez-les de votre appui demandez-leur d'être présents en chambre pour cet important vote quoi qu'il arrive, et qu'ils votent selon leur conscience.

Le face à face de l’homme et de la femme, est au principe de notre humanité

Forcer nos députés à voter pour que le mariage entre un homme et une femme soit légalement l'équivalent d'une union entre personnes de même sexe... c'est faire la promotion d'une logique de positionnement des droits de la personne en opposition à la famille, qui est pourtant le fondement unique et irremplaçable de la société. Protéger la définition traditionnelle du mariage c'est simplement une question de bon sens, de vie, de principe d'humanité et de société. La société canadienne aura toujours un devoir de protection envers le mariage traditionnel. S'il est souhaitable de protéger les droits individuels de toute personne, il est principalement nécessaire de protéger l'union d'un homme et d'une femme à l'exclusion de toute autre union, puisque c'est l'union unique qui fait la société.

8:06:11 PM


David Chatters, MP Westlock - St Paul - The same sex marriage issue has generated more phone calls, letters and emails than any issue in my eleven plus years in Parliament.   Therefore, I would like to take a moment to present my position.  The Supreme Court refused to rule that the traditional definition of marriage was discriminatory.  In 1991, in another case, they ruled that the institution of marriage was so fundamentally important to our society that it was worthy of special protection under the Charter.  This ruling makes the liberal position purely political, with no Charter basis.   As a result of the Court ruling we intend to introduce amendments to the liberal bill to provide protection to the traditional marriage, provide an alternative to recognize same sex relationships and provide much stronger protection for religious institutions under the religion rights section of the Charter.  I truly believe this is the wish of most of my constituents and in fact of most Canadians.  I will be supporting our amendments to the Bill and if our amendments fail to pass I will be opposing the liberal bill. If you support my position, please take the time to write or email the Prime Minister and the Justice Minister and urge them to support our amendments.   The address for all Members of Parliament is: House of Commons, Ottawa, Ontario, K1A OA6.   The email address for the Prime Minister is Martin.P@parl.gc.ca, and the Justice Minister is Cotler.I@parl.gc.ca . E-Mail adresses of all members of parliament.
9:29:10 AM

 Archives depuis le 7 octobre 2017 | Journal Missa sur Typepad |
 Archives 2017 | 01-10 |
 Archives 2016 | 01-12 |
 Archives 2015 | 01-12 |
 Archives 2014 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2013 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2012 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2011 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2010 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2009 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2008 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2007 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2006 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2005 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2004 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2003 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2002 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2001 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 |




© 1996-2017 missa.org Tous droits réservés | Réalisation
Version pour
imprimante  Imprimer
Commentaires
Recommander
Menu