www.missa.org

Liturgie du jour

Actualités

Vocation sacerdotale

Calendrier liturgique

Dans la prière, tirez le nom d'un saint



webmstr

mismenuann

Prières usuelles

Le Rosaire

Le sacrement de réconciliation et le dialogue avec un prêtre

La confession

Liturgie des heures

Lectionnaire

Comment m'engager dans ma communauté chrétienne pdf

ecathmontreal.png

ecdqtv_logo.jpg

Accueil Spiritualité


Journal Missa

 Archives de février 2005 Journal Missa

 Lundi le 28 février 2005
L’énergie spirituelle nécessaire pour mener à terme tout projet de bien naît de la participation intense à l’Eucharistie
6:27:59 AM
Un médecin du pape affirme : "Il ne pouvait pas aller mieux"


Dimanche 27 février 2005 - Associated Press
Je renouvelle le don de ma personne à Marie, Mère de l’Eglise : Totus tuus ! Qu’Elle nous aide à faire à chaque instant la sainte volonté de Dieu

-"Il se sent accompagné par la Vierge en permanence", a déclaré le cardinal espagnol Julián Herranz, "Il donne une incroyable leçon d’amour pour la croix au monde, ainsi qu’une leçon de sérénité et de joie"

- Le président de la Chambre des députés d’Italie, Pierferdinando Casini, a déclaré, après s’être rendu dans l’appartement du pape " Il faut bien sûr un temps de récupération normal après cette intervention ", a-t-il souligné en évoquant la trachéotomie, " mais il règne un climat de confiance et de sérénité qui est plus éloquent que tout ce que je peux vous dire "
6:24:57 AM

Journal Missa

 Dimanche le 27 février 2005
Thérèse: The Story of Saint Thérèse of Lisieux - Cinema AMC Forum Montréal  coin Atwater et Sainte Catherine 2313 Ste-Catherine Ouest, Montréal   Horaire: 12:35, 2:50, 5:15, 7:35, 9:55

4:58:41 PM
Le but de la vie chrétienne consiste en l'acquisition du Saint-Esprit de Dieu.
6:59:46 AM

Journal Missa

 Vendredi le 25 février 2005
Le Centre Leunis la foi au coeur de la vie
6:56:43 PM
Canadian cardinal says same-sex law could affect religious freedom Le Canada est présentement dans un chaos juridique - (Le premier ministre) Martin définit le mariage entre conjoints de même sexe comme étant un droit humain et qualifie les opposants au projet de loi C-38 comme étant contre la Charte Canadienne des Droits et Libertés...

Le devoir de prudence du législateur

La contrariété d'une loi avec une règle supérieure apparaît comme le quod plerumque fit des cas de responsabilité, elle n'en est cependant pas la condition sine qua non. Ainsi pourrait-on considérer que le manquement au devoir général de prudence est constitutif d'une faute dans le chef du législateur. La responsabilité du législateur. Principes et applications

Le gouvernement doit alors se poser des questions durant ce débat parlementaire compte tenu des sondages de la population défavorables (67%) à une redéfiniton du mariage:

- Le projet de loi C-38 tel qu'il est rédigé, en fin de compte n'outrepasserait-il pas les compétences du Parlement dans la mesure ou il positionne les droits de la personne en opposition au mariage traditionnel et donc à la famille ?...

- Si le mariage entre un homme et une femme est le fondement unique de la vie, de la famille et donc de notre société, une redéfinition du mariage pour inclure des unions entre personnes de même sexe ne porte-t-il pas atteinte à une règle supérieure à toute loi que nous pourrions imaginer pour protéger des droits individuels ?

- Une définition du mariage comme étant l'union d'un homme et d'une femme, qui est simplement en fin de compte la constatation d'un fait inscrit dans notre nature humaine, (et qui n'a vraiment rien à voir avec une religion) porte-t-elle vraiment atteinte à des droits individuels ?...

- Est-ce qu'une loi redéfinissant le mariage est une loi prudente ?...

- Écrivez aux membres du Parlement canadien
9:48:36 AM
Un catholique ne peut soutenir des lois contre la vie ou la famille, affirme le pape
9:03:02 AM
"Comment rendrai-je au Seigneur tout le bien qu'il m'a fait? J'élèverai la coupe du salut en invoquant le nom du Seigneur" -  Jean Paul II
7:13:16 AM
St Irénée (2e s.) auteur d'un ouvrage important "Contre les hérésies" (ou les sectes) (RS).

Il avait été disciple de saint Polycarpe , évêque de Smyrne, lui-même disciple de saint Jean. « Son enseignement, écrit-il, ce n' est pas sur le papier que je l' ai gardé, mais dans mon coeur, vu que ce que nous apprenons dans l'enfance devient partie de nous-mêmes. " Il ajoute : « Je pourrais encore décrire mon vieux maître; je le vois toujours entrer, s' asseoir, sortir; je me rappelle ses sermons, surtout ce qu'il disait avoir appris de Jean et de ceux qui, comme lui, avaient connu le Seigneur. "  Irénée succéda à Pothin, évêque de Lyon, peu après l'an 177 où celui-ci mourut en prison. Il écrivit beaucoup pour défendre la foi que lui avaient transmise les successeurs immédiats des Apôtres.  Son "Contre les Hérésies" contient des passages sublimes sur l' amour de Dieu pour l'homme, sur la personne du Christ et sur l'eucharistie.  L' auteur s' y adresse souvent aux gnostiques, lesquels, sous prétexte d'élucider les mystères, y ajoutaient des tas d'obscurités et inventaient des systèmes saugrenus. Au lieu de tourner ces hérétiques en ridicule, comme c' eût été facile, Irénée les convie à rentrer au bercail et à laisser au Christ le soin de tout comprendre : « Il s' est fait ce que nous sommes, écrit-il, afin de faire de nous ce qu'il est lui-même, ce que vous désirez savoir, il vous l' expliquera dans l' éternité; en attendant, revenez près de nous, nous vous tendons la main et vous la tendrons toujours ".  Irénée était toute bonté, tolérance et charité. Nous avons aussi de lui une lettre où il supplie le pape Victor de ne pas excommunier ceux qui célébraient la fête de Pâques à une autre date que l'Église romaine, c'est-à-dire toutes les Églises d'Asie. Victor se laissa-t-il convaincre ? Il mourut en tout cas sans avoir créé sur ce point l'irréparable.  Ses hagiographes pensent qu'Irénée serait mort martyr sous la persécution de l'empereur Sévère.
7:00:36 AM
Le Carême : "La souffrance est-elle une bonne chose?" - 30 minutes (RS). Pour trouver Dieu il faut nous rendre là ou Dieu nous attend...
6:44:36 AM
Prier avec l'Église
6:38:08 AM
Saint Irénée de Lyon (vers 130-vers 208), évêque, théologien et martyr
Contre les hérésies, IV 36, 2-3 (trad. SC 100, p.883)
La vigne de Dieu

