www.missa.org

Liturgie du jour

Actualités

Vocation sacerdotale

Calendrier liturgique

Dans la prière, tirez le nom d'un saint



webmstr

mismenuann

Prières usuelles

Le Rosaire

Le sacrement de réconciliation et le dialogue avec un prêtre

La confession

Liturgie des heures

Lectionnaire

Comment m'engager dans ma communauté chrétienne pdf

ecathmontreal.png

ecdqtv_logo.jpg

Accueil Spiritualité


Journal Missa

 Archives de janvier 2008 Journal Missa

 Jeudi le 31 janvier 2008
la charité est un devoir pour les catholiques
12:01:07 PM
" When human beings in the weakest and most defenseless state of their existence are selected, abandoned, killed or used as pure 'biological material,' how can one deny that they are being treated not as 'someone' but as 'something' "
11:08:54 AM

Journal Missa

 Mardi le 29 janvier 2008
Devoir des parents catholiques devant l'injustice de l'État
8:23:36 PM
Droit naturel en éducation et système scolaire
8:21:43 PM
L'État québécois s'oppose au droit naturel des parents catholiques
8:20:37 PM
Perdrons-nous notre liberté de choix? En septembre 2008, la loi 95 entrera en vigueur dans l’ensemble des institutions scolaires, tant privées que publiques, du Québec. Cette réforme porte atteinte à la liberté religieuse des citoyens parce qu’elle abolit le droit des parents de choisir pour leurs enfants un enseignement religieux conforme à leurs valeurs et à leurs croyances.
8:13:52 PM
Éthique et culture religieuse - Un programme dénué de véritable culture religieuse
8:02:30 PM
Comment définir les critères de la justice qui rendent possible une liberté vécue ensemble et qui permettent à l'homme d'être bon? A ce point il nous faut revenir au présent: comment peut être trouvée une norme juridique qui constitue une hiérarchisation de la liberté, de la dignité humaine et des droits de l'homme. C'est la question qui nous intéresse aujourd'hui dans les processus démocratiques de formation de l'opinion et qui dans le même temps nous angoisse comme une question pour l'avenir de l'humanité. Jürgen Habermas exprime, selon moi, un vaste consensus de la pensée actuelle, lorsqu'il dit que la légitimité d'une charte constitutionnelle, en tant que présupposé de la légalité, découlerait de deux sources: de la participation politique égalitaire de tous les citoyens et, d'autre part, de la forme raisonnable qui voit la résolution des oppositions politiques. En ce qui concerne cette "forme raisonnable", Habermas note qu'elle ne peut pas être une simple bataille en vue de majorités arithmétiques, mais qu'elle doit se caractériser comme un "processus d'argumentation sensible à la vérité" (wahrheitssensibles Argumentationsverfahren). C'est une belle formule, mais c'est quelque chose d'extrêmement difficile à réaliser dans une pratique politique. Les représentants de ce "processus d'argumentation" public sont - nous le savons - principalement les partis en tant que responsables de la formation de la volonté politique. En effet, ils auront immanquablement en vue tout particulièrement l'obtention de majorités et ainsi ils ne prendront en compte presque inévitablement que des intérêts qu'ils promettent de satisfaire; toutefois ces intérêts sont souvent particuliers et ne sont pas véritablement au service de l'ensemble. La sensibilité pour la vérité est toujours à nouveau remplacée par la sensibilité pour les intérêts. Je trouve significatif qu'Habermas parle de la sensibilité pour la vérité comme d'un élément nécessaire dans le processus d'argumentation politique, en réinscrivant ainsi le concept de vérité dans le débat philosophique et dans le débat politique. ...Le danger pour le monde occidental - pour ne parler que de lui - est aujourd'hui que l'homme, eu égard à la grandeur de son savoir et de son pouvoir, ne baisse les bras face à la question de la vérité. Et cela signifierait en même temps que la raison, en définitive, se plierait face à la pression des intérêts et à l'attraction de l'utilité, contrainte à la reconnaître comme critère ultime. Du point de vue de la structure de l'Université, il existe un danger que la philosophie, ne se sentant plus en mesure de remplir son véritable devoir, ne se dégrade en positivisme; que la théologie avec son message adressé à la raison soit confinée dans la sphère privée d'un groupe plus ou moins grand. Toutefois, si la raison - inquiète de sa pureté présumée - devient sourde au grand message qui lui vient de la foi chrétienne et de sa sagesse, elle se dessèche comme un arbre dont les racines n'atteignent plus les eaux qui lui donnent la vie. Elle perd le courage pour la vérité et n'en sort pas grandie, mais devient plus petite. Appliqué à notre culture européenne, cela signifie que si elle veut seulement se construire elle-même en fonction de sa propre argumentation et de ce qui sur le moment la convainc et - préoccupée de sa laïcité - se détache des racines qui la font vivre, elle n'en devient pas alors plus raisonnable ni plus pure, mais elle se décompose et se brise.
7:35:33 AM

Journal Missa

 Mercredi le 23 janvier 2008
Chaque bonne communion obtenue constitue un immense bienfait. Par l'âme qui en bénéficie directement, elle nourrit le Corps mystique du Christ tout entier et le fait croître en sagesse, en taille et en grâce devant Dieu et devant les hommes (Lc 2:52) cf Le légionnaire et l'Eucharistie
6:56:32 AM

Journal Missa

 Mardi le 22 janvier 2008
Webcam Vatican
2:51:18 AM
Bse Laura Vicuna (†1904), élève de 12 ans chez les Salésiennes d'Argentine. (RS), par Raymond Beaugrand-Champagne
2:35:01 AM
Lectionnaire

Premier livre de Samuel 16,1-13.

