www.missa.org

Liturgie du jour

Actualités

Vocation sacerdotale

Calendrier liturgique

Dans la prière, tirez le nom d'un saint



webmstr

mismenuann

Prières usuelles

Le Rosaire

Le sacrement de réconciliation et le dialogue avec un prêtre

La confession

Liturgie des heures

Lectionnaire

Comment m'engager dans ma communauté chrétienne pdf

ecathmontreal.png

ecdqtv_logo.jpg

Accueil Spiritualité


Journal Missa

 Archives de mars 2011 Journal Missa

 Jeudi le 31 mars 2011
La nouvelle évangélisation pour la transmission de la foi chrétienne Du 7 au 28 octobre 2012, quelque 300 évêques de partout à travers le monde se réuniront à Rome dans le cadre de la XIIIe Assemblée Assemblée générale ordinaire du Synode des évêques, afin de réfléchir sur le thème : « La nouvelle évangélisation pour la transmission de la foi chrétienne ». Selon le pape Benoît XVI, ce Synode devrait permettre de vérifier le chemin parcouru pour reprendre avec un élan renouvelé l’oeuvre urgente de l’évangélisation du monde contemporain. La Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC) sera appelée à élire quatre de ses membres pour participer à ce grand événement ecclésial. Le nom des évêques seront divulgués après que le Saint-Père aura ratifié leur élection. Le premier d’une série de documents se rapportant à ce Synode, les Lineamenta (du latin « grandes lignes »), a été publié récemment. Ce document vise essentiellement à fournir une base commune de réflexion en vue de susciter de la part des évêques, de même que d’autres membres de l’Église, des suggestions et recommandations qui serviront à produire l’Instrumentum laboris (instrument de travail), qui sera remis à tous les participants pour les discussions lors du Synode.
11:22:56 AM
Les nouveaux médias parmi les droits de l'homme MONTREAL - Le secrétaire général d'Amnesty International Salil Shetty a affirmé, mercredi à Montréal, que le libre accès aux nouveaux médias électroniques - restreint par certains États, dont la Chine et l'Iran - devait figurer parmi les droits de l'homme...
10:57:55 AM
A l’école de saint Alphonse pour la nouvelle évangélisation
6:49:15 AM

Journal Missa

 Lundi le 28 mars 2011
Plant and flowers from ancient Israel 'appear' on Shroud
The Shroud of Turin is believed by many to be the linen burial cloth of Jesus of Nazareth (see John 19:38–42, 20:1–9). While studying life-size photographs of the Shroud, Dr. & Mrs. Alan & Mary Whanger (Duke University, Council for Study of the Shroud of Turin) discovered faint images of flowers, thorns (Gundelia tournefortii), and Pistacia fruit (mastic), which they tentatively identified by comparison with illustrations in the Flora Palaestina (Zohary, M. and N. Feinbrun. 1966–1986) using their polarized image overlay technique. While comparing the Shroud with the Pantocrator Icon (550 AD) from St. Catherine’s Monastery and a Justinian II coin (692–695 AD) both of which show outlines of flowers, they found 170 and 145 points of congruence (PC), respectively, indicating that the artists used the Shroud as a model (45–60 PC are used to determine same source in courts of law).....
1:53:56 PM
Pope: Confessional Also a Place to Learn Something Notes Benefits for Both Priests and Penitents

VATICAN CITY, MARCH 25, 2011 (Zenit.org).- There is a pedagogical value to the sacrament of confession, according to Benedict XVI.

The Pope affirmed this today when he addressed participants in a five-day course on the internal forum. The seminar, sponsored by the Apostolic Penitentiary, concluded today.

The Holy Father said that the teaching-learning aspect of confession is not sufficiently considered, despite its spiritual and pastoral importance.

"In what way does the sacrament of penance educate?" he asked. "In what sense does its celebration have a pedagogical value, first of all, for the ministers?"

To respond to these questions, he suggested starting with the recognition "that the priestly ministry constitutes a unique and privileged observation post, from which, daily, we are enabled to contemplate the splendor of divine mercy."

"Fundamentally," the Holy Father said, "to confess means to assist in as many 'professiones fidei' as there are penitents, and to contemplate the action of the merciful God in history, to touch the salvific effects of the cross and resurrection of Christ, at all times and for every man."