Dieu a planté la vigne du genre humain par le modelage d'Adam et l'élection des patriarches. Puis il l'a confiée à des vignerons par le don de la Loi transmise par Moïse. Il l'a entourée d'une clôture, c'est à dire délimité la terre qu'ils auraient à cultiver. Il a bâti une tour, c'est à dire il a choisi Jérusalem. Et il leur a envoyé des prophètes avant l'exil de Babylone, puis après l'exil d'autres encore en plus grand nombre que les premiers, pour réclamer les fruits et pour leur dire : « Redressez vos voies et vos habitudes de vie » (Jr 7,3) ; « Jugez avec justice, pratiquez la pitié et la miséricorde chacun envers son frère ; n'opprimez pas la veuve et l'orphelin, l'étranger et le pauvre, et que personne d'entre vous ne conserve dans son coeur le souvenir de la méchanceté de son frère » (Za 7,19)...; « Ôtez la malice de vos coeurs... apprenez à faire le bien. Recherchez la justice ; sauvez celui qui souffre l'injustice » (Is 1,16)...

Voilà par quelles prédications les prophètes réclamaient le fruit de la justice. Mais comme ces gens demeuraient incrédules, il leur a envoyé finalement son Fils, notre Seigneur Jésus Christ, que ces mauvais vignerons ont tué et jeté hors de la vigne. Aussi Dieu-a-t-il confié celle-ci -- non plus délimitée, mais étendue au monde entier -- à d'autres vignerons pour qu'ils lui en remettent les fruits en leur temps... La tour de l'élection se dresse partout dans son éclat, car partout resplendit l'Église ; partout aussi est creusé le pressoir car partout sont ceux qui reçoivent l'onction de l'Esprit de Dieu...

C'est pourquoi le Seigneur disait à ses disciples, pour faire de nous de bons ouvriers : « Prenez garde à vous-mêmes, et veillez en tout temps de peur que vos coeurs ne s'alourdissent dans la débauche et les soucis matériels » (Lc 21,34). « Que vos reins soient ceints et vos lampes allumées. Et vous, soyez semblables à des hommes qui attendent leur maître » (Lc 12,35).
6:36:45 AM
Lectionnaire : -  En voyant qu'il leur préférait Joseph, ses autres fils se mirent à détester celui-cisouvenez-vous des merveilles qu'il a faites  - La pierre qu'ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre angulaire. C'est là l'oeuvre du Seigneur, une merveille sous nos yeux !
6:32:50 AM

Journal Missa

 Jeudi le 24 février 2005
Santé du Pape Jean-Paul II - Messe vendredi à la Cathédrale Marie-Reine-du-Monde de Montréal - Le Saint-Père ayant dû retourner à l'hôpital, souffrant d'une rechute du syndrome grippal qui l'a affecté il y a quelques semaines, une messe sera célébrée à son intention le vendredi 25 février à 12 h 10 à la Cathédrale Marie-Reine-du-Monde (angle René-Lévesque et Mansfield). Par ailleurs, les membres de l'Eglise catholique de Montréal sont invités à prier pour le Saint-Père au cours des célébrations eucharistiques de la prochaine fin de semaine.
6:14:43 PM

Journal Missa

 Mercredi le 23 février 2005
Saint Polycarpe (†160), disciple de saint Jean l'évangéliste, évêque et martyr (RS).

Evêque et martyr. Dans sa jeunesse, il connut l'apôtre saint Jean dont il est devenu le disciple. Evêque de Smyrne, il transmettra la tradition johannique au jeune Irénée, le futur évêque de Lyon. Lorsqu'éclate la persécution commandée par Marc-Aurèle, l'empereur-philosophe, saint Polycarpe est très âgé. Il est plein de noblesse devant le proconsul :"Voilà bientôt quatre-vingt six ans que je sers le Christ, et il ne m'a fait aucun mal. Comment pourrais-je outrager mon roi et mon sauveur ?" Il est alors brûlé vif, "comme un pain dans le four" selon son expression.
10:40:22 PM
Le débat social sur les "mariages" gais dépasse donc largement les paramêtres du projet de loi C-38

(Radio-Canada) Jean Paul II fait porter une lourde responsabilité aux parlementaires des régimes démocratiques. ... le pape « ne compare pas des faits et des systèmes [...] », insistant plutôt sur « la nécessité de faire attention pour ne pas tomber dans les pièges du mal ». Rappelant que « Hitler a été porté au pouvoir par un Parlement régulièrement élu », il dénonce les choix législatifs actuels qui autorisent l'avortement, se plaçant ainsi « en conflit ouvert avec la loi de Dieu et la loi de la nature ».

Une invitation à relire le texte de Mgr Blanchet "La définition du mariage et les enjeux d'une définition" : Nommer et traiter différemment ce qui est différent... et à écrire aux membres du Parlement canadien... rappelant à la lumière des réflexions de Jean-Paul II dans son livre Mémoire et Identité au sujet des choix législatifs actuels que Les parlementaires qui autorisent et promulguent de telles lois doivent être conscients d'outrepasser leurs compétences... Malgré qu'une majorité de Canadiens est opposée au mariage gai, que plus des deux tiers des Canadiens souhaiteraient un référendum national sur cette question, plutôt qu'un vote au Parlement, le ministre fédéral de la Justice, Irwin Cotler, rejetait catégoriquement l'idée d'un référendum, mais cette question dépasse largement les paramêtres de son projet de loi C-38, et c'est ce qui doit être relevé et considéré autant dans les coulisses de la Chambre des Communes, que sur la rue et dans les médias, ou dans les courriels que vous adresserez à vos parlementaires.
9:31:31 PM
Les droits de la personne en opposition à la famille et à l'homme, une nouvelle idéologie du mal

Le Pape identifie le Mariage gai comme faisant partie d'une 'nouvelle idéologie du mal' ROME (Reuters - anglais)

Les mariages homosexuels font partie "d'une nouvelle idéologie du mal" qui menace insidieusement la société, indique le pape Jean Paul II dans son nouveau livre publié hier.

