www.missa.org

Liturgie du jour

Actualités

Vocation sacerdotale

Calendrier liturgique

Dans la prière, tirez le nom d'un saint



webmstr

mismenuann

Prières usuelles

Le Rosaire

Le sacrement de réconciliation et le dialogue avec un prêtre

La confession

Liturgie des heures

Lectionnaire

Comment m'engager dans ma communauté chrétienne pdf

ecathmontreal.png

ecdqtv_logo.jpg

Accueil Spiritualité


Journal Missa

 Archives de décembre 2004 Journal Missa

 Vendredi le 31 décembre 2004
Lectionnaire : - ...la vérité ne produit aucun mensonge - ...racontez à tous les peuples sa gloire - Mais tous ceux qui l'ont reçu, ceux qui croient en son nom, il leur a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu. Ils ne sont pas nés de la chair et du sang, ni d'une volonté charnelle, ni d'une volonté d'homme : ils sont nés de Dieu.
11:28:49 AM
Saint Louis de Grenade, o.p. (1505-1588), auteur spirituel espagnol (RS).
9:45:54 AM

Journal Missa

 Jeudi le 30 décembre 2004
Lectionnaire : - Tout ce qu'il y a dans le monde - les désirs égoïstes de la nature humaine, les désirs du regard, l'orgueil de la richesse - tout cela ne vient pas du Père, mais du monde.   Or, le monde avec ses désirs est en train de disparaître. Mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure pour toujours. - Chantez au Seigneur un chant nouveau - Il y avait là une femme qui était prophète, Anne, fille de Phanuel, de la tribu d'Aser.
9:14:42 AM
Sainte Catherine Labouré (1806-1876). Visionnaire, rue du Bac à Paris en 1830 et la Médaille miraculeuse (RS).

Lorsque je vais à la chapelle, je me mets là devant le Bon Dieu, et je lui dis: "Seigneur, me voici, donnez-moi ce que vous voulez" S'il me donne quelque chose, je suis bien contente et je Le remercie. S'il ne me donne rien, je Le remercie encore parce que je n'en mérite pas davantage. Et puis je Lui dis alors tout ce qui me vient dans l'esprit : je lui raconte mes peines et mes joies et j'écoute. Si vous L'écoutez, Il vous parlera; avec le Bon Dieu, il faut dire et écouter, Il parle toujours quand on y va et simplement.
8:48:39 AM

Journal Missa

 Mercredi le 29 décembre 2004
Lectionnaire : celui qui a de la haine contre son frère est dans les ténèbres : il marche dans les ténèbres sans savoir où il va, parce que les ténèbres l'ont rendu aveugle. - Rendez au Seigneur, familles des peuples, rendez au Seigneur la gloire et la puissance - « Vois, ton fils qui est là provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de division.  Et toi-même, ton coeur sera transpercé par une épée. - Ainsi seront dévoilées les pensées secrètes d'un grand nombre. »
5:12:18 PM
 Saint Thomas Becket, archevêque de Cantorbéry, chancelier d'Angleterre, martyr (†1170) (RS).
4:47:34 PM
Développement et Paix se joint à un effort international pour aider les victimes en Asie du Sud-Est à reconstruire leurs vies.
4:32:39 PM

Journal Missa

 Mardi le 28 décembre 2004
Lectionnaire :Si nous disons que nous n'avons pas de péché, nous nous égarons nous-mêmes et la vérité n'est pas en nous.  -alors nous étions submergés par les flots en furie   - Hérode va rechercher l'enfant pour le faire périr...Alors Hérode, voyant que les mages l'avaient trompé, entra dans une violente fureur. Il envoya tuer tous les enfants de moins de deux ans à Bethléem et dans toute la région, d'après la date qu'il s'était fait préciser par les mages.
10:32:48 AM
 Les Saints Innocents, et le problème de l'avortement (RS).
10:26:01 AM

Journal Missa

 Lundi le 27 décembre 2004
Lectionnaire: - Ce que nous avons contemplé, ce que nous avons entendu, nous vous l'annonçons à vous aussi, pour que, vous aussi, vous soyez en communion avec nous. Et nous, nous sommes en communion avec le Père et avec son Fils, Jésus Christ. - ...rendez grâce en rappelant son nom très saint - C'est alors qu'entra l'autre disciple, lui qui était arrivé le premier au tombeau. Il vit, et il crut.
9:05:51 AM
Saint Jean l'Évangéliste (†100), apôtre de Jésus, témoin de l'Amour de Dieu (RS).
8:53:06 AM