The Pontiff reflected how in the confessional, the priest in a sense visits the "abyss of the human heart, also in the dark aspects." And this, he said, also tests the "humanity and the faith of the priest himself."

"On the other hand," he continued, "it nourishes in him the certainty that the last word on the evil of man and of history is God's, it is his mercy, able to make all things new."

From confession, in fact, the priest can learn much, the Pope said, above all "from exemplary penitents by their spiritual life, by the seriousness with which they conduct their examinations of conscience, by the transparency in recognizing their sin and by their docility to the teaching of the Church and the indications of the confessor."

"From the administration of the sacrament of penance we can receive profound lessons of humility and faith," he assured. Confession is "a very strong call for each priest to the awareness of his own identity."

"Never, in the strength of our humanity alone, would we be able to hear the confessions of brothers," continued the Pope. "If they approach us, it is only because we are priests, configured to Christ, High and Eternal Priest, and made capable of acting in his name and in his person, of rendering really present God who forgives, renews and transforms."

Penitents, too

In regard to the pedagogical value for penitents, the Holy Father said that it depends "first of all, on the action of grace and on the objective effects of the sacrament in the soul of the faithful."

"Sacramental reconciliation is one of the moments in which personal liberty and self-awareness are called to express themselves in a particularly evident way," the Pontiff observed. "It is perhaps also because of this that, in an age of relativism and of consequent attenuated awareness of one's being, the sacramental practice is also weakened."

In this context, the examination of conscience has "an important pedagogical value" as it "educates to look with sincerity at one's own existence, to confront it with the truth of the Gospel, and to evaluate it not just with human parameters, but changed by divine revelation," he said. "The comparison with the Commandments, with the Beatitudes and, above all, with the precept of love, constitutes the first great 'penitential school.'"

Furthermore, Benedict XVI proposed, an integral confession of sins "educates the penitent in humility, in recognition of his own fragility and, at the same time, in awareness of the need for God's forgiveness and trust that divine grace can transform life."

In an age characterized "by noise, distraction and loneliness," said the Pope, "the penitent's conversation with the confessor can be one of the few, if not the only occasion to be truly heard and in profundity."

For this reason, the Bishop of Rome asked priests to "give appropriate space to the exercise of the ministry of penance in the confessional."

"To be received and heard is also a human sign of the acceptance and goodness of God to his children," he said.

Health of souls

In his greeting to the Pope, Cardinal Fortunato Baldelli, major penitentiary, reminded that "every confessor, to carry out his ministry well and faithfully, must have the necessary learning and prudence for this purpose."

The cardinal introduced to the Pope the priests of 242 dioceses of 68 nations who are participating in the annual course on the internal forum, and he confirmed that "the doctrinal preparation of the confessor is absolutely indispensable."

Following in the footsteps of Pope Pius V -- who said, give me good confessors and I will renew the whole Church from her foundations -- the penitentiary promotes every year these days of study on the sacrament, the cardinal noted.

"With intense satisfaction," he said, "we note that the fruits of these annual meetings have a concrete confirmation in the daily activity of our dicastery, which is approached with increasing interest and known for its essential mission in the Church, which is the 'salus animarum.'"
1:51:27 PM
Safe nuclear does exist, and China is leading the way with thorium This passed unnoticed –except by a small of band of thorium enthusiasts – but it may mark the passage of strategic leadership in energy policy from an inert and status-quo West to a rising technological power willing to break the mould.

If China’s dash for thorium power succeeds, it will vastly alter the global energy landscape and may avert a calamitous conflict over resources as Asia’s industrial revolutions clash head-on with the West’s entrenched consumption.

China’s Academy of Sciences said it had chosen a “thorium-based molten salt reactor system”. The liquid fuel idea was pioneered by US physicists at Oak Ridge National Lab in the 1960s, but the US has long since dropped the ball. Further evidence of Barack `Obama’s “Sputnik moment”, you could say.

Chinese scientists claim that hazardous waste will be a thousand times less than with uranium. The system is inherently less prone to disaster.

“The reactor has an amazing safety feature,” said Kirk Sorensen, a former NASA engineer at Teledyne Brown and a thorium expert.
Related Articles

“If it begins to overheat, a little plug melts and the salts drain into a pan. There is no need for computers, or the sort of electrical pumps that were crippled by the tsunami. The reactor saves itself,” he said.

