www.missa.org

Liturgie du jour

Actualités

Vocation sacerdotale

Calendrier liturgique

Dans la prière, tirez le nom d'un saint



webmstr

mismenuann

Prières usuelles

Le Rosaire

Le sacrement de réconciliation et le dialogue avec un prêtre

La confession

Liturgie des heures

Lectionnaire

Comment m'engager dans ma communauté chrétienne pdf

ecathmontreal.png

ecdqtv_logo.jpg

Accueil Spiritualité


Journal Missa

 Archives de janvier 2007 Journal Missa

 Mercredi le 31 janvier 2007
La base éthique sur laquelle des hommes de convictions différentes peuvent s’entendre : "Surtout voir en tout humain un frère"

L'effort individuel ou collectif que veut déployer un monde pluraliste pour trouver la base éthique ou spirituelle, sur laquelle des hommes de convictions différentes peuvent s’entendre et coopérer, aboutit invariablement au même dilemme :

- aimer les autres, une idéologie ou sa religion et Dieu, jusqu'au mépris de soi-même;

ou bien

- s'aimer soi-même, son idéologie ou sa religion, jusqu'au mépris des autres et de Dieu.

Salomon rend la justice avec sagesse

Un jour, deux femmes prostituées vinrent chez le roi et se présentèrent devant lui.

L'une d'elles lui dit:
- S'il te plaît, mon seigneur, écoute-moi: cette femme et moi nous habitons dans la même maison et j'ai donné naissance à un fils près d'elle.

Trois jours après, elle a aussi mis un enfant au monde. Nous vivons seules ensemble dans cette maison, il n'y a personne d'autre avec nous et nous n'étions que toutes les deux.

Or, pendant la nuit, elle s'est couchée sur son fils et l'a étouffé.

Alors elle s'est levée au milieu de la nuit, elle a enlevé mon fils à mes côtés pendant que moi, je dormais, et l'a couché contre elle, puis elle a déposé son bébé mort près de moi.

Le matin, je me suis levée pour allaiter mon enfant et j'ai trouvé l'enfant mort. Le jour venu, je l'ai examiné attentivement et j'ai reconnu que ce n'était pas mon fils que j'avais mis au monde.

- C'est faux! interrompit l'autre femme. C'est mon fils qui est vivant et le tien est mort!
- Pas du tout, riposta la première, c'est ton fils qui est mort et le mien qui est vivant!
Et elles continuèrent à se disputer ainsi devant le roi.

Celui-ci déclara finalement:
- L'une dit: «C'est ici mon fils qui est vivant; et c'est le tien qui est mort.» Mais l'autre dit: «Pas du tout, c'est ton fils qui est mort et le mien qui est vivant.»

Eh bien, ajouta le roi, qu'on m'apporte une épée.
On lui apporta une épée.

Alors il dit:
- Coupez l'enfant vivant en deux et donnez-en une moitié à chacune.

Alors la mère de l'enfant vivant, poussée par son amour pour son fils, s'écria:
- De grâce, mon seigneur, qu'on lui donne le bébé vivant, qu'on ne le fasse pas mourir!
Mais l'autre dit:
- Non, coupez-le en deux. Ainsi il ne sera ni à moi ni à elle.

Alors le roi prononça son jugement et dit:
- Ne tuez pas l'enfant! Donnez-le à la première des deux femmes. C'est elle sa vraie mère.

Tout Israël apprit le jugement que le roi avait prononcé et tous furent remplis d'un profond respect pour lui, car ils comprirent qu'il avait reçu la sagesse de Dieu pour rendre la justice.

Pour nous aussi, il s'agit donc de rendre justice et légitimité, avec sagesse

Car pour accueillir comme légitime toute valeur, idéologie ou religion il nous faut chercher si cette valeur, idéologie ou le dieu de cette religion accueille et protège toute vie inconditionellement comme sienne, ou bien si ce dieu, idéologie ou valeur est prêt à sacrifier ou mépriser certaines vies humaines dans certaines conditions.

La solution pour trouver la base éthique et spirituelle universelle juste, sur laquelle des hommes de convictions différentes pourront s’entendre et coopérer repose donc ultimement sur le respect de la dignité de chaque personne partout dans le monde, par cette valeur, idéologie ou religion, donc l'absence universelle de despotisme ou de la moindre violence dans ses enseignements et dans ses pratiques, car chaque personne devant un Dieu ou devant une société, valeur ou idéologie légitime, est aimée inconditionellement, comme sienne.

"...Surtout voir en tout humain un frère"
Bienheureux Charles de Foucauld (1858-1916), ermite et missionnaire au Sahara

4:43:04 PM

Journal Missa

 Mardi le 30 janvier 2007
les musulmans sont plus victimes que coupables de l’oppression mentale opérée par l'Islam
8:25:05 AM

Journal Missa

 Lundi le 29 janvier 2007
Benoît XVI rappelle le caractère sacré du mariage (RV-samedi 27 janvier 2007) Benoit XVI a reçu samedi matin les membres de la rote romaine, à l’occasion de l’inauguration de l’année judiciaire. La rote romaine est le Tribunal de l’Eglise en charge des demandes d’annulation de mariage. Dans son discours, le pape a rappelé la valeur indissoluble du mariage, alliance divine entre un homme et une femme. Benoit XVI a mis en garde les membres de la rote romaine de ne pas se laisser gagner par le relativisme ambiant. Compte-rendu, Bethsabée Salem.
8:17:37 PM
La fondation Raoul Follereau précise que « toutes les vingt minutes, dans le monde, un enfant est touché par la lèpre ».
7:55:41 PM
Jamais plus la guerre !

Le choc des civilisations
Extraits du chapitre 34 « Tuer au nom de Dieu ? »

Le 11 septembre 2001 le pape a assisté à l’effondrement des deux Tours à la télévision. Le Saint-Père se trouvait à Castelgandolfo. Le téléphone sonna et à l’autre bout du fil il entendit la voix bouleversée du cardinal Sodano, Secrétaire d’Etat. Il demanda qu’on allume télévision et vit ces images dramatiques, l’effondrement des Tours avec à l’intérieur, emprisonnées, tant de pauvres victimes. Il passa le reste de l’après-midi entre la chapelle et la télévision, en traînant toute sa souffrance derrière lui.

Le lendemain matin, le pape célébra la messe. Puis il tint une audience spéciale place Saint-Pierre. Je me souviens de ses paroles : « Un jour sombre dans l’histoire de l’humanité ». Je me souviens également qu’avant la prière, on demanda aux fidèles de ne pas applaudir, de ne pas chanter. C’était un jour de deuil.

Il était préoccupé, il avait très peur que les choses ne se terminent pas là, que l’attentat déclenche une escalade de violence sans fin. Egalement parce que, selon lui, la croissance de la plaie terroriste était due, entre autres, à l’état de grave pauvreté, au manque de possibilités d’éducation et de développement culturel dont souffraient de nombreux peuples arabes. Par conséquent, pour venir à bout du terrorisme il était nécessaire d’éliminer dans le même temps les énormes inégalités sociales et économiques entre le Nord et le Sud.

Pages 211-212 (de l’édition italienne)

Mars 2003, le pape tente d’empêcher la deuxième Guerre du Golfe.

15 mars 2003, un samedi. Accompagné du cardinal Sodano et de Mgr Tauran, le Saint-Père reçoit le cardinal Pio Laghi de retour de sa mission aux Etats-Unis. Le cardinal Laghi, sans considérer pour autant que tout était perdu, rapporte ce qu’avait dit le président américain. Bush comprenait parfaitement les raisons morales du pape, mais désormais il ne pouvait plus revenir en arrière. Il avait imposé un ultimatum de 48 heures à Saddam Hussein.

Entre-temps, le cardinal Etchegaray avait déjà apporté la réponse, pas complètement négative mais assurément ambiguë, des gouvernants irakiens : ils étaient disposés à collaborer avec les inspecteurs des Nations Unies, mais étaient réticents à l’égard des « armes de destruction de masse ».

On savait désormais tout ce que l’on devait savoir. Et ainsi, à partir de cette rencontre du 15 mars fut rédigé le texte de l’Angélus du lendemain, renfermant, à la fois, un appel venant du cœur et un appel adressé aussi bien à Saddam Hussein qu’aux pays qui composaient le Conseil de Sécurité de l’ONU. Et tout en le lisant à la fenêtre, le Saint-Père voulut comme accompagner cette ultime espérance qui prenait les chemins du monde. Par trois fois il répéta : « Il est encore temps de négocier ! ». « Il n’est jamais trop tard ! ». Mais tout cela, à l’évidence, ne lui sembla pas suffisant. Il avait compris, au-delà des escalades, que la situation était désormais sur le point de basculer, et que l’on s’acheminait vers la guerre, avec le risque, par-dessus tout, qu’elle se transforme en une guerre de civilisation ou, pire, en une « guerre sainte ». Alors, il sentit le besoin de dire ce qu’il avait sur le cœur, d’apporter son témoignage personnel. Il voulut rappeler qu’il appartenait à la génération de ceux qui avaient connu la guerre, et donc, pour cette raison également, il sentait le devoir d’affirmer : « Jamais plus la guerre ! ». D’où je me trouvais dans le bureau, je le voyais seulement de profil, mais je le voyais. Je voyais son visage qui se crispait toujours plus, et sa main droite qui semblait vouloir donner plus de force à sa parole.
7:53:36 PM
Sainte Paule (347-404), veuve, puis moniale. (RS), par Raymond Beaugrand-Champagne
7:46:21 PM
« Auprès de Jésus, ils voient le possédé assis, habillé et devenu raisonnable, lui qui avait eu la légion de démons » Le but de tout notre combat, c'est de trouver l'humilité. Nos ennemis les démons sont tombés par l'orgueil et ils nous attirent dans leur chute. Mais nous, frères, soyons humbles, et alors nous verrons la gloire du Seigneur déjà ici sur terre (Mt 16,28), car aux humbles le Seigneur se fait connaître par le Saint Esprit. L'âme qui a goûté la douceur de l'amour divin est entièrement régénérée et devient toute différente ; elle aime son Seigneur et tend de toutes ses forces à lui, jour et nuit. Jusqu'à un certain moment, elle reste paisible en Dieu, puis elle commence à souffrir pour le monde. Le Seigneur miséricordieux donne à l'âme tantôt le repos en Dieu, tantôt un coeur douloureux pour le monde entier, afin que tous les hommes se repentent et parviennent au paradis. L'âme qui a connu la douceur du Saint Esprit désire pour tous la même connaissance, car la douceur du Seigneur ne permet pas à l'âme d'être égoïste, mais lui donne l'amour qui jaillit du coeur. Saint Silouane (1866-1938), moine orthodoxe Écrits (trad. Eds. Présence 1973, p. 385)
7:45:08 PM