Journal Missa

 Dimanche le 26 décembre 2004
Vénérable Jean-Marie de La Mennais (1780-1860), français, fondateur des Frères de l'Instruction Chrétienne et d'autres congrégations (RS). Réseau Mennaisien
8:57:53 AM

Journal Missa

 Mercredi le 22 décembre 2004
La communion avec Dieu et l’unité entre tous les hommes, à partir des croyants, est notre tâche prioritaire "Ut unum sint!". N’est-ce pas là, continuait le pape, la prière fervente adressée par le Christ au Père, à la veille de sa Passion rédemptrice ? Il est urgent de reconstruire la pleine communion entre les chrétiens. La célébration de l’Année de l’Eucharistie vise, entre autres, à rendre encore plus vive cette soif d’unité, en en indiquant la source unique et inépuisable: le Christ lui-même. Nous devons continuer à faire sans hésitation le chemin de l’unité, à laquelle, providentiellement, le concile œcuménique Vatican II a donné une forte impulsion », a rappelé le pape.

Notre cœur ne craint pas devant les difficultés, parce qu’il a confiance en Toi, Enfant de Bethléem, qui viens par amour au milieu de nous. Fais que de tous côtés, ils te reconnaissent et ils t’accueillent comme le Rédempteur de l’homme et le Prince de la paix!
5:06:24 PM
La paroisse doit donc être considérée comme la « maison commune des fidèles », le « premier lieu de l’incarnation de l’Evangile » et ne peut être remplacée par aucun mouvement.
4:23:44 PM
La famille, « fondement de la vie sociale et civile » est menacée, affirme le pape. La famille, soulignait le pape, est le « coeur de la vie chrétienne » et le « fondement de la vie sociale et civile », mais les « attaques contre la famille » sont chaque jour plus fortes et plus radicales », a déploré Jean-Paul II. C’est pourquoi le pape a lancé cet appel à « ne pas céder aux pressions d’une culture » qui menace les fondements de la vie et de la famille, et l’invitation à la mobilisation des familles afin qu’elles soient des protagonistes et qu’elles assument la responsabilité de transformer la société ». Il affirmait: « Aucun progrès civil ne peut dériver de la dévaluation sociale du mariage et de la perte du respect de la dignité inviolable de la vie humaine ». « Ce qui est présenté comme un progrès de la civilisation ou comme une conquête scientifique est de fait, dans de nombreux cas, une défaite pour la dignité humaine et pour la société ». Pour le pape il s’agit d’une démolition de la famille au plan « idéologique » et « normatif ». « Réduire la famille à une expérience affective privée », « confondre les droits individuels avec ceux du noyau familial », fondé sur le mariage, « équiparer les cohabitations et les unions dans le mariage », « accepter, et dans certains cas, favoriser l’avortement volontaire », « dénaturer les processus naturels » en introduisant des formes artificielles de procréation: voilà, selon le pape, « quelques uns des domaines dans lesquels une subversion en acte est évidente. Jean-Paul II a souligné « la portée personnelle intime et en même temps la valeur sociale, originaire et incontournable » de l’union « entre l’homme et la femme » dans le mariage, qui est à l’origine de la communauté familiale. « Qui détruit ce tissu fondamental de la coexistence humaine cause une blessure profonde à la société, et provoque des dommages souvent irréparables », a averti le pape.
4:21:53 PM

Journal Missa

 Vendredi le 17 décembre 2004
Message de Jean-Paul II pour la Journée mondiale de la Paix (1er janvier 2005) - « Deux amours ont donc bâti deux cités: celle de la terre par l'amour de soi jusqu'au mépris de Dieu, celle du ciel par l'amour de Dieu jusqu'au mépris de soi » (Saint Augustin De la Cité de Dieu, XIV, 28)  -  Ouvrir l'horizon de l'humanisme intégral et solidaire...

Le mal n'est pas une force anonyme qui agit dans le monde en vertu de mécanismes déterministes et impersonnels. Le mal passe par la liberté humaine. C'est justement cette faculté, qui distingue l'homme de tous les autres êtres vivants sur terre, qui est au centre du drame du mal et qui lui est constamment liée. Le mal a toujours un visage et un nom: le visage et le nom des hommes et des femmes qui le choisissent librement...