Dans "Mémoire et Identité," le Pape qualifie aussi l'avortement "d'extermination légale" comparable aux tentatives d'extermination des Juifs et d'autres groupes au cours du 20e siècle....

"Il est légitime et nécessaire de se demander si ceci ne fait peut-être pas partie d'une nouvelle idéologie du mal, plus insidieuse et cachée, qui tente de positionner les droits de la personne en opposition à la famille et en opposition à l'homme," écrit-il.

Concernant le rôle des législateurs, le Pape souligne les "pressions" sur le Parlement Européen d'entériner le mariage homosexuel.

Une extermination légale

Des parlements légitimement élus, dans des pays jusqu'à récemment de régimes totalitaires, sont en train de permettre ce que le Pape identifie comme de nouvelles formes de mal et de nouvelles exterminations.

"Il existe encore, toutefois une extermination légale d'êtres humains qui ont été concus mais qui ne sont pas encore nés"

"Et cette fois-ci nous parlons d'une extermination qui a été permise, par rien de moins que des parlements démocratiquement élus où nous entendons normalement des appels en faveur du progrès civil de la société et de l'humanité," écrit-il.

Dans une conférence de presse le cardinal Ratzinger a précisé que ce livre du Pape nous met en garde que le mal peut s'insinuer n'importe où, "même dans les systèmes politiques libéraux."

Dans une autre section de son livre, le Pape décrit en détail la tentative d'assasinat dont il fut victime le 13 mai 1981, aux mains du tireur Turc Mehmet Ali Agca, sur la Place Saint-Pierre.

D'Agca, le Pape écrit que la tentative d'assasinat ne fut "pas son initiative, quelqu'un d'autre en fût la tête dirigeante et quelqu'un d'autre en ordonna l'exécution."

Le Pape écrit que la tentative d'assasinat contre lui fût peut-être "la dernière convulsion" des idéologies du 20e siècle -- faisant clairement référence au bloc Communiste.

(La Croix) L'ouvrage avait été présenté l'an dernier par le porte-parole du pape, Joaquin Navarro Valls, à la foire internationale du livre de Francfort. Le livre entre dans la catégorie "philosophie de l'histoire", a précisé son porte-parole. "Il affronte les thèmes de la démocratie contemporaine, la liberté, les concepts de nation, patrie et Etat, les rapports entres nation et culture, les droits de l'homme, les rapports entre l'Eglise et l'Etat, l'idéologie du mal et le grand mystère de l'homme", a-t-il expliqué.

(Regnum Christi) Selon M. Joaquin Navarro Valls, qui souligne que le pape "écrit beaucoup", il s’agit d’une "méditation historique et philosophique sur l’usage de la liberté et ses limites", et sur les idées de "patrie", de "nation" et les "racines chrétiennes de l’Europe"".

La maison Flammarion publiera au mois de mars ce nouveau livre du pape.

« Mémoire et identité » : Publication du 5e livre du pape Jean-Paul II (Zenit)

 « Toute souffrance humaine, toute douleur, toute infirmité renferme une promesse de salut, une promesse de joie »... « Au cours des années, s’est formée cette conviction que les idéologies du mal sont profondément enracinées dans l’histoire de la pensée philosophique européenne »... Mais le mal a dévasté aussi le XXe siècle. Jean-Paul II constate que les soi-disant réseaux de la terreur se sont étendus dans le monde. C’est ainsi que sont évoqués les attaques aux Tours Jumelles, l’attentat à la gare d’Atocha, à Madrid, le massacre de Beslan.

Pour sa part, le cardinal Joseph Ratzinger, a répété que le mal a une fin : « Le mal a une limite temporelle et ontologique. La limite du mal est en dernière instance le pouvoir de Dieu et en conséquence, la bonté originaire de l’être, qui croit dans le Créateur, ne peut avoir une peur ultime. La foi est confiance et doit être courage ».

Paolo Mieli directeur du « Corriere della Sera » : « J’accepte pleinement le défi contenu dans les paroles du pape à ne pas considérer les décisions, en tant que prises par les Parlements, comme des décisions qui ont en soi une légitimité totale. Certes, elles ont une légitimité du point de vue juridique, mais du point de vue moral, ces décisions doivent être constamment revues... »

« Mémoire et identité », pour croire à la victoire du bien sur tout mal suite (Zenit)

Toute souffrance humaine, toute douleur, toute infirmité renferme une promesse de salut, une promesse de joie: « Je suis heureux des souffrances que je supporte pour vous », écrit saint Paul (Col 1,24). Cela vaut pour toute souffrance provoquée par le mal; cela vaut aussi pour cet énorme mal social et politique qui divise aujourd’hui et bouleverse le monde: le mal des guerres, de l’oppression des individus et des peuples; le mal de l’injustice sociale, de la dignité humaine piétinée, de la discrimination raciale et religieuse; le mal de la violence, du terrorisme, de la course aux armes – tout ce mal existe dans le monde aussi pour réveiller en nous l’amour, qui est don de soi, dans un service généreux et désintéressé de qui est visité par la souffrance. Dans l’amour, qui a sa source dans le cœur du Christ, réside l’espérance pour l’avenir du monde. Le Christ est le Rédempteur du monde: « C’est par ses blessures que nous sommes guéris » (Is 53,5).

Quand un Parlement autorise l'interruption de la grossesse, consentant la suppression d'une naissance, il commet un grave abus contre un être humain, qui plus est innocent et privé de toute possibilité de se défendre ». Et d’ajouter, à propos de la responsabilité du législateur : « Les parlementaires qui autorisent et promulguent de telles lois doivent être conscients d'outrepasser leurs compétences et de se mettre en conflit ouvert avec la loi de Dieu et la loi de la nature »
7:28:41 AM

Journal Missa

 Lundi le 21 février 2005
Lettre apostolique Le progrès rapide du souverain pontife Jean-Paul II aux responsables des communications sociales....