Le Seigneur dit à Samuel : « Combien de temps encore vas-tu pleurer Saül ? Je l'ai rejeté. Il ne régnera plus sur Israël. Je t'envoie chez Jessé de Bethléem, car j'ai découvert un roi parmi ses fils. Prends une corne que tu rempliras d'huile, et pars ! »
Samuel répondit : « Comment faire ? Saül va le savoir, et il me tuera. » Le Seigneur reprit : « Emmène avec toi une génisse, et tu diras que tu viens offrir un sacrifice au Seigneur.
Tu inviteras Jessé au sacrifice ; je te dirai alors ce que tu dois faire : tu consacreras par l'onction celui que je te désignerai. »
Samuel obéit à l'ordre du Seigneur. Quand il parvint à Bethléem, les anciens de la ville furent pris de crainte ; ils allèrent à sa rencontre et lui demandèrent : « Est-ce pour la paix que tu viens ? »
Samuel répondit : « Oui, pour la paix. Je suis venu offrir un sacrifice au Seigneur. Purifiez-vous pour sacrifier avec moi. » Il purifia lui-même Jessé et ses fils et les invita au sacrifice.
Lorsqu'ils arrivèrent et que Samuel aperçut Éliab, il se dit : « Sûrement, c'est celui que le Seigneur a en vue pour lui donner l'onction ! »
Mais le Seigneur dit à Samuel : « Ne considère pas son apparence ni sa haute taille, car je l'ai écarté. Dieu ne regarde pas comme les hommes, car les hommes regardent l'apparence, mais le Seigneur regarde le coeur. »
Jessé appela Abinadab et le présenta à Samuel, qui dit : « Ce n'est pas lui non plus que le Seigneur a choisi. »
Jessé présenta Shamma, mais Samuel dit : « Ce n'est pas lui non plus que le Seigneur a choisi. »
Jessé présenta ainsi à Samuel ses sept fils, et Samuel lui dit : « Le Seigneur n'a choisi aucun de ceux-là.
N'as-tu pas d'autres garçons ? » Jessé répondit : « Il reste encore le plus jeune, il est en train de garder le troupeau. » Alors Samuel dit à Jessé : « Envoie-le chercher : nous ne nous mettrons pas à table tant qu'il ne sera pas arrivé. »
Jessé l'envoya chercher : le garçon était roux, il avait de beaux yeux, il était beau. Le Seigneur dit alors : « C'est lui ! donne-lui l'onction. »
Samuel prit la corne pleine d'huile, et lui donna l'onction au milieu de ses frères. L'esprit du Seigneur s'empara de David à partir de ce jour-là. Quant à Samuel, il se mit en route et revint chez lui, à Rama.


Psaume 89(88),20-21.25.27-29.

Autrefois, tu as parlé à tes amis, dans une vision tu leur as dit : « J'ai donné mon appui à un homme d'élite, j'ai choisi dans ce peuple un jeune homme.
« J'ai trouvé David, mon serviteur, je l'ai sacré avec mon huile sainte ;
« Mon amour et ma fidélité sont avec lui, mon nom accroît sa vigueur ;
« Il me dira : Tu es mon Père, mon Dieu, mon roc et mon salut !
Et moi, j'en ferai mon fils aîné, le plus grand des rois de la terre !
« Sans fin je lui garderai mon amour, mon alliance avec lui sera fidèle ;


Evangile de Jésus-Christ selon saint Marc 2,23-28.

Un jour de sabbat, Jésus marchait à travers les champs de blé ; et ses disciples, chemin faisant, se mirent à arracher des épis.
Les pharisiens lui disaient : « Regarde ce qu'ils font le jour du sabbat ! Cela n'est pas permis. »
Jésus leur répond : « N'avez-vous jamais lu ce que fit David, lorsqu'il fut dans le besoin et qu'il eut faim, lui et ses compagnons ?
Au temps du grand prêtre Abiathar, il entra dans la maison de Dieu et mangea les pains de l'offrande que seuls les prêtres peuvent manger, et il en donna aussi à ses compagnons. »
Il leur disait encore : « Le sabbat a été fait pour l'homme, et non pas l'homme pour le sabbat.
Voilà pourquoi le Fils de l'homme est maître, même du sabbat. »