Journal Missa

 Dimanche le 28 janvier 2007
Ecouter et parler, comprendre autrui et lui communiquer la foi sont des dimensions essentielles de l'œcuménisme
10:28:09 PM
unis au Christ, le Prêtre Souverain et Éternel, et avec Marie, la Mère du premier Prêtre et de tous les Prêtres, nous saurons rendre témoignage de l’espérance qui est en nous aux nombreux frères et sœurs qui, aujourd’hui encore, ont besoin du Chemin de la Vérité et de la Vie
10:25:58 PM
La principale différence entre les deux amours est la suivante : l’amour de désir, ou érotique, est exclusif ; il se consume entre deux personnes ; l’ingérence d’une troisième personne signifierait sa fin, la trahison. Parfois l’arrivée même d’un enfant parvient à mettre en crise ce type d’amour. L’amour de don, ou agape embrasse en revanche toute personne, il n’en exclut aucune, pas même l’ennemi. La formule classique du premier amour est celle que nous entendons sur les lèvres de Violetta dans la Traviata de Verdi : « Aime-moi Alfredo, aime-moi autant que je t’aime ». La formule classique de la charité est celle de Jésus qui dit : « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés ». Il s’agit d’un amour fait pour circuler, pour se diffuser. Il existe une autre différence : l’amour érotique, dans sa forme la plus typique qui est l’état amoureux, ne dure pas, de par sa nature, ou ne dure qu’en changeant d’objet, c’est-à-dire en tombant successivement amoureux de différentes personnes. Saint Paul dit en revanche que la charité « demeure », que c’est même la seule chose qui demeure éternellement, et qui demeurera même lorsque la foi et l’espérance auront disparu. Entre ces deux amours – celui de recherche et de don – il n’existe toutefois pas de séparation nette et d’opposition, mais plutôt un développement, une croissance. Le premier, l’eros est pour nous le point de départ, le deuxième, la charité est le point d’arrivée. Entre les deux existe tout un espace pour une éducation à l’amour et pour grandir dans l’amour. Prenons le cas le plus commun qui est l’amour du couple. Dans l’amour entre deux époux, au début dominera l’eros, l’attrait, le désir réciproque, la conquête de l’autre, et donc un certain égoïsme. Si, chemin faisant, cet amour ne s’efforce pas de s’enrichir d’une dimension nouvelle, faite de gratuité, de tendresse réciproque, de capacité à s’oublier pour l’autre et se projeter dans les enfants, nous savons tous comment il se terminera. Le message de Paul est d’une grande actualité. L’ensemble du monde du spectacle et de la publicité semble s’être aujourd’hui engagé à enseigner aux jeunes que l’amour se réduit à l’eros et l’eros au sexe ; que la vie est une idylle permanente, dans un monde où tout est beau, jeune, sain, où la vieillesse et la maladie n’existent pas, et où tous peuvent dépenser autant qu’ils le désirent. Mais ceci est un mensonge colossal qui génère des attentes disproportionnées qui, déçues, provoquent des frustrations, des rébellions contre la famille et la société et ouvrent souvent la voie au crime. La parole de Dieu nous aide à faire en sorte que le sens critique ne s’éteigne pas complètement chez les personnes, face à ce qui leur est servi quotidiennement.
10:24:22 PM
Benoît XVI présente saint Thomas d’Aquin comme le maître du dialogue entre les religions Le calendrier liturgique rappelle aujourd’hui saint Thomas d’Aquin, grand docteur de l’Eglise. Avec son charisme de philosophe et de théologien, il offre un modèle valide d’harmonie entre raison et foi, dimensions de l’esprit humain, qui se réalisent pleinement dans la rencontre et le dialogue entre elles. Selon la pensée de saint Thomas, la raison humaine « respire », d’une certaine manière : c’est-à-dire qu’elle se meut dans un horizon ample, ouvert, où elle peut exprimer le meilleur d’elle-même. Lorsqu’en revanche l’homme se limite à penser uniquement à des objets matériels et « expérimentables » et se ferme aux grandes interrogations sur la vie, sur lui-même et sur Dieu, il s’appauvrit. Le rapport entre foi et raison constitue un sérieux défi pour la culture actuellement dominante dans le monde occidental et précisément pour cette raison, le bien-aimé Jean-Paul II a voulu y consacrer une encyclique intitulée justement Fides et ratio - Foi et raison. J’ai moi-même récemment repris cet argument dans le discours à l’Université de Ratisbonne. En réalité, le développement moderne des sciences apporte d’innombrables effets positifs qui sont toujours reconnus. Dans le même temps cependant, il faut admettre que la tendance à considérer vrai uniquement ce qui est expérimentable, constitue une limitation à la raison humaine et produit une terrible schizophrénie désormais évidente, en raison de laquelle coexistent le rationalisme et le matérialisme, l’hypertechnologie et l’instinct déchaîné. Il est urgent par conséquent de redécouvrir de façon nouvelle la rationalité humaine ouverte à la lumière du Logos divin et à sa parfaite révélation qui est Jésus Christ, Fils de Dieu fait homme. Lorsque la foi chrétienne est authentique elle ne mortifie pas la liberté et la raison humaine ; et alors, pourquoi la foi et la raison doivent-elles avoir peur l’une de l’autre si le fait de se rencontrer et de dialoguer leur permet de mieux s’exprimer ? La foi suppose la raison et la perfection, et la raison, éclairée par la foi, trouve la force pour s’élever à la connaissance de Dieu et des réalités spirituelles. La raison humaine ne perd rien en s’ouvrant aux contenus de la foi, ceux-ci demandent au contraire son adhésion libre et consciente. Avec une sagesse clairvoyante, saint Thomas d’Aquin réussit à instaurer une confrontation fructueuse avec la pensée arabe et juive de son temps, au point d’être considéré un maître toujours actuel de dialogue avec d’autres cultures et religions. Il sut présenter cette admirable synthèse chrétienne entre raison et foi qui pour la civilisation occidentale représente un patrimoine précieux où l’on peut puiser aujourd’hui également pour dialoguer de manière efficace avec les grandes traditions culturelles et religieuses de l’est et du sud du monde. Prions afin que les chrétiens, spécialement ceux qui oeuvrent dans le milieu universitaire et culturel, sachent exprimer le caractère raisonnable de leur foi et en témoigner dans un dialogue inspiré par l’amour. Demandons ce don au Seigneur par l’intercession de saint Thomas d’Aquin et surtout de Marie, Siège de la Sagesse.
10:15:55 PM
Prière avant l'étude - Saint Thomas d'Aquin Créateur ineffable qui, des trésors de votre Sagesse avez élu trois hiérarchies d'Anges et les avez établies dans un ordre admirable au-dessus des Cieux, qui avez disposé avec tant de beauté les parties de l'Univers, Vous que l'on appelle la vraie fontaine de Lumière et de Sagesse et le principe suréminent, daignez verser sur les ténèbres de mon intelligence un rayon de clarté. Ecartez loin de moi, la double obscurité où je suis né : le péché et l'ignorance. Vous qui rendez éloquente la langue des petits enfants, façonnez ma parole, et versez sur mes lèvres la grâce de votre bénédiction. Donnez-moi la pénétration de l'intelligence, la faculté de me souvenir, la méthode et la facilité de l'étude, la profondeur dans l'interprétation et une grâce abondante d'expression. Fortifiez le début (de mon étude), dirigez-en le cours, parfaites-en l'issue, Vous qui êtes vrai Dieu et vrai Homme et qui vivez et régnez dans les siècles des siècles. Amen.
10:13:52 PM
St Thomas d'Aquin, o.p., docteur de l'église, rénovateur de la philosophie et la théologie de son temps (RS), par Raymond Beaugrand-Champagne
10:12:29 PM
le Christ est venu annoncer les bienfaits de son avènement, précisément aux descendants d'Israël avant les autres
10:11:14 PM
Lectionnaire: - avant que tu viennes au jour, je t'ai consacré ; je fais de toi un prophète pour les peuples. - Toi, mon soutien dès avant ma naissance, tu m'as choisi dès le ventre de ma mère ; tu seras ma louange toujours ! - L'amour ne passera jamais - Au temps du prophète Élie, lorsque la sécheresse et la famine ont sévi pendant trois ans et demi, il y avait beaucoup de veuves en Israël ; pourtant Élie n'a été envoyé vers aucune d'entre elles, mais bien à une veuve étrangère, de la ville de Sarepta, dans le pays de Sidon. Au temps du prophète Élisée, il y avait beaucoup de lépreux en Israël ; pourtant aucun d'eux n'a été purifié, mais bien Naaman, un Syrien. »
10:09:56 PM

Journal Missa

 Vendredi le 26 janvier 2007
Les étapes du deuil
2:36:06 PM

Journal Missa

 Jeudi le 25 janvier 2007
Oecumenism : the first duty is prayer: "By praying and praying together, Christians acquire a greater awareness of their condition of brothers, even if they are still divided; and by praying, we learn better to listen to the Lord, as we can only find the path to unity by listening to the Lord and following his voice."
9:51:34 PM
Six habits of highly effective dioceses

Why are some dioceses better at attracting vocations than others? In Tim Drake’s recent story “Vocations Surge,” the National Catholic Register provided some answers to that question.