L'Église reconnaît que l'utilisation des techniques et des technologies de la communication contemporaine fait partie intégrante de sa mission spécifique dans le troisième millénaire....

le premier aréopage des temps modernes est l'univers des médias, capable d'unifier l'humanité en faisant - comme on dit - "un village global". Les moyens de communication sociale ont atteint une telle importance qu'ils sont pour de nombreuses personnes les instruments principaux pour guider et inspirer les comportements des individus, des familles et des sociétés. Il s'agit d'un problème complexe...

Le point culminant, c'est quand la communication se fait pleine communion: c'est la rencontre eucharistique....

Dans les moyens de communication l'Église trouve un soutien précieux pour diffuser l'Évangile et les valeurs religieuses, pour promouvoir le dialogue et la coopération oecuménique et interreligieuse, ainsi que pour défendre ces solides principes qui sont indispensables pour construire une société qui respecte la dignité de la personne humaine et qui soit attentive au bien commun....

Avec prudence et sagesse pastorale, tous ceux qui ont des talents particuliers pour le travail dans le monde des médias doivent être encouragés par la communauté ecclésiale, afin qu'ils deviennent des professionnels capables de dialoguer avec le vaste monde médiatique....

Valoriser les médias ne dépend pas seulement des professionnels, mais bien de toute la Communauté ecclésiale....

De même que les contenus doivent être naturellement adaptés aux besoins des différents groupes, leur but devrait être de toujours rendre les personnes conscientes de la dimension éthique et morale de l'information. De même, il est important de garantir la formation et l'attention pastorale aux professionnels de la communication. Souvent ces hommes et ces femmes se trouvent en face de pressions particulières et devant des dilemmes éthiques qui surgissent du travail quotidien; beaucoup d'entre eux "veulent sincèrement savoir et faire ce qui est juste dans le champ éthique et moral", et ils attendent de l'Eglise une orientation et un soutient....

Le développement positif des médias au service du bien commun est une responsabilité de tous et de chacun. Pour les liens forts que les médias ont avec l'économie, la politique et la culture, il est nécessaire de mettre au point un système de gestion qui puisse sauvegarder l'intégrité et la dignité de la personne, la primauté de la famille, cellule fondamentale de la société, et un rapport correct entre les divers sujets....

Dans ce domaine aussi, les croyants du Christ savent qu'ils peuvent compter sur la force de l'Esprit Saint. Une aide encore plus nécessaire si l'on considère à quel point peuvent être amplifiées les difficultés intrinsèques de la communication causées par les idéologies, l'appât du gain et du pouvoir, la rivalité et les conflits entre différents individus ou groupes, ou encore à cause de la fragilité humaine ou des maux sociaux. Les technologies modernes augmentent d'une manière impressionnante la vitesse, la quantité et la portée de la communication, mais elles ne favorisent pas ce fragile échange d'esprit à esprit, de coeur à coeur qui doit caractériser toute communication au service de la solidarité et de l'amour....

Jésus enseigne que la communication est un acte moral : "L'homme bon, de son bon trésor, tire de bonnes choses; et l'homme mauvais, de son mauvais trésor en tire de mauvaises. Or je vous le dis de toute parole sans fondement que les hommes auront proférée, ils rendront compte au Jour du jugement. Car c'est d'après tes paroles que tu seras justifié et c'est d'après tes paroles que tu seras condamné. " (Mt 12, 35-37). ...

Aux artisans de la communication, et particulièrement aux croyants qui oeuvrent dans cet important milieu de la société, je répète à mon tour l'invitation que dès le début de mon ministère de Pasteur de l'Église universelle j'ai voulu lancer au monde entier : "N'ayez pas peur!".

N'ayez pas peur des nouvelles technologies! Elles "font parties des merveilles" - "inter mirifica" - que Dieu a mis à notre disposition pour découvrir, utiliser, faire connaître la vérité, et aussi la vérité sur notre dignité et sur notre destin de fils de Dieu, héritiers de son Règne.

N'ayez pas peur de l'opposition du monde! Jésus nous a assuré "J'ai vaincu le monde!" (Jn 16, 31).

N'ayez pas peur non plus de votre faiblesse et de vos incapacités! Le divin Maître a dit: "Je suis avec vous pour toujours jusqu'à la fin du monde" (Mt. 28, 20). Communiquez le message d'espérance, de grâce et d'amour du Christ, en maintenant toujours vive, en ce monde qui passe, l'éternelle perspective du Ciel, perspective qu'aucun moyen de communication ne pourra jamais rejoindre directement : "Ce que l'oeil n'a pas vu, ce que l'oreille n'a pas entendu, ce qui n'est pas monté au coeur de l'homme, tout ce que Dieu a préparé pour ceux qui l'aiment" (1 Cor. 2,9).

À Marie, qui nous a donné le Verbe de la vie, de qui elle méditait dans son coeur les ineffables paroles, je confie le chemin de l'Église dans le monde d'aujourd'hui. Que la Sainte Vierge nous aide à communiquer par tous les moyens la beauté et la joie de la vie en Jésus Christ notre Sauveur. ...

Du Vatican, le 24 janvier 2005, mémoire de Saint François de Sales, patron des journalistes.

11:59:33 AM

Journal Missa

 Vendredi le 18 février 2005
Lettre pastorale sur l'Eucharistie
M. le cardinal Jean-Claude Turcotte, archevêque de Montréal

Le pape Jean-Paul II a institué une Année de l'Eucharistie qui a débuté en octobre dernier pour se terminer en octobre 2005. Dans le cadre de cet événement, plusieurs évêques ont publié une lettre pastorale à l'intention de leurs diocésains. Pour sa part, le cardinal Jean-Claude Turcotte vient de publier une Lettre pastorale à tous les membres de l'Église de Montréal. Intitulée J'ai désiré d'un grand désir..., elle est disponible en quatre langues sur le site Internet du Diocèse de Montréal.   Français - English
10:13:28 AM

Journal Missa

 Mardi le 15 février 2005
SVP écrivez à votre député...
2:57:06 PM
Débat sur le mariage : lettre de la Conférence des évêques au Premier ministre

Liberté de religion et de conscience : de réels dangers existent

(CECC - Ottawa)... Selon les évêques catholiques du Canada, des failles importantes dans le projet de loi C-38 portant sur la redéfinition du mariage pourraient mettre en péril la protection de la liberté de religion et de conscience pourtant promise par le gouvernement fédéral.

Mgr Brendan M. O'Brien, archevêque de St-Jean, Terre-Neuve, et président de la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC), exprime ainsi ses inquiétudes à l'égard de ce projet de loi, dans une lettre adressée au Premier ministre du Canada, Paul Martin.

Si le texte rappelle l'opposition des évêques et réitère les arguments fondamentaux pour le maintien du mariage - une alliance d'amour pour la vie entière entre un homme et une femme - il soulève aussi, cette fois, des ambiguïtés du projet de loi qui pourraient poser un danger pour les groupes religieux.

L'épiscopat canadien craint que, dans le Projet de loi C-38, le gouvernement du Canada omette d'affirmer son intention de coopérer avec ses homologues provinciaux et territoriaux sur divers aspects du mariage qui relève de leur juridiction. Peut-on, entre autres, garantir que les membres de groupes confessionnels puissent en toute liberté, partout au Canada, enseigner et prêcher sur le mariage, de même que sur l'homosexualité, conformément à leur conscience et leurs croyances religieuses? Et les lieux sacrés ou installations appartenant ou étant louées par un organisme rattaché à un groupe confessionnel, seront-ils protégés contre toute utilisation obligatoire pour des cérémonies du mariage incompatibles avec leurs convictions religieuses? Pourrait-on aussi obliger les officiers, tant civils que religieux, à présider des mariages dont les conditions sont inconciliables avec leur conscience et leurs convictions religieuses?

De plus, Mgr O'Brien redoute que le statut d'organisme de bienfaisance de plusieurs groupes confessionnels soit menacé si ceux-ci n'acceptent pas la redéfinition proposée du mariage.

Enfin, le président de la CECC invite de nouveau le Premier ministre à faire en sorte que tous les députés de la Chambre des communes, y compris les membres de son Cabinet, puissent voter librement sur cette importante question.


Monsieur Paul Martin
Premier ministre du Canada
80, rue Wellington
Ottawa (Ontario) K1A 0A2

Monsieur le Premier Ministre,

Les évêques catholiques du Canada s'opposent au Projet de loi C-38, Loi concernant certaines conditions de fond du mariage civil. Notre opposition se fonde sur la conviction que la redéfinition proposée du mariage ne sert pas le bien commun de la société et ne règle pas les ambiguïtés relatives à la protection de la liberté de conscience et de religion. Nous continuerons d'encourager les 13 millions de catholiques du Canada, en lien avec les millions d'autres Canadiens et Canadiennes de toutes confessions religieuses ou sans allégeance particulière, à exprimer leurs préoccupations à l'égard de ce projet de loi.

Nonobstant la décision de la Cour suprême du Canada au sujet du renvoi sur le mariage et de l'inclusion de la conscience et de la religion comme libertés fondamentales dans la Charte canadienne des droits et libertés, dans le Projet de loi C-38, le gouvernement du Canada omet :

1- de reconnaître, protéger et réaffirmer la définition du mariage comme étant l'union d'un homme et d'une femme, définition que la Cour suprême n'a pas jugée contraire à la Charte des droits et libertés, ni mentionné qu'elle devrait être reformulée afin de se conformer à la Charte;

2- d'affirmer son intention de coopérer avec les gouvernements provinciaux et territoriaux dans la mise en oeuvre de lois et règlements qui assurent une pleine protection de la liberté de conscience et de religion, de sorte que les Canadiens et Canadiennes ne soient pas contraints d'agir contrairement à leur conscience et à leurs croyances religieuses;

3- d'affirmer son intention de coopérer avec les gouvernements provinciaux et territoriaux afin de garantir que les leaders et les membres de groupes confessionnels puissent en toute liberté, partout au Canada, enseigner et prêcher sur le mariage, de même que sur l'homosexualité, conformément à leur conscience et leurs croyances religieuses;

4- d'affirmer son intention de coopérer avec les gouvernements provinciaux et territoriaux afin de garantir qu'en plus des lieux sacrés, toutes les installations appartenant ou étant louées par un organisme rattaché à un groupe confessionnel soient protégées contre toute utilisation obligatoire pour des cérémonies du mariage qui sont incompatibles avec les convictions religieuses de ce groupe confessionnel;

5- d'affirmer son intention de coopérer avec les gouvernements provinciaux et territoriaux afin de garantir que tous les officiers, tant civils que religieux, qui président des mariages dans chaque province ou territoire du Canada soient protégés contre l'obligation d'officier lorsqu'il s'agit de conditions inconciliables avec leur conscience et de leurs convictions religieuses;

6- de protéger les groupes confessionnels qui n'acceptent pas la redéfinition proposée du mariage contre toute forme de pénalité par rapport à leur statut d'organisme de bienfaisance.

Le mariage constitue une alliance d'amour pour la vie entière entre un homme et une femme -- une relation essentielle à la survie de la société. Ses buts fondamentaux sont le bien du couple, la procréation et l'éducation d'enfants. Le mariage, en tant que l'union d'un homme et d'une femme, constitue une institution unique et irremplaçable qui, en conséquence, mérite d'être protégée par le gouvernement et reconnue socialement.

L'intérêt que porte l'État envers l'institution du mariage a toujours été fondé - et il devrait continuer d'en être ainsi - sur l'intégration des sexes dans une cellule sociale idéale dans laquelle naissent et sont élevés des enfants, non seulement pour le bénéfice des enfants, mais pour celui de la société dans son ensemble. Le projet fait fi de cet intérêt ancestral et le remplace par un intérêt qui se fonde sur un engagement entre personnes. Une fois ce type d'intérêt reconnu par l'État, il est clair que le mariage en tant qu'institution sociale devient vide de sens, puisque toutes les formes d'alliance entre adultes consentants pourront dorénavant être traitées sur un pied d'égalité.

Pourquoi se précipite-t-on dans une législation radicalement différente qui pourrait avoir d'importantes conséquences à long terme pour toute la société et qui risque de diviser notre pays sur la question de liberté de conscience et de religion?

Finalement, conformément à la décision de la Cour suprême du Canada dans le renvoi relatif au mariage et en toute fidélité à la liberté de conscience et de religion contenue dans la Charte canadienne des droits et libertés, en tant que leaders pastoraux de la communauté catholique du Canada, nous en appelons à nouveau à vous et aux autres chefs des partis politiques fédéraux afin de voir à ce que tous les membres de la Chambre des Communes, y compris les membres du Cabinet, puissent voter librement, selon leur conscience.

Sincèrement,


Mgr Brendan M. O'Brien
Archevêque de St. John's
Président de la Conférence des évêques catholiques du Canada

Cc. : M. Stephen Harper, chef de l'Opposition officielle et chef du Parti conservateur du Canada
M. Gilles Duceppe, chef du Bloc Québécois
M. Jack Layton, chef du Nouveau parti démocratique du Canada


2:54:16 PM

Journal Missa

 Lundi le 14 février 2005
Deux nouveaux évêques auxiliaires au Diocèse de Québec

Le pape Jean-Paul II a nommé, le 11 février 2005, les abbés Pierre-André Fournier et Gilles Lemay évêques auxiliaires au Diocèse de Québec. Ils assisteront M. le cardinal Marc Ouellet dans leurs nouvelles fonctions.

L’abbé Pierre-André Fournier est né à Plessisville le 8 juin 1943. Il a obtenu une licence en théologie au Grand Séminaire de Québec et une maîtrise en pastorale scolaire de l’Université de Sherbrooke. Ordonné prêtre le 10 juin 1967, l’abbé Fournier a été vicaire puis curé dans plusieurs paroisses du Diocèse de Québec, dont celle de Saint-Roch de 1983 à 1995. Il a été animateur de pastorale en milieu scolaire, président de régions pastorales et animateur diocésain auprès des jeunes travailleurs chrétiens (JOC). Au moment de sa nomination, il était directeur du Service diocésain de la pastorale et vicaire épiscopal.


L’abbé Gilles Lemay est né le 24 février 1948 à Sainte-Emmélie, Leclercville, dans la région de Lotbinière. Il a fait ses études théologiques au Grand Séminaire de Québec et a obtenu une maîtrise en théologie de l’Université Laval. Ordonné prêtre le 18 juin 1972, il a d’abord exercé son ministère à la paroisse Saint-Eugène de Vanier, puis comme secrétaire animateur de la région pastorale Lotbinière/Bois-Franc. De 1984 à 1999, il fut successivement membre et supérieur de l’équipe des prêtres du Diocèse de Québec oeuvrant en mission au Paraguay. Depuis son retour au Québec en 1999 et jusqu’au moment de sa nomination, il agit comme curé des paroisses Saint-Étienne de Lauzon, Saint-Nicolas et Très-Saint-Rédempteur.

Les informations concernant la célébration de l’ordination épiscopale seront communiquées ultérieurement.
2:55:13 PM

Journal Missa

Journal Missa

 Jeudi le 10 février 2005
Le jeune donneur de sang...
1:59:02 PM

Journal Missa

 Mercredi le 9 février 2005
Mercredi des cendres, le 9 février 2005 - Lettre pastorale aux catholiques du Canada sur la redéfinition du mariage - Chers frères et soeurs dans le Christ, Les évêques catholiques du Canada sont fermement convaincus que le mariage est l’union unique, essentielle et fondamentale entre un homme et une femme. Depuis ses tout débuts, cette position représente l’enseignement de l’Église et reflète l’histoire humaine. ...Les évêques du Canada encouragent tous les catholiques à exprimer leur préoccupations au Premier ministre, au Ministre de la Justice, aux membres du Parlement et à d’autres représentants élus. En tant que citoyens canadiens, vous n’avez pas seulement le droit, mais la responsabilité d’informer votre représentant politique et les chefs de gouvernement de vos convictions sur le mariage et les questions sociales impliquées dans sa définition et sa nature. Que ce temps de Carême soit l’occasion d’une réflexion sérieuse sur ce sujet et un temps fort de prière pour que soient éclairés nos leaders politiques.
5:38:15 PM

Journal Missa

 Mardi le 8 février 2005
Lettre Pastorale du Cardinal Marc Ouellet sur la pratique du Sacrement de pénitence et de réconciliation
9:24:30 PM
Mgr Bertrand BlanchetLa définition du mariage et les enjeux d'une définition - Mgr Bertrand Blanchet 

L'École de formation pastorale du diocèse de Rimouski a organisé une table ronde, le 16 janvier dernier, sur la définition du mariage. Parmi les invités, l'archevêque de Rimouski, Mgr Bertrand Blanchet , a intitulé son exposé : La définition du mariage et les enjeux d'une définition. Son propos était divisé en quatre parties : 1. Une vision fondatrice et inspiratrice : celle de la Genèse; 2.  La demande d'un mariage entre personnes de même sexe; 3. Nommer et traiter différemment ce qui est différent; 4. Quelle pratique pastorale pour l'Église ?

La définition du mariage et les enjeux d'une définition
3:56:23 PM

Journal Missa

 Lundi le 7 février 2005
Les Apophtegmes des pères du désert
7:08:42 AM

Journal Missa

Journal Missa

 Jeudi le 3 février 2005
Commentaires de la Conférence des évêques catholiques du Canada sur le projet de loi C-38, une loi concernant certaines conditions de fond du mariage civil...
5:02:37 PM
Une question de droits fondamentaux, selon Irwin Cotler

Réagissant aux résultats du sondage COMPAS publié mercredi matin qui révèle que, si un référendum national avait lieu, 66 % des Canadiens opteraient pour la définition conventionnelle du mariage, soit l'union entre un homme et une femme, le ministre fédéral de la Justice, Irwin Cotler, a rejeté catégoriquement l'idée d'un référendum pour trancher le débat sur les "mariages" gais. Selon lui, la question doit être débattue et réglée par le Parlement dans le cadre de la Charte des droits et libertés. (Radio-Canada)

Cependant nous semble-t-il, une question demeure toujours en suspens...

Cependant une question demeure en suspens, car les juges de la Cour suprême, le plus haut tribunal de notre pays, avaient refusé de répondre à la quatrième question proposée par le gouvernement actuel : « La définition du mariage en droit civil, c'est-à-dire l'union de deux personnes de sexe opposé, est-elle conforme à la Charte ? ».

Pourquoi nos juges de la Cour suprême ont-ils refusé de répondre à cette question ?... On doit débattre de cette question. L'absence de réponse du plus haut tribunal du pays ne peut pas être interprétée comme une licence à décider hâtivement selon des opinions personelles, mais bien plutôt à se poser ensemble des questions de fond sur ce qu'est le mariage et la société.  

Le mariage et la famille, sont des réalités présentes dans l'histoire humaine avant toute forme d'État et de loi...

À mon avis il est certain et hors de tout doute que le mariage, en tant exclusivement qu'union entre un homme et une femme, est une réalité humaine fondamentale absolue, transcendant et informant toutes les autres interactions sociales, toutes les lois, tous les droits et libertés individuels. Seule, l'union entre un homme et une femme, socialement, sémantiquement et légalement appelée mariage, et à l'exclusion de toute autre union, procrée et perpétue la famille humaine et donc cette union à l'exclusion de toute autre union, est le fondement unique de la société humaine que les lois ont pour mandat de protéger.

Les résultats du sondage COMPAS

Les résultats du sondage COMPAS révèlent sans équivoque que la population canadienne n'appuie pas le projet de Loi sur le mariage civil dans ses dispositions actuelles.

Clause nonobstant

Pour respecter les désirs de la majorité de la population canadienne tels qu'exprimés lors du sondage COMPAS du 2 février 2005, il faudrait nous semble-t-il : puisque selon les termes même de la Charte des droits et libertés " les droits et libertés ne sont pas absolus et sont assujettis à des limites raisonnables, prescrites par la loi, et justifiées dans le contexte d'une société libre et démocratique ", que le Parlement canadien amende la législation canadienne pour stipuler expressément que : " La définition - le mariage, réalité fondamentale de la société canadienne est et désigne exclusivement l'union entre un homme et une femme - est en vigueur sans égard aux dispositions de la Charte canadienne des droits et libertés ". Et par la suite le Parlement canadien devra proposer une nouvelle loi qui tiendrait compte équitablement dans ce contexte, des droits et libertés individuelles pour des partenariats de personnes de même sexe, sans préjudice au mariage. Car la population ne désire pas que le mariage soit redéfini, elle désire au contraire que le mariage en tant qu'exclusive union d'un homme et d'une femme soit protégé par la loi, mais la population désire parallèlement que la loi protège aussi avec équité les droits individuels de personnes qui désireraient se lier dans un partenariat de même sexe, c'est ce qui ressort du sondage. Les personnes qui désirent redéfinir le mariage sont donc une minorité. Si le gouvernement en doute il n'a qu'à utiliser le moyen mis à sa disposition par la loi : le référendum, c'est d'ailleurs le souhait qu'exprimerait aujourd'hui la population dans une proportion de 67% selon les résultats du sondage.
2:23:12 PM
Une majorité de Canadiens opposée au "mariage" gai - et un référendum est souhaité

(Radio-Canada) Le sujet divise autant les parlementaires que la population. Selon un sondage COMPAS publié mercredi matin, plus des deux tiers des Canadiens souhaitent un référendum national sur cette question, plutôt qu'un vote au Parlement. Réagissant aux résultats du sondage, le ministre fédéral de la Justice, Irwin Cotler, a rejeté catégoriquement l'idée d'un référendum...

Des députés libéraux se plaignent des pressions exercées sur eux pour qu'ils appuient le texte du projet de loi sur les "mariages" entre conjoints de même sexe...

Au lendemain du dépôt à la Chambre des communes du projet de loi sur le mariage entre conjoints de même sexe, des députés libéraux se sont plaints des pressions exercées sur eux pour qu'ils appuient le texte. Selon le député ontarien Pat O'Brien, le bureau de la whip du Parti libéral aux Communes, Karen Redman, suggérerait aux dissidents de s'absenter au moment du vote. Mme Redman a démenti ces affirmations. Marie-Paul Rouleau rapporte que des députés libéraux se plaignent d'avoir subi des pressions. Un autre député de l'Ontario, Tom Wappel, a accusé le premier ministre Martin d'avoir trompé les libéraux pendant des mois, en leur laissant croire qu'il y aurait un vote libre sur cette question, y compris pour les membres du Conseil des ministres.

M. Stephen Harper a par ailleurs commenté la situation lors d'une entrevue avec  Marie-Paul Rouleau, en affirmant du premier ministre M. Paul Martin : "C'est tout à fait consistant avec son comportement jusqu'à maintenant, il ne cherche pas un compromis il tente de forcer sa volonté pas seulement sur le caucus libéral, mais sur la population canadienne."
11:22:07 AM

Journal Missa

 Mercredi le 2 février 2005
Peut-on vraiment redéfinir le mariage ?

L'existence de chaque personne humaine et donc le fondement de toute la société humaine a sa source unique dans la fécondité naturelle de l'union d'un homme et d'une femme, alors qu'au chapitre de la procréation le partenariat de 2 personnes de même sexe sera stérile.

Pourrait-on légalement conclure en toute équité : à une équivalence, à une même importance, à une même valeur intrinsèque, et donc pouvoir accorder une même protection sociale et utiliser un même mot (mariage) pour identifier un partenariat naturellement stérile de 2 personnes de même sexe - et - la seule union humaine naturellement potentiellement féconde, celle d'un homme et d'une femme, qui est de fait le seul et unique fondement de l'existence de notre société que les lois et les législateurs ont ici pour mandat de protéger ?

Le mariage est une réalité qui a toujours été et qui ne peut être définie : qu'étant l'union complémentaire et potentiellement féconde d'un homme et d'une femme. Toute autre définition, peu importe les pirouettes intellectuelles ou les justifications de droits et libertés qui y ont mené, ne peut être qu'un accroc à notre réalité de personne humaine.

La hâte qu'ont en ce début de février 2005 certains élus du parlement canadien de promouvoir et de faire entériner un projet de loi asémantique, et à vouloir évidemment empêcher d'être tenu le débat sollicité par la majorité de leurs citoyens amène à douter de leur désir et très probablement de leur aptitude à vraiment gouverner sur cette question. Pourquoi désirent-ils éviter un débat démocratique et imposer dans certains cas à leurs députés un vote décidé d'avance selon la ligne de leur parti, vote qui pourrait être tout à fait contraire à leur conscience de député, à leur bon sens et au mandat que ces députés tiennent de fait aujourd'hui de leurs électeurs ?...

Le vrai mariage c'est l'union d'un homme et d'une femme, ce n'est qu'une question de bon sens, si vous n'êtes pas d'accord ne blâmez pas les religions pour cette affirmation, blâmez la nature même de ce que vous êtes comme être humain. Si pour des considération de droits de la personne vous devez légiférer sur des partenariats de personnes de même sexe, allez-y, mais n'allez pas par ailleurs manquer en même temps d'équité en équivalant un partenariat naturellement stérile au mariage entre un homme et une femme. Je crois personellement que gouverner avec diligence appelle ici à veiller à préserver au mariage entre un homme et une femme la primauté absolue naturelle d'importance qu'il a pour la société humaine par rapport à toute autre sorte d'union ou de contrat.

Par ailleurs puisque le mot mariage a toujours universellement désigné sémantiquement l'union spécifique d'un homme et d'une femme, un législateur n'aurait pas à mon avis de droit de galvauder ce terme consacré du patrimoine linguistique mondial, pour désigner une réalité réellement différente du mariage qu'est un partenariat de personnes de même sexe. L'utilisation du mot mariage pour désigner un partenariat de personnes de même sexe dans une loi devra probablement éventuellement être contesté, similairement peut-être à une utilisation non-autorisée par exemple d'une marque de commerce protégée, car cette utilisation dénature la réalité et porte atteinte à la protection de l'unique union qui est le fondement même de la vie humaine et sociale.

Ceci dit, la complémentarité homme - femme dans un mariage n'est-elle pas préférable sinon nécessaire au processus de croissance des enfants ? D'autre part , qu'un cadre juridique protège les droits individuels soit, mais qu'un cadre juridique redéfinisse ce qu'est le mariage !... n'y a-t-il pas encore matière à réflexion avant de proposer une telle loi ?

Les juges de la Cour suprême, le plus haut tribunal de notre pays, l'ont reconnu explicitement en refusant de répondre à la quatrième question proposée par le gouvernement actuel « La définition du mariage en droit civil, c'est-à-dire l'union de deux personnes de sexe opposé, est-elle conforme à la Charte ? ».

Un gouvernement reponsable doit être ouvert à un débat sur cette question non répondue de la Cour suprême... je crois personellement que la bonne réponse à cette quatrième question est probablement : "Oui la définition du mariage en droit civil, c'est à dire l'union de deux personnes de sexe opposé, est conforme à la charte : parce qu'elle protège la primauté absolue naturelle de l'unique union qui soit le fondement même de la vie humaine et sociale".

Il serait ensuite possible pour le gouvernement de proposer une loi qui tiendra compte équitablement des droits et libertés individuelles pour les partenariats de personnes de même sexe sans devoir affecter d'aucune manière l'union unique d'un homme et d'une femme qu'est le mariage. 
5:13:27 AM

Journal Missa

 Mardi le 1 février 2005
Mariages gais: le projet de loi déposé... 135 députés prévoient appuyer le projet de loi, contre 100 qui devraient s'y opposer. 18 élus se disent encore indécis, et 54 ont refusé de dévoiler leur position.
10:04:23 AM
La position de l'Église catholique sur la définition du mariage ... et la demande d'un vote libre de nos députés selon leur conscience au Parlement

Le président de la Conférence des évêques catholiques du Canada, Mgr Brendan M. O'Brien, a aujourd'hui réaffirmé la position de l'Église catholique sur la définition du mariage : les évêques demeurent opposés à tout projet de loi qui redéfinirait le mariage de manière telle qu'il ne serait plus reconnu comme l'unique et la fondamentale union entre un homme et une femme. Une lettre a été envoyée à cet effet aux trois chefs des partis qui appuient une redéfinition du mariage : le Premier ministre, Paul Martin; le chef du Bloc Québécois, Gilles Duceppe; et le chef du Nouveau Parti Démocratique, Jack Layton. De plus, Mgr O'Brien demande au Premier ministre Paul Martin de désavouer les récentes remarques de Monsieur Pierre Pettigrew, ministre des Affaires étrangères, rapportées dans les médias, à l'effet que les Églises ne devraient pas prendre part au débat sur les propositions de redéfinition du mariage.

Les Évêques catholiques du Canada demeurent opposés à tout projet de loi qui redéfinirait le mariage de manière telle qu’il ne serait plus reconnu comme l’unique et la fondamentale union entre un homme et une femme.

La relation conjugale, dans le mariage entre un homme et une femme est un bien unique pour la société, fournissant un environnement stable et positif pour les enfants et les générations futures.

À titre de leaders spirituels de 13 millions de catholiques canadiens, qui sont sans doute solidaires de millions d’autres Canadiens et Canadiennes de diverses allégeances et options, nous demandons au gouvernement du Canada et à tous les partis politiques d’adopter une loi qui reconnaisse, qui protège et qui réaffirme la définition du mariage comme l’union d’un homme et d’une femme.

Il nous apparaît très important que tous les membres de votre parti puissent voter selon leur conscience lors de la présentation d’un éventuel projet de loi devant la Chambre. Un tel vote libre irait dans le sens de la récente décision de la Cour suprême du Canada qui confirmait que la redéfinition du mariage ne devait pas porter atteinte à la liberté de conscience et de religion. La Charte canadienne des droits et libertés garantit d’ailleurs clairement ces libertés : liberté de conscience et de religion, liberté de pensée, de croyance, d’opinion et d’expression (art. 2).

Le débat actuel sur la redéfinition du mariage met en cause une institution dont l’histoire est longue. Il serait imprudent d’essayer d’en finir trop rapidement. Consentir aux lenteurs des libertés individuelles serait sans doute sage.

Enfin, nous vous demandons de désavouer les récentes remarques de Monsieur Pierre Pettigrew, ministre des affaires étrangères, rapportées dans les médias, à l’effet que les Églises ne devraient pas prendre part au débat sur les propositions de redéfinition du mariage.

9:11:59 AM

 Archives depuis le 7 octobre 2017 | Journal Missa sur Typepad |
 Archives 2017 | 01-10 |
 Archives 2016 | 01-12 |
 Archives 2015 | 01-12 |
 Archives 2014 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2013 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2012 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2011 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2010 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2009 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2008 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2007 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2006 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2005 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2004 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2003 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2002 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2001 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 |




© 1996-2017 missa.org Tous droits réservés | Réalisation
Version pour
imprimante  Imprimer
Commentaires
Recommander
Menu