2:31:51 AM
Message de Benoît XVI pour la Journée mondiale du Malade « Que la prochaine Journée mondiale du Malade soit une circonstance propice pour invoquer, de manière spéciale, la protection maternelle de Marie sur tous ceux qui sont éprouvés par la maladie, sur les personnels de santé et sur les ministres de la pastorale de la santé », conclut Benoît XVI dans son message 2008 pour la Journée mondiale du Malade, célébrée chaque année en la fête de Notre-Dame de Lourdes, le 11 février. « L'Eucharistie, Lourdes et le soin pastoral des malades », c'est en effet le thème de ce message.
2:06:51 AM
Le pape bénit les agneaux dont la laine donnera les pallium Comme c'est la tradition chaque année en la fête de sainte Agnès, vierge et martyre, le 21 janvier, le pape Benoît XVI a béni deux agneaux dont la laine servira à tisser les pallium que le pape remet le 29 juin aux archevêques métropolites nommés dans l'année, en signe de leur communion avec le Successeur de Pierre. Mais aussi en signe de la sollicitude pastorale du bon pasteur qui porte la brebis sur ses épaules. La cérémonie a eu lieu en la chapelle Urbain VIII du palais apostolique. Traditionnellement, ces deux agneaux sont élevés par les religieuses de San Lorenzo in Panisperna et ils sont présentés au pape par les Chanoines réguliers du Latran qui desservent la basilique Sainte-Agnès-hors-les-Murs. Symbole de la brebis perdue, recherchée, sauvée et placée par le Bon Pasteur sur ses épaules, l'agneau est aussi celui du Christ crucifié, selon le titre donné au Christ par saint Jean Baptiste, comme le rappelait l'Evangile de ce dimanche. Leur laine sera utilisée par les Bénédictines du monastère romain de Sainte-Cécile pour tisser les palliums de 5 centimètres de large, qui seront ornés de 6 petites croix de soie noire, symbole des plaies du Christ, et de broches d'or gemmé, autrefois utilisées pour fermer le pallium sur le cœur, le dos et l'épaule droite. Benoît XVI attache une importance particulière au symbole du pallium : il a remis à l'honneur cette force symbolique en choisissant pour lui-même le long pallium des mosaïques des premiers siècles. Il a même voulu qu'il apparaisse sur son blason. Anciennement, le mot « pallium » désignait un manteau de laine exclusivement attribué au souverain pontife, puis il devint un signe liturgique d'honneur, symbole d'un lien de communion particulier avec le successeur de Pierre pour les évêques à la tête de juridictions métropolitaines. Une fois terminés, les palliums sont placés dans une urne de bronze, don de Benoît XVI, placée dans une niche, sous l'autel de la « confession de Pierre », au plus près de la tombe de l'apôtre, jusqu'au 29 juin, en la solennité des saints Pierre et Paul, saints patrons de l'Eglise de Rome. Le récit le plus ancien de la remise du pallium par le pape à un évêque est le récit de la remise du pallium à Saint Césaire d'Arles par le pape Symmaque, il y a plus de 1500 ans. Adolescente et vierge romaine, Agnès a été martyrisée au temps de la persécution de l'empereur Dèce, au IIIe siècle : une persécution si violente que de nombreux baptisés reniaient leur foi devant la menace de mort. Elle périt à l'aube du IVe s., en 303 à l'âge de treize ans. La jeune martyre est souvent représentée par un agneau ou accompagnée d'un agneau blanc, en main la palme du martyre. Elle est une des saintes protectrices des jeunes et on l'invoque pour obtenir la vertu de chasteté.
2:04:13 AM
« Le dialogue œcuménique (...) doit être animé uniquement par la référence constante à la Parole » de Dieu, a rappelé Benoît XVI en cette Semaine de prière pour l'Unité des chrétiens et en vue de la préparation au synode d'octobre 2008 (5-26 octobre) sur le thème : « La Parole de Dieu dans la vie et la mission de l'Eglise ». ... « les grandes tâches de la Communauté ecclésiale dans le monde contemporain », notamment l'évangélisation et l'œcuménisme, « sont centrés sur la Parole de Dieu et en même temps, sont justifiés et soutenus par elle ». « Comme l'activité missionnaire de l'Eglise, avec son œuvre évangélisatrice trouve son inspiration et son but dans la révélation miséricordieuse du Seigneur, le dialogue œcuménique ne peut se fonder sur des paroles de la sagesse humaine, mais il doit être animé uniquement par la référence constante à la parole originaire, que Dieu a confiée à son Eglise ». La doctrine de saint Paul, ajoutait le pape, révèle une force toute spéciale fondée sur la conscience de « l'unique puissance salvifique, celle de l'Esprit du Seigneur ».... « Paul est resté fidèle jusqu'à la mort au Seigneur qu'il a d'abord persécuté, et auquel il a ensuite consacré tout son être : puisse son exemple être pour tous un encouragement à accueillir la Parole du salut et à la traduire dans la vie quotidienne en suivant fidèlement le Christ », a exhorté le pape. Benoît XVI a également souligné la dimension communautaire de l'expérience synodale, en citant un passage de son encyclique sur l'espérance chrétienne, « Spe Salvi » : « Le fait d'être en communion avec Jésus Christ - ai-je écrit - nous implique dans son être « pour tous », il en fait notre façon d'être. Il nous engage pour les autres, mais c'est seulement dans la communion avec Lui qu'il nous devient possible d'être vraiment pour les autres », puisqu'il existe « une relation entre amour de Dieu et responsabilité envers les hommes » qui permet de ne pas retomber dans l'individualisme du salut et de l'espérance », soulignait le pape. Les Pères synodaux qui viendront du monde entier auront ainsi, soulignait Benoît XVI, « la possibilité de confronter [leurs idées], mais surtout de s'unir dans une communion collégiale pour se mettre à l'écoute de la Parole de vie que Dieu a confiée aux soins pleins d'amour de son Eglise ». Et cette écoute doit, souligne le pape, déboucher sur l'Annonce de la Parole « avec courage et conviction, avec la « parresia » [le terme grec paulinien pour désigner l'audace apostolique, ndlr] des Apôtres, à ceux qui sont proches et à ceux qui sont loin ». « En effet, par la grâce de l'Esprit Saint, il faut donner à tous la possibilité de rencontrer la Parole vivante qui est Jésus-Christ ».
1:58:06 AM
CECC Publication d'orientations pour les protocoles diocésains en matière d'abus sexuels - La priorité consiste à prévenir les abus, quels qu’ils soient, répondre aux plaintes, offrir notre collaboration entière aux autorités civiles, et réduire les risques en matière d’abus.
1:49:23 AM