Si l'on en cherche les composantes profondes, le mal est, en définitive, un renoncement tragique aux exigences de l'amour(1). À l'inverse, le bien moral naît de l'amour, il se manifeste comme amour et il est tourné vers l'amour. Ce propos est particulièrement clair pour le chrétien, qui sait que la participation à l'unique Corps mystique du Christ le situe dans un rapport particulier non seulement avec le Seigneur, mais aussi avec ses frères. Si l'on en tire toutes les conséquences, la logique de l'amour chrétien, qui dans l'Évangile constitue le cœur en action du bien moral, va jusqu'à l'amour des ennemis: « Si ton ennemi a faim, donne-lui à manger: s'il a soif, donne-lui à boire » (Rm 12,20)...

Pour promouvoir la paix, en étant vainqueur du mal par le bien, il faut s'attacher avec une particulière attention au bien commun(5) et à ses manifestations sociales et politiques. En effet, lorsque, à tous les niveaux, on cultive le bien commun, on cultive la paix. La personne peut-elle donc se réaliser pleinement en faisant abstraction de sa nature sociale, c'est-à-dire de son être « avec » et « pour » les autres? Le bien commun la concerne de près. Toutes les formes d'expression de la vie humaine en société la concernent: la famille, les groupes, les associations, les villes, les régions, les États, les communautés de peuples et de Nations. Tous, en quelque sorte, sont impliqués dans l'engagement pour le bien commun, dans la recherche constante du bien d'autrui comme s'il était le sien. Cette responsabilité revient en particulier à l'autorité politique, à tous les niveaux de son exercice, parce qu'elle est appelée à créer un ensemble de conditions sociales qui permettent et favorisent pour tout être humain le développement intégral de sa personnalité(6).


Le bien commun exige donc le respect et la promotion de la personne et de ses droits fondamentaux, de même que, dans une perspective universelle, le respect et la promotion des droits des Nations. Le Concile Vatican II déclare à ce sujet: « De l'interdépendance toujours plus étroite qui peu à peu s'étend au monde entier il résulte que le bien commun [...] prend aujourd'hui une dimension de plus en plus universelle et que, par conséquent, il comporte des droits et des devoirs qui regardent tout le genre humain. Tout groupe doit donc tenir compte des besoins et des légitimes aspirations des autres groupes, bien mieux, du bien commun de toute la famille humaine »(7). Le bien de l'humanité entière, et cela vaut également pour les générations futures, requiert une vraie coopération internationale, à laquelle chaque Nation doit apporter son concours(8).

Toutefois, des visions résolument réductrices de la réalité humaine transforment le bien commun en un simple bien-être socio-économique, privé de toute finalité transcendante, et le dépouillent de sa plus profonde raison d'être. Le bien commun, au contraire, revêt aussi une dimension transcendante, parce que Dieu est la fin ultime de ses créatures(9). De plus, les chrétiens savent que Jésus a mis en pleine lumière la réalisation du vrai bien commun de l'humanité. Cette dernière est en marche vers le Christ et c'est en Lui que culmine l'histoire: grâce à Lui, par Lui et pour Lui, toute réalité humaine peut être conduite à son plein accomplissement en Dieu...

...le non-respect des promesses réitérées concernant l'aide publique au développement, ainsi que la question encore pendante du poids de la dette internationale des pays africains et l'absence d'une considération particulière de ces pays dans les rapports commerciaux internationaux, constituent de graves obstacles à la paix; ces questions doivent donc être affrontées et résolues de manière urgente. Pour parvenir à la paix dans le monde, aujourd'hui plus que jamais, il faut considérer comme déterminante et décisive la conscience de l'interdépendance entre pays riches et pays pauvres, pour lesquels « ou bien le développement devient commun à toutes les parties du monde, ou bien il subit un processus de régression même dans les régions marquées par un progrès constant »

Face aux nombreux drames qui affligent le monde, les chrétiens confessent avec une humble confiance que seul Dieu rend l'homme et les peuples capables de dépasser le mal pour parvenir au bien. Par sa mort et sa résurrection, le Christ nous a obtenu la Rédemption et il a « payé le prix de notre rachat » (1 Co 6,20; 7,23), obtenant le salut pour la multitude. Avec son aide, il est donc possible à tous de vaincre le mal par le bien.