“They operate at atmospheric pressure so you don’t have the sort of hydrogen explosions we’ve seen in Japan. One of these reactors would have come through the tsunami just fine. There would have been no radiation release.”....

US physicists in the late 1940s explored thorium fuel for power. It has a higher neutron yield than uranium, a better fission rating, longer fuel cycles, and does not require the extra cost of isotope separation.

The plans were shelved because thorium does not produce plutonium for bombs. As a happy bonus, it can burn up plutonium and toxic waste from old reactors, reducing radio-toxicity and acting as an eco-cleaner.

Infographic
10:46:05 AM

Journal Missa

 Vendredi le 25 mars 2011
Annonciation

- L’ange du Seigneur apporta l’annonce à Marie
- Et elle conçut du Saint Esprit.

- Voici la Servante du Seigneur
- Qu’il me soit fait selon votre parole.

- Et le Verbe s’est fait chair
- Et il a habité parmi nous.

Priez pour nous, sainte Mère de Dieu
Afin que nous devenions dignes des promesses du Christ.

Prions

Que ta grâce, Seigneur notre Père, se répande en nos cœurs. Par le message de l’ange, tu nous as fait connaître, l’incarnation de ton Fils bien-aimé. Conduis-nous, par sa passion et par sa croix, jusqu’à la gloire de la résurrection. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.


8:03:55 PM
Guide des élections fédérales de 2011 (CECC – Ottawa)… Alors que s’amorce la campagne électorale fédérale, la Commission pour la justice et la paix de la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC) vient de rendre public un document dans lequel les catholiques sont invités à exercer leur droit de vote avec discernement. Dans son « Guide des élections fédérales de 2011 », la Commission identifie quelques principes fondamentaux de l’enseignement moral et social catholique permettant de mieux analyser et évaluer les politiques et les programmes publics. Le respect de la vie et de la dignité de la personne humaine, la justice sociale, la promotion de la famille, la paix dans le monde et l’environnement constituent les principaux critères d’analyse du document. Tout en reconnaissant la possibilité que « l’électeur soit placé devant des choix difficiles », la Commission Justice et Paix rappelle que la conscience chrétienne bien formée ne permet à personne d’encourager par son vote la mise en œuvre d’un programme politique ou d’une loi dans lesquels le contenu fondamental de la foi et de la morale serait évincé par la présentation de propositions qui sont différentes de ce contenu ou qui lui sont contraires.
3:34:07 PM
Les moines de Thibirine Power point

Les soufis utilisaient une image pour parler de notre relation avec les musulmans. C'est une échelle à double pente. Elle est posée par terre et le sommet touche le ciel. Nous montons d'un côté, eux montent de l'autre côté, selon leur méthode. Plus on est proches de Dieu, plus on est proches les uns et des autres. Et réciproquement, plus on est proches les uns des autres, plus on est proches de Dieu. Toute la théologie est là-dedans!
1:54:31 PM

Benoît XVI invite les prêtres à reprendre le chemin du confessionnal « Benoît XVI invite les prêtres à reprendre le chemin du confessionnal, à redécouvrir la valeur pédagogique de la confession, pour eux-mêmes comme pour les pénitents, et à ne pas craindre l'abîme du mal », précise Radio Vatican avant d'ajouter : « Benoît XVI a encouragé les prêtres à ne pas avoir peur de connaître et d'une certaine manière de visiter l'abîme du cœur humain, y compris dans ses aspects les plus obscurs. Cet exercice peut, certes, mettre à l'épreuve l'humanité et même la foi du confesseur, mais il entretient en lui la certitude que Dieu a le dernier mot sur le mal de l'homme et de l'histoire et que la Miséricorde divine peut renouveler toute chose ».

Benoît XVI a en outre fait observer que « notre époque est caractérisée par le bruit, l'inattention et la solitude » : « Aujourd'hui personne ne sait plus écouter réellement, en profondeur. Le relativisme affaiblit l'introspection et la pratique sacramentelle. Le dialogue entre le pénitent et son confesseur représente une des rares occasions de se faire écouter en profondeur ».

« D'où l'urgence d'accorder davantage de place au ministère de la pénitence : accueillir et écouter, c'est aussi l'expression humaine de l'accueil et de la bonté de Dieu à l'égard de ses enfants », ajoute le pape.