Journal Missa

 Dimanche le 20 janvier 2008
Chapelet médité MP3
10:50:34 PM
Mater Caritatis
10:16:32 PM

Journal Missa

 Samedi le 19 janvier 2008
Le Cardinal Marc Ouellet explique la décision du Saint-Père.
Texte de son allocution (PDF 3 pages)
Communiqué | Press Release (PDF)
Conférence de presse sur ECDQ.tv

Église catholique de Québec
6:20:42 AM
Une semaine pour demander l'unité des chrétiens La semaine de prière pour l’unité des chrétiens débute ce vendredi. Une édition particulière cette année puisque l’initiative fête son centenaire. Elle sera consacrée au théme « Priez sans cesse ». L'occasion de demander la « grâce » de l’unité pour les différentes confessions chrétiennes. Armance Bourgois de Radio Vatican
6:09:24 AM
Benoit XVI ne viendra pas à Québec
6:00:32 AM
L'université de Rome ferme ses portes au pape. Voici le discours qu'elle n'a pas voulu écouter

Benoît XVI aux étudiants : "Le Pape est la voix de la raison éthique de l’humanité" C’est ce jeudi que le pape devait se rendre à l’université romaine de la Sapienza. Une visite annulée par le Saint-Siège mardi, après qu'une soixantaine de professeurs ait signé une pétition s’opposant à la venue de Benoît XVI dans un lieu laic. Selon Mgr Ravasi, le président du conseil pontifical de la culture, ce geste signe une grande défaite de la culture. Le cardinal Bertone adressait une lettre hier au recteur de la Sapienza expliquant le renoncement du pape : "Les conditions nécessaires à un accueil digne et tranquille étaient absentes". Le cardinal Bertone qui transmettait aussi dans son courrier, le discours préparé par Benoit XVI "conscient du désir sincère cultivé par une grande majorité de professeurs et d'étudiants d'une parole culturellement significative. Mathilde Auvillain de Radio Vatican
5:57:06 AM

Journal Missa

 Vendredi le 18 janvier 2008
Dans la prière, tirez le nom d'un saint en 2008
9:20:30 AM

Journal Missa

 Jeudi le 17 janvier 2008
US - 35th March for Life Washington, DC next Tuesday, January 22nd 2008.  According to Wikipedia, this is the most attended annual march in Washington D.C. (100k+) so there is plenty happening.

We should not forget to mention the West Coast March for Life, taking place on Saturday the 19th. The fourth French Pro-Life march in Paris will take place on the 20th, last year they assembled 10k people.
6:26:27 AM
La Journée mondiale du malade sera célébrée, comme à chaque année, le 11 février. Des documents sont disponibles pour bien se préparer à souligner cette journée.
6:12:03 AM

Journal Missa

 Mardi le 15 janvier 2008
La Création de l'Islam
4:08:00 PM
Trium candorum custodia
4:51:01 AM

Journal Missa

 Dimanche le 13 janvier 2008
George Weigel’s newest book focuses on theological roots of Islamic terrorism, gives possible solutions
7:52:52 PM

Journal Missa

 Jeudi le 10 janvier 2008
Le respect du droit à la liberté constitue, a rappelé le ministre des Affaires étrangères de Benoît XVI, la base du respect de tout autre droit ; lorsque la liberté religieuse est en péril, tous les autres droits vacillent. Mgr Mamberti a fait allusion au discours de Benoît XVI, lundi dernier, 7 janvier, devant le Corps diplomatique accrédité près le saint-Siège, rappelant que la vocation universelle du Saint-Siège implique que son action diplomatique ne se fonde pas sur des choix politiques ou économiques, mais sur la promotion de la dignité humaine.
4:52:16 PM
Mgr Sgreccia soutient le moratoire sur l’avortement - C'est à l'Italie que l'on doit le lancement du moratoire sur la peine de mort « parti d'une initiative laïque et catholique » et qui a « été jugé favorablement à l'Assemblée des Nations unies », ainsi que cette « nouvelle réflexion sur l'avortement ». ...une « exigence de la paix » « La première paix, celle qui se base sur la justice (opus iustitiae pax), est celle qui respecte la vie, arrête la main du bourreau et bloque aussi l'acte qui arrache à la vie un enfant innocent qui attend de naître ». « Le premier ‘non' à la guerre est la décision de qui respecte la vie et de qui aide à respecter le droit à la vie. Il sera plus facile ensuite d'enseigner le respect de l'innocence, de la fragilité des enfants et des malades graves, il sera plus facile de respecter l'environnement qui est la maison et le patrimoine des générations futures et de tout citoyen, et de fournir une explication logique à ce respect », explique l'évêque italien. La troisième raison, « plus concrète encore », est celle « de l'économie et de la survie démographique de nos populations occidentales », souligne Mgr Sgreccia. Parmi les raisons justifiant cette nouvelle réflexion sur l'avortement, Mgr Sgreccia relève également « un devoir envers la science qui porte à modifier la loi, non seulement parce que celle-ci ne définit pas la viabilité du fœtus de manière adéquate, mais parce que la science confirme que l'être humain est un individu humain dès le moment de sa conception ». « Il y a des raisons contraignantes pour qui raisonne avec la tête, avec le cœur, avec la conscience et aussi avec l'économie » Reprenant l'argument des défenseurs de l'avortement - « la liberté de la femme, l'autonomie de la mère » - le président de l'Académie pontificale pour la vie répond : « Nous savons - tout le monde le sait - que pour la femme, l'avortement est une souffrance et un échec de sa maternité ». Mgr Sgreccia encourage à aider les femmes à « accueillir librement et de manière responsable la vie de leur enfant », pour leur bien. Car « la vraie liberté est celle qui respecte le bien de tous, adultes et enfants à naître ». « Par ailleurs, ajoute-t-il, supprimer la vie c'est ôter les racines de la liberté de celui qui est supprimé. C'est là le moment où la loi peut et doit encourager l'utilisation responsable de la liberté ». « Il ne s'agit pas d'un retour en arrière mais d'un pas en avant : de même qu'a été combattu l'esclavage, la discrimination entre blancs et noirs ou entre riches et pauvres, il faut continuer à reconnaître le droit à la vie... pour les enfants à naître et les enfants nés, les coupables et les innocents »

« L'amour de Dieu ne fait pas de différence entre celui qui vient d'être conçu et se trouve encore dans le sein de sa mère, et l'enfant, ou le jeune, ou bien encore l'homme mûr ou âgé. Il ne fait pas de différence, car en chacun d'eux il voit l'empreinte de sa propre image et ressemblance (cf. Gn 1, 26)... Cet amour infini et presque incompréhensible de Dieu pour l'homme révèle jusqu'à quel point la personne humaine est digne d'être aimée en elle-même, indépendamment de toute autre considération ». Benoît XVI
4:48:14 PM
Lectionnaire

Première lettre de saint Jean 4,19-21.5,1-4.

Nous aimons parce que Dieu lui-même nous a aimés le premier.
Si quelqu'un dit : « J'aime Dieu », alors qu'il a de la haine contre son frère, c'est un menteur. En effet, celui qui n'aime pas son frère, qu'il voit, est incapable d'aimer Dieu, qu'il ne voit pas.
Et voici le commandement que nous avons reçu de lui : celui qui aime Dieu, qu'il aime aussi son frère.
Tout homme qui croit que Jésus est le Christ, celui-là est vraiment né de Dieu ; tout homme qui aime le Père aime aussi celui qui est né de lui.
Nous reconnaissons que nous aimons les enfants de Dieu lorsque nous aimons Dieu et que nous accomplissons ses commandements.
Car l'amour de Dieu, c'est cela : garder ses commandements. Ses commandements ne sont pas un fardeau,
puisque tout être qui est né de Dieu est vainqueur du monde. Et ce qui nous a fait vaincre le monde, c'est notre foi.


Psaume 72(71),1-2.14-15.17.

Dieu, donne au roi tes pouvoirs, à ce fils de roi ta justice.
Qu'il gouverne ton peuple avec justice, qu'il fasse droit aux malheureux !
Il les rachète à l'oppression, à la violence ; leur sang est d'un grand prix à ses yeux.
Qu'il vive ! On lui donnera l'or de Saba. On priera sans relâche pour lui ; tous les jours, on le bénira.
Que son nom dure toujours ; sous le soleil, que subsiste son nom ! En lui, que soient bénies toutes les familles de la terre ; que tous les pays le disent bienheureux !


Evangile de Jésus-Christ selon saint Luc 4,14-22.

Lorsque Jésus, avec la puissance de l'Esprit, revint en Galilée, sa renommée se répandit dans toute la région.
Il enseignait dans les synagogues des Juifs, et tout le monde faisait son éloge.
Il vint à Nazareth, où il avait grandi. Comme il en avait l'habitude, il entra dans la synagogue le jour du sabbat, et il se leva pour faire la lecture.
On lui présenta le livre du prophète Isaïe. Il ouvrit le livre et trouva le passage où il est écrit :
L'Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m'a consacré par l'onction. Il m'a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, annoncer aux prisonniers qu'ils sont libres, et aux aveugles qu'ils verront la lumière, apporter aux opprimés la libération,
annoncer une année de bienfaits accordée par le Seigneur.
Jésus referma le livre, le rendit au servant et s'assit. Tous, dans la synagogue, avaient les yeux fixés sur lui.
Alors il se mit à leur dire : « Cette parole de l'Écriture, que vous venez d'entendre, c'est aujourd'hui qu'elle s'accomplit. »
Tous lui rendaient témoignage ; et ils s'étonnaient du message de grâce qui sortait de sa bouche. Ils se demandaient : « N'est-ce pas là le fils de Joseph ? »


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris
7:09:41 AM
Saints : Des « Instructions », pour la phase diocésaine des canonisations (I) (II)
7:07:46 AM
Bientôt quatre nouveaux saints seront honorés par l'Eglise universelle en 2008 : ils viennent de l'Italie, de Suisse du Kerala et de l'Equateur.

Le bienheureux Gaetano Errico, prêtre napolitain (1791-1860), béatifié en 2002.

Deux prêtres sont ses maîtres à l'école communale. A quatorze ans, il demande à être reçu chez les Capucins : trop jeune ! Chez les Rédemptoristes : trop jeune ! Il entre au séminaire de Naples, ou plutôt, il y étudie : ses parents ne pourraient pas payer sa pension. Chaque jour, il fait huit kilomètres à pied, par tous les temps, pour venir suivre les cours. Déjà, on l'admire : « Voilà saint Gaétan qui passe ! ». Il est ordonné en 1815.

A son tour, il devient maître d'école, un ministère auquel il se dévoue pendant vingt ans, tout en assurant le service pastoral de la paroisse Saints-Côme et Damien : annonce de la parole, ministère de réconciliation, assistance matérielle et spirituelle des malades, des pauvres.

Jamais il ne manque sa retraite annuelle chez les pères rédemptoristes de Pagani, près de Salerne. C'est là que saint Alfonse lui apparaît, en 1818 : Dieu veut qu'il fonde une communauté religieuse et qu'il construise une église en l'honneur de la Vierge des Douleurs, à Secondigliano. L'église est bénie en 1830. Puis il fonde une communauté consacrée aux Cœurs de Jésus et Marie et s'épuise à faire connaître l'amour miséricordieux dans tout le mezzogiorno, jusqu'à son dernier souffle, le 29 octobre 1860.

La bienheureuse Marie-Bernarde Bütler (1848 -1924, au siècle, Verena Bütler), religieuse suisse, béatifiée en 1995, fondatrice des Franciscaines Missionnaires de Marie Auxiliatrice, longtemps missionnaire en Equateur et en Colombie.

La Suissesse Verena Bütler, originaire de Auw (Aargau) accomplira sa vocation en Amérique latine. Entrée chez religieuses Capucines, elle prit le nom de sœur Marie-Bernarde. En vraie fille de saint François, elle voulut, expliquait Jean-Paul II le jour de sa béatification, « servir Dieu en servant ses frères », persuadée que « la charité est la principale vertu ». Et la source de son apostolat fut toujours la prière et l'Eucharistie, « pilier de sa vie spirituelle » : « celui qui reçoit le Corps du Christ ne saurait mépriser ses frères ». L'Eucharistie lui inspirait aussi l'amour de l'Eglise et de son unité.

En 1880, elle fut élue supérieure de son couvent de Altstätten. Huit ans plus tard, elle partait en mission en Amérique latine, en Equateur d'abord, puis en Colombie, où elle fonda la congrégation des religieuses Franciscaines de Marie Auxiliatrice, dont la vocation est à la fois éducative et caritative. Et elle mourut en mission, le 19 mai 1924 à Carthagène, en Colombie.

La bienheureuse Alphonse de l'Immaculée (1910-1946), religieuse indienne du Kerala, béatifiée en 1986 à Kottayam.

C'est à Kudamaloor, au Kerala, Etat du Sud de l'Inde, fortement christianisé, qu'Alphonse Muttathupadathu est née, dans une famille chrétienne. Dès son plus jeune âge, elle désire entrer dans la vie religieuse. Mais sa famille veut lui imposer un mariage. Elle décide alors de faire un geste qui compromet à jamais un mariage : elle se blesse en mettant le pied dans le feu. Elle peut alors entrer chez les Clarisses, où elle reçoit le nom de sœur Alphonse de l'Immaculée Conception. A l'école de saint François, elle apprend à aimer la croix par amour pour le Seigneur crucifié, sûre de prendre part à l'apostolat de l'Eglise par ses souffrances. Et elle est gratifiée de dons surnaturels comme celui de parler le Tamoul qu'elle n'a pas appris et le don de voir l'avenir.

La bienheureuse Narcisse de Jésus Martillo y Moran (1832,-1869), laïque équatorienne, béatifiée par Jean-Paul II en 1992.
7:04:44 AM
Le cardinal Hummes demande une mobilisation mondiale, en particulier dans l'adoration eucharistique pour les prêtres et les vocations sacerdotales, avec un renouveau de la maternité spirituelle des communautés....la conscience que l'agir est la conséquence de l'être et que l'âme de chaque apostolat c'est l'intimité avec Dieu, nous a conduits à promouvoir de façon urgente une grande adoration eucharistique, si possible perpétuelle...l'eucharistie est en effet « le centre même de la vie de l'Eglise, son sommet » : « Le Saint-Sacrement est adoré dans tous les tabernacles des églises du monde. Les gens reconnaissent que Jésus est réellement présent et que l'on peut le rencontrer de façon directe. Le sacrement de l'eucharistie a un rapport total avec le prêtre qui est ordonné avant tout pour le célébrer. Le sacerdoce naît à la Dernière Cène, justement avec l'institution de l'Eucharistie, lorsque Jésus dit : « Faite ceci en mémoire de moi ». Ainsi, faire l'adoration eucharistique en faveur des prêtres rappelle la nature même du sacerdoce ».... Le cardinal Hummes suggère que dans chaque diocèse un prêtre soit chargé de « se consacrer à plein temps au ministère spécifique de promouvoir l'adoration eucharistique », et la création de « sanctuaires eucharistiques », ainsi que la recherche de lieux spécifiques réservés à l'adoration eucharistique perpétuelle. Il souligne en outre l'importance que toutes les initiatives pour la formation du clergé soit « imprégnées d'un climat eucharistique ». Il suggère en outre d'impliquer dans l'adoration « toutes les forces vives » de l'Eglise, « à partir des enfants qui se préparent à la première communion ».... Mais le cardinal Hummes souligne aussi, en des termes qui rappellent la vocation de sainte Thérèse de l'Enfant Jésus, qu'à l'exemple de Marie, « les âmes féminines consacrées peuvent adopter spirituellement des prêtres et les aider, par l'offrande, la prière, et la pénitence ». « Cette initiative permet de prendre toujours plus conscience, explique-t-il, du lien ontologique entre eucharistie et sacerdoce, et de la maternité spéciale de Marie vis-à-vis de tous les prêtres ». « La vocation à être mère spirituelle pour les prêtres est trop peu connue, insiste le cardinal Hummes, trop peu comprise, et pour cela trop peu vécue, en dépit de son importance vitale et fondamentale. Indépendamment de l'âge et de l'état de vie, toutes les femmes peuvent devenir des mères spirituelles pour un prêtre. Cela vaut particulièrement pour les missionnaires et les religieuses qui offrent toute leur vie à Dieu pour la sanctification de l'humanité. Donc, vivre la maternité spirituelle signifie être des personnes qui prient pour un prêtre spécifique et l'accompagnent ainsi toute la vie. De façon anonyme, normalement. Et ceci, l'histoire nous le dit, porte de grands fruits spirituels pour les prêtres ».
6:45:02 AM
Des voix en faveur d'une proposition de loi moratoire universelle sur l'avortement s'élèvent en l'Inde... La Corée soutient également ce moratoire sur l'avortement
6:39:33 AM
Dans l’islam, il y a une porte d’entrée mais pas de sortie Dans les pays musulmans qui ne prévoient pas la peine capitale, ce qui attend les convertis, c'est « la mort civile », être considérés comme morts ; leur héritage est alors partagé entre les autres membres de la famille. ...Le mois dernier, le parlement européen a approuvé une résolution en faveur de la liberté religieuse, sans citer le monde islamique, même si bon nombre de cas mentionnés dans le texte concernent des pays musulmans : Irak, Gaza, Turquie, Egypte, etc. C'est la première fois que tous les groupes politiques du parlement, à l'exception des verts, émettent un vote favorable. Cela peut constituer un premier pas pour demander au monde islamique de comprendre que la liberté religieuse fait partie d'autres libertés. Et même si la résolution européenne n'a aucune valeur contraignante, il est dit qu'il faudra dès lors en tenir compte au moment d'établir des relations commerciales avec ces pays. ...de nombreux versets du Coran parlent de liberté religieuse, mais l'interprétation radicale n'en tient pas compte. Cette interprétation considère les versets abrogés par d'autres qui parlent du jihad, de la guerre sainte, etc. et affirme qu'ils ont été produits dans un contexte différents, quand Mahomet était à la Mecque et que les musulmans n'étaient pas assez forts. Selon cette théorie, l'instauration de l'Etat islamique a mis fin à la tolérance vis-à-vis des infidèles et aujourd'hui seuls les versets les plus durs sont considérés valables. Autrement dit, cela est très dangereux, car cela signifie montrer l'islam comme une religion basée uniquement sur une foi violente. ...

Beaucoup de pays musulmans ont signé la déclaration universelle des droits de l'homme, mais ont émis des réserves concernant un article qui parle de la liberté de conscience (qui prévoit le passage d'une foi à l'autre). Dans de nombreux pays islamiques la liberté de culte existe : les chrétiens peuvent se rendre à l'église, célébrer des mariages ou des funérailles, mais ils ne peuvent pas transmettre leur propre foi. Les textes chrétiens ne peuvent être vendus dans les librairies par des musulmans et les inspecteurs y veillent avec attention.

La liberté de culte, en général garantie, est une chose ; la liberté de conscience, qui est la véritable liberté religieuse, en est une autre, bien différente. Les musulmans n'empêchent pas un chrétien d'entrer dans leur religion, mais une fois converti à l'islam un chrétien ne peut plus en sortir. Dans l'islam, il n'existe que la porte d'entrée, il n'y a pas de porte de sortie ; on est libre d'entrer, mais pas de sortir.

Pour un musulman il est très difficile de comprendre la foi chrétienne, car le Coran parle du Christ, parle de Marie (dans le Coran il existe un chapitre consacré à Marie, on parle d'elle plus que dans l'Evangile), mais il a construit une histoire autour de Marie et de Jésus très différente de celle que l'on trouve dans l'Evangile. Le Christ n'est pas mort sur la croix, la Trinité est critiquée dans le Coran, elle est considérée comme une espèce de triade. Le Coran parle d'un Dieu père, d'un Dieu Mère, qui est Marie, et d'un Fils né d'eux, comme si Dieu avait rencontré la femme Marie pour engendrer le Christ.

Le musulman a des informations inexactes, fausses sur le christianisme, et quand il trouve la foi professée par l'Eglise et par les fidèles chrétiens il est émerveillé. Un converti a dit un jour : « Vous chrétiens n'avez pas le droit de garder votre foi pour vous, vous avez le devoir de la transmettre ». Parmi les cas que nous présentons dans ce livre, il y a plusieurs convertis qui ont trouvé la foi en écoutant la radio pour apprendre l'italien, en écoutant « Radio Maria » par exemple ; d'autres ont connu des fidèles dont les témoignages ont eu une influence sur eux ; d'autres encore ont connu des mouvements apostoliques...

Le jour où le monde islamique reconnaîtra la liberté religieuse, beaucoup d'autres pourront entrer. Pour le moment, cela est impossible car se convertir au christianisme est comme une loterie, ça finit bien ou ça finit mal, je perds ma famille, je perds mon travail... tous mes droits ; mais quand ces pays reconnaîtront ces droits, tout sera beaucoup plus facile.

Beaucoup de musulmans reprochent à la société européenne de détruire ses coutumes et la considèrent comme une société qui a renoncé à Dieu. Cette critique invite les chrétiens à s'interroger sur la signification de leur présence. Ce n'est pas de la faute des immigrés si, lorsqu'ils arrivent en Europe, ils ne voient pas les chrétiens. Voir avec les yeux d'un musulman en quoi consiste la foi chrétienne peut aider tous ceux qui sont habitués à la foi. La redécouverte par d'autres personnes peut nous aider à valoriser le trésor que nous possédons.
6:36:25 AM

Journal Missa

 Mercredi le 9 janvier 2008
il est tout à fait logique de revenir sur le sujet de l’avortement et de demander un moratoire, tout du moins pour stimuler et réveiller la conscience de tous, pour aider à se rendre compte que l’enfant dans le ventre de sa mère est réellement un être humain et que sa suppression est inévitablement la suppression d’un être humain.
2:58:11 PM

Journal Missa

 Mardi le 8 janvier 2008
Je suis votre Dieu, qui, crucifié sur la croix, vrai Dieu et vrai homme en une personne, suis tous les jours dans les mains des prêtres. Quand vous me faites quelque prière, finissez-la toujours ainsi : Que votre volonté soit faite, et non la mienne. Car quand vous me priez pour les damnés, je ne vous exauce pas. Quelquefois aussi vous désirez ce qui est contre votre salut, partant, il est nécessaire que vous soumettiez votre volonté à la mienne, car je sais tout et je pourvois à tout ce qui vous est utile. Certes, plusieurs me prient, mais non avec une droite intention, et partant, ils ne méritent pas d'être exaucés.

Vraiment, il y a trois sortes de gens qui me servent en ce monde : les premiers sont ceux qui me croient Dieu, auteur de tout bien et puissant sur toutes choses. Ceux-là me servent avec l'intention d'obtenir les honneurs et les choses temporelles, mais les choses célestes leur sont comme rien ; ils les abandonnent avec joie, afin d'obtenir les choses présentes ; à ceux-là la prospérité du siècle leur sourit en tout selon leurs désirs. Et puisqu'ils ont ainsi omis les biens éternels, je récompense tout le bien qu'ils ont fait pour moi, jusqu'à la dernière maille et au dernier point, d'une récompense mondaine et temporelle. Les deuxièmes sont ceux qui me croient tout-puissant et juge sévère. Ceux-ci me servent par crainte du châtiment, non par amour de la gloire céleste, car s'ils ne craignaient pas, ils ne me serviraient pas. Les troisièmes sont ceux qui me croient créateur de toutes choses, vrai Dieu, miséricordieux et juste. Ceux-ci me servent, non par la crainte de quelque châtiment, mais par dilection, par amour. Ils aimeraient mieux souffrir toutes les peines, s'ils pouvaient, que de provoquer une seule fois ma colère. Les prières de ceux-ci méritent d'être exaucées, car leur volonté est selon ma volonté. Les premiers ne sortiront jamais du supplice et ne verront jamais ma face ; les seconds n'auront pas de si grands supplices, mais ne verront jamais ma face, à moins que la pénitence les corrige de cette crainte trop servile. Révélations de Sainte Brigitte de Suède Paroles de Jésus-Christ à son épouse. De la manière de faire l'oraison ; du respect qu'elle doit avoir en la faisant, et de trois sortes d'hommes qui servent Dieu.
5:36:29 AM
How the birth control pill acts as an abortifacient youtube video
5:09:59 AM
La liberté humaine n'est pas absolue « Les facteurs de préoccupation sont divers, constate le pape ; ils témoignent tous cependant que la liberté humaine n'est pas absolue, mais qu'il s'agit d'un bien partagé, dont la responsabilité incombe à tous. En conséquence, l'ordre et le droit en sont des éléments qui la garantissent. Mais le droit ne peut être une force de paix efficace que si ses fondements demeurent solidement ancrés dans le droit naturel, donné par le Créateur. C'est aussi pour cela que l'on ne peut jamais exclure Dieu de l'horizon de l'homme et de l'histoire. Le nom de Dieu est un nom de justice ; il représente un appel pressant à la paix »....Je regrette une fois encore les atteintes préoccupantes à l'intégrité de la famille, fondée sur le mariage entre un homme et une femme. Les responsables de la politique, de quelque bord qu'ils soient, devraient défendre cette institution fondamentale, cellule de base de la société...la liberté religieuse, a rappelé Benoît XVI, est ‘exigence inaliénable de la dignité de tout homme et pierre angulaire dans l'édifice des droits humains...La paix est un engagement et un mode de vie qui exigent que l'on satisfasse les attentes légitimes de tous comme l'accès à la nourriture, à l'eau et à l'énergie, à la médecine et à la technologie, ou bien le contrôle des changements climatiques. C'est seulement ainsi que l'on peut construire l'avenir de l'humanité ; c'est seulement ainsi que l'on favorise le développement intégral pour aujourd'hui et pour demain (...). Pour consolider la paix, il faut que les résultats macroéconomiques positifs obtenus par de nombreux pays en voie de développement en 2007 soient soutenus par des politiques sociales efficaces et par la mise en œuvre des engagements d'assistance des pays riches
4:44:48 AM

Journal Missa

 Dimanche le 6 janvier 2008
Bishop: Extremism Creating 'No-Go' Areas for Non-Muslims in Britain
9:16:42 AM

Journal Missa

 Mercredi le 2 janvier 2008
Famille humaine, communauté de paix
10:33:10 AM

Journal Missa

 Mardi le 1 janvier 2008
If you take the life and suction out the pieces of an unborn child for no reason than its inconvenience to the mother, I don't think you've lived up to your Hippocratic Oath of doing no harm
11:15:35 AM

 Archives depuis le 7 octobre 2017 | Journal Missa sur Typepad |
 Archives 2017 | 01-10 |
 Archives 2016 | 01-12 |
 Archives 2015 | 01-12 |
 Archives 2014 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2013 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2012 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2011 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2010 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2009 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2008 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2007 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2006 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2005 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2004 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2003 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2002 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2001 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 |




© 1996-2017 missa.org Tous droits réservés | Réalisation
Version pour
imprimante  Imprimer
Commentaires
Recommander
Menu