Based on what we learned, here are six questions successful dioceses all answer “yes.”

1. Is the Eucharist the center of vocation efforts?

We found that the promotion of eucharistic adoration for vocations is a decisive factor in attracting candidates. The reason is simple: It’s a vocations strategy that came from Christ himself, when he told the apostles to “ask the Lord of the harvest to send more laborers.”

Eucharistic adoration is especially effective because it draws sharp attention to the great gift that makes the priesthood so extraordinary and so needed – we have the priesthood to thank for God’s real presence in the blessed sacrament. And the dynamic of silent eucharistic adoration inevitably leads to the question, “What do you want me to do, Lord?”

Anecdotal evidence bears this out. In conjunction with the U.S. bishops, vocation.com kicked off an effort in 2005 that delivered Vatican monstrances to dioceses in order to encourage regular adoration in parishes. Program leaders, like David Craig, have been astounded to see parishes produce their first vocations ever after eucharistic adoration was introduced.

2. Is the diocese unabashed about personally inviting men to be priests?

Father Keith Stewart in the Diocese of Memphis, Tenn., counted this as the key to his vocations strategy. A U.S. bishops’ survey found that 78 percent of those being ordained said they were initially invited by a priest to consider the priesthood. Very few men were drawn to the priesthood by ads alone. One of our sources said that the seminarians he talks to say they only began to consider the priesthood the third or fourth time they were asked!

3. Is the seminary faithful to the magisterium of the church?

We’ve all heard horror stories about seminaries using theologians who try to “de-mythologize” religion, and end up denying basic truths of the faith. National Catholic Register has reported on situations where seminary instructors downplayed celibacy, offering only a sneer regarding the very sacrifices they are asking young men to make.

The seminaries that are booming, like Mount St. Mary’s in Emmitsburg, Md., St. Vincent in Latrobe, Pa., and St. Gregory the Great in Seward, Neb., are ones with a reputation for being faithful to the magisterium.

4. Are there many strong and faithful families to draw from?

There are beautiful exceptions, but the rule is that priests come from committed Catholic families in which the father is an active player in the family’s faith.

These families are most common, we found, in places like the South and the Midwest, where the faith is relatively new and isn’t taken for granted, or is actually under attack.

In the Northeast, there are lots of Catholics – so many that the faith seems to have become part of the scenery. But wholesome families are more common in the Bible Belt, and Catholics are in a minority. They have had to endure the strange looks and the vigorous – or even vicious – arguments of those who think there’s something strange about being Catholic.

5. Do young men know and interact with priests?

“What do priests do, pray all day?” The priest’s life is largely a mystery to young men. Unless they meet and interact with priests – at parish functions, but also at dinner with their families – it may never occur to many young men that the priesthood is a life that would appeal to them.

The Diocese of Steubenville, Ohio, is one of many dioceses involved in Project Andrew, hosting dinners with priests and young men so that they can meet – and so that the all-important invitation can take place.

For many priests, serving at the altar was the first place they first came to know men who had been called and understood what the call entailed. Parishes should make sure that boys feel welcome at the altar, and that altar serving isn’t, in effect, girls-only.

6. Did young people in the area go to World Youth Day?

The World Youth Day factor is very real. Many men in seminary trace their enthusiasm back to a World Youth Day. These events give young people with high ideals a chance to see that the Church will allow them to have a big, positive impact on the world – one that lasts for eternity.

God has never stopped calling young men to commit their lives to him. But we have sometimes stopped listening as well as we could. As more dioceses adopt these highly effective habits, the vocations surge will only get stronger.


9:49:14 PM

Marie généralissime des armées célestes

Prière à Marie généralissime des armées célestes

Auguste Reine des cieux et maîtresse des Anges, vous qui avez reçu de Dieu le pouvoir et la mission d'écraser la tête de Satan, nous vous le demandons humblement, envoyez les légions célestes pour que sous vos ordres, elles poursuivent les démons, les combattent partout, répriment leur audace et les refoulent dans l'abîme.

Qui est comme Dieu ?

O bonne et tendre Mère, vous serez toujours notre amour et notre espérance.

O divine Mère, envoyez les Saints Anges pour me défendre et repousser loin de moi le cruel ennemi.

Saints Anges et Archanges, défendez-nous, gardez-nous.


(300 jours d'indulgences "Pie X, 8-VI.1908")

"L'efficacité surnaturelle de cette prière sera très grande." (Mgr Paul-Emile Léger)


Imprimer pour distribuer... Version pdf texte pour imprimer et diffuser version pdf texte | Version pdf avec image pour imprimer et diffuser version pdf avec image | Notice notice
9:43:16 AM

Journal Missa

 Mardi le 23 janvier 2007
Soirée de Retrouvailles chrétiennes à l'Oratoire Saint-Joseph

Le Conseil oecuménique des Église et Novalis invitent tous les chrétiens du grand Montréal à fraterniser et à partager leur joie d'être disciples du Christ dans une grande Soirée de retrouvailles chrétiennes. Elle aura lieu le dimanche 28 janvier à 19 heures à la basilique de l'Oratoire Saint-Joseph, avec la participation de plusieurs chorales.

Dans le cadre de la Semaine de prière pour l'unité des chrétiens qui se déroule du 18 au 25 janvier, Anglicans, Catholiques, Orthodoxes et Protestants de différentes confessions se rassembleront pour prier et chanter, se reconnaissant tous de la même famille. Ils témoigneront ainsi du même amour qui les unit pour Dieu le Père et son Fils, dans l'Esprit Saint.
2:19:55 PM
Quelle révélation Dieu a-t-il faite de lui-même ?

Il y a un dicton qui dit qu'on méprise ce que l'on ignore. Il faut donc dans le récent débat sur les accomodements raisonnables continuer d'approfondir mutuellement notre connaissance des religions en cause.

Pour comprendre l'islam il faut d'abord comprendre le judaïsme et le christianisme. En faisant une exégèse historique, littéraire et théologique du coran on est à peu près certain aujourd'hui que l'islam est issu d'une hérésie judéo-chrétienne qui a ses racines vers l'an 70 et qui a été politisée vers l'an 700 dans des buts de conquète matérielle-économique (à ce sujet lire ceciceci et ceci, et entendre ceci). Aujourd'hui l'islam est plus ou moins divisé entre des croyants et des intégristes. À cause des origines théologiques (hérésie judéo-chrétienne) et historiques (politisée dans des buts de conquète) de l'islam, le contenu religieux de l'islam pose des difficultés pour les croyants musulmans d'entammer un dialogue avec le monde et les autres religions, et donne par ailleurs de très bonnes excuses aux intégristes de croire à un salut par la violence. Les difficultés pour les croyants ordinaires sont la quasi herméticité de leur credo par rapport aux autres religions notamment judéo-chrétiennes et donc la difficulté sinon l'impossibilité d'entrer dans un dialogue exégético-historique avec les chrétiens et les juifs, la quasi impossibilité aussi pour eux de peut-être contempler de se convertir à une autre religion à cause de la théologie islamique ou la liberté d'aimer Dieu (judéo-chrétienne) est déplacée par une nécessité de soumission à Dieu.

J'ai eu des conversations avec des musulmans au sujet de leur foi, et dans certains cas, comme si j'avais discuté avec les membres d'une secte, j'ai eu droit ultimement à des affirmations tout simplement lapidaires de leur credo ou on pressentait pour certains, en filigramme, la crainte de discuter avec un infidèle, ou bien pour d'autres un mépris ostentatoire, poli, fermé, distant et objectivement ignorant. On méprise ce que l'on ignore et on ignorerait parfois "par foi", ici, ce que l'on méprise. Mais occasionellement j'ai parlé à des musulmans qui étaient ouverts à des critiques tout à fait honnêtes et justes de leur religion, et ils m'ont décrit les souffrances qu'ils ont voulu éviter à leurs familles en émigrant au Québec, ils m'ont aussi bien avisé (avec un air sincère et urgent de supplication) que certains de ces intégristes étaient en train aussi d'émigrer au Québec et qu'on devait se méfier car leur agenda était d'avoir partout "un état dans un état" et d'établir partout la charia. On constate effectivement que des intégristes musulmans menacent constamment les pays et les personnes dans le monde, cette mentalité de menace représente pour le reste du monde un défi d'éducation à la vie et un cri d'alarme en ce qui concerne le sens des valeurs ou la perte du sens des valeurs. Il faut donc ne pas mépriser les croyants musulmans, voir à corriger ce qui peut humainement alimenter l'intégrisme et chercher à comprendre par la recherche et le dialogue, que l'on soit musulman ou d'une autre religion : quelle révélation Dieu a-t-il faite de lui-même ?
12:51:16 PM
German diocese recommends contract for Catholic-Muslim marriages
9:39:49 AM
We heard from a pro-life friend of a young pregnant lady who was driving down to Madison for her appointment at the Planned Parenthood abortion center. When turning into the clinic parking lot, she saw the "I REGRET MY ABORTION" message and turned around, went back home, and made an appointment at the local crisis pregnancy center. She gave life to her baby!
8:38:00 AM

Journal Missa

 Lundi le 22 janvier 2007
Continuer sur la voie du silence serait aujourd'hui une erreur incompréhensible et impardonnable

En février 2006, alors que j'étais à Rome pour être créé cardinal, j'ai célébré une messe pour les catholiques de ma nation, la Chine, pendant laquelle j'ai affirmé: "Le rouge que je porte exprime la disponibilité d'un cardinal à verser son propre sang. Mais ce n'est pas mon sang qui est versé: ce sont le sang et les larmes des nombreux héros anonymes des Eglises officielle et souterraine qui ont souffert pour être fidèles à l'Eglise". Cardinal Joseph Zen Ze-kiun
8:55:54 AM

Journal Missa

 Dimanche le 21 janvier 2007
Ensemble, être des témoins de l’amour trinitaire - « Il fait entendre les sourds et parler les muets » (Mc 7, 37).  La Semaine de prière pour l’Unité des chrétiens nous rappelle ainsi que l’œcuménisme est une expérience profonde de dialogue, écoute, parole, et meilleure connaissance réciproque - le Christ ressuscité est l’espérance de tous. Il l’est spécialement pour les chrétiens. Héritiers de divisions survenues au cours des époques passées, ils ont voulu, en cette circonstance lancer un appel : le Christ peut tout, lui qui fait ‘entendre les sourds et parler les muets’, c’est-à-dire qu’il est capable de communiquer aux chrétiens le désir ardent d’écouter l’autre, de communiquer avec l’autre, de parler avec lui le langage de l’amour mutuel...Le pape encourageait chaque chrétien à cultiver « l’œcuménisme spirituel » en disant: « C’est une tâche que tous peuvent accomplir, spécialement pour ce qui concerne l’œcuménisme spirituel, fondé sur la prière et le partage possible pour le moment entre chrétiens ».

« Je souhaite, insistait le pape, que l’aspiration à l’unité, traduite en prière et en collaboration fraternelle, pour soulager les souffrances humaines, puisse se répandre toujours davantage au niveau des paroisses et des mouvements ecclésiaux, et au sein des instituts religieux ». ...je suis reconnaissant envers ceux qui, dans toutes les parties du monde, prient avec conviction et avec constance, et agissent pour l’unité. Que Marie, Mère de l’Eglise, aide tous les fidèles à laisser le Christ les ouvrir profondément à la communication réciproque dans la charité et dans la vérité, pour devenir en Lui un seul coeur et une seule âme » (cf. Actes, 4, 32)
5:48:49 PM
Une meilleure connaissance mutuelle entre musulmans et chrétiens est nécessaire pour la paix - les croyants des différentes religions doivent s’efforcer d’œuvrer ensemble en faveur de la paix, en commençant par dénoncer la violence, trop souvent utilisée dans le passé sous le prétexte de motivations religieuses, et en apprenant à mieux se connaître et à mieux se respecter pour édifier une société toujours plus fraternelle....Les religions peuvent aussi unir leurs efforts pour agir en faveur du respect de l’homme, créé à l’image du Tout-Puissant, et pour faire reconnaître les valeurs fondamentales qui régissent la vie des personnes et des sociétés. Le dialogue, nécessaire entre les Autorités religieuses à tous les niveaux, commence dans la vie de tous les jours par l’estime et le respect mutuels que se portent les croyants de chaque religion, partageant la même vie et œuvrant ensemble pour le bien commun.
5:38:18 PM
Désarmement : Les enfants appelés à déposer leurs « armes-jouets » ROME, Dimanche 21 janvier 2007 (ZENIT.org) – « Change de jeu », c’est le titre d’une initiative italienne invitant les enfants au désarmement, et à déposer leurs armes-jouets: une initiative encouragée par le pape Benoît XVI, dans son allocution après l’angélus de midi, ce dimanche. Le pape s’est adressé aux organisateurs du projet italien « Cambia gioco » (www.cambiagioco.it), mené dans la ville de Lecce, une ville de la région des Pouilles, dans le talon de la botte italienne, à quelle 580 kilomètres de Rome. Les promoteurs de ce projet se sont adressés aux enfants, leur demandant d’abandonner leurs armes-jouets: ils sont récolté 4.568 armes-jouets, pour une population de 83.303 habitants. Benoît XVI se réjouissait de cette initiative et élargissait l’appel en disant : « Préservons l’enfance de la contagion de la violence ». L’ « Equipe du divertissement » de Mago Fracasso a en effet organisé, sous le patronage de la municipalité de Lecce, du 8 décembre 2006 au 6 janvier 2007, des jeux et des spectacles pour le désarmement et une campagne de sensibilisation pour l’abandon des armes-jouets. La présence de très nombreux magasins proposant comme jouets pour Noël, mais pas seulement, des pistolets, des fusils, des poignards, des lances et des flèches, qui « finissent dans la chambre des enfants » a inspiré les organisateurs de ce désarmement inédit. Il s’agissait d’expliquer aux enfants – un public de 3 à 10 ans – qu’il est juste qu’ils se défassent de ces armes-jouets en mettant déjà en œuvre leur propre « désarmement » et choisir au contraire « la vie, un avenir, une espérance ». NDLR Au delà des jouets matériels : une culture cinématographique et de jeux vidéos dont la logique pédagogique se développe autour de la confrontation, de la domination par la violence et les armes, la vilification d'un "ennemi", plutôt que par l'adaptation, la sensibilité aux espoirs de l'autre et la solidarité dans la souffrance et les différences, la recherche par les tentatives d'amour et de dialogue, la compréhension et la valorisation de la célébration de toute vie.
5:33:48 PM
Comme toute religion, l’islam exprime sa foi à travers des prières, et spécialement à travers une « profession de foi » appelée en arabe « chahada », de la racine « ch-h-d » qui signifie « témoigner ». Celle-ci, telle la profession de foi catholique appelée « Credo », résume en quelques mots la foi musulmane. Contrairement à la profession de foi catholique au contenu développé, la profession de foi musulmane ne comporte qu’une courte phrase, composée de deux parties. La proclamation de la chahada est encore aujourd’hui le signe de la « soumission » à Allah et elle représente, à elle seule, le signe de l’appartenance à l’islam. Pour être musulman il faut, et il suffit, en effet, de la prononcer une seule fois devant deux témoins. Elle constitue encore le cœur de la foi d’un musulman qui doit la répéter cinq fois à chacune des cinq prières quotidiennes ». La chahada s'oppose à la Trinité professée par le christianisme. Là est la raison essentielle de la difficulté de conversion des musulmans au christianisme. Je cite à ce propos un exemple parlant : Chose étrange, providentielle, une confirmation me vint par l’intermédiaire d’un ami musulman algérien. Celui-ci, inquiet, me raconta en effet un jour le rêve qu’il venait de faire la veille, à la suite d’une tentative de ma part de l’éveiller à la vérité de l’Evangile. Il me confia donc qu’il avait fait un terrible cauchemar : cette nuit là, il s’était senti comme réellement « emprisonné dans une armure ». Durant plusieurs heures, m’affirma-t-il, il resta ainsi entre le rêve et la réalité, effrayé, se débattant mais ne pouvant, malgré ses efforts, se dégager de cette armure qui l’emprisonnait. Je compris alors, par la grâce de Dieu, le sens de ce cauchemar et le lui expliquai : « Cette armure représente le système islamique qui t’emprisonne : bloqué dans ton être comme dans une armure par les paroles du Coran, tu es empêché d'accueillir le mystère de la Trinité, de revenir à la Vérité évangélique, et de bénéficier ainsi de la grâce de la Rédemption. C’est pour cette raison que tu n’as pu, jusqu’à aujourd’hui, et malgré les nombreux échanges que nous avons eus ensemble, prendre la véritable mesure des paroles évangéliques que je t’ai communiquées ». Cette interprétation de son rêve le bouleversa et il en reconnut de suite l’authenticité. Il fut de fait, m’avoua-t-il quelques jours plus tard, instantanément apaisé après cette explication. Il fait, depuis lors, un chemin étonnant vers la recherche de la Vérité et bénéficie parfois, à cette intention, de grâces spirituelles exceptionnelles qui l’aident à poursuivre sa route.

L'islam provient d'une hérésie judéo-chrétienne des premiers siècles

Les chrétiens face à l'islam et aux musulmans conférence audio durée (50min)
par Jean Alcader
auteur du livre Le vrai Visage de l'islam
11:54:52 AM

Journal Missa

 Samedi le 20 janvier 2007
Tim Berners-Lee: Let us protect the neutrality of the net.
4:24:56 PM

Journal Missa

 Vendredi le 19 janvier 2007
Un silence monastique au succès inattendu Les distributeurs du film documentaire « Le Grand silence », succès surprise de la période des fêtes dans la métropole, ajoute une salle. Le film sera présenté dès aujourd’hui au cinéma Le Parisien en plus du cinéma Ex-Centris. La semaine prochaine, il prendra l’affiche au Cinéma Le Clap de Québec et à Sherbrooke à la Maison du cinéma. « Le Grand silence nous transporte dans l’univers cloîtré des moines Chartreux qui vivent dans le monastère de la Grande Chartreuse situé au cœur des Alpes françaises. », indique Métropole films, le distributeur du film au Québec. « L’Ordre des Chartreux est considéré comme l’un des plus austères de l'Église catholique en raison de ses membres qui dévouent leur existence à Dieu et au silence. » Le réalisateur, l’Allemand Philip Gröning, a capté les détails de la vie monastique comme la prière, l’étude et les corvées domestiques, comme la préparation des repas, la confection des robes, l’entretien du jardin ou le sciage du bois. Pendant près de trois heures, sans dialogue et sans musique autre que celles de la prière des moines, le cliquetis des ciseaux, le craquement d’une porte ou le carillonnement des cloches, le cinéaste transporte le spectateur dans une intériorité rare au cinéma. D’ailleurs, les moines avaient demandé à ce que le film soit présenté sans musique et sans dialogue, en ne montrant que la vie quotidienne. Présentement à l’affiche : Cinéma Parallèle (Ex-Centris) 3536 boul. Saint-Laurent, Montréal tél. (514) 847-2206 Dès vendredi le 19 Janvier : Cinéma Le Parisien 480 rue Ste-Catherine O., Montréal Dès le 26 janvier : Cinéma Le Clap 2360 ch. Ste-Foy, Ste-Foy tel. (418) 650-2527 La Maison Du Cinéma 63 rue King Ouest, Sherbrooke tel. (819) 566-8782 - Entendre l’entrevue réalisée par Radio Ville-Marie sur le sujet
4:52:43 PM

Journal Missa

 Jeudi le 18 janvier 2007
Congrès de l'École française de spiritualité - Du 7 au 10 juin 2007, les Prêtres de Saint-Sulpice seront les hôtes du Congrès de l'École française de spiritualité au Grand Séminaire de Montréal.

L'École française de spiritualité est un mouvement spirituel et missionnaire qui a animé l'Église de France au début du XVIIe siècle. Les grands maîtres sont : Pierre de Bérulle, Charles de Condren, Jean-Jacques Olier, Jean Eudes et aussi saint Vincent de Paul et saint Louis-Marie Grignion de Montfort. Avec tous ceux qui les ont suivis, ils forment une immense famille spirituelle. Ils invitent à une expérience spirituelle profonde et à un engagement missionnaire très vigoureux. Les maîtres ne viendront pas bâtir la Nouvelle-France, mais les filles et les fils spirituels viendront nombreux.

À qui s'adresse ce congrès ? Aux membres des congrégations religieuses et aux associé-e-s, aux laïques - de tous âges - intéressé-e-s à découvrir ou à approfondir cet héritage spirituel.
1:19:38 PM
À l’occasion de la Journée mondiale des malades, qui aura lieu le 11 février 2007, l’Organisme catholique pour la vie et la famille (OCVF) vient de lancer une nouvelle publication intitulée « Vivre, souffrir et mourir… pourquoi ? » Cette réflexion s’inscrit dans le débat sur l’euthanasie et le suicide assisté qui se poursuit dans la société canadienne. Le dépliant entraîne les lecteurs dans la contemplation de l’un des grands mystères de la vie : la douleur et la souffrance. Il en révèle le sens chrétien profond, tout en inspirant un sens renouvelé de l’espérance, du courage et de la paix.

Le sacrement de l’Onction des malades offre aux personnes éprouvées par la maladie des forces intérieures toutes spéciales. Ces grâces sont : « l’union du malade à la passion du Christ, pour son bien et pour celui de toute l’Église; le réconfort, la paix et le courage pour supporter chrétiennement les souffrances de la maladie ou de la vieillesse; le pardon des péchés si le malade n’a pas pu l’obtenir par le sacrement de la Pénitence; le rétablissement de la santé, si cela convient au salut spirituel; (et) la préparation au passage à la vie éternelle ». (Catéchisme de l’Église catholique, nos 1511 et 1532)
10:17:35 AM
La Semaine de prière pour l’unité des chrétiens sera soulignée au Canada du 21 au 28 janvier prochain. Les dates canadiennes et le thème diffèrent de l’international alors que l’événement se déroule, dans certains pays, du 18 au 25 janvier. La thématique internationale et le texte biblique approprié sont préparés par un comité mixte formé du Conseil œcuménique des Églises et de la Commission pontificale pour la promotion de l'unité chrétienne. Des conseils nationaux et régionaux d'Églises adaptent ces ressources, y ajoutant en fonction de leur contexte local. Les ressources canadiennes, inspirées du thème adapté pour le Canada, « Soyez ouvert », ont été produites par un comité œcuménique coordonné par la Commission Foi et Témoignage du Conseil canadien des Églises. Pour souligner la Semaine 2007 de prière pour l'unité des chrétiens, le pape Benoît XVI présidera les vêpres en la basilique Saint-Paul-hors-les-murs, le jeudi 25 janvier, fête de la conversion de l'apôtre Paul.
10:16:07 AM

Journal Missa

 Mercredi le 17 janvier 2007
il avait fait beaucoup de guérisons, si bien que tous ceux qui souffraient de quelque mal se précipitaient sur lui pour le toucher. Et lorsque les esprits mauvais le voyaient, ils se prosternaient devant lui et criaient : « Tu es le Fils de Dieu ! » Mais il leur défendait vivement de le faire connaître.
10:19:30 PM
Le Grand silence

Cinema Ex-Centris 3536 boul. Saint-Laurent, Montréal (514) 847-2206

Meilleur documentaire 2006 (European film  academy documentary 2006 - Prix Arte). En semaines supplémentaires encore, le 18 janvier à 11H:00 h 14H:00 21H:00 et du 19 au 25 janvier 2007 - à 12:30 H  et à 21:10 H. En français, avec sous-titres en anglais.

Description:
De loin, on peut apercevoir la Grande Chartreuse érigée par Saint Bruno en 1084 au cœur du massif des Préalpes françaises. Seulement de loin, car personne n’y entre jamais sauf quelques aspirants au noviciat, et un cinéaste, seize ans après sa demande initiale. On pénètre la vie monastique des Chartreux avec «un film comme un nuage». Un film comme une rencontre fondamentale, un rendez-vous secret, une mystique de l’image! A priori déconcerté par un documentaire de trois heures, on est saisi de l’intérieur, comme une introspection qui grossit en profonde méditation. Son rythme lent, ses répétitions ponctuant une vie dépouillée, ses panoramas éminents en contrepoint d’un détail — un prie-dieu, une dalle mouillée, une braise, une cellule -, son absence quasi absolue de mots et de musique, son silence, LE silence.


 Dossier sur les Chartreux (La Croix)

 European Film Award for "Into Great Silence" pdf
9:36:29 PM
Claudine Moine (XVIIe s.), couturière, très grande mystique de l'Eucharistie; a vécu à Paris. (RS), par Raymond Beaugrand-Champagne

Licencié ès Lettres (philosophie), historien spécialiste du XVIIème siècle, diplômé de l'École pratique des Hautes Etudes, docteur en théologie, M. Jean Guennou a publié plusieurs livres, notamment : en 1959, "La Couturière Mystique de Paris", aux Éditions du Cerf, un volume de 312 pages. En effet, "un manuscrit protégé par un cartonnage recouvert de daim, sur lequel étaient apposées deux étiquettes portant l'une un titre : Notes spirituelles, l'autre une cote : 1409" avait retenu son attention. Il s'agissait d'une Demoiselle, Claudine Moine, née en Franche-Comté en 1618, dans une famille aisée, ruinée par la guerre de Trente Ans, venue à Paris pour gagner sa vie. Engagée comme couturière chez une dame de la haute société, elle mena, sans attirer l'attention de son entourage, une vie mystique, et d'union à Dieu peu ordinaire "dans des occupations pauvres et humbles, comme de coudre, filer, raccommoder, la plupart du temps, de vieilles hardes." En historien averti, M. Jean Guennou identifia la couturière mystique, car tous les noms de personnes et de lieux ainsi que les dates, sauf celle de son baptême avaient été soigneusement laissés en blanc pour préserver l'anonymat. Bien au courant des questions de spiritualité, particulièrement de celles du XVIIème siècle, il analysa la doctrine contenue dans les écrits de Claudine Moine. Il fut séduit ! Aussi, en 1981, il reprit et développa ce travail. Après une longue introduction générale très minutieuse et fort approfondie, il publia le texte intégral du "manuscrit au cartonnage recouvert de daim", sous le beau et simple titre "La Couturière Mystique de Paris - Claudine Moine – Relation spirituelle", 459 pages, Éd.Téqui, 1981.
9:09:30 PM
Demain commence la Semaine de prière pour l'unité des chrétiens (18-25 janvier). Le chemin vers l'unité, désirée par tous, reste long et difficile; il importe toutefois de ne pas se décourager et de compter avant tout sur le soutien de Celui qui a promis : "Je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde". L'unité est don de Dieu et fruit de l'action de son Esprit. Voilà pourquoi il importe de prier ». Benoît XVI évoquait aussi le thème de la semaine de prière : « Il fait entendre les sourds et parler les muets », soulignant qu’il « rappelle que tout chrétien, sourd et muet à cause du péché originel, reçoit dans le Baptême le don de l' ‘Effata’ : il devient capable d'écouter la Parole de Dieu et de l'annoncer ». « Ce thème, ajoutait Benoît XVI, met en lumière les deux aspects de la mission : annoncer l'Évangile et témoigner de la charité, invitant à traduire le message du Christ dans des gestes concrets de solidarité. Puissions-nous vivre cette semaine dans un climat d'écoute priante de l'Esprit de Dieu, avec l'aide de la Vierge Marie, mère de l'Église, pour que des pas significatifs soient faits sur le chemin de l'unité ! »
9:01:36 PM
does God truly need to be defended by man?
8:58:25 PM

Journal Missa

 Mardi le 16 janvier 2007
Jésus "vrai Dieu et vrai homme"
9:04:27 AM

Journal Missa

 Dimanche le 14 janvier 2007
Save the internet !
8:20:04 AM
La Nativité Cette semaine à l'affiche au Cinéma Tops 1545 boul. Corbusier, Laval tél. (450) 686-0266 - Tous les jours: 1:25, 3:25, 7:15, 9:15  Prix d'entrée 2.99$ ..à voir en famille !
8:03:04 AM

Journal Missa

 Mardi le 9 janvier 2007
Le diaconat permanent au Québec. Avancées, hésitations, prospectives. Cet ouvrage du Comité des ministères de l'Assemblée des évêques catholiques du Québec vient de paraître chez Fides.

Établi depuis plus de trente-cinq ans au Québec, le diaconat permanent reste assez largement méconnu. Il était devenu opportun d'identifier quelques-uns des traits de ce ministère et d'apporter quelques précisions sur son avenir. Quelle est la place et le rôle du diaconat permanent dans l'Église? Dans quelle direction devrait-il évoluer pour être toujours mieux adapté à la vie et aux besoins des diocèses du Québec? L'ouvrage comprend trois parties : Le développement du diaconat depuis le concile Vatican II, le diaconat dans la mission de l'Église et l'exercice concret du diaconat permanent dans l'Église au Québec.

La traduction anglaise sera disponible dans quelques semaines.


Coordonnées :
Comité des ministères de l'Assemblée des évêques catholiques du Québec,
Le diaconat permanent au Québec, Avancées, hésitations, prospectives,
(L'Église aux quatre vents), Montréal, Fides, 2006, 50 pages. Coût 12,95 $
En librairie dans la semaine du 22 janvier.
5:19:28 PM
Trois parents pour un enfant? Il est temps de s’arrêter pour réfléchir - La décision de la Cour d’appel de l’Ontario, rendue le 2 janvier 2007 et reconnaissant trois parents à un seul et même enfant devrait être une sonnette d’alarme pour les gouvernements fédéral et provinciaux du Canada. Il faut ralentir le rythme accéléré des métamorphoses que nous imposons à nos institutions sociales les plus fondamentales. Il est urgent pour les Canadiennes et Canadiens de faire une pause pour réfléchir, pour étudier et pour débattre des chemins où nous entraînent les normes changeantes que nous nous donnons par rapport au mariage et à la famille. La maternité et la paternité sont des réalités naturelles fondées sur des faits biologiques qu’aucun tribunal ni aucun gouvernement ne peut redéfinir. Génétiquement parlant, tout enfant naît d’une mère et d’un père; dans toute la mesure du possible, il faut respecter son droit et son besoin d’être élevé par ses parents biologiques. Lorsque cela s’avère impossible, l’adoption constitue une alternative louable et importante qui sert le meilleur intérêt de l’enfant. Les nouveaux désirs des adultes ne changent rien aux besoins des enfants. La recherche continue de démontrer que l’environnement le plus favorable au développement de l’enfant est celui d’une famille au sein de laquelle il est élevé par ses propres père et mère. Il y a tout lieu de s’inquiéter lorsqu’une société choisit intentionnellement de s’éloigner de ce modèle. Nous ne connaissons pas encore l’impact que peuvent avoir trois parents légaux ou plus sur l’enfant; notre expérience avec le divorce et ses effets malheureux sur les enfants nous invite toutefois à la prudence. Nous ne pouvons qu’imaginer les vastes conséquences qui pourraient découler d’une redéfinition radicale de la maternité, de la paternité et de la famille. Les enfants sont l’avenir du Canada. Nous leur devons de prendre des décisions responsables, longuement mûries, concernant la structure de la famille, puisqu’elle affecte profondément leur développement et leur bien-être. Les enfants sont vulnérables et doivent être protégés plutôt que soumis à une nouvelle expérience sociale. Au lieu de laisser aux tribunaux le soin de définir des politiques sociales, les gouvernements doivent s’assurer que leurs lois continuent de promouvoir le modèle naturel de la famille nucléaire. Les Canadiennes et Canadiens ont besoin d’une commission publique capable d’évaluer l’impact de la redéfinition de la maternité, de la paternité et de la famille sur les enfants et sur la société elle-même. Nous invitons tous les citoyens canadiens à participer à un dialogue social approfondi sur ces questions.
11:53:41 AM

Journal Missa

 Samedi le 6 janvier 2007
Bx Frère André, c.s.c., fondateur de l'Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal à Montréal. (RS), par Raymond Beaugrand-Champagne
11:24:13 AM
Entretien avec Edouard-Marie Gallez sur les origines de l’Islam

Aux origines de l'islam : les judéo-nazaréens ? Le Messie et son prohète - Une recherche universitaire sur la réduction messianiste du judéo-christianisme et ses suites.

Il s’agit d’une thèse de doctorat en théologie / Histoire des religions (Univ. de Strasbourg II, 2004-2005). Le titre général, que l’exposé se charge d’éclairer, reflète le mystère qui semble entourer les origines de l’Islam. Selon le discours habituel – fondé sur une biographie imposée deux siècles après les faits supposés –, Mahomet-Muhammad aurait été élevé dans un milieu arabe resté mystérieusement païen, comme si son histoire ne se situait pas au VIIe siècle mais avant notre ère, et comme si sa tribu de marchands n’avait rien appris des juifs et des chrétiens, qu’elle côtoie depuis longtemps au moins pour des raisons commerciales ; de plus, dit-on, il se déclare tout à coup prophète, se référant à une Révélation reçue de Dieu – ce que personne ne devrait comprendre puisque tous sont supposés être des polythéistes ignorant l’idée même de Dieu. Que signifie tout cela ? Quelle est la raison d’être de ces incohérences apparentes ? Depuis une trentaine d’années surtout, des études ont éclairé divers aspects de ces questions, mais peu de chercheurs ont entrevu la convergence des réponses dans les divers domaines concernés, trop isolés les uns des autres. Une double difficulté était, il est vrai, à surmonter : en amont, la recherche devait saisir et analyser l’histoire qui précède Mahomet ; et, en aval, il fallait avancer dans une exégèse sérieuse du texte coranique, au delà des obscurités et autres difficultés apparentes – dans les deux directions, la tâche était vaste. En amont, on devait remonter jusqu’au dossier de la littérature des grottes de la mer Morte (dite erronément « de Qumrân » ou « essénienne ») et le reconsidérer, ainsi que les études concernant ce qu’on prenait pour un « judaïsme dissident » (en fait, la dérive nazaréenne du judéo-christianisme primitif) ; et en aval, ce sont finalement près de cinq cents versets coraniques qui ont dû être regardés ou analysés. Il apparaît ainsi qu’au VIIe siècle, ce qui ne portait pas encore le nom « d’islam » s’enracinait dans le judaïsme et dans le christianisme, mais non pas directement : à travers les dérives de certains cercles judéo-chrétiens de la deuxième génération, qui avaient transformé le messianisme biblique en idéologie de salut – ils attendaient la seconde venue du Messie en tant qu’il dominerait la terre, la soumettant au pouvoir de Dieu et surtout de Ses fidèles. Malgré les difficultés ou les abus d’interprétation des manuscrits et des vestiges archéologiques – particulièrement ceux de la mer Morte –, il est possible à l’historien de suivre cette pensée messianiste qui s’esquisse au IIe siècle avant notre ère ; elle apparaît comme système de pensée à la fin du Ier siècle de notre ère, et, à la fin du VIe, donne naissance à l’éphémère communauté judéo-arabe qui fut le berceau de l’islam. La recherche fait également apparaître pourquoi et comment, par la suite, le texte coranique et le discours islamique se sont constitués, sous l’autorité des Califes de Damas. De la sorte, l’étude rend compte des différents dossiers, tout en étant appelée à être développée à l’avenir et précisée ou améliorée sur des points de détail ; guère d’autre approche n’offre une telle globalité – hormis le discours islamique lui-même, bien entendu. Pour rappel, ce dernier a pris sa forme au cours du VIIIe siècle essentiellement (réception du Coran par Mahomet, voyage au Ciel, intervention de l’ange Gabriel qui lui dicte le texte, etc.). Signalons également que l’unique donnée concernant Mahomet qui soit à la fois historiographiquement sûre et bien datée, est la tentative qu’il fit de prendre la Palestine en 629. Les livres ou articles habituels n’en parlent guère : du point de vue du discours convenu, que faisait donc Mahomet sur le chemin de Jérusalem – ville vers laquelle lui-même se tournait pour prier –, alors qu’il est supposé ne s’être préoccupé que de prendre La Mecque ? Les index et renvois internes (au texte ou aux 1649 notes) permettent de passer d’un tome à l’autre. La confrontation de textes disponibles (juifs, islamiques ou autres), de données archéologiques ou exégétiques, etc. instaure des pistes nouvelles plus nécessaires aujourd’hui que jamais, loin des passions religieuses ou politiques.
11:20:57 AM
"Et maintenant toi, Père, glorifie-moi auprès de toi-même de la gloire que j'avais auprès de toi avant que le monde fût." Jean 17:5
11:13:14 AM
Bien-aimés, ne croyez pas à tout esprit ; mais éprouvez les esprits, pour savoir s'ils sont de Dieu, car plusieurs faux prophètes sont venus dans le monde. (...) Tout esprit qui confesse Jésus-Christ venu en chair est de Dieu ; et tout esprit qui ne confesse pas ce Jésus n'est pas de Dieu : c'est celui de l'antéchrist, dont on vous a annoncé la venue, et qui maintenant est déjà dans le monde. (1 Jn 4, 1-3)
10:48:19 AM
Jésus est Dieu

D’une façon implicite, Jésus-Christ lui-même a déclaré être Dieu et il l’a montré dans les faits. Par exemple : « Le Père et moi, nous sommes un » (Jean 10, 30). « Qui m’a vu a vu le Père » (Jean 14, 9). Lors de son procès, à la question « Es-tu le Christ, le Fils du Béni ? » il affirme sans détour : « Je le suis, et vous verrez le Fils l’homme siéger à la droite de la Puissance et venir avec les nuées du ciel » (Marc 14, 61-62). Semblable affirmation sera retenue contre lui pour le mettre à mort comme blasphémateur (voir Mac 14, 64).

Fils Unique de Dieu, de la même nature que le Père, et il a manifesté sa divinité par sa vie, sa doctrine et ses miracles, surtout par sa glorieuse Résurrection. Cette dernière sera étudiée ultérieurement.

Quant à la doctrine et aux miracles, ils suscitent l’admiration des foules : « Il a tout fait à la perfection » (Marc 7, 37), il donnait son enseignement « en homme qui détient l’autorité, et non comme les scribes » (Matthieu 7, 29). Les Évangiles apportent de nombreux témoignages en ce sens. Il est question, par exemple, du pouvoir de Jésus sur la nature : « Il lança au vent un ordre impératif et dit à la mer : « Tais-toi. Fais silence ! » Et le vent tomba, et il se fit un grand calme » (Marc 4, 39).

Jésus possède le pouvoir de guérir les différentes maladies : « La ville entière se trouvait rassemblée auprès de la porte. Il guérit beaucoup de gens qui souffraient de maux divers » (Marc 1, 33-34). Il commande aux esprits impurs : « Il chassa beaucoup de démons » (Marc 1, 34).

Il a même la maîtrise de la mort, faisant revenir des défunts à la vie : la fille de Jaïre (voir Matthieu 9, 18-25), le fils de la veuve de Naïm (voir Luc 7, 11-17), son ami Lazare (voir Jean 11, 1-45).

Jésus est conscient de jouer un rôle particulier et d’accomplir les prophéties de l’Ancien Testament, qui le concernent effectivement. Il dit un jour à ses apôtres : « Voici que nous montons à Jérusalem. Le Fils de l’homme sera livré aux grands prêtres et aux scribes. Ils le condamneront à mort, et ils le livreront aux païens, et ils le bafoueront, et ils cracheront sur lui, et ils le flagelleront, et ils le mettront à mort, et trois jours après il relèvera d’entre les morts » (Marc 10, 33-34). Cette annonce renvoie à ce que disait le prophète Isaïe 52, 13-53, 12.

Jésus sait que ces paroles sont des paroles de vie éternelle : « Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront pas » (Matthieu 24, 35). Pour le croyant, il est logique qu’il en soit ainsi, car le Christ est la Parole éternelle du Père, il est le Verbe fait chair. C’est pourquoi il peut affirmer : « C’est moi la Voie, la Vérité et la Vie. Personne ne va au Père que par moi » (Jean 14, 6). Pour être sauvé, c’est-à-dire pour parvenir au bonheur éternel du ciel, il faut donc passer par lui : « C’est moi qui suis la porte : celui qui entrera par moi sera sauvé » (Jean 10, 9). D’où la nécessité de le suivre pour atteindre le salut, en se détachant des choses de la terre : « Si quelqu’un veut venir à ma suite, qu’il se renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive. Car celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais qui perdra sa vie à causée moi et du Bon message la sauvera » (Marc 8, 34-35). Vraiment, « jamais homme n’a parlé comme cet homme » (Jean 7, 46) et n’a pu présenter de telles exigences.

Nous avons là le caractère tout à fait singulier de la religion chrétienne. Jésus-Christ n’est pas en partie Dieu et en partie homme, ni un mélange des deux. Il s’est fait vraiment homme tout en restant vraiment Dieu. L’Église a dû défendre cette vérité de foi et la clarifier au cours des premiers siècles face à des hérésies qui la falsifiaient. L’hérésie, du grec haireô « choisir » et hairesis « choix », « préférence », étant un choix opéré parmi les vérités révélées, ou une « négation obstinée, après la réception du baptême, d’une vérité qui doit être crue de foi divine et catholique, ou le doute obstiné sur cette vérité » (Code de droit canonique, canon 751).

Dominique Le Tourneau
10:43:25 AM
Déclaration "Dominus Iesus" sur l'unicité et l'universalité salvifique de Jésus-Christ et de l'Église

Je crois en un seul Dieu, le Père Tout-Puissant, Créateur du ciel et de la terre, de l'univers visible et invisible. Je crois en un seul Seigneur, Jésus-Christ le Fils unique de Dieu, né du Père avant tous les siècles: Il est Dieu, né de Dieu, Lumière, né de la Lumière, vrai Dieu, né du vrai Dieu, engendré, non pas créé, de même nature que le Père, et par Lui tout a été fait. Pour nous les hommes, et pour notre salut, Il descendit du ciel; par l'Esprit Saint, Il a pris chair de la Vierge Marie, et S'est fait homme. Crucifié pour nous sous Ponce Pilate, Il souffrit sa passion et fut mis au tombeau. Il ressuscita le troisième jour, conformément aux Écritures, et Il monta au ciel; Il est assis à la droite du Père. Il reviendra dans la gloire, pour juger les vivants et les morts; et son Règne n'aura pas de fin. Le crois en l'Esprit Saint, qui est Seigneur et qui donne la vie. Il procède du Père et du Fils; avec le Père et le Fils, Il reçoit même adoration et même gloire; Il a parlé par les prophètes. Je crois en l'Église, une, sainte, catholique et apostolique. Je reconnais un seul baptême pour le pardon des péchés. J'attends la résurrection des morts, et la vie du monde à venir.

...la révélation de la plénitude de la vérité divine est réalisée dans le mystère de Jésus-Christ, Fils de Dieu incarné, qui est « le chemin, la vérité et la vie » (Jn 14,6): « Nul ne connaît le Fils si ce n'est le Père, et nul ne connaît le Père si ce n'est le Fils, et celui à qui le Fils veut bien le révéler » (Mt 11,27); « Nul n'a jamais vu Dieu; le Fils Unique-Engendré, qui est dans le sein du Père, lui, l'a fait connaître » (Jn 1,18); « En lui habite corporellement toute la plénitude de la divinité, et vous vous trouvez en lui associés à sa plénitude » (Col 2,9-10).

...les livres sacrés des autres religions qui de fait nourrissent et dirigent l'existence de leurs adeptes, reçoivent du mystère du Christ les éléments de bonté et de grâce qu'ils contiennent.

Jésus de Nazareth, fils de Marie, et seulement lui, est le Fils et le Verbe du Père. Le Verbe, qui « au commencement [...] était auprès de Dieu » (Jn 1,2) est celui qui « s'est fait chair » (Jn 1,14). En Jésus « le Christ, le Fils du Dieu vivant » (Mt 16,16), « habite corporellement toute la plénitude de la divinité » (Col 2,9). Il est « le Fils Unique-Engendré, qui est dans le sein du Père » (Jn 1,18), son « Fils bien-aimé, en qui nous avons la rédemption [...]. Dieu s'est plu à faire habiter en lui toute la plénitude et par lui à réconcilier tous les êtres pour lui, aussi bien sur la terre que dans les cieux, en faisant la paix par le sang de sa croix » (Col 1,13-14. 19-20).

...D'autres envisagent encore l'hypothèse d'une économie de l'Esprit Saint au caractère plus universel que celle du Verbe incarné, crucifié et ressuscité. Cette affirmation aussi est contraire à la foi catholique, qui considère en revanche l'incarnation salvifique du Verbe comme un événement trinitaire. Dans le Nouveau Testament le mystère de Jésus, Verbe incarné, constitue le lieu de la présence du Saint-Esprit et le principe de son effusion sur l'humanité non seulement aux temps messianiques (cf. Ac 2,32-36; Jn 7,39; 20,22; 1 Co 15,45), mais aussi à l'époque précédant la venue du Christ dans l'histoire (cf. 1 Co 10,4; 1 Pt 1,10-12).

...Ce que l'Esprit fait dans le cœur des hommes et dans l'histoire des peuples, dans les cultures et les religions, remplit une fonction de préparation évangélique et cela ne peut pas être sans relation au Christ, le Verbe fait chair par l'action de l'Esprit, “afin que, homme parfait, il sauve tous les hommes et récapitule toutes choses en lui” ».

...Parce que conscients du don de salut unique et universel offert par le Père en Jésus-Christ dans l'Esprit (cf. Ep 1,3-14), les premiers chrétiens se sont tournés vers Israël pour lui montrer l'accomplissement du salut au delà de la Loi. Ils se sont ensuite adressés au monde païen d'alors, qui aspirait au salut par une pluralité de dieux sauveurs. Cet héritage de foi a été récemment proposé à nouveau par le Magistère de l'Église: « L'Église, quant à elle, croit que le Christ, mort et ressuscité pour tous (cf. 2 Co 5,15), offre à l'homme, par son Esprit, lumière et forces pour répondre à sa très haute vocation. Elle croit qu'il n'est pas d'autre nom donné aux hommes par lequel ils doivent être sauvés (cf. Ac 4,12). Elle croit aussi que la clé, le centre et la fin de toute histoire humaine se trouve en son Seigneur et Maître ».42
10:20:41 AM
ce ne sont pas les pères qui ont donné la vie au Seigneur, mais lui au contraire qui les a fait renaître dans l'Evangile de vie

Evangile de Jésus-Christ selon saint Luc 3,23-38

Au moment de ce début, Jésus avait environ trente ans ; il était considéré comme fils de Joseph, fils d'Éli,
fils de Matthate, fils de Lévi, fils de Melki, fils de Jannaï, fils de Joseph,
fils de Mattathias, fils d'Amos, fils de Nahoum, fils de Hesli, fils de Naggaï,
fils de Maath, fils de Matthathias, fils de Seméine, fils de Josek, fils de Joda,
fils de Joanane, fils de Résa, fils de Zorobabel, fils de Salathiel, fils de Néri,
fils de Melki, fils d'Addi, fils de Kosam, fils d'Elmadam, fils d'Er,
fils de Jésus, fils d'Éliézer, fils de Jorim, fils de Matthate, fils de Lévi,
fils de Syméon, fils de Juda, fils de Joseph, fils de Jonam, fils d'Éliakim,
fils de Méléa, fils de Menna, fils de Mattatha, fils de Natham, fils de David,
fils de Jessé, fils de Jobed, fils de Booz, fils de Sala, fils de Naassone,
fils d'Aminadab, fils d'Admine, fils d'Arni, fils d'Esrom, fils de Pharès, fils de Juda,
fils de Jacob, fils d'Isaac, fils d'Abraham,fils de Thara, fils de Nakor,
fils de Sérouk, fils de Ragaou, fils de Phalek, fils d'Éber, fils de Sala,
fils de Kaïnam, fils d'Arphaxad, fils de Sem, fils de Noé, fils de Lamek,
fils de Mathusalem, fils de Hénok, fils de Jareth, fils de Maléléel, fils de Kaïnam,
fils d'Énos, fils de Seth,fils d'Adam, fils de Dieu.
10:03:15 AM
Lectionnaire: - Qui donc est vainqueur du monde ? N'est-ce pas celui qui croit que Jésus est le Fils de Dieu ? C'est lui, Jésus Christ, qui est venu par l'eau et par le sang : pas seulement l'eau, mais l'eau et le sang. Et celui qui rend témoignage, c'est l'Esprit, car l'Esprit est la vérité. Ils sont trois qui rendent témoignage, l'Esprit, l'eau et le sang, et tous les trois se rejoignent en un seul témoignage. Nous acceptons bien le témoignage des hommes ; or, le témoignage de Dieu a plus de valeur, et le témoignage de Dieu, c'est celui qu'il rend à son Fils. Celui qui met sa foi dans le Fils de Dieu possède en lui-même ce témoignage. Celui qui ne croit pas Dieu, celui-là fait de Dieu un menteur, puisqu'il ne croit pas au témoignage que Dieu rend à son Fils. Et ce témoignage, le voici : Dieu nous a donné la vie éternelle, et cette vie est dans son Fils. Celui qui a le Fils possède la vie ; celui qui n'a pas le Fils de Dieu ne possède pas la vie. Je vous ai écrit tout cela pour vous faire savoir que vous avez la vie éternelle, vous qui mettez votre foi dans le nom du Fils de Dieu. - Il révèle sa parole à Jacob, ses volontés et ses lois à Israël. Pas un peuple qu'il ait ainsi traité ; nul autre n'a connu ses volontés. - ...à cette époque, Jésus vint de Nazareth, ville de Galilée, et se fit baptiser par Jean dans le Jourdain. Au moment où il sortait de l'eau, Jésus vit le ciel se déchirer et l'Esprit descendre sur lui comme une colombe. Du ciel une voix se fit entendre : « C'est toi mon Fils bien-aimé ; en toi j'ai mis tout mon amour. »
9:56:12 AM

Journal Missa

 Vendredi le 5 janvier 2007
For Europe, demographic winter is fast becoming a reality
1:15:44 PM
Bx Frère André (†1937), simple portier qui a fondé l'Oratoire Saint-Joseph. (RS), par Raymond Beaugrand-Champagne
10:51:42 AM
...nous reconnaissons avant tout dans l'action de Jésus, qui connaît les Ecritures et les traditions rabbiniques avec l'assurance d'un maître, combien la vie commune menée à Nazareth a été fructueuse pour son apprentissage. Et tout cela ne nous concernerait en rien, nous qui sommes à une époque où la plupart des chrétiens sont obligés de vivre dans une « Galilée de païens » ? La Grande Eglise ne peut ni croître ni prospérer si on lui laisse ignorer que ses racines se trouvent cachées dans l'atmosphère de Nazareth... Nazareth a un message permanent pour l'Eglise. La Nouvelle Alliance ne commence pas au Temple, ni sur la Montagne Sainte, mais dans la petite demeure de la Vierge, dans la maison du travailleur, dans un des lieux oubliés de la « Galilée des païens », dont personne n'attendait rien de bon. Ce n'est qu'à partir de là que l'Eglise pourra prendre un nouveau départ et guérir. Elle ne pourra jamais fournir la vraie réponse à la révolte de notre siècle contre la puissance de la richesse, si en son sein même Nazareth n'est pas une réalité vécue.
10:50:08 AM
Lectionnaire: - Voici ce que vous avez entendu annoncer depuis le commencement : il faut nous aimer les uns les autres. Ne soyons pas comme Caïn : il appartenait au Mauvais et il égorgea son frère. Et pourquoi l'a-t-il égorgé ? Parce que ses oeuvres étaient mauvaises : au contraire, celles de son frère étaient justes. Ne soyez pas étonnés, frères, si le monde a de la haine contre vous. Parce que nous aimons nos frères, nous savons que nous sommes passés de la mort à la vie. Celui qui n'aime pas reste dans la mort. Tout homme qui a de la haine contre son frère est un meurtrier, et vous savez qu'un meurtrier n'a jamais la vie éternelle demeurant en lui. Voici à quoi nous avons reconnu l'amour : lui, Jésus, a donné sa vie pour nous. Nous aussi, nous devons donner notre vie pour nos frères. Celui qui a de quoi vivre en ce monde, s'il voit son frère dans le besoin sans se laisser attendrir, comment l'amour de Dieu pourrait-il demeurer en lui ? Mes enfants, nous devons aimer, non pas avec des paroles et des discours, mais par des actes et en vérité. En agissant ainsi, nous reconnaîtrons que nous appartenons à la vérité, et devant Dieu nous aurons le coeur en paix ; notre coeur aurait beau nous accuser, Dieu est plus grand que notre coeur, et il connaît toutes choses. Mes bien-aimés, si notre coeur ne nous accuse pas, nous nous tenons avec assurance devant Dieu. - Oui, le Seigneur est bon, éternel est son amour - Amen, amen, je vous le dis : vous verrez les cieux ouverts, avec les anges de Dieu qui montent et descendent au-dessus du Fils de l'homme
10:45:35 AM
Acteurs ou spectateurs?
9:48:07 AM
Époux divin de l’Église, tu es sa forteresse imprenable, – fais-nous la grâce d’y demeurer pour notre salut. Liturgie des heures
7:40:06 AM

Journal Missa

 Jeudi le 4 janvier 2007
Audience générale : Benoît XVI regrette le "drame du refus du Christ"
8:27:18 PM
Man Is Rescued by Stranger on Subway Tracks
1:12:49 PM
L’Eglise, contraire à la peine de mort, rappelle le card. Martino Le cardinal Martino a expliqué que la peine de mort, comme l’enseigne l’encyclique de Jean-Paul II, « Evangelium vitae », doit être évitée « même si on la considère seulement comme un moyen de ‘légitime défense’ de la société, en raison des possibilités dont dispose une société moderne de réprimer efficacement le crime de sorte que, tout en rendant inoffensif celui qui l'a commis, on ne lui ôte pas définitivement la possibilité de se racheter » (N.27). Il expliquait : « La position de l’Eglise sur le don de la vie est bien connue, selon laquelle l’homme ne dispose pas complètement de la vie, qui doit être défendue depuis le moment de sa conception jusqu’à sa fin naturelle. Une telle position exclut par conséquent l’avortement, aussi bien que l’expérimentation sur les embryons, l’euthanasie, et la peine de mort, qui sont une négation de la dignité transcendante de la personne humaine créée à l’image et à la ressemblance de Dieu ».

« Tragique nouvelle » : Réaction du Saint-Siège à l’exécution de Saddam Hussein Déclaration du P. Lombardi, sj  « Tragique nouvelle » qui ne reconstruit pas la justice et risque de provoquer de nouvelles vengeances : le Saint-Siège réagit en ces termes à l’exécution de Saddam Hussein, dans un communiqué du P. Federico Lombardi, sj, directeur de la salle de presse du Saint-Siège, le 30 décembre. « Une exécution capitale est toujours une nouvelle tragique, un motif de tristesse, même lorsqu’il s’agit d’une personne qui s’est rendue coupable de graves délits », déclare le P. Lombardi. « La position de l’Eglise catholique, contraire à la peine de mort, a été répétée à plusieurs reprises. Le fait de tuer le coupable n’est pas la voie pour reconstruire la justice et pour réconcilier la société. Il y a au contraire le risque d’alimenter l’esprit de vengeance et que l’on sème une nouvelle violence », fait observer la même note. « En cette époque sombre de la vie du peuple irakien, on ne peut que souhaiter que tous les responsables fassent vraiment tous les efforts possibles afin que dans une situation dramatique il y ait enfin des ouvertures vers la réconciliation et la paix ».
11:32:01 AM
Ste Elisabeth Ann Seton (†1821) première sainte des USA, mère de 5 enfants. (RS), par Raymond Beaugrand-Champagne
9:45:36 AM
Dans la prière, tirez le nom d'un saint en 2007
9:42:51 AM
il ramène la brebis errante
9:16:12 AM
Lectionnaire: - Voici comment on distingue les enfants de Dieu et les enfants du diable : celui qui ne vit pas selon la justice n'appartient pas à Dieu, et pas davantage celui qui n'aime pas son frère. - Le Seigneur a fait connaître sa victoire et révélé sa justice aux nations - Voici l'Agneau de Dieu
9:13:54 AM

Journal Missa

 Mercredi le 3 janvier 2007
Clerical Contraception
6:38:50 PM
Mary: Mother of God
6:35:15 PM
Joel RenautLes funérailles de Joël Renaut séminariste décédé le 25 décembre 2006 au Grand Séminaire de Montréal  auront lieu à la Grande Chapelle du Grand Séminaire de Montréal 2065, rue Sherbrooke Ouest (Métro Guy-Concordia) samedi, le 13 janvier 2007 à 15h00.
5:25:10 PM
Sainte Geneviève (†500), principale patronne de Paris (RS), par Raymond Beaugrand-Champagne
12:46:35 PM
Fils unique dans le sein du Père
12:44:37 PM
Lectionnaire: - quand il pèche, c'est qu'il ne l'a pas vu et ne le connaît pas - par son bras très saint, par sa main puissante, il s'est assuré la victoire. Le Seigneur a fait connaître sa victoire et révélé sa justice aux nations ...il vient pour gouverner la terre, pour gouverner le monde avec justice et les peuples avec droiture !- si je suis venu baptiser dans l'eau, c'est pour qu'il soit manifesté au peuple d'Israël
12:41:39 PM

 Archives depuis le 7 octobre 2017 | Journal Missa sur Typepad |
 Archives 2017 | 01-10 |
 Archives 2016 | 01-12 |
 Archives 2015 | 01-12 |
 Archives 2014 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2013 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2012 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2011 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2010 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2009 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2008 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2007 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2006 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2005 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2004 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2003 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2002 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2001 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 |




© 1996-2017 missa.org Tous droits réservés | Réalisation
Version pour
imprimante  Imprimer
Commentaires
Recommander
Menu