« N'oublions pas, fait-il observer, combien de conversions et combien d'existences réellement saintes ont commencé par un confessionnal ! L'accueil de la pénitence et l'écoute des paroles : « Je t'absous de tes péchés » représentent enfin une vraie école d'amour et d'espérance, qui guide à la pleine confiance en Dieu Amour révélé en Jésus Christ, à la responsabilité et à l'engagement à la conversion continuelle ».
1:26:29 PM

Journal Missa

 Jeudi le 24 mars 2011
La consécration à Marie (de Louis-Marie Grignion de Montfort) Je vous choisis, aujourd’hui, ô Marie, en présence de toute la Cour Céleste, pour ma Mère et ma Reine. Je vous livre et consacre, en toute soumission et amour, mon corps et mon âme, mes biens intérieurs et extérieurs, et la valeur même de mes bonnes actions passées, présentes et futures, vous laissant un entier et plein droit de disposer de moi et de tout ce qui m’appartient, sans exception, selon votre bon plaisir, à la plus grande Gloire de Dieu, dans le temps et l’éternité. Louis-Marie Grignion de Montfort
7:09:53 PM
Sainte Thérèse de Lisieux
7:04:16 PM
Béatification de Jean-Paul II Sélection d'ouvrages Médiaspaul.
5:41:09 AM
Autres ressources utiles pour le Carême

Le Carême 2011 s’est amorcé le 9 mars et culminera avec la fête de Pâques le 24 avril prochain.

À cette occasion, le pape Benoît XVI a publié un message pastoral intitulé : « Ensevelis avec le Christ lors du Baptême, vous en êtes aussi ressuscités avec lui » (Col. 2, 12).

En plus du message du Saint-Père, le site web du service des Éditions de la CECC offre de nombreuses ressources aux personnes qui désirent vivre pleinement ce temps fort de l’année liturgique.


5:26:33 AM
Message de sa Sainteté Benoît XVI pour le carême 2011

«Ensevelis avec le Christ lors du Baptême,
vous en êtes aussi ressuscités avec lui»
(Cf. Col 2, 12)

Chers Frères et Sœurs,

Le Carême, qui nous conduit à la célébration de la Pâques très Sainte, constitue pour l’Eglise un temps liturgique vraiment précieux et important. Aussi est-ce avec plaisir que je vous adresse ce message, afin que ce Carême puisse être vécu avec toute l’ardeur nécessaire. Dans l’attente de la rencontre définitive avec son Epoux lors de la Pâque éternelle, la Communauté ecclésiale intensifie son chemin de purification dans l’esprit, par une prière assidue et une charité active, afin de puiser avec plus d’abondance, dans le Mystère de la Rédemption, la vie nouvelle qui est dans le Christ Seigneur (cf. Préface I de Carême).

1. Cette vie nous a déjà été transmise le jour de notre Baptême lorsque, «devenus participants de la mort et de la résurrection du Christ», nous avons commencé «l'aventure joyeuse et exaltante du disciple» (Homélie en la Fête du Baptême du Seigneur, 10 janvier 2010). Dans ses épîtres, Saint Paul insiste à plusieurs reprises sur la communion toute particulière avec le Fils de Dieu, qui se réalise au moment de l’immersion dans les eaux baptismales. Le fait que le Baptême soit reçu le plus souvent en bas-âge, nous indique clairement qu’il est un don de Dieu: Nul ne mérite la vie éternelle par ses propres forces. La miséricorde de Dieu, qui efface le péché et nous donne de vivre notre existence avec «les mêmes sentiments qui sont dans le Christ Jésus» (Ph 2,5), est communiquée à l’homme gratuitement.

Dans sa lettre aux Philippiens, l’Apôtre des Gentils nous éclaire sur le sens de la transformation qui s’effectue par la participation à la mort et à la résurrection du Christ, en nous indiquant le but poursuivi: «le connaître lui, avec la puissance de sa résurrection et la communion à ses souffrances, lui devenir conforme dans sa mort, afin de parvenir si possible à ressusciter d’entre les morts» (Ph 3, 10-11). Le Baptême n’est donc pas un rite du passé, il est la rencontre avec le Christ qui donne forme à l’existence toute entière du baptisé, lui transmet la vie divine et l’appelle à une conversion sincère, mue et soutenue par la Grâce, lui permettant ainsi de parvenir à la stature adulte du Christ.

Un lien spécifique unit le Baptême au Carême en tant que période favorable pour expérimenter la grâce qui sauve. Les Pères du Concile Vatican II ont lancé un appel à tous les Pasteurs de l’Eglise pour que soient «employés plus abondamment les éléments baptismaux de la liturgie quadragésimale» (Const. Sacrosanctum Concilium, 109). En effet, dès ses origines, l’Eglise a uni la Veillée Pascale et la célébration du Baptême: dans ce sacrement s’accomplit le grand Mystère où l’homme meurt au péché, devient participant de la vie nouvelle dans le Christ ressuscité, et reçoit ce même Esprit de Dieu qui a ressuscité Jésus d’entre les morts (cf. Rm 8,11). Ce don gratuit doit être constamment ravivé en chacun de nous, et le Carême nous offre un parcours analogue à celui du catéchuménat qui, pour les chrétiens de l’Eglise primitive comme pour ceux d’aujourd’hui, est un lieu d’apprentissage indispensable de foi et de vie chrétienne: ils vivent vraiment leur Baptême comme un acte décisif pour toute leur existence.

2. Pour emprunter sérieusement le chemin vers Pâques et nous préparer à célébrer la Résurrection du Seigneur – qui est la fête la plus joyeuse et solennelle de l’année liturgique –, qu’est-ce qui pourrait être le plus adapté si ce n’est de nous laisser guider par la Parole de Dieu? C’est pourquoi l’Eglise, à travers les textes évangéliques proclamés lors des dimanches de Carême, nous conduit-elle à une rencontre particulièrement profonde avec le Seigneur, nous faisant parcourir à nouveau les étapes de l’initiation chrétienne: pour les catéchumènes en vue de recevoir le sacrement de la nouvelle naissance; pour ceux qui sont déjà baptisés, en vue d’opérer de nouveaux pas décisifs à la suite du Christ, dans un don plus plénier.

Le premier dimanche de l’itinéraire quadragésimal éclaire notre condition terrestre. Le combat victorieux de Jésus sur les tentations qui inaugure le temps de sa mission, est un appel à prendre conscience de notre fragilité pour accueillir la Grâce qui nous libère du péché et nous fortifie d’une façon nouvelle dans le Christ, chemin, vérité et vie (cf. Ordo Initiationis Christianae Adultorum, n. 25). C’est une invitation pressante à nous rappeler, à l’exemple du Christ et en union avec lui, que la foi chrétienne implique une lutte contre les «Puissances de ce monde de ténèbres» (Ep 6,12) où le démon est à l’œuvre et ne cesse, même de nos jours, de tenter tout homme qui veut s’approcher du Seigneur: le Christ sort vainqueur de cette lutte, également pour ouvrir notre cœur à l’espérance et nous conduire à la victoire sur les séductions du mal.

L’évangile de la Transfiguration du Seigneur nous fait contempler la gloire du Christ qui anticipe la résurrection et annonce la divinisation de l’homme. La communauté chrétienne découvre qu’à la suite des apôtres Pierre, Jacques et Jean, elle est conduite «dans un lieu à part, sur une haute montagne» (Mt 17,1) afin d’accueillir d’une façon nouvelle, dans le Christ, en tant que fils dans le Fils, le don de la Grâce de Dieu: «Celui-ci est mon Fils bien-aimé, qui a toute ma faveur, écoutez-le» (v.5). Ces paroles nous invitent à quitter la rumeur du quotidien pour nous plonger dans la présence de Dieu: Il veut nous transmettre chaque jour une Parole qui nous pénètre au plus profond de l’esprit, là où elle discerne le bien et le mal (cf. He 4,12) et affermit notre volonté de suivre le Seigneur.

«Donne-moi à boire» (Jn 4,7). Cette demande de Jésus à la Samaritaine, qui nous est rapportée dans la liturgie du troisième dimanche, exprime la passion de Dieu pour tout homme et veut susciter en notre cœur le désir du don de «l’eau jaillissant en vie éternelle» (v.14): C’est le don de l’Esprit Saint qui fait des chrétiens de «vrais adorateurs», capables de prier le Père «en esprit et en vérité» (v.23). Seule cette eau peut assouvir notre soif de bien, de vérité et de beauté! Seule cette eau, qui nous est donnée par le Fils, peut irriguer les déserts de l’âme inquiète et insatisfaite «tant qu’elle ne repose en Dieu», selon la célèbre expression de saint Augustin.

Le dimanche de l’aveugle-né nous présente le Christ comme la lumière du monde. L’Evangile interpelle chacun de nous: «Crois-tu au Fils de l’homme?» «Oui, je crois Seigneur!» (Jn 9, 35-38), répond joyeusement l’aveugle-né qui parle au nom de tout croyant. Le miracle de cette guérison est le signe que le Christ, en rendant la vue, veut ouvrir également notre regard intérieur afin que notre foi soit de plus en plus profonde et que nous puissions reconnaître en lui notre unique Sauveur. Le Christ illumine toutes les ténèbres de la vie et donne à l’homme de vivre en «enfant de lumière».

Lorsque l’évangile du cinquième dimanche proclame la résurrection de Lazare, nous nous trouvons face au mystère ultime de notre existence: «Je suis la résurrection et la vie... le crois-tu? » (Jn 11, 25-26). A la suite de Marthe, le temps est venu pour la communauté chrétienne de placer, à nouveau et en conscience, toute son espérance en Jésus de Nazareth: «Oui Seigneur, je crois que tu es le Christ, le Fils de Dieu, qui vient dans le monde» (v.27). La communion avec le Christ, en cette vie, nous prépare à franchir l’obstacle de la mort pour vivre éternellement en Lui. La foi en la résurrection des morts et l’espérance en la vie éternelle ouvrent notre intelligence au sens ultime de notre existence: Dieu a créé l’homme pour la résurrection et la vie; cette vérité confère une dimension authentique et définitive à l’histoire humaine, à l’existence personnelle, à la vie sociale, à la culture, à la politique, à l’économie. Privé de la lumière de la foi, l’univers entier périt, prisonnier d’un sépulcre sans avenir ni espérance.

Le parcours du Carême trouve son achèvement dans le Triduum Pascal, plus particulièrement dans la Grande Vigile de la Nuit Sainte: en renouvelant les promesses du Baptême, nous proclamons à nouveau que le Christ est le Seigneur de notre vie, de cette vie que Dieu nous a donnée lorsque nous sommes renés «de l’eau et de l’Esprit Saint», et nous réaffirmons notre ferme propos de correspondre à l’action de la Grâce pour être ses disciples.

3. Notre immersion dans la mort et la résurrection du Christ, par le sacrement du Baptême, nous pousse chaque jour à libérer notre cœur du poids des choses matérielles, du lien égoïste avec la «terre», qui nous appauvrit et nous empêche d’être disponibles et accueillants à Dieu et au prochain. Dans le Christ, Dieu s’est révélé Amour (cf. 1 Jn 4,7-10). La Croix du Christ, le «langage de la Croix» manifeste la puissance salvifique de Dieu (cf. 1 Cor 1,18) qui se donne pour relever l’homme et le conduire au salut: il s’agit de la forme la plus radicale de l’amour (cf. Enc. Deus caritas est, 12). Par la pratique traditionnelle du jeûne, de l’aumône et de la prière, signes de notre volonté de conversion, le Carême nous apprend à vivre de façon toujours plus radicale l’amour du Christ. Le jeûne, qui peut avoir des motivations diverses, a pour le chrétien une signification profondément religieuse: en appauvrissant notre table, nous apprenons à vaincre notre égoïsme pour vivre la logique du don et de l’amour; en acceptant la privation de quelque chose – qui ne soit pas seulement du superflu –, nous apprenons à détourner notre regard de notre «moi» pour découvrir Quelqu’un à côté de nous et reconnaître Dieu sur le visage de tant de nos frères. Pour le chrétien, la pratique du jeûne n’a rien d’intimiste, mais ouvre tellement à Dieu et à la détresse des hommes; elle fait en sorte que l’amour pour Dieu devienne aussi amour pour le prochain (cf. Mc 12,31).

Sur notre chemin, nous nous heurtons également à la tentation de la possession, de l’amour de l’argent, qui s’oppose à la primauté de Dieu dans notre vie. L’avidité de la possession engendre la violence, la prévarication et la mort; c’est pour cela que l’Eglise, spécialement en temps de Carême, appelle à la pratique de l’aumône, c’est à dire au partage. L’idolâtrie des biens, au contraire, non seulement nous