S'appuyant sur la certitude que le mal ne prévaudra pas, le chrétien nourrit une invincible espérance, qui le soutient dans la promotion de la justice et de la paix. Malgré les péchés personnels et sociaux qui marquent l'agir humain, l'espérance permet un élan sans cesse renouvelé de l'engagement pour la justice et pour la paix, avec une ferme confiance dans la possibilité de bâtir un monde meilleur.

Même si le « mystère de l'impiété » est présent et est à l'oeuvre dans le monde (cf. 2 Th 2,7), il ne faut pas oublier que l'homme racheté a en lui suffisamment d'énergies pour s'y opposer. Créé à l'image de Dieu et racheté par le Christ qui « s'est en quelque sorte uni à tout homme »(18), ce dernier peut coopérer activement au triomphe du bien. L'action de « l'Esprit du Seigneur remplit le monde » (Sg 1,7). Que les chrétiens, spécialement les laïcs, « ne cachent pas cette espérance au fond d'eux-mêmes, mais que, par une continuelle conversion et par la lutte ‘‘contre les maîtres de ce monde de ténèbres, contre les esprits du mal'' (Ep 6,12), ils l'expriment aussi à travers les structures de la vie séculière »(19).

12. Aucun homme ni aucune femme de bonne volonté ne peut se soustraire à l'engagement de lutter pour vaincre le mal par le bien. C'est un combat qui ne se mène valablement qu'avec les armes de l'amour. Quand le bien l'emporte sur le mal, l'amour règne; et, où règne l'amour, règne aussi la paix. Tel est l'enseignement de l'Évangile, rappelé par le Concile Vatican II: « La loi fondamentale de la perfection humaine, et par conséquent de la transformation du monde, est le commandement nouveau de la charité »(20).

Cela est vrai aussi dans le domaine social et politique. À ce propos, le Pape LéonXIII écrivait que tous ceux qui ont le devoir de pourvoir au bien de la paix dans les relations entre les peuples doivent nourrir en eux et allumer chez les autres « la charité, reine et maîtresse de toutes les vertus ».(21) Que les chrétiens soient les témoins convaincus de cette vérité! Qu'ils sachent manifester par leur vie que l'amour est l'unique force capable de conduire à la perfection personnelle et sociale, l'unique dynamisme en mesure de faire avancer l'histoire vers le bien et vers la paix!

En cette année consacrée à l'Eucharistie, les fils de l'Église trouveront dans le Saint-Sacrement de l'amour la source de toute communion: de la communion avec Jésus Rédempteur et, en lui, avec tout être humain. C'est en vertu de la mort et de la résurrection du Christ, rendues sacramentellement présentes en toute célébration eucharistique, que nous sommes sauvés du mal et rendus capables de faire le bien. C'est en vertu de la vie nouvelle dont il nous a fait le don, que nous pouvons nous reconnaître frères, au-delà de toute différence de langue, de nationalité, de culture. En un mot, c'est en vertu de la participation au même Pain et à la même Coupe que nous pouvons nous reconnaître « famille de Dieu » et apporter ensemble une contribution spécifique et efficace à l'édification d'un monde fondé sur les valeurs de la justice, de la liberté et de la paix.
4:44:28 AM

Journal Missa

 Lundi le 13 décembre 2004
Parmi vous, il y a quelqu’un que vous ne connaissez pas ! (Jn 1, 26) -  « Ce n’est pas que les sens de la vue, du toucher et du goût, en eux-mêmes, se trompent sur les espèces eucharistiques, mais c’est nous qui pouvons nous tromper dans la manière d’interpréter ce que eux nous disent, affirme le père Cantalamessa. Ils ne se trompent pas, parce que l’objet exact des sens sont les apparences – ce qui se voit, ce qui se touche et qui se goûte – et les apparences sont véritablement celles du pain et du vin ». « Dans ce sacrement, il n’y a aucun leurre. En effet, les accidents, qui sont perçus par les sens existent vraiment, alors que l’intellect qui a pour objet la substance des choses est préservé par la foi de la chute dans l’erreur ». « Que le corps et le sang véritables du Christ soit présent dans ce sacrement, est quelque chose que l’on ne peut percevoir ni à travers les sens ni avec l’intellect, mais avec la seule foi, la foi qui s’appuie sur l’autorité de Dieu. Pour cela, en commentant le passage de saint Luc 22, 19 : Ceci est mon corps livré pour vous, Cyril dit : Ne mets pas en doute la véracité de cela, mais plutôt accepte avec foi les paroles du Sauveur : parce que étant lui-même la vérité, il ne ment pas ».  « L’Eglise s’est basée sur cette parole du Christ pour expliquer l’Eucharistie ; celle-ci est le roc de notre foi dans la présence réelle ». « Saint Ambroise est, parmi les Pères latins, celui qui a écrit les choses les plus pénétrantes sur la nature de cette parole du Christ, poursuit le père Cantalamessa : ‘Quand on arrive au moment de célébrer le vénérable sacrement, le prêtre n’a plus recours à ses propres paroles, mais à celles du Christ. C’est donc la parole qui célèbre (conficit) le sacrement… Le Seigneur ordonna et les cieux furent créés…, il ordonna et tout commença à exister. Tu vois combien est efficace (operatorius) la parole du Christ ? Avant la consécration, le corps du Christ n’existait pas, mais après la consécration, je te dis que désormais le corps du Christ est là. Il a dit et il a été fait, il a ordonné et il a été créé (cf. 33, 9)’ ». « Si il y a quelque chose à ajouter aux explications de saint Ambroise et aux paroles de notre hymne, déclare le prédicateur capucin, c’est que cette ‘force d’action’, exercée par la Parole du Christ est due à l’Esprit Saint ». « Sans en utiliser le terme, dit-il, cette strophe de l’hymne contient la doctrine de la transsubstantiation, c’est-à-dire comme la définit le Concile de Trente, de ‘la conversion admirable et singulière de toute la substance du pain en corps et de toute la substance du vin en sang de notre Seigneur Jésus Christ’ ».  ... si cela est vrai : il existe tout un autre monde autour de nous ; ... le sang d’un homme mort il y a deux mille ans nous sauve tous.  Si cela est vrai, ça change tout ». Un homme athée déclara un jour à un ami croyant : Si j’arrivais à croire que dans cette hostie il y a véritablement le Fils de Dieu, comme vous le dites, je pense que je tomberais à genoux et que je ne me relèverais jamais plus.
9:17:46 AM
Lectionnaire : - Ce héros, je le vois...  - Oublie les révoltes...  - ...tous tiennent Jean pour un prophète
8:46:11 AM

Journal Missa

 Jeudi le 9 décembre 2004
Décision de la Cour Suprême sur la légalité du mariage de personnes de même sexe

Dans une déclaration récente, la Conférence des évêques catholiques du Canada se dit rassurée du fait que « les autorités religieuses seront protégées contre la possibilité que l'État les contraigne à marier civilement ou religieusement deux personnes de même sexe contrairement à leurs croyances religieuses ». Elle réaffirme que l'Église continuera à célébrer le sacrement de mariage comme l'union d'un homme et d'une femme.  Texte intégral de la déclaration sur le site de la CECC.
2:19:03 PM

Journal Missa

 Mercredi le 1 décembre 2004
Neuvaine annuelle à l’Immaculée Conception à la paroisse Saint Ambroise | audio MP3
1:09:59 PM
« Que soy era Immaculada Councepciou »

Les paroles que Marie adressa à Bernadette le 25 mars 1858 résonnent avec une intensité toute particulière en cette année au cours de laquelle l’Eglise célèbre le 150 ème anniversaire de la définition solennelle du dogme de l'Immaculée Conception proclamé par le Bienheureux Pie IX dans la constitution Ineffabilis Deus. J’ai vivement désiré accomplir ce pèlerinage à Lourdes pour rappeler un évènement qui continue à rendre gloire à la Trinité une et indivisible.

La conception immaculée de Marie est le signe de l’amour gratuit du Père, l’expression parfaite de la Rédemption accomplie par le Fils, le point de départ d’une vie totalement disponible à l’action de l’Esprit.
8:33:23 AM

 Archives depuis le 7 octobre 2017 | Journal Missa sur Typepad |
 Archives 2017 | 01-10 |
 Archives 2016 | 01-12 |
 Archives 2015 | 01-12 |
 Archives 2014 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2013 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2012 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2011 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2010 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2009 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2008 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2007 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2006 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2005 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2004 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2003 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2002 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2001 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 |




© 1996-2017 missa.org Tous droits réservés | Réalisation
Version pour
imprimante  Imprimer
Commentaires
Recommander
Menu