www.missa.org

Liturgie du jour

Actualités

Vocation sacerdotale

Calendrier liturgique

Dans la prière, tirez le nom d'un saint



webmstr

mismenuann

Prières usuelles

Le Rosaire

Le sacrement de réconciliation et le dialogue avec un prêtre

La confession

Liturgie des heures

Lectionnaire

Comment m'engager dans ma communauté chrétienne pdf

ecathmontreal.png

ecdqtv_logo.jpg

Accueil Spiritualité


Journal Missa

 Archives de mai 2005 Journal Missa

 Lundi le 30 mai 2005
Sainte Jeanne d'Arc, condamnée comme hérétique et brûlée vive en 1431 par les anglais (RS).
5:44:33 PM
Lectionnaire : - Tobie, de la tribu et de la ville de Nephtali, fut déporté sous le règne de Salmanazar, roi d'Assyrie ; mais durant sa déportation, il ne quitta jamais le chemin de la vérité. - Cet homme jamais ne tombera - Voici l'héritier : allons-y ! tuons-le, et l'héritage va être à nous !
5:42:26 PM
« Va aujourd’hui travailler à ma vigne » (Mt 21,28) De tout mon coeur, je bénis Dieu de m'avoir fait connaître des âmes vraiment bonnes. J'ai pu leur annoncer qu'elles sont elles aussi la vigne du Seigneur : la citerne, c'est leur foi ; la tour, c'est leur espérance ; le pressoir, leur charité ; la haie, c'est la loi de Dieu, qui les démarque des enfants des ténèbres. Je m'arrête là, parce que la cloche m'appelle ; je vais au pressoir de l'église, à l'autel. C'est là que ruisselle continuellement le vin sacré du sang de ce raisin délicieux et unique dont bien peu ont la chance de pouvoir s'enivrer. Là, vous le savez, car je ne puis agir autrement, je vous présenterai au Père des Cieux, uni à son Fils ; c'est en lui et avec lui que je suis tout entier vôtre dans le Seigneur. Seigneur Jésus, sauve-les tous. Je m'offre en victime pour eux tous. Rends-moi plus fort ; prends ce coeur, emplis-le de ton amour, puis demande-moi tout ce que tu veux. Saint [Padre] Pio de Pietrelcina (1887-1968), capucin Ep 3 ; 586,588,62 (trad. Une pensée, Médiaspaul 1991, p. 67)
5:37:33 PM
Célébration eucharistique présidée par M. Le Cardinal Jean-Claude Turcotte le mardi 31 mai à 19 h 30 à la Basilique Cathédrale Marie-Reine-du-Monde (angle René-Lévesque et Mansfield - Métro Bonaventure) à l'occasion de la Fête de Marie-Reine-du-Monde, patronne principale de l'archidiocèse, la célébration du 15e anniversaire du cardinal Jean-Claude Turcotte comme archevêque de Montréal et la remise du mérite diocésain Monseigneur-Ignace-Bourget.
4:56:47 PM
Débat pastoral devant le magistère

Il semble que nous évoluons dans une réalité comparable à celle de nos premiers parents. L'arbre de la connaissance du bien et du mal, si c'est fondamentalement la loi naturelle, par la grâce de la révélation chrétienne c'est  l'invitation qui nous est toujours faite aujourd'hui à être humbles et en communion devant le magistère, reconnaissant notre incapacité à remonter facilement à Dieu créateur, et mettant notre confiance dans la promesse de Jésus de bâtir son Église sur Pierre. La vérité est que l'homme n'est pas, et ne sera jamais, en mesure de discerner et de décider par lui-même ce qui est bien et ce qui est mal, mais il doit se référer à un principe supérieur. Chaque personne peut choisir d'obéir aux préceptes divins ou tomber dans le piège de vouloir être dieu.

Devant le magistère on relève des prises de positions effectives : diluantes, assumantes, fondamentalistes, anarchiques ou ignorantes. Notez que ces caractérisations sont une classification à partir d'expérience personnelle, d'autres pourront préciser ou dissendire, c'est un point de départ pour une réflexion. J'utilise le mot kénose comme l'abandon confiant dans l'obéissance jusqu'à l'oubli de soi dans la mort à la croix : autrement dit Dieu nous aime, suivre sa Loi signifie pour l’homme se réaliser lui-même ; la perdre reviendrait à s’égarer soi-même.

Il y a un débat possible dilutif. Espérant ultimement secrètement ou non, consciemment ou non, substituer la kénose exigée par le magistère, pour le degré d'évolution ou la situation personnelle du fidèle. C'est un débat qui est à priori un refus, peut-être timoré ou même ignorant. Il n'y a pas de conversion. Le magistère est dilué.

Il y a un débat possible assumatif. C'est dans la kénose elle-même, ultimement assisté de la grâce et des moyens spirituels de la prière et des sacrements, qu'on cherche à atteindre la disponibilité personnelle qui transmettra la parole du Christ. C'est un débat qui est service. C'est cela la conversion. Le magistère est assumé. On parle ici d'adultes responsables dans la foi. C'est le début du sommet de la montagne spirituelle selon l'imagerie de Saint Jean de la Croix, mais la conversion se transforme en une unité de volonté avec Dieu que Sainte Thérèse d'Avila identifie "union transformante". D'adultes on y devient époux, donc parents spirituels.

Il y a un débat possible assumatif ankylosé ou en devenir. C'est un débat qui est partiellement assumatif, partiellement ankylosé, ou immature. La kénose n'est pas totalement assumée ou la relation est en partie divisée ou non-assumée avec Dieu. C'est un débat qui végète un peu ou beaucoup, il y a du beau grain et de l'ivraie dans des proportions variées. Il faut la vie spirituelle notamment la prière, la réception des sacrements : la réconciliation et l'eucharistie fréquente. C'est un débat qui est mi-service, mi-hommerie. C'est le combat où la grâce à apprendre à demander est justement la fidélité à la vie de conversion. On espère, on tend dans des proportions variées à y assumer le magistère. On parlerait ici d'enfants ou d'adolescents dans la foi. C'est l'ascension nécessaire et douloureuse, seulement possible guidé et aidé par Dieu, de la montagne de la conversion. C'est la découverte et l'aprofondissement de l'abandon et de la Providence qui a pour terme la kénose assumée d'un adulte dans la foi.

Il y a un débat possible fondamentaliste. C'est une kénose de bout des lêvres. Pharisianisme, hypocrisie. Messianisme temporel. Scandale de l'agir (subtil parfois) par rapport à la parole. C'est un débat qui est contradictoire, c'est fondamentalement un refus mais déguisé en mots insensés. Il n'y a pas de conversion.

Il y a un débat possible anarchique ou ignorant. Il peut n'y avoir aucune kénose devant le magistère parce qu'il y a une perception de mal, ou un refus du bien. C'est un refus empreint d'irréflexion et de bêtise, ou d'ignorance ou de crainte. C'est un débat qui justifie le refus par des faussetés ou des inexactitudes généralisantes, qui craint, ignore ou ne cherche pas la vérité, ou refuse la vérité. Il n'y a pas de conversion ou bien il peut y avoir une conversion plus ou moins profonde à la révélation dans la loi naturelle.

Une vocation, une parole, un geste, sont ainsi ecclésiaux seulement dans la proportion ou le magistère y sont assumés; ils peuvent être en sympathie avec le magistère et anonymement-ecclésiaux dans la proportion ou, dans le cas d'ignorance involontaire du magistère, c'est par le biais seulement de la loi naturelle qu'est assumée, en fin de compte, la Parole de Dieu.

La route que Dieu indique par sa Loi va dans la direction inscrite dans l’essence même de l’homme. La suivre signifie pour l’homme se réaliser lui-même ; la perdre revient à s’égarer soi-même. ... « Peut-être voulez-vous vous aussi vous en aller ? » Jn 6, 67
11:44:42 AM
Je vous demande à tous de prendre avec décision la route de cet œcuménisme spirituel qui, dans la prière, ouvre à l’Esprit Saint, qui peut seul créer l’unité...
9:36:47 AM

Journal Missa

 Vendredi le 27 mai 2005
Céline Hoyeau de Radio-Vatican a recueilli le témoignage de Jean-Baptiste et Marie-Ange dans la procession du Corpus Domini avec Benoît XVI . Deux témoignages sur la signification de l’eucharistie dans la vie quotidienne d’un chrétien.
1:37:29 PM
...dans le projet originel de la création était prévue la capacité de la raison de dépasser facilement le donné sensible, de façon à atteindre l'origine même de toute chose, le Créateur. A la suite de la désobéissance par laquelle l'homme a choisi de se placer lui-même en pleine et absolue autonomie par rapport à Celui qui l'avait créé, la possibilité de remonter facilement à Dieu créateur a disparu. Le Livre de la Genèse décrit de manière très expressive cette condition de l'homme, quand il relate que Dieu le plaça dans le jardin d'Eden, au centre duquel était situé « l'arbre de la connaissance du bien et du mal » (2, 17). Le symbole est clair: l'homme n'était pas en mesure de discerner et de décider par lui-même ce qui était bien et ce qui était mal, mais il devait se référer à un principe supérieur. L'aveuglement de l'orgueil donna à nos premiers parents l'illusion d'être souverains et autonomes, et de pouvoir faire abstraction de la connaissance qui vient de Dieu. Ils entraînèrent tout homme et toute femme dans leur désobéisssance originelle, infligeant à la raison des blessures qui allaient alors l'entraver sur le chemin vers la pleine vérité. Désormais, la capacité humaine de connaître la vérité était obscurcie par l'aversion envers Celui qui est la source et l'origine de la vérité. C'est encore l'Apôtre qui révèle combien les pensées des hommes, à cause du péché, devaient devenir « vaines » et les raisonnements déformés et orientés vers ce qui est faux (cf. Rm 1, 21-22). Les yeux de l'esprit n'étaient plus capables de voir avec clarté: progressivement la raison est demeurée prisonnière d'elle-même. La venue du Christ a été l'événement de salut qui a racheté la raison de sa faiblesse, la libérant des chaînes dans lesquelles elle s'était elle-même emprisonnée. Lettre encyclique "Fides et ratio" (1998).

Sainte Catherine de Sienne écrit : Mon Fils vous a laissé la douce clef de l'obéissance, lorsque, retournant vers moi avec la palme de la victoire, il est monté au ciel en s'éloignant des hommes. Elle fait ici référence à l'obéissance au Magistère et au successeur de Pierre.

On se retrouve encore aujourd'hui en quelque sorte dans une position semblable à nos premiers parents. L'arbre de la connaissance du bien et du mal c'est l'invitation qui nous est toujours faite aujourd'hui à être humbles et en communion devant le magistère, reconnaissant notre incapacité à remonter facilement à Dieu créateur, et mettant notre confiance dans la promesse de Jésus de bâtir son Église sur Pierre. La vérité est que l'homme n'est pas, et ne sera jamais, en mesure de discerner et de décider par lui-même ce qui est bien et ce qui est mal, mais il doit se référer à un principe supérieur. « Que sert à l'homme de gagner l'univers entier, s'il vient à perdre son âme ? » Mt. 16, 26
11:06:47 AM
St Jean-Marie Vianney (†1859), curé d'Ars, patron des prêtres. (RS).
9:37:27 AM
Lectionnaire : - Faisons l'éloge de ces personnages glorieux qui sont nos ancêtres. - Car le Seigneur aime son peuple, il donne aux humbles l'éclat de la victoire. - « Ayez foi en Dieu. Amen, je vous le dis : tout homme qui dira à cette montagne : 'Enlève-toi de là, et va te jeter dans la mer', s'il ne doute pas dans son coeur, mais croit que ce qu'il dit va arriver, cela lui sera accordé ! C'est pourquoi, je vous le dis : tout ce que vous demandez dans la prière, croyez que vous l'avez déjà reçu, cela vous sera accordé. Et quand vous êtes là, en train de prier, si vous avez quelque chose contre quelqu'un, pardonnez-lui, pour que votre Père qui est aux cieux vous pardonne aussi vos fautes. »
9:34:52 AM
« L’Ecriture dit : ‘Ma maison s’appellera maison de prière pour toutes les nations.’ Or vous, vous en avez fait une caverne de bandits » Notre Seigneur est entré dans le Temple et il a mis dehors tous ceux qui achetaient et vendaient, en disant : « Ma maison sera une maison de prière. Mais vous, vous en avez fait un repaire de brigands ». Quel est ce temple devenu une caverne de brigands ? C'est l'âme et le corps de l'homme, qui sont bien plus réellement le temple de Dieu que tous les temples jamais édifiés (1Co 3,17;6,19). Quand Notre Seigneur veut venir dans ce temple-là, il le trouve changé en un repaire de brigands et un bazar de marchands. Qu'est-ce qu'un marchand ? Ce sont ceux qui donnent ce qu'ils ont -- leur libre arbitre -- pour ce qu'ils n'ont pas -- les choses de ce monde. Le monde entier est plein de tels marchands ! Il y en a parmi les prêtres et les laïcs, parmi les religieux, les moines et les moniales… Tant de gens si pleins de leur propre volonté…; tant de gens qui cherchent en tout leur propre intérêt. Si seulement, au contraire, ils voulaient faire un marché avec Dieu, en lui donnant leur volonté, quel heureux marché ils feraient ! L'homme doit vouloir, doit poursuivre, doit chercher Dieu dans tout ce qu'il fait ; et quand il a fait tout cela -- boire, dormir, manger, parler, écouter -- qu'il laisse alors complètement les images des choses et fasse en sorte que son temple reste vide. Une fois le temple vidé, une fois que tu en auras chassé cette troupe de vendeurs, les imaginations qui l'encombrent, tu pourras être une maison de Dieu (Ep 2,19). Tu auras alors la paix et la joie du coeur, et plus rien ne te troublera, rien de ce qui maintenant t'inquiète et te déprime et te fait souffrir. Jean Tauler (vers 1300-1361), dominicain Sermon 46 (trad. Cerf 1980, t.2, p.24)
9:08:18 AM
Confions ces rues, ces maisons, notre vie quotidienne, à sa bonté ...Le pape a participé à la procession à bord d’un véhicule blanc découvert dans lequel avait été aménagé un autel où l’on a déposé l’ostensoir. Benoît XVI était agenouillé devant le Saint-Sacrement.
9:02:04 AM
Les luthériens finlandais veulent faire partie de l’Eglise catholique du Christ
8:58:15 AM

Journal Missa

 Jeudi le 26 mai 2005
Conversion Discernement Mission
un guide pratique pour favoriser les vocations

english version

De la diaconie du Christ à la diaconie des apôtres

"C'est lui encore qui "a donné" aux uns d'être apôtres, à d'autres d'être prophètes, ou encore évangélistes, ou bien pasteurs et docteurs, organisant ainsi les saints pour l'oeuvre du ministère, en vue de la construction du Corps du Christ, au terme de laquelle nous devons parvenir, tous ensemble, à ne faire plus qu'un dans la foi et la connaissance du Fils de Dieu, et à constituer cet Homme parfait, dans la force de l'âge, qui réalise la plénitude du Christ." (Ep 4, 11-13)

"De même, en effet, que le corps est un, tout en ayant plusieurs membres, et que tous les membres du corps, en dépit de leur pluralité, ne forment qu'un seul corps, ainsi en est-il du Christ. Aussi bien est-ce en un seul Esprit que nous tous avons été baptisés en un seul corps, Juifs ou Grecs, esclaves ou hommes libres, et tous nous avons été abreuvés d'un seul Esprit. Aussi bien le corps n'est-il pas un seul membre, mais plusieurs. Si le pied disait: "Parce que je ne suis pas la main, je ne suis pas du corps", il n'en serait pas moins du corps pour cela. Et si l'oreille disait: "Parce que je ne suis pas l'oeil, je ne suis pas du corps", elle n'en serait pas moins du corps pour cela. Si tout le corps était oeil, où serait l'ouïe ? Si tout était oreille, où serait l'odorat ? Mais, de fait, Dieu a placé les membres, et chacun d'eux dans le corps, selon qu'il a voulu. Si le tout était un seul membre, où serait le corps ? Mais, de fait, il y a plusieurs membres, et cependant un seul corps. L'oeil ne peut donc dire à la main: "Je n'ai pas besoin de toi", ni la tête à son tour dire aux pieds: "Je n'ai pas besoin de vous." Bien plus, les membres du corps qui sont tenus pour plus faibles sont nécessaires ; et ceux que nous tenons pour les moins honorables du corps sont ceux-là mêmes que nous entourons de plus d'honneur, et ce que nous avons d'indécent, on le traite avec le plus de décence ; ce que nous avons de décent n'en a pas besoin. Mais Dieu a disposé le corps de manière à donner davantage d'honneur à ce qui en manque, pour qu'il n'y ait point de division dans le corps, mais qu'au contraire les membres se témoignent une mutuelle sollicitude. Un membre souffre-t-il? tous les membres souffrent avec lui. Un membre est-il à l'honneur? tous les membres se réjouissent avec lui." Or vous êtes, vous, le corps du Christ, et membres chacun pour sa part. (1 Co 12, 12-27)

Conversion, Discernement, Mission

La conversion est souvent déclenchée par l'interpellation que suscitent chez nous des personnes charitables. On se demande d'où vient leur amour ?... Une vocation dépend ultimement de la sainteté de vie d'amis de Jésus, sainteté visible de témoins, mais aussi sainteté invisible, secret de Dieu : "La fécondité de celui qui prie se répand sur ce qu’il connaît et sur ce qu’il ne connaît pas, sur les desseins évidents de Dieu comme sur ses décisions secrètes". Adrienne von Speyr, L’expérience de la prière. Être témoin suppose de pouvoir reconnaître et adhérer au jour le jour, seconde par seconde, à l'évolution de sa propre vocation, à son appel personnel, à sa mission et donc être en train de soi-même compléter dans notre chair "ce qu'il manque aux épreuves du Christ" Col 1, 24. Accomplir son propre apostolat ecclésial, nécessite un niveau de discernement qui n'existera seulement que dans la suite du Christ, c'est à dire en fin de compte dans l'obéissance-kénose : "il s’abaissa, devenant obéissant jusqu’à la mort, et la mort sur la croix". « Comme par la désobéissance d’un seul homme la multitude a été constituée pécheresse, ainsi par l’obéissance d’un seul la multitude sera-t-elle constituée juste » Rm 5, 19. Saint Irénée d'autre part écrit-il : « Le noeud de la désobéissance d’Ève a été défait par l’obéissance de Marie » Adversus haereses, 3, 22, 4. « Comme celle-là avait été séduite de sorte qu’elle désobéit à Dieu, ainsi celle-ci s’est laissée persuader d’obéir à Dieu » ibid. Aussi Marie est-elle devenue coopératrice du salut : « Causa salutis » ibid. La kénose (humilité) - obéissance, est la condition si nequa non et l'indicateur de la conversion. Sainte Catherine de Sienne écrit : Mon Fils vous a laissé la douce clef de l'obéissance, lorsque, retournant vers moi avec la palme de la victoire, il est monté au ciel en s'éloignant des hommes. Elle fait ici référence à l'obéissance au Magistère et au successeur de Pierre.

L'humilité et la confiance ouvrent à l'obéissance. L'obéissance dont il s'agit est décrite ici dans une homélie récente d'un prêtre de Montréal. - Chères soeurs et chers frères, La première réaction en entendant la parole de Jésus : « Je ne vous appelle plus serviteurs, je vous appelle mes amis », c'est une réaction d'étonnement et d'indignité. Nous sommes si souvent des serviteurs inutiles et pécheurs. Malgré cela, le Seigneur fait de nous ses amis, il nous donne son amitié. Cette amitié se réalise de deux manières. De son côté, Son initiative consiste à nous révéler « tout ce qu'il a appris de son Père ». Aucun secret entre des amis, c'est la pleine confiance. Son amitié est liée à la connaissance qu'il a de son Père, c'est-à-dire à la vérité. Car la grande vérité que Jésus nous a révélée, c'est que Dieu nous aime, qu'il est notre Père. Le second élément par lequel Jésus définit l'amitié nous concerne. Son amitié se réalise essentiellement dans l'obéissance : « Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande ». Il peut sembler étrange de conditionner l'amitié par l'obéissance. Mais l'obéissance telle que l'entend Notre-Seigneur, n'a rien de servile : il s'agit de veiller amoureusement sur les paroles de l'ami afin de lui demeurer fidèle. La valeur recherchée est la fidélité, et c'est la fidélité qui conduit à l'obéissance. « Si vous êtes fidèles à mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, comme moi, j'ai gardé fidèlement les commandements de mon Père et je demeure dans son amour ». Le but que Jésus nous fixe est de « demeurer dans l'amour ». Il s'agit donc de tout faire pour ne pas le contrarier l'ami. Celui qui veut garder un ami veut être fidèle à sa parole. La foi en la parole de Jésus et la confiance en sa personne ne visent qu'à sauvegarder la relation d'amitié qu'il nous offre : « Demeurez dans mon amour ». Rendre grâce pour cette amitié. Fête de Saint Matthias, 14 mai Jean 15, 9-17 Réal Phaneuf ptre, paroisse Sainte Madeleine Sophie Barat, Montréal

Cette obéissance à cause de l'amour est la voie de la conversion à l'amitié avec Dieu, dont Jésus est le chemin. Le père Matteo Ricci (†1610) jésuite, missionnaire en Chine, définissait lui, l'ami comme : "la moitié de soi-même, et même un autre moi". Développer cette amitié avec Dieu cette unité à cause de l'amour, cette participation à la vie effective de Dieu, bâtit et permet d'abord notre discernement pour notre propre appel, donc de notre agir ecclésial et vocation, et par la suite notre discernement pour pouvoir nous-même agir en tant que témoins de Dieu c'est à dire: appeler, interpeller et enseigner ecclésialement.

Donc nous sommes appelés constamment, et nécessairement dans cet ordre à : la Conversion personnelle (seulement accessible par l'obéissance ecclésiale), au Discernement véritable (fruit seulement de la conversion), et à la Mission (en communion-obéissance-ecclésiale à l'Esprit Saint amour du Père et du Fils). Et par la suite dans notre Mission personnelle et unique, dans notre vocation personnelle, se dégagera une autre mission fondamentale : que nous sommes continuellement sollicités à perpétuer, à collaborer aux interpellations de l'Esprit à : Appeler, Interpeller et Enseigner les autres à leur propre Conversion, Discernement et Mission. C'est en quelque sorte cette dynamique continue de la conversion personnelle, vie réelle de la mission, dont la fin est l'enseignement et le service construisant le corps du Christ que l'on nomme l'Église militante. Ô Verbe éternel, Parole de mon Dieu, je veux passer ma vie à vous écouter, je veux me faire tout enseignable, afin d'apprendre tout de vous. Bienheureuse Élisabeth de la Trinité Ceux qui ont la vertu de discrétion ...accomplissent aussi leur devoir envers le prochain en l’aimant d’une charité sincère, en priant pour lui avec une humble persévérance, comme il faut le faire les uns pour les autres ; en lui donnant tous les enseignements et les bons exemples, les conseils et les secours qui sont nécessaires à son salut. Sainte Catherine de Sienne Traité de la Discrétion

La conversion est la pierre d'angle sans cesse à défanger, comme de l'or au creuset, durant cette vie afin de clarifier la voie et le regard à l'Esprit Saint et au discernement. La conversion repose sur l'obéissance ecclésiale et l'obéissance ecclésiale repose sur l'amour, l'humilité et la confiance. La conversion est une question de coeur et de volonté, et simultanément d'esprit et d'intelligence. La conversion exige donc l'étude, la fréquentation de la Parole de Dieu, la prière et la réception des sacrements dont surtout l'Eucharistie vraie présence de Dieu pour se donner à nous, source et sommet, point de convergence de la vie chrétienne et des autres sacrements. La conversion exige aussi l'exercice continu et l'affinement de la charité concrète dans le service "Soyez soumis les uns aux autres" Éph. 5:21. Le discernement prend appui sur la conversion, et la mission ne porte aucun fruit sans qu'il y ait l'Esprit Saint qui est l'Amour véritable, soit la seule vie, la vie de Dieu. Quand je parlerais en langues, Celle des hommes et celle des anges, S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante. Quand j'aurais le don de prophétie, La connaissance de tous les mystères et de toute la science Quand j'aurais la foi la plus totale, celle qui transporte les montagnes, S'il me manque l'amour, je ne suis rien Quand je distribuerais tous mes biens aux affamés, Quand je livrerais mon corps au flammes, S'il me manque l'amour, je n'y gagne rien. L'amour prend patience, L'amour rend service, Il ne jalouse pas, Il ne plastronne pas, Il ne s'enfle pas d'orgueil, Il ne fait rien de laid, Il ne cherche pas son intérêt, Il ne s'irrite pas, Il n'entretient pas de rancune, Il ne se réjouit pas de l'injustice, Mais il trouve sa joie dans la vérité. Il excuse tout, Il croit tout, Il espère tout, Il endure tout. Saint Paul I Corinthiens : 13. Cet Amour, c'est l'Esprit-Saint. Et Marie qui a dit Oui à l'Esprit-Saint, par la volonté de Dieu est mère de l'Église. Par Marie nous sommes nés, non à ce monde, mais à Dieu. Saint Charbel Makhlouf - Parce qu'elle [Marie] est vierge, c'est-à-dire auditrice exclusive de la Parole, elle devient mère, lieu de l'incarnation du Verbe. Son sein n'est bienheureux que parce qu'elle a entendu et gardé la parole de Dieu (Lc Il, 27-28), parce qu'elle a conservé et médité toutes les paroles dans son coeur (Lc 2, 19, 51). Toute contemplation doit toujours prendre Marie comme modèle. L'être qui écoute, absolument parlant, est la Vierge qui devient enceinte du Verbe et l'engendre comme son fils et comme le Fils du Père. Mais, bien qu'elle soit mère, elle reste servante; le Père seul est le Maître, avec le Fils qui est la vie de Marie et modèle cette vie. Marie est fonction du fruit de son sein. Même après l'avoir engendré, elle le porte en elle; elle n'a qu'à regarder dans son coeur qui est plein de lui, pour le trouver. De plus en plus elle ne comprend pas ce qu'il a dans l'esprit, lorsqu'il la laisse dans le Temple sans l'avertir, ou ne la reçoit pas quand elle vient lui rendre visite, ou cache sa puissance dans sa vie publique et sacrifie sa vie, et lorsque finalement il lui échappe encore au pied de la croix, en lui donnant un fils étranger, Jean, à sa place. Elle écoute, de toutes les forces de son corps, le Verbe qui retentit, et la conduit "où elle ne veut pas". Mais elle est d'accord avec cette conduite, tant la Parole qu'elle aime est ensemencée dans son coeur (Jc 1, 21). HANS URS VON BALTHASAR, La prière contemplative.

Tout ceci nous ramène à la vertu de discrétion, de vérité, d'humilité, base même de la conversion : " De même que la branche ne peut porter de fruit par elle-même, si elle ne demeure unie à la vigne ; ainsi en sera-t-il de vous, si vous ne restez pas en moi. Je suis la vigne, vous êtes les branches. Celui qui demeure en moi, et en qui je demeure, porte beaucoup de fruits, parce que sans moi vous ne pouvez rien faire " Jean 15, 4-5.

Donc : précédant, soutenant, et validant toute vocation, la conversion ecclésiale est nécessaire, sinon on risque d'être comme une "cymbale retentissante" décrite par Saint Paul; car "La voix de l'homme est bien incapable d'offrir autre chose que des perspectives terrestres" Jean-Paul II.
2:22:11 PM
Alors qu'il allait fêter ses 90 ans, le philosophe Paul Ricoeur, avait rencontré "La Croix" dans sa maison de Châtenay-Malabry, près de Paris. - ...Le bloc grec demeure pour moi intact. Et je résiste résolument à l'idée de ceux qui, dans les programmes de réforme universitaire, voudraient marquer une coupure entre les modernes et les anciens. Je suis beaucoup plus sensible à la très grande continuité culturelle. Nous nous y retrouvons parfaitement, quand nous lisons les tragiques ou les historiens grecs. Certainement parce que, au fil du temps, peu de choses ont bougé aussi peu que les passions politiques, le rapport au pouvoir. Ceux qui sont habitués à me lire ont pu remarquer qu'il est très rare que j'emploie le mot « moderne ». Je parle de « contemporain », mais je ne fais pas du moderne une catégorie avec un « M » majuscule face aux anciens. Je ne sais pas ce qu'est le moderne. Fixer le moderne sur les Lumières, ce n'était pas ce que voulait Baudelaire, qui disait que le moderne était le temps de l'éphémère et non pas de l'universel. ... Comment abordez-vous ce cap des 90 ans que vous allez franchir ? Je le vis tranquillement. Ce que j'ai pensé sur la mort, je l'ai écrit dans La Critique et la Conviction. La phrase qui m'accompagne toujours, c'est : « être vivant jusqu'à la mort ». Les dangers du grand âge sont la tristesse et l'ennui. La tristesse est liée à l'obligation d'abandonner beaucoup de choses. Il y a un travail de désaisissement à faire. La tristesse n'est pas maîtrisable, mais ce qui peut être maîtrisé, c'est le consentement à la tristesse. Ce que les Pères de l'Eglise appelaient l'akedia (1). Il ne faut pas céder là-dessus. La réplique contre l'ennui, c'est d'être attentif et ouvert à tout ce qui arrive de nouveau. C'est ce que Descartes appelait l'admiration, qui est la même chose que l'étonnement. Personnellement, arrivé à ce cap, je reste capable d'admirer. (1) Maladie spirituelle, dégoût extrême de l'existence.
8:41:35 AM
Saint Philippe Néri, italien, fondateur des Oratoriens à Rome (†1595) (RS).
7:16:20 AM
Lectionnaire : - Je vais rappeler les oeuvres du Seigneur - Le plan du Seigneur demeure pour toujours - ... que je voie
7:11:42 AM
Sermon pour la Fête-Dieu par saint Thomas D'Aquin
7:03:22 AM
Fête-Dieu 2005 Corpus Christi
Jeudi 26 mai - Thursday may 26

17 H 30 Rassemblement des jeunes dans les jardins de la Basilique Notre-Dame de Montréal, (accès par 130, rue Notre-Dame à l'ouest de l'entrée principale de la basilique Notre-Dame) / Gathering of youth at Montreal's Notre-Dame Basilica gardens, (at 130, rue Notre-Dame, just west of the main entrance to Notre-Dame Basilica)

La catéchèse bilingue sur l'eucharistie sera offerte par l’abbé Alain Mongeau, curé de la paroisse St-Louis-de-France. Bilingual catechesis on the Eucharist by Fr. Alain Mongeau, Pastor of St-Louis-de-France parish in the Plateau.

19 H 30 Messe à la Basilique Notre-Dame / Mass at Notre-Dame Basilica

20 H 45 Procession aux chandelles jusqu’à la Basilique St-Patrick / Candlelight procession to St. Patrick’s

21 H 30 Bénédiction à la Basilique St-Patrick / Benediction at St. Patrick’s

22 H 00 Clôture de la soirée / Goodnight !

«En cette année de l'eucharistie, puissions-nous, dans la procession traditionnelle, vivre avec une ferveur particulière la solennité du Corpus Domini. Que la foi en Dieu qui, en s'incarnant, s'est fait notre compagnon de route soit proclamée en tout lieu et particulièrement dans les rues de nos cités et dans nos maisons, comme expression de notre amour plein de reconnaissance et comme source inépuisable de bénédictionsMane nobiscum Domine-«Reste avec nous, Seigneur», Jean Paul II

"During this year of the Eucharist, let us also celebrate with particular devotion the Solemnity of Corpus Christi, with its traditional procession. Our faith in the God who took flesh in order to become our companion along the way needs to be everywhere proclaimed, especially in our streets and homes, as an expression of our grateful love and as an inexhaustible source of blessings." Mane nobiscum Domine "Stay with us, Lord", John Paul II
6:11:10 AM

Journal Missa

 Mercredi le 25 mai 2005
Saint-Pierre et le Vatican / l'héritage des papes comprend plus de 300 magnifiques oeuvres d’art et objets d’importance historique, dont un bon nombre n’a jamais été présenté au public.

Cette exposition offre une occasion unique de contempler un ensemble extraordinaire d’oeuvres d’art et de documents liturgiques et historiques du Vatican. En plus des oeuvres d’artistes tels que Canova, le Bernin et Giotto, l’exposition comprend des objets datant du troisième siècle et fournit un aperçu fascinant et sans précédent de l’histoire du Vatican, de saint Pierre au pape Jean-Paul II.

Les objets sont exposés dans des galeries et des environnements recréés afin de permettre aux visiteurs de mieux comprendre leur importance historique et artistique.

Dans la crypte de la basilique Notre-Dame, au 426, rue Saint-Sulpice (au sud de la rue Notre-Dame) Montréal, du 4 juin au 18 septembre 2005.
3:04:35 PM
Lectionnaire : - Prends pitié, Seigneur, du peuple qui porte ton nom - ils ont versé le sang comme l'eau aux alentours de Jérusalem - Voici que nous montons à Jérusalem. Le Fils de l'homme sera livré aux chefs des prêtres et aux scribes, ils le condamneront à mort, ils le livreront aux païens, ils se moqueront de lui, ils cracheront sur lui, ils le flagelleront et le tueront, et trois jours après, il ressuscitera. ... Jésus les appelle et leur dit : « Vous le savez : ceux que l'on regarde comme chefs des nations païennes commandent en maîtres ; les grands leur font sentir leur pouvoir. Parmi vous, il ne doit pas en être ainsi. Celui qui veut devenir grand sera votre serviteur. Celui qui veut être le premier sera l'esclave de tous : car le Fils de l'homme n'est pas venu pour être servi, mais pour servir, et donner sa vie en rançon pour la multitude. »
2:40:18 PM
« Voici que nous montons à Jérusalem »

Vraiment, il est juste et bon de te rendre gloire,
de t'offrir notre action de grâce, toujours et en tout lieu,
à toi, Père très saint, Dieu éternel et tout-puissant.
Car nous fêtons aujourd'hui la cité du ciel,
notre mère la Jérusalem d'en haut ;
c’est là que nos frères les saints, déjà rassemblés,
chantent sans fin ta louange.
Et nous qui marchons vers elle par le chemin de la foi,
nous hâtons le pas,
joyeux de savoir dans la lumière
ces enfants de notre Église que tu nous donnes en exemple.
C'est pourquoi, avec cette foule immense
que nul ne peut dénombrer,
avec tous les anges du ciel,
nous voulons te bénir en chantant :
Saint! Saint! Saint, le Seigneur, Dieu de l’univers.
2:34:42 PM
Sainte Madeleine-Sophie Barat (†1865), française, fondatrice des Soeurs du Sacré-Coeur (RS).

Elle avait un intérêt spécial pour les enfants du « petit pensionnat », c'est-à-dire pour les benjamines, souvent bien jeunes, car on confiait parfois au Sacré-Cœur de très jeunes enfants. La Mère Barat en était choquée. Elle a confié à son entourage : « Ce n'est ni moral, ni chrétien qu'on nous donne des enfants riches au-dessous de sept à huit ans, leurs mamans sont faites pour les élever à ce premier âge. Mais cela les gêne, les force à ne pas aller autant dans le monde dont elles ont le goût, et ces bijoux du Cœur de Jésus, ces trésors d'innocence sont livrés à des domestiques pendant des nuits de fêtes, de spectacles et de bals. Ah ! quelle dureté ! La sainte Ecriture compare de telles mères à des autruches qui abandonnent leurs œufs sur le sable aux rayons du soleil . » Mais parce que c'était nécessaire, elle ouvrit au pensionnat de Paris une section dite « Nazareth » pour les enfants entre 18 mois et 5 ans : il s'agissait d'enfants qui avaient perdu leur mère et que leur père était dans l'incapacité d'élever. Le Sacré-Cœur a reçu beaucoup de toutes petites filles d'officiers en garnison qui ne souhaitaient pas les confier à leur ordonnance ! anecdotes
2:14:22 PM
Paul Ricoeur et la critique du Cogito de Descartes
Cours ad hoc d’été 2005 à l'IFTM Grand Séminaire de Montréal
PH 2-1904 (3 crédits)
Professeur : M. Télesphore Gagnon, p.s.s.

Pour le pape Jean-Paul II dans son dernier écrit en 2005, Mémoire et identité, « les idéologies du mal sont profondément enracinées dans l'histoire de la pensée philosophique européenne ». Cela est dû, entre autre, « à la révolution de la pensée philosophique opérée par Descartes ». Cette révolution consiste en un changement de direction : la philosophie de l’être cède la place à la philosophie de l’être pensant, le Cogito.

Le philosophe contemporain, Paul Ricoeur, s’est intéressé à plusieurs reprises dans son oeuvre au Cogito de Descartes en le qualifiant de « Cogito brisé », en particulier dans son ouvrage, Soi-même comme un autre. Le but de notre recherche sera donc de comprendre la critique que fait Ricoeur du Cogito de Descartes.

Les cours se tiendront chaque lundi de 10 h 30 à midi, du 13 juin au 15 août 2005 au Grand Séminaire de Montréal. Date limite pour l’inscription : 8 juin 2005 - nombre d’étudiants restreint. Pour l’inscription, contacter directement Madame Abla Mansour, Secrétaire du département de philosophie (514) 935-1169 PDF
1:42:06 PM
«Renoncer à la vérité et à ses convictions n'élève pas l'homme mais le livre au calcul du profit, le prive de sa grandeur. Ce qu'il faut exiger, c'est le respect de la foi de l'autre et la disponibilité à rechercher dans les éléments étrangers que je rencontre, une vérité qui me concerne et qui peut me corriger, me mener plus loin.»
8:18:36 AM

Journal Missa

 Mardi le 24 mai 2005
Développement des radios chrétiennes : orientations et guide pratique
3:03:45 PM

Journal Missa

 Lundi le 23 mai 2005
Montréal - C'est avec fébrilité que se prépare actuellement un rendez-vous particulier de notre archevêque avec la centaine de diocésains, hommes et femmes, qui formeront l'Assemblée pastorale diocésaine convoquée pour les 28 et 29 mai prochains. Cette assemblée est en quelque sorte une nouvelle structure de consultation qui exercera la fonction de conseil pastoral auprès du cardinal Turcotte. Veuillez svp prier à cette intention.
11:05:30 AM
Le sacrement du Pardon — que l'on appelle aussi sacrement de la pénitence ou sacrement de la réconciliation — est destiné à rétablir l'amitié avec Dieu, qui été détruite ou blessée par le péché. Trois conditions sont requises pour recevoir ce sacrement...
11:02:49 AM
Les femmes au service de la paix Le Secours Catholique-Caritas France s'engage dans une forte campagne sur le thème de la Paix et de la Réconciliation. Pour cette 4ème édition, c’est le rôle des femmes comme actrices de paix qui est à l’honneur. Jusqu’au 2 juin, une vingtaine d’entre elles sont en France pour sensibiliser et raconter leur expérience. Elles viennent de Colombie, d'Algérie, de Palestine, d'Inde, de Bosnie ou de RDC, comme Sœur Marie Bernard Alima. Gabrielle de Jasay de Radio-Vatican a recueilli son témoignage. La vocation d'humanisation de la société des femmes
10:57:38 AM
La parole qui résume toute la révélation est « Dieu est amour ». ...L’amour est toujours un mystère, une réalité qui dépasse la raison sans la contredire, qui en exalte même les potentialités ... Jésus nous a révélé le mystère de Dieu : Lui, le Fils, nous a fait connaître le Père qui est dans les Cieux, et nous a donné l’Esprit Saint, l’Amour du Père et du Fils ...Dieu n’est pas solitude mais parfaite communion. Pour cette raison, la personne humaine, image de Dieu, se réalise dans l’amour qui est don sincère de soi.
10:44:51 AM
Au cœur de cette Année dédiée à l’Eucharistie, le peuple chrétien converge autour du Christ présent dans le Très Saint Sacrement, source et sommet de sa vie et de sa mission. Chaque paroisse en particulier est appelée à redécouvrir la beauté du Dimanche, Jour du Seigneur, au cours duquel les disciples du Christ renouvellent dans l’Eucharistie la communion avec Celui qui donne un sens aux joies et aux fatigues de chaque jour. « Sans le Dimanche nous ne pouvons pas vivre » : c’est ce que professaient les premiers chrétiens, même au prix de leur vie, et c’est ce que nous sommes appelés à répéter nous, aujourd’hui.
10:40:06 AM
"Il y a trois Personnes en un seul Dieu, mystère bouleversant." (RS).
10:37:19 AM
Sainte Rita; Sainte Jeanne-Antide Thouret; Saint Jean-Baptiste Rossi, prêtre italien (†1764) (RS).
10:36:24 AM
Lectionnaire : - Convertis-toi au Seigneur, et renonce à tes péchés ; mets-toi devant lui pour prier, et diminue tes occasions de chute ... Qu'elle est grande, la miséricorde du Seigneur, qu'il est grand, son pardon pour ceux qui se convertissent à lui ! - ta main, le jour et la nuit, pesait sur moi  - « Une seule chose te manque : va, vends tout ce que tu as, donne-le aux pauvres et tu auras un trésor au ciel ; puis viens et suis-moi. » ... « Comme il sera difficile à ceux qui possèdent des richesses d'entrer dans le royaume de Dieu ! » Les disciples étaient stupéfaits de ces paroles. Mais Jésus reprend : « Mes enfants, comme il est difficile d'entrer dans le royaume de Dieu. Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d'une aiguille qu'à un riche d'entrer dans le royaume de Dieu. » De plus en plus déconcertés, les disciples se demandaient entre eux : « Mais alors, qui peut être sauvé ? » Jésus les regarde et répond : « Pour les hommes, cela est impossible, mais pas pour Dieu ; car tout est possible à Dieu. »
10:34:16 AM
Les débuts de la conversion de saint François
10:28:12 AM
Le mariage traditionnel défendu à l'Île-du-Prince-Édouard
8:00:01 AM

Journal Missa

 Dimanche le 22 mai 2005
« Dieu apparut à Abraham, près du chêne de Mambré, lorsqu’il était assis à la porte de sa tente à midi. » (Gen. XVIII, 1). Homélie de Saint Jean Chrysostome - ...Il faut vous parler aujourd'hui du patriarche Abraham, et vous apprendre comment Dieu le récompensa de son hospitalité. Dieu lui apparut près du chêne de Mambré, comme il était assis à la porte de sa tente, à midi. Examinons avec soin chaque parole , et après avoir ouvert le trésor, étudions les richesses qu'il renferme. Pourquoi ce commencement? Dieu lui apparut. Admirez la bonté de Dieu, et considérez la reconnaissance de son serviteur. Quand Dieu lui était déjà apparu et lui avait, entre autres choses, donné le précepte de la circoncision , cet homme admirable s'était toujours empressé d'accomplir les ordres de Dieu. Sans mettre aucun retard, il exécuta le commandement en pratiquant la circoncision sur lui-même, sur Ismaël et tous ses serviteurs; quand il eut ainsi montré sa profonde obéissance, Dieu lui apparut encore. Le bienheureux Moïse commence ainsi : Dieu lui apparut auprès du chêne de Mambré, pendant qu'il était assis devant sa tente à midi. Observez ici la vertu du juste. Il était assis devant sa tente. Il pratiquait tellement l'hospitalité qu'il ne laissait à aucun de ses inférieurs le soin de recevoir les étrangers. Ce vieillard qui avait trois cent dix-huit domestiques, qui était accablé par l'âge, puisqu'il était parvenu à cent ans, était assis devant sa porte pour attendre des hôtes. Il y mettait toute son attention, sans trouver d'obstacle dans sa vieillesse ni dans le soin de son repos; il ne se tenait point couché à l'intérieur, mais assis à la porte. Bien d'autres, loin d'avoir un pareil soin, cherchent au contraire à fuir la vue et l'approche des étrangers, de peur d'être forcés de les recevoir malgré eux. Tel n'était pas le juste qui restait assis à sa porte à midi. Car (277) son hospitalité et sa vertu sont d'autant plus admirables qu'il se tenait ainsi à midi. C'était avec raison; il savait, en effet, que ceux qui sont forcés de voyager ont, surtout à cette heure, besoin de secours; aussi, choisissait-il cet instant de la journée et guettait-il les passants, mettant son repos à soulager la fatigue des voyageurs. Il cherchait à abriter sous sa tente ceux que brûlait la chaleur, sans examiner les passants et sans leur demander s'ils étaient connus ou inconnus. Car l'hospitalité n'admet point une pareille perquisition, elle exige avec tous une libéralité bienveillante, et, comme il avait déployé le filet de l'hospitalité, il mérita de recevoir le Tout-Puissant avec ses anges. Aussi saint Paul disait : Ne négligeons point l'hospitalité; c'est en la pratiquant que quelques-uns ont reçu pour hôtes des anges, sans le savoir (Héb. XIII, 2) ; il est clair que c'est une allusion au patriarche. Aussi le Christ disait: Celui qui recevra un des plus petits en mon nom, me reçoit moi-même. (Mat. XVIII, 5.)
8:35:38 AM
Yahvé lui apparut au Chêne de Mambré, tandis qu'il était assis à l'entrée de la tente, au plus chaud du jour. Ayant levé les yeux, voilà qu'il vit trois hommes qui se tenaient debout près de lui; dès qu'il les vit, il courut de l'entrée de la Tente à leur rencontre et se prosterna à terre. Il dit : Monseigneur, je t'en prie, si j'ai trouvé grâce à tes yeux, veuille ne pas passer près de ton serviteur sans t'arrêter.

Bse Elisabeth de la Trinité (†1906) jeune carmélite et grande spirituelle.

Ô mon Dieu, Trinité que j'adore, aidez-moi à m'oublier entièrement pour m'établir en vous, immobile et paisible comme si déjà mon âme était dans l'éternité. Que rien ne puisse troubler ma paix, ni me faire Sortir de vous, ô mon Immuable, mais que chaque minute m'emporte plus loin dans la profondeur de votre Mystère. Pacifiez mon âme, faites-en votre ciel, votre demeure aimée et le lieu de votre repos. Que je ne vous y laisse jamais seul, mais que je sois là tout entière, tout éveillée en ma foi, tout adorante, toute livrée à votre Action créatrice.

Ô mon Christ aimé crucifié par amour, je voudrais être une épouse pour votre Coeur, je voudrais vous couvrir de gloire, je voudrais vous aimer... jusqu'à en mourir ! Mais je sens mon impuissance et je vous demande de me «revêtir de vous même», d'identifier mon âme à tous les mouvements de votre âme, de me submerger, de m'envahir, de vous substituer à moi, afin que ma vie ne soit qu'un rayonnement de votre Vie. Venez en moi comme Adorateur, comme Réparateur et comme Sauveur. Ô Verbe éternel, Parole de mon Dieu, je veux passer ma vie à vous écouter, je veux me faire tout enseignable, afin d'apprendre tout de vous. Puis, à travers toutes les nuits, tous les vides, toutes les impuissances, je veux vous fixer toujours et demeurer sous votre grande lumière; ô mon Astre aimé, fascinez-moi pour que je ne puisse plus sortir de votre rayonnement.

Ô Feu consumant, Esprit d'amour, «survenez en moi» afin qu'il se fasse en mon âme comme une incarnation du Verbe : que je Lui sois une humanité de surcroît en laquelle Il renouvelle tout son Mystère. Et vous, ô Père, penchez-vous vers votre pauvre petite créature, «couvrez-la de votre ombre», ne voyez en elle que le «Bien-Aimé en lequel vous avez mis toutes vos complaisances»

Ô mes Trois, mon Tout, ma Béatitude, Solitude infinie, Immensité où je me perds, je me livre à vous comme une proie. Ensevelissez-vous en moi pour que je m'ensevelisse en vous, en attendant d'aller contempler en votre lumière l'abîme de vos grandeurs.

Bienheureuse Élisabeth de la Trinité

Commentaire par le Hiéromoine Cyrille d'Abraham et les trois Anges : La Trinité d’A. Roublev
8:18:37 AM
Vous adorerez le Seigneur votre Dieu, et vous ne servirez que lui seul (Deut., VI, 13)
8:00:07 AM
Très Sainte Trinité : - Moïse tailla de nouveau deux tables de pierre. Il se leva de bon matin, et il gravit la montagne du Sinaï comme le Seigneur le lui avait ordonné. Il emportait les deux tables de pierre. Le Seigneur descendit dans la nuée et vint se placer auprès de Moïse. Il proclama lui-même son nom ; il passa devant Moïse et proclama : « YAHVÉ, LE SEIGNEUR, Dieu tendre et miséricordieux, lent à la colère, plein d'amour et de fidélité, qui garde sa fidélité jusqu'à la millième génération, supporte faute, transgression et péché, mais ne laisse rien passer, car il punit la faute des pères sur les fils et les petits-fils, jusqu'à la troisième et la quatrième génération. » Aussitôt Moïse se prosterna jusqu'à terre, et il dit : « S'il est vrai, Seigneur, que j'ai trouvé grâce devant toi, daigne marcher au milieu de nous. Oui, c'est un peuple à la tête dure ; mais tu pardonneras nos fautes et nos péchés, et tu feras de nous un peuple qui t'appartienne. » - Toi qui sièges au-dessus des Kéroubim, A toi, louange et gloire éternellement ! - En définitive, frères, soyez dans la joie, cherchez la perfection, encouragez-vous, soyez d'accord entre vous, vivez en paix, et le Dieu d'amour et de paix sera avec vous. Exprimez votre amitié en échangeant le baiser de paix. Tous les fidèles vous disent leur amitié. Que la grâce du Seigneur Jésus Christ, l'amour de Dieu et la communion de l'Esprit Saint soient avec vous tous. - Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé ... Jésus, a donné sa vie pour nous. Nous aussi, nous devons donner notre vie pour nos frères. Celui qui a de quoi vivre en ce monde, s'il voit son frère dans le besoin sans se laisser attendrir, comment l'amour de Dieu pourrait-il demeurer en lui ? Mes enfants, nous devons aimer, non pas avec des paroles et des discours, mais par des actes et en vérité.
7:36:08 AM

Journal Missa

 Jeudi le 19 mai 2005
Visite de Benoît XVI à Québec en 2008
4:28:44 PM
La Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC) est intervenue en faveur du mariage traditionnel, le mercredi 18 mai, devant le Comité législatif sur le projet de loi C-38.

« Parce que la relation de l’homme et de la femme engagés dans le mariage est la base la plus solide de la famille et parce que la famille est la cellule vitale de la société, nous courons de grands risques en jouant avec la définition du mariage et de la famille. » La législation canadienne doit promouvoir plutôt ce qu’il convient d’appeler « une culture du mariage » Mémoire de la Conférence des évêques catholiques du Canada au Comité législatif spécial chargé du projet de loi C-38 Loi sur le mariage civil - Extraits : S’il reste à opérer socialement une transformation de certaines mentalités face aux personnes homosexuelles pour éliminer toute discrimination injuste à leur égard, cet effort ne peut pas passer par la redéfinition d’une institution sociale qui est hétérosexuelle dans son essence. ... une telle loi accorderait l’appui officiel de l’État à une vision du monde au sein de laquelle les droits des adultes ont priorité sur les besoins des enfants, et les droits des individus priorité sur les besoins de la société ... En redéfinissant le mariage, le gouvernement irait à l’encontre de l’intérêt public tel qu’on l’a reconnu au fil des siècles, soit l’intégration des sexes dans une cellule sociale idéale dans laquelle naissent et sont élevés des enfants, non seulement pour le bénéfice des enfants, mais pour celui de la société dans son ensemble. ... Le droit au mariage dépasse largement les droits de deux individus; il est ordonné au bien commun. ... « Le célèbre théoricien au principe de notre conception occidentale du droit, le philosophe et juriste Cicéron, dit clairement : “L’origine première du droit est œuvre de nature”. Quand cette primauté du droit naturel est rejetée, nous avons généralement affaire à un régime arbitraire et souvent totalitaire » (Gérard Lévesque, Une erreur flagrante, document manuscrit privé). ... L’État doit se garder la possibilité de privilégier, de protéger et d’encourager le type de relations qui lui sont le plus favorables : les relations conjugales entre un homme et une femme —unions dont le potentiel procréateur engendre de nouveaux citoyens et assure ainsi notre avenir collectif. Cette nécessaire reconnaissance sociale s’inscrit dans la recherche du bien commun et ne porte pas atteinte à la dignité des partenaires de même sexe. En effet, la dignité et l’égalité des personnes ne dépendent en rien de leur race, de leur religion, de leur sexe, de leur orientation sexuelle ou de leur état civil. Elles se fondent sur le simple fait qu’elles sont humaines. ... Le projet de loi C-38 (article 3) prétend par ailleurs protéger la liberté religieuse. Il affirme en effet qu’ « il est entendu que les autorités religieuses sont libres de refuser de procéder à des mariages non conformes à leurs convictions religieuses ». En établissant une différence entre mariage civil et mariage religieux, on fausse la réalité. Il n’existe pas, en effet, deux institutions parallèles, toutes deux appelées « mariage ». Il existe plutôt, pour ainsi dire, deux portes différentes qui donnent accès à une seule et même institution ancrée dans la nature humaine : la porte civile pour les couples qui choisissent de se marier à l’Hôtel de ville et la porte religieuse pour les couples qui préfèrent se marier à l’église, à la synagogue, à la mosquée ou au temple. Dans les deux cas, on parle d’une alliance d’amour volontaire, légitime, fidèle et exclusive entre un homme et une femme —une alliance qui a le potentiel naturel d’engendrer de nouvelles vies. ... Les auteurs de la Charte canadienne des droits et libertés ne prévoyaient certainement pas une telle confrontation entre les différentes libertés fondamentales des citoyennes et citoyens du Canada. Ils n’entendaient pas voir la Charte permettre une ré-ingénierie aussi radicale de nos institutions sociales les plus fondamentales. On peut donc raisonnablement penser que c’est l’interprétation donnée à la Charte qui est faussée. ... il ne s’agit pas pour l’Église catholique d’imposer ses dogmes et ses préceptes à l’ensemble de la société. Les raisons de s’opposer à la redéfinition du mariage prévue par le projet de loi C-38 et de maintenir la définition historique du mariage sont d’abord et avant tout naturelles. Ce que refusent des millions de Canadiennes et de Canadiens c’est que la réalité du mariage — profondément inscrite dans la nature humaine — soit redéfinie pour inclure une toute autre réalité. ... Parce que la relation de l’homme et de la femme engagés dans le mariage est la base la plus solide de la famille et parce que la famille est la cellule vitale de la société, nous courons de grands risques en jouant avec la définition du mariage et de la famille. ... Comment se portera la société canadienne lorsqu’elle ne pourra plus offrir aucune reconnaissance légale ou politique spéciale à une forme de vie aussi fondamentale à l’expérience humaine, et même à la procréation humaine? ... Tant de questions devraient suffire à freiner l’empressement gouvernemental à aller de l’avant avec l’expérience sociétale radicale du « mariage » entre partenaires de même sexe. Les institutions fondamentales d’une société ne possèdent pas une flexibilité infinie. Vient un temps où, face à des bouleversements radicaux, s’opère une rupture. ... La redéfinition proposée ne favorise pas l’évolution du mariage, mais rompt irrévocablement autant avec l’Histoire humaine qu’avec le sens et la nature même du mariage. L’adoption du projet de loi C-38 entraînerait des dommages irréparables au tissu fondamental de la coexistence humaine —la famille fondée sur le mariage— et une blessure profonde à la société. ...On ne peut pas réduire la famille à une expérience affective privée, ni confondre les droits individuels avec ceux du noyau familial fondé sur le mariage entre un homme et une femme. Deux graves préjudices en découleraient pour la société canadienne : l’intérêt public, qui consiste à protéger et à promouvoir l’institution du mariage à l’avantage de l’État, serait éliminé, et l’État imposerait une « orthodoxie » contraire à la liberté de conscience et de religion. ... Comment l’autorité légitime de notre pays peut-elle, en tant que défenseur du bien commun, songer sérieusement à redéfinir une institution humaine aussi fondamentale et aussi vitale pour la stabilité des familles et l’avenir de la société? Comment peut-elle vouloir imposer à la société canadienne une norme contraire à la loi naturelle? Nous demandons au gouvernement d’abandonner son projet de redéfinition du mariage et de s’engager plutôt dans la promotion d’une culture qui encourage et privilégie le mariage comme l’authentique institution normative de la société.

Écrivez svp à vos députés
3:58:49 PM

Journal Missa

 Mardi le 17 mai 2005
La Fondation du patrimoine religieux du Québec

La Fondation du patrimoine religieux du Québec est une corporation privée sans but lucratif, à caractère multiconfessionnel, oeuvrant à l'échelle du Québec. Le projet de créer une fondation est né de groupes oeuvrant à la conservation et la mise en valeur du patrimoine religieux. Confrontés à la nécessité de s'assurer la sauvegarde de ce patrimoine, alors que la tâche apparaissait trop lourde à bien des communautés de fidèles, ces groupes cherchaient le moyen d'assurer qu'un financement suffisant, récurrent et garanti soit consacré à l'entretien préventif du patrimoine religieux. La Fondation a pour mission d'aider les représentants de communautés et de traditions religieuses, propriétaires d'édifices, de biens mobiliers et d'oeuvres d'art d'intérêt patrimonial, à assurer la conservation et la mise en valeur de leurs biens patrimoniaux par la restauration et l'entretien préventif. (Cf. site Internet).

Depuis quelque temps, il est beaucoup question de la gestion et de la restauration du patrimoine religieux du Québec dans les médias. Dans son Bulletin d'information Hiver 2005, un article de la Fondation concernant l'avenir du patrimoine religieux renseigne sur la situation actuelle et réfute par la même occasion quelques informations plus ou moins justes qui ont été diffusées dans les médias récemment. Un site à consulter: www.patrimoine-religieux.qc.ca


10:08:34 AM

Journal Missa

 Lundi le 16 mai 2005

9:12:03 AM
Saint Simon Stock, carme; Saint Pérégrin, évêque; Saint Ubald, évêque; Frère Théophanius-Léo, f.é.c.
8:45:41 AM
« Je crois ! Viens au secours de mon incroyance » La foi est la porte des mystères. Ce que les yeux du corps sont pour les choses sensibles, la foi l'est pour les yeux cachés de l'âme. Comme nous avons deux yeux du corps, nous avons deux yeux spirituels de l'âme, disent les Pères, et chacun a sa propre vision. Par un oeil nous voyons les secrets de la gloire de Dieu cachée dans les êtres de sa création, à savoir sa puissance, sa sagesse, et sa providence éternelle qui nous entoure et que nous comprenons quand nous considérons la grandeur du haut de laquelle il nous conduit. Par le même oeil nous contemplons également les ordres célestes, les anges, nos compagnons de service (Ap 22,9). Mais par l'autre oeil nous contemplons la gloire de la sainte nature de Dieu, lorsqu'il veut bien nous faire entrer dans ses mystères spirituels et qu'il ouvre à notre intelligence l'océan de la foi. Saint Isaac le Syrien (7ème siècle), moine à Ninive, près de Mossoul dans l'actuel Irak Discours ascétiques, 1ère série, 72 (trad. Touraille, DDB 1981, p. 365)
8:43:59 AM
Lectionnaire : - Avant toute chose fut créée la sagesse - Les flots s'élèvent, Seigneur, les flots élèvent leur voix - Maître, je t'ai amené mon fils, il est possédé par un esprit qui le rend muet ; cet esprit s'empare de lui n'importe où, il le jette par terre, l'enfant écume, grince des dents et devient tout raide. J'ai demandé à tes disciples d'expulser cet esprit, mais ils n'ont pas réussi.
8:41:12 AM

Journal Missa

 Samedi le 14 mai 2005
Chères soeurs et chers frères,

La première réaction en entendant la parole de Jésus : « Je ne vous appelle plus serviteurs, je vous appelle mes amis », c'est une réaction d'étonnement et d'indignité. Nous sommes si souvent des serviteurs inutiles et pécheurs. Malgré cela, le Seigneur fait de nous ses amis, il nous donne son amitié.

Cette amitié se réalise de deux manières. De son côté, Son initiative consiste à nous révéler « tout ce qu'il a appris de son Père ». Aucun secret entre des amis, c'est la pleine confiance. Son amitié est liée à la connaissance qu'il a de son Père, c'est-à-dire à la vérité. Car la grande vérité que Jésus nous a révélée, c'est que Dieu nous aime, qu'il est notre Père.

Le second élément par lequel Jésus définit l'amitié nous concerne. Son amitié se réalise essentiellement dans l'obéissance : « Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande ». Il peut sembler étrange de conditionner l'amitié par l'obéissance. Mais l'obéissance telle que l'entend Notre-Seigneur, n'a rien de servile : il s'agit de veiller amoureusement sur les paroles de l'ami afin de lui demeurer fidèle.

La valeur recherchée est la fidélité, et c'est la fidélité qui conduit a l'obéissance. « Si vous êtes fidèles à mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, comme moi, j'ai gardé fidèlement les commandements de mon Père et je demeure dans son amour ». Le but que Jésus nous fixe est de « demeurer dans l'amour ». Il s'agit donc de tout faire pour ne pas le contrarier l'ami. Celui qui veut garder un ami veut être fidèle à sa parole. La foi en la parole de Jésus et la confiance en sa personne ne visent qu'à sauvegarder la relation d'amitié qu'il nous offre : « Demeurez dans mon amour ». Rendre grâce pour cette amitié.

Saint Matthias, 14 mai  Jean 15, 9-17

Réal Phaneuf ptre, paroisse Sainte Madeleine Sophie Barat, Montréal

11:47:30 AM

Journal Missa

 Mercredi le 11 mai 2005
L'aventure humaine n'est ni confuse ni privée de sens, ni même livrée sans appel à la domination des puissants et des pervers ... la crainte du Seigneur n'est pas la peur mais la reconnaissance du mystère de la transcendance divine... Cette crainte chasse la peur du mal qui enveloppe l'histoire et permet de reprendre avec vigueur le chemin de la vie ... la vision de la procession universelle de tous les peuples de la terre qui se présenteront devant le Seigneur de l'histoire, révélé par ses justes jugements. 'Ils se prosterneront en adoration et l'unique Seigneur et Sauveur semble leur répéter les paroles prononcées lors de sa dernière soirée terrestre: Ayez confiance, car moi j'ai vaincu le monde!
9:47:51 AM
Matteo Ricci (†1610) jésuite, missionnaire, astronome de l'empereur de Chine. (RS).

... il définissait l'ami comme "la moitié de soi-même, et même un autre moi"

Un rapide aperçu historique de la présence jésuite en Chine
6:29:58 AM
Lectionnaire : - des loups féroces s'introduiront chez vous quand je ne serai plus là, et le troupeau ne sera pas épargné ... Il y a plus de bonheur à donner qu'à recevoir - Mais les justes sont en fête, ils exultent - Père saint, garde mes disciples dans la fidélité à ton nom que tu m'as donné en partage, pour qu'ils soient un, comme nous-mêmes
6:07:48 AM
« Ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde »

Écoutez tous, juifs et gentils... ; écoutez, tous les royaumes de la terre ! Je n'empêche pas votre domination sur ce monde, « mon Royaume n'est pas de ce monde » (Jn 18,36). Ne craignez donc pas de cette crainte insensée qui a saisi Hérode quand on lui a annoncé ma naissance... Non, dit le Sauveur, « mon Royaume n'est pas de ce monde ». Venez tous à un Royaume qui n'est pas de ce monde ; venez-y par la foi ; que la crainte ne vous rende pas cruels. Il est vrai que, dans une prophétie, le Fils de Dieu dit en parlant du Père : « Par lui, j'ai été établi roi sur Sion, sur sa montagne sainte » (Ps 2,6). Mais cette Sion et cette montagne ne sont pas de ce monde.

Qu'est-ce en effet que son Royaume ? Ce sont ceux qui croient en lui, ceux à qui il dit : « Vous n'êtes pas du monde, comme moi, je ne suis pas du monde ». Et pourtant, il veut qu'ils soient dans le monde ; il prie son Père : « Je ne te demande pas de les retirer du monde mais de les garder du mal ». Car il n'a pas dit : « Mon Royaume n'est pas dans ce monde » mais bien : « Il n'est pas de ce monde ; s'il était de ce monde, mes serviteurs viendraient combattre pour que je ne sois pas livré » (Jn 18,36).

En effet, son Royaume est vraiment ici sur terre jusqu'à la fin du monde ; jusqu'à la moisson l'ivraie est mêlée au bon grain (Mt 13,24s)... Son Royaume n'est pas d'ici car il est comme un voyageur dans ce monde. A ceux sur qui il règne, il dit : « Vous n'êtes pas du monde, car je vous ai choisis du milieu du monde » (Jn 15,19). Ils étaient donc de ce monde, quand ils n'étaient pas encore son Royaume et qu'ils appartenaient au prince de ce monde (Jn 12,3)...Tous ceux qui sont engendrés de la race d'Adam pécheur appartiennent à ce monde ; tous ceux qui ont été régénérés en Jésus Christ appartiennent à son Royaume et ne sont plus de ce monde. « Dieu nous a en effet arrachés à la puissance des ténèbres et nous a transférés dans le Royaume de son Fils bien-aimé. » (Col 1,13)

Saint Augustin (354-430), évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l'Église Homélies sur S. Jean, no. 115
6:00:20 AM

Journal Missa

 Mardi le 10 mai 2005
Le Curé d’Ars et Pauline Jaricot : deux exemples pour la mission ...Mgr Hoser a souligné les bonnes relations qui existaient entre le Curé d’Ars et Pauline Jaricot ; ils eurent l’occasion de se rencontrer à plusieurs reprises. La dernière fois, le Curé d’Ars offrit une Croix à Pauline Jaricot ; elle est exposée dans la maison récemment restaurée et inaugurée à Lyon le 5 mai dernier. Il racontait: « Ils se sont connus, ils se sont compris, et certainement, ils participent à la gloire du Ciel. Ils ont trois choses qui les rapprochent : la participation aux souffrances du Christ, la fécondité de leurs œuvres, la prière constante. Les souffrances de Pauline Jaricot furent innombrables, et ne la quittèrent jamais. Ses tournements spirituels et psychologiques, les difficultés économiques insurmontables, sa santé fragile… ne l’empêchèrent pas de réaliser son œuvre charismatique. Cette fécondité surabondante est assurée comme toujours dans l’histoire de l’Eglise, par la prière et par l’union aux souffrances du Christ. L’intelligence purement humaine, la méthodologie adéquate, la pastorale la plus adaptée, viennent après, et ne peuvent jamais remplacer l’essentiel dans la vie des Saints, c’est-à-dire l’amour qui unit au Christ et la configuration avec Lui ». Enfin, partant du VIIe dimanche de Pâques, fête liturgique du jour, Mgr Hoser déclarait, toujours selon la même source : « En sortant d’ici, nous serons une fois encore envoyés au monde. Ce monde d’aujourd’hui, splendide et terrible, lumineux et obscur, édifiant et capable de corrompre, mais toujours appelé au bonheur éternel en Dieu. Les pays de mission sont au cœur de cette recherche du bonheur. Dieu arrive, n’ayons pas peur, allons à sa rencontre ».
9:15:31 PM
Homélie de Benoît XVI lors de la prise de possession de sa Chaire au Latran
12:27:09 PM
Semaine québécoise des familles du 9 au 15 mai 2005

La SQF célèbre cette année son 10e anniversaire sous le thème «Culture en tête, famille en fête ». Pour souligner l’événement, Mgr Clément Fecteau , président du Comité du laïcat, a publié en lien avec la Table provinciale de la pastorale familiale du Québec un texte intitulé : Cultures familiales et culture de la famille.

Répertoire d'activités du 9 au 15 mai
10:45:19 AM
L'islam en question

Qu'apporte l'islam de nouveau par rapport au judaïsme et au christianisme ?... " Quiconque lit le Coran, en connaissant déjà bien l'Ancien et le Nouveau Testament, percevra clairement le processus de réduction dont la Révélation divine y est l'objet. Il est impossible de ne pas être frappé par l'incompréhension qui s'y manifeste de ce que Dieu a dit de Lui-même, d'abord dans l'Ancien Testament par les prophètes, ensuite de façon définitive dans le Nouveau Testament par son Fils. Toute cette richesse de l'auto-révélation de Dieu, qui constitue le patrimoine de l'Ancien et du Nouveau Testament, a été, en fait, laissée de côté dans l'islam". Jean-Paul II, Entrez dans l'espérance, Paris, Plon-Mame, 1994, p.152.

Une grande vérité retenue dans l'islam cependant (mais qui était connue et enseignée précédemment depuis des siècles par les juïfs et les chrétiens) est que : Tout homme de foi, et spécialement le fidèle de l'un des monothéismes, voit le monde et l'homme comme étant ce qu'ils sont seulement en rapport avec autre chose qu'eux-mêmes, avec une transcendance : Quelque chose, ou plutôt Quelqu'un qui les dépasse infiniment et absolument. En un sens, l'islam nourrit et favorise particulièrement ce sentiment que la vie dans et par le monde n'est pas une fin en soi, qui constituerait un tout clos et suffisant ; car l'islam insiste spécialement sur le caractère limité, ou même le caractère de néant du monde et de l'homme considérés en eux-mêmes, à l'état isolé. Le musulman, et en général le fidèle d'un monothéisme, sentent qu'il y a là un point d'une importance absolue. Ils flairent avec une particulière acuité tout ce qui va à l'encontre, et souvent, dans la mesure où cela leur est possible, ils le refusent avec intransigeance, élevant la netteté de leur rejet à la hauteur de l'infinité de l'enjeu.

Cependant : " Les intellectuels se réclamant de la confession musulmane répètent sans cesse que l'Islam est fraternité, paix et tolérance. Ils ont certainement raison, mais ils n'ont aucun soutien théorique qui permette d'appuyer la plupart de leurs affirmations. Les modérés veulent embellir l'image de leur religion mais ce qu'ils disent de l'Islam ne traduit qu'un souhait." Soheib Bencheikh, Marianne et le Prophète, Paris, Grasset et Fasquelle, 1998, p.146.

Message de Nahed Mahmoud Metwalli adressé de son exil en Hollande à tous les musulmans qui vivent dans les pays où le droit à la liberté de conscience est respecté

Personnellement je crois fondamentalement que chaque décision, que chaque personne prend, à chaque instant sur cette terre, se situe à la très fine pointe, de cet endroit de partage des eaux, de notre âme et intelligence humaine, qui toujours librement peut choisir l'amour de soi porté jusqu'au mépris des autres et de Dieu, ou faire le choix l'amour des autres et de Dieu porté jusqu'au mépris de soi. Rien d'autre n'a d'importance en réalité que ces choix personnels à cette ligne de partage des eaux de nos âmes... qui ont pour conséquence directe toute la joie, la paix, le partage que nous vivons et auxquels nous aspirons de toute notre âme; ou l'injustice, le mépris, la fausseté, la guerre que nous déplorons.

Pour un catholique la plénitude de la présence de Dieu sur terre se trouve dans l'Eucharistie. "Qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle" Jn 6, 51-54. Toute la révélation s'y accomplit.
9:12:19 AM

Journal Missa

 Lundi le 9 mai 2005
La ligne de partage des eaux. C'est le point où les eaux de pluie se séparent, et selon que chaque infime goutte d'eau s'écoule à l'est, ou à l'ouest, ou au sud, ou au nord de la ligne de partage des eaux, cette goutte d'eau aboutira en Amérique du nord par exemple : ou bien dans l'océan atlantique, ou dans l'océan pacifique, ou dans le golfe du mexique, ou dans la mer arctique.

À la très fine pointe de notre âme existe de même la ligne partage des eaux des actions de notre vie... Saint Augustin distingue que, pour nous, deux Amours on fait deux cités : l'amour de soi porté jusqu'au mépris des autres et de Dieu, c'est la Cité terrestre, la cité du non à la vérité et à la réalité, la cité de l'égoisme et donc de la destruction, la cité du malin et de ses suppôts; et l'amour des autres et de Dieu porté jusqu'au mépris de soi, c'est la Cité céleste, la cité de la source de toute Vie, la cité du Merci ! la cité de la Vie de Dieu, c'est la cité du partage et de l'Amour tout à fait authentiques.

Chaque décision, que chaque personne prend, à chaque instant sur cette terre, se situe à cette très fine pointe, de cet endroit de partage des eaux, de notre âme et intelligence humaine, qui toujours librement peut choisir l'amour de soi porté jusqu'au mépris des autres et de Dieu, ou faire le choix l'amour des autres et de Dieu porté jusqu'au mépris de soi. Rien d'autre n'a d'importance en réalité que ces choix personnels à cette ligne de partage des eaux de nos âmes... qui ont pour conséquence directe toute la joie, la paix, le partage que nous vivons et auxquels nous aspirons de toute notre âme; ou l'injustice, le mépris, la fausseté, la guerre que nous déplorons.

Toute l'actualité se joue chaque instant maintenant à cette ligne de partage des eaux de chaque âme. Le mal est le fruit inéluctable du choix par certains de l'amour de soi jusqu'au mépris des autres (et de Dieu), le bien est le fruit du choix de l'amour des autres et de Dieu porté jusqu'au mépris de soi.
9:53:38 AM
Deux amours on fait deux cités : l'amour de soi jusqu'au mépris de Dieu, la Cité terrestre, l'amour de Dieu jusqu'au mépris de soi, la Cité céleste. Saint Augustin
9:50:09 AM
Lectionnaire : - Et quand Paul leur eut imposé les mains, le Saint-Esprit vint sur eux, et ils se mirent à dire des paroles mystérieuses et à parler comme des prophètes - les justes sont en fête, ils exultent - L'heure vient - et même elle est venue - où vous serez dispersés chacun de son côté, et vous me laisserez seul ; pourtant je ne suis pas seul, puisque le Père est avec moi. Je vous ai dit tout cela pour que vous trouviez en moi la paix. Dans le monde, vous trouverez la détresse, mais ayez confiance : moi, je suis vainqueur du monde. »
9:09:28 AM
« Je vous ai dit cela pour que vous trouviez en moi la paix »

Les oeuvres d'amour sont toujours des oeuvres de paix. Chaque fois que vous partagez l'amour avec d'autres, vous remarquerez la paix qui vient sur vous et sur eux aussi. Là où il y a la paix, il y a Dieu. C'est en versant la paix et la joie dans nos coeurs que Dieu touche nos vies et nous montre son amour.

Conduis-moi de la mort à la vie,
De l'erreur à la vérité.
Conduis-moi du désespoir à l'espoir,
De la crainte à la confiance.
Conduis-moi de la haine à l'amour,
De la guerre à la paix.
Fais que la paix remplisse nos coeurs,
Notre monde, notre univers :
Paix, paix, paix.

Bienheureuse Teresa de Calcutta (1910-1997), fondatrice des Soeurs Missionnaires de la Charité - A Simple Path (trad. Un Chemin tout simple, Plon Mame 1995, p.163)
9:04:32 AM
Et vous, que faites-vous de votre lumière? Paul Claudel
8:54:30 AM
Pauline Jaricot (†1862), fondatrice d'une immense oeuvre de charité mondiale. (RS).
8:47:48 AM
La mission n’est pas optionnelle
8:39:30 AM
Il existe un rapport très étroit entre célébrer l’Eucharistie et annoncer le Christ. Entrer en communion avec lui dans le mémorial de la Pâque, cela signifie en même temps devenir missionnaires de l’événement que ce rite rend présent ; en un sens, cela signifie le rendre contemporain de toute époque, jusqu’à ce que le Seigneur revienne.
8:38:07 AM
Les catholiques de Chine demandent au nouveau pape « de ne pas oublier l’Eglise qui souffre en Chine », une Eglise qui se débat « sans liberté aucune ». Prions pour eux...
8:33:17 AM
L’Ascension du Seigneur signifie que le Christ ne s’est pas éloigné de nous, mais que maintenant, grâce au fait qu’il est avec le Père, il est proche de chacun nous, pour toujours.
8:22:43 AM
« Le pouvoir d’enseignement » du pontife n’est pas une menace contre la liberté de « conscience », a affirmé le pape dans son homélie, ni une « présomption qui s’oppose à la liberté de pensée ». Le rôle du pape, c’est « d’être témoin du Christ ressuscité ». « Là où l’Ecriture sainte est détachée de la voix vivante de l’Eglise, elle devient la proie des disputes des experts, mais la science seule ne peut pas fournir une interprétation définitive et qui nous lie, elle n’est pas en mesure de nous donner dans l’interprétation la certitude avec laquelle nous puissions vivre et pour laquelle nous puissions mourir », avertissait le pape. « Le pouvoir d’enseigner dans l’Eglise comporte un engagement au service de l’obéissance de la foi ».
8:20:11 AM

Journal Missa

 Dimanche le 8 mai 2005
Ascension : - C'est la promesse que vous avez entendue de ma bouche. Jean a baptisé avec de l'eau ; mais vous, c'est dans l'Esprit Saint que vous serez baptisés d'ici quelques jours. » Réunis autour de lui, les Apôtres lui demandaient : « Seigneur, est-ce maintenant que tu vas rétablir la royauté en Israël ? » Jésus leur répondit : « Il ne vous appartient pas de connaître les délais et les dates que le Père a fixés dans sa liberté souveraine. Mais vous allez recevoir une force, celle du Saint-Esprit, qui viendra sur vous. Alors vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre. » Après ces paroles, ils le virent s'élever et disparaître à leurs yeux dans une nuée. Et comme ils fixaient encore le ciel où Jésus s'en allait, voici que deux hommes en vêtements blancs se tenaient devant eux et disaient : « Galiléens, pourquoi restez-vous là à regarder vers le ciel ? Jésus, qui a été enlevé du milieu de vous, reviendra de la même manière que vous l'avez vu s'en aller vers le ciel. » - Dieu s'élève parmi les ovations - C'est la force même, le pouvoir, la vigueur, qu'il a mis en oeuvre dans le Christ quand il l'a ressuscité d'entre les morts et qu'il l'a fait asseoir à sa droite dans les cieux. Il l'a établi au-dessus de toutes les puissances et de tous les êtres qui nous dominent, quel que soit leur nom, aussi bien dans le monde présent que dans le monde à venir. Il lui a tout soumis et, le plaçant plus haut que tout, il a fait de lui la tête de l'Église qui est son corps, et l'Église est l'accomplissement total du Christ, lui que Dieu comble totalement de sa plénitude. - Tout pouvoir m'a été donné au ciel et sur la terre. Allez donc ! De toutes les nations faites des disciples, baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit ; et apprenez-leur à garder tous les commandements que je vous ai donnés. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu'à la fin du monde.
7:54:44 AM
....que chacun fasse son devoir pour assurer dans toute forme de communication objectivité, respect de la dignité humaine et attention au bien commun
7:24:42 AM

Journal Missa

 Vendredi le 6 mai 2005
Première réaction au nouveau programme d’éthique et de culture religieuse

Le 4 mai courant, le Gouvernement du Québec a fait connaître sa position concernant l’enseignement religieux à l’école publique et le renouvellement des clauses dérogatoires. À partir de 2008, tous les élèves du Québec suivront un programme commun d’éthique et de culture religieuse. D’ici là, le régime actuel sera maintenu et les clauses dérogatoires renouvelées pour une période de trois ans. L’Assemblée des évêques fera part de ses réactions de façon plus détaillée au cours des prochaines semaines.

On peut quand même exprimer une certaine déception dans la mesure où la position du Gouvernement ne correspond pas à celle que l’Assemblée avait mise de l’avant en septembre dernier : celle d’offrir le choix entre un enseignement moral et religieux confessionnel ouvert à la diversité religieuse et un programme qui comporterait de l’éthique et de la culture religieuse. Exprimée en ces termes, cette solution lui apparaîtrait plus respectueuse de l’histoire du Québec et du désir d’une très grande majorité de parents.

Par ailleurs, les évêques jugent indispensable que la dimension religieuse demeure présente à l’intérieur d’une école qui se veut attentive aux valeurs, aux croyances et aux convictions de chacun tout en favorisant le vivre-ensemble et l’appropriation de la culture québécoise. On ne voit pas comment l’école pourrait autrement remplir sa mission fondamentale : « faire grandir, ouvrir des horizons, déployer les talents et donner les outils nécessaires à l’entrée dans la société comme adulte accompli, libre et responsable » (Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, La mise en place d’un programme d’éthique et de culture religieuse. Une orientation d’avenir pour tous les jeunes du Québec). En ce sens, il est heureux que le Ministre ait clairement exprimé son intention de reconnaître l’apport de la tradition chrétienne dans l’identité québécoise et de permettre aux jeunes de se familiariser avec cette réalité.
4:34:08 PM
La Maison Monbourquette est un nouvel organisme à but non lucratif qui a commencé ses activités à l'automne 2004. Sa mission est d'aider les familles et les individus qui vivent ou ont vécu avec difficulté un décès ou une disparition, à mieux vivre leur deuil.

Ses objectifs:

- faciliter l'accès aux services de suivi de deuil dans le milieu de vie des familles et des personnes,
- élaborer et offrir des services complémentaires et innovateurs de suivi de deuil,
- contribuer à l'avancement de la recherche concernant le suivi de deuil,
- devenir un lieu reconnu d'expertise en suivi de deuil qui favorise l'échange et la diffusion des connaissances.

Bénévoles demandé(e)s

La Maison Monbourquette recrute des bénévoles pour la création de sa toute nouvelle ligne d'écoute téléphonique en suivi de deuil. Nous cherchons des personnes sérieuses désirant s'engager dans une action bénévole de qualité auprès de personnes endeuillées. Il reste encore quelques places pour la formation gratuite qui sera donnée à tous les bénévoles. Situé coin De Lorimier et St-Joseph à Montréal, le bureau est facile d'accès d'où qu'on vienne. Si vous êtes intéressés, veuillez communiquer avec Daniel Latulippe ou Suzanne Poirier au 514 523 3596.

Répertoire des ressources en suivi de deuil au Québec

La Maison Monbourquette présente la première édition de son Répertoire des ressources en suivi de deuil au Québec. Avec des textes de Gilles Deslauriers , Jean Monbourquette , Johanne de Montigny , Josée Jacques , Suzanne Bernard et Daniel Latulippe , une bibliographie de 150 documents, avec plus de deux cents inscriptions et de nombreux index facilitant la recherche de ressources, le Répertoire sera un outil très utile autant pour les personnes intervenant auprès de gens endeuillés que pour toute personne ayant un intérêt pour le suivi de deuil. Pour obtenir le formulaire de commande postale, faites une demande à infos@maisonmonbourquette.com.


3:09:29 PM
Règle de Saint Augustin
9:03:03 AM

Journal Missa

 Jeudi le 5 mai 2005
Commentaire de la CECC sur la seconde lecture du projet de loi C-38

La Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC) est déçue et préoccupée que le projet de loi C-38 ait franchi l’étape de la seconde lecture à la Chambre des Communes, le 4 mai 2005.

« En proposant que la nature du mariage fasse l’objet d’une nouvelle définition, le projet de loi C-38, s’il est adopté, laisserait entendre que la société et l’État n’appuient plus le partenariat unique d’un homme et d’une femme dans le mariage, et ne reconnaissent plus l’importance de l’engagement d’une mère et d’un père envers les futures générations d’enfants », de dire Mgr Brendan M. O’Brien, archevêque de St, John’s, à Terre-Neuve, et Président de la CECC.

Le Président de la CECC a aussi souligné le fait que le projet de loi a pu franchir l’étape de la seconde lecture parce que ni le Nouveau Parti Démocratique ni le Parti Libéral du Canada ne reconnaissent la valeur significative de la liberté de conscience et de religion, telle que garantie par la Charte canadienne des droits et libertés. Les députés du NPD, de même que les députés libéraux qui occupent les fonctions de secrétaires parlementaires et de membres du Cabinet, ont été forcés de voter en faveur du projet de loi C-38, selon la ligne de parti. « Le défaut des partis politiques à respecter la liberté de conscience et de religion constitue un mauvais présage pour l’avenir », d’ajouter Mgr O’Brien.

La CECC n’a cessé d’en appeler au gouvernement fédéral, afin qu’il respecte la définition du mariage comme l’engagement exclusif entre un homme et une femme. Étant donné qu’une telle garantie n’a pu être obtenue, les évêques catholiques du Canada ont demandé aux députés de préserver au moins la liberté de conscience et de religion en s’assurant que les ministres civils et religieux ne soient pas tenus de présider des mariages qui vont à l’encontre de leur conscience et de leurs croyances. La CECC se soucie également du droit, de la part des organismes religieux, de refuser que leurs locaux soient utilisés pour des cérémonies de mariage contraires à leurs convictions religieuses; de la protection qui sera accordée aux organismes religieux à but non lucratif qui ne respecteront pas les dispositions du projet de loi C-38; et des droits de tous les Canadiens et Canadiennes, y compris les chefs religieux, les parents et les enseignants, d’aborder la question de la moralité sexuelle à la lumière de leur propre conscience et de leur foi.

Alors même que le projet de loi C-38 fait l’objet d’un examen, Mgr O’Brien insiste à nouveau pour que le Comité législatif spécial tienne des audiences publiques et permette ainsi au plus grand nombre possible de Canadiens et Canadiennes qui s’opposent à une redéfinition du mariage de faire valoir leur point de vue sur le projet de loi.

Tout en louangeant et remerciant les députés qui « ont eu le courage de s’exprimer publiquement et devant la Chambre des Communes », et tenant compte de certains sondages qui font état de l’opposition de la majorité de la population canadienne, Mgr O’Brien encourage les Catholiques à continuer de faire connaître leurs préoccupations concernant le projet de loi C-38 à leurs députés tout autant qu’aux candidats politiques qui pourraient se lancer bientôt dans une campagne électorale.

Écrivez à vos députés
4:01:51 PM
De retour de Rome le Cardinal Jean-Claude Turcotte, archevêque de Montréal, livre ses impressions. Entrevue de Mario Bard de Radio Ville-Marie avec le Cardinal Jean-Claude Turcotte.
12:16:53 PM

Journal Missa

 Mercredi le 4 mai 2005
La liberté de la presse en question. On célèbre aujourd’hui la journée de la liberté de la presse, une presse bâillonnée dans de nombreux pays, mais dont l’indépendance et la crédibilité sont également menacées dans les pays démocratiques. C’est sur cette constatation que la Fondation Médias et Société a été créée à Genève par un groupe de professionnels reconnus du monde des médias. L’objectif principal est de lancer un standard international de gestion de la qualité pour les médias. Un dossier de Radio Vatican préparé par Romilda Ferrauto
4:49:57 PM
Rappeler les exigences de la Foi. Pour Benoît XVI, une priorité. Des visites de chefs d’Etat, des projets de voyage, l’agenda de Benoît XVI est déjà chargé. Elu il y a tout juste deux semaines, le pape commence à se faire connaître des fidèles. Et si son élection avait été accueillie par certains avec réserve, aujourd’hui nombreux sont ceux qui se déclarent agréablement surpris, voire séduits. Radio Vatican en parle avec le secrétaire général des assomptionnistes, le Père Bernard Holzer.
4:45:33 PM
Petites Filles de Saint Joseph
10:11:11 AM
Saint Grégoire l'Illuminateur. Bse Marie-Léonie Paradis fondatrice des soeurs de la Sainte Famille. (RS).
9:13:44 AM
Cantique de frère soleil

La joie parfaite
9:09:15 AM
Lectionnaire : - Quand ils entendirent parler de résurrection des morts, les uns riaient, et les autres déclarèrent : « Sur cette question nous t'écouterons une autre fois. » C'est ainsi que Paul les quitta. Cependant quelques hommes s'attachèrent à lui et devinrent croyants. Parmi eux, il y avait Denis, membre de l'Aréopage ; il y eut aussi une femme nommée Damaris, et d'autres avec eux. - Louez-le, soleil et lune, louez-le, tous les astres de lumière - Il reprend ce qui vient de moi pour vous le faire connaître
8:59:19 AM

Journal Missa

 Mardi le 3 mai 2005
Benoît XVI, bête de somme
4:31:52 PM
Pathways to peace - The interview with God
8:19:51 AM

Journal Missa

 Lundi le 2 mai 2005
L’Assemblée des évêques du Québec change de dénomination sociale

Le christianisme comporte un certain nombre de dénominations religieuses qui se réclament de la personne et de l’enseignement de Jésus Christ. Les Églises chrétiennes rassemblent ainsi les catholiques, les orthodoxes, les protestants, les anglicans, les réformés de diverses allégeances. Certaines de ces Églises ont des structures similaires au catholicisme; on retrouve par exemple la fonction d’évêque chez les orthodoxes, les luthériens, les anglicans.

Afin de respecter la diversité de ces Églises, les évêques membres de l’Assemblée des évêques du Québec ont demandé au gouvernement du Québec un changement de dénomination sociale. Selon la Loi sur les pouvoirs spéciaux des corporations (L.R.Q., chap. P-16, art.5), l’appellation l’Assemblée des évêques du Québec a été changée officiellement, le 4 mars 2005, pour : l’Assemblée des évêques catholiques du Québec. Pour la traduction anglaise : Assembly of Québec Catholic Bishops.
5:15:42 PM
Saint Athanase (†373) Docteur de l'Église, grand défenseur de la divinité du Sauveur. (RS).

Unique est la grâce qui du Père par le Fils s'achève dans l'Esprit Saint ; unique est la divinité et il n'y a qu'un Dieu qui est au-dessus de tout, à travers tout et en tout. Quatre lettres à Sérapion

Le Fils de Dieu est devenu le Fils de l'homme afin que les enfants des hommes, les enfants d'Adam, puissent devenir les enfants de Dieu... afin que nous puissions donner à Dieu le titre de Père... le Fils de Dieu goûte la mort afin que les enfants des hommes puissent participer à la vie de Dieu. Il est Fils de Dieu par nature, nous le sommes par grâce. Traité sur l'Incarnation contre les ariens 

Le Verbe s'est fait chair afin que nous puissions recevoir l'Esprit. Traité sur l'Incarnation contre les ariens

Celui qui prendra part au pain divin ressentira toujours la faim du désir et celui qui ressent une telle faim recevra à jamais la grâce comme le lui promet la Sagesse. 6e lettre festale

A quiconque désire célébrer la fête, que soient grand zèle et grande ardeur, rendons-nous tout auprès de lui qui a déclaré : " Venez à moi, vous tous qui êtes en peine et accablés, car je vous donnerai le repos " : c'est lui qui est notre fête ! 6e lettre festale

N'y aurait-il pas un moyen de ne jamais être séparés les uns des autres, tout en demeurant chacun dans nos tentes respectives ? Ne mangeons-nous pas le même Agneau, comme unis tous en un même baiser ? Il est notre Seigneur inmmolé pour nous, notre Pâque, le Christ, et il dit : " Là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis là, au milieu d'eux ". Le Sauveur est au milieu de nous : nous ne sommes pas éloignés les uns des autres tandis que nous célébrons la fête. 24e lettre festale

...La sainte solennité approche, ne souffre pas que le peuple célèbre Pâques sans toi. Qui lui prêchera la passion si tu n'es pas là ? Qui lui annoncera la résurrection si tu te caches ? Qui lui apprendra à célébrer la fête, si tu, t'enfuis ? Lettre à Dracontius

Ne vous étonnez pas que l'empereur Constantin nous écrive, c'est un homme ! Admirez plutôt que Dieu ait écrit une loi aux hommnes et nous ait parlé par son propre Fils. Vie de saint Antoine

Que devez-vous faire ? Tenir la salle de noces balayée de toute pensée mauvaise et hérétique et tout ornée de haut en bas... il faut vous y tenir, et il vous faut quotidiennement ou plutôt à chaque instant converser avec votre fiancé, c'est-à-dire le Verbe, la Parole de Dieu, il ne faut pas repousser loin de vous son langage. Votre langage avec lui, ce sont la prière, la ferveur et votre résolution, son langage à lui avec vous, ce sont les pensées justes qui vous montent au coeur, celles par lesquelles il excite votre ferveur et augmente en vous votre amour pour lui. ...La virginité, c'est comme un jardin fermé qui n'est foulé par personne sinon par son jardinier. C'est lui ton époux, lui qui te donnera la couronne, lui qui te préparera la robe du festin nuptial, lui qui te découvrira les trésors, qui te préparera la table du Père et t'abreuvera d'un torrent de délices. Attends-le, contemple-le dans ton esprit, parle-lui, réjouis-toi avec lui, reçois tout de lui. Lettre aux vierges

L'amour de Dieu pour les hommes est si grand que, par grâce, Dieu est devenu le Père de ceux dont il était le Créateur. Il devient le Père de ses créatures quand celles-ci font entrer, comme dit l'Apôtres l'Esprit de son Fils dans leur coeur, cet Esprit qui crie en eux : Abba, Père. Accueillant le Verbe, ils reçoivent le. pouvoir de devenir fils de Dieu. Nous ne sommes pas fils de Dieu par nature, mais le Fils l'est en nous. Dieu n'est pas notre Père par nature, il est le Père du Verbe en nous c'est en lui et par lui que nous crions : Abba, Père. 2e discours contre les ariens

Lettre de Saint Athanase d'Alexandrie sur les ariens occupant les églises catholiques - Évêque d'Alexandrie à ses fidèles ( IV ème siècle ) Que Dieu vous console !... Ce qui vous attriste aussi, c'est que les autres ont occupé les églises par violence tandis que vous, pendant ce temps, vous êtes dehors. C'est un fait, ils ont les locaux : mais vous avez la foi apostolique. Eux, ils peuvent occuper nos églises, mais ils sont hors de la vraie Foi catholique. Réfléchissez : qu'est ce qui est le plus important, le lieu ou la Foi ? La vraie foi, c'est évident. Dans cette lutte, qui a perdu, qui a gagné, celui qui garde le lieu ou celui qui garde la foi ? Le lieu, c'est vrai, est bon quand on y prêche la foi apostolique ; il est saint si tout s'y passe saintement... C'est vous qui êtes heureux, vous qui restez dans l'Eglise par votre foi, vous qui tenez fermement aux fondements de la foi qui vous est parvenue de la sainte Tradition apostolique et si, à maintes reprises, une jalousie exécrable a voulu l'ébranler, elle n'y a pas réussi. C'est ceux qui s'en sont détachés dans la crise présente. Personne, jamais, ne prévaudra sur notre foi, frères bien aimés. Et nous croyons que Dieu nous rendra un jour nos églises. Ainsi donc, plus ils s'acharnent à occuper les lieux de culte, plus ils se séparent de l'Eglise. Ils prétendent représenter l'Eglise ; en réalité, ils s'en expulsent eux-mêmes et s'égarent. Les catholiques fidèles à Dieu dans la sainte Tradition, même s'ils sont réduits à une poignée, voilà ceux qui sont la vraie Eglise de Jésus-Christ.

Symbole de Saint Athanase d'Alexandrie
10:09:26 AM
Lectionnaire : - ...Il y avait parmi elles une certaine Lydia, une commerçante en tissus de pourpre, originaire de la ville de Thyatire, qui adorait le vrai Dieu. Elle nous écoutait, car le Seigneur lui avait ouvert l'esprit pour la rendre attentive à ce que disait Paul. Elle se fit baptiser avec tous les gens de sa maison, et elle nous adressa cette invitation : « Puisque vous avez reconnu ma foi au Seigneur, venez donc loger dans ma maison. » - ...Chantez au Seigneur un chant nouveau, louez-le dans l'assemblée de ses fidèles ! En Israël, joie pour son créateur ; dans Sion, allégresse pour son Roi ! Dansez à la louange de son nom, jouez pour lui, tambourins et cithares ! Car le Seigneur aime son peuple, il donne aux humbles l'éclat de la victoire. - Quand viendra le Défenseur, que je vous enverrai d'auprès du Père, lui, l'Esprit de vérité qui procède du Père, il rendra témoignage en ma faveur. Et vous aussi, vous rendrez témoignage, vous qui êtes avec moi depuis le commencement. Je vous dis tout cela pour que vous ne risquiez pas de tomber. On vous exclura de la synagogue. Et même, l'heure vient où tous ceux qui vous tueront s'imagineront offrir ainsi un sacrifice à Dieu. Ils le feront parce qu'ils ne connaissent ni le Père ni moi. Mais voici pourquoi je vous dis tout cela : quand cette heure sera venue, vous vous souviendrez que je vous l'avais dit. Je ne vous l'ai pas dit dès le commencement, parce que j'étais avec vous.
9:11:22 AM
« Quand viendra le Défenseur, l’Esprit de vérité, il rendra témoignage en ma faveur »

C'est grâce à l'appui du Saint Esprit que l'Église s'accroît. Il est l'âme de cette Église. C'est lui qui explique aux fidèles le sens profond de l'enseignement de Jésus et son mystère. Il est celui qui, aujourd'hui comme aux débuts de l'Église, agit en chaque évangélisateur qui se laisse posséder et conduire par lui, et met dans sa bouche les mots qu'il ne pourrait trouver seul, tout en prédisposant aussi l'âme de celui qui écoute pour le rendre ouvert et accueillant à la Bonne Nouvelle et au Règne annoncé.

Les techniques d'évangélisation sont bonnes mais les plus perfectionnées ne sauraient remplacer l'action discrète de l'Esprit. La préparation la plus raffinée de l'évangélisateur n'opère rien sans lui. Sans lui, la dialectique la plus convaincante est impuissante sur l'esprit des hommes. Sans lui, les schémas sociologiques ou psychologiques les plus élaborés se révèlent vite dépourvus de valeur.

Nous vivons dans l'Église un moment privilégié de l'Esprit. On cherche partout à le connaître mieux, tel que l'Écriture le révèle. On est heureux de se mettre sous sa mouvance. On s'assemble autour de lui. On veut se laisser conduire par lui. Or, si l'Esprit de Dieu a une place éminente dans toute la vie de l'Église, c'est dans la mission évangélisatrice de celle-ci qu'il agit le plus. Ce n'est pas par hasard que le grand départ de l'évangélisation a eu lieu le matin de Pentecôte, sous le souffle de l'Esprit.

On peut dire que l'Esprit Saint est l'agent principal de l'évangélisation... Mais l'on peut dire également qu'il est le terme de l'évangélisation : lui seul suscite la nouvelle création, l'humanité nouvelle à laquelle l'évangélisation doit aboutir, avec l'unité dans la diversité que l'évangélisation voudrait provoquer dans la communauté chrétienne. A travers lui l'Évangile pénètre au coeur du monde car c'est lui qui fait discerner les signes des temps -- signes de Dieu -- que l'évangélisation découvre et met en valeur à l'intérieur de l'histoire.  Paul VI, Evangelii nuntiandi, ch.7, §75
9:00:32 AM
Dimanche "à la fenêtre" pour le pape
8:55:08 AM

Journal Missa

 Dimanche le 1 mai 2005
Marie, Joseph. La solitude. (RS).
7:17:34 AM
Lectionnaire : - C'est ainsi que Philippe, l'un des Sept, arriva dans une ville de Samarie, et là il proclamait le Christ. Les foules, d'un seul coeur, s'attachaient à ce que disait Philippe, car tous entendaient parler des signes qu'il accomplissait - Dites à Dieu : « Que tes actions sont redoutables ! - C'est ainsi que le Christ est mort pour les péchés - je me manifesterai à lui
5:52:25 AM

 Archives depuis le 7 octobre 2017 | Journal Missa sur Typepad |
 Archives 2017 | 01-10 |
 Archives 2016 | 01-12 |
 Archives 2015 | 01-12 |
 Archives 2014 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2013 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2012 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2011 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2010 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2009 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2008 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2007 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2006 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2005 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2004 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2003 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2002 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2001 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 |




© 1996-2017 missa.org Tous droits réservés | Réalisation
Version pour
imprimante  Imprimer
Commentaires
Recommander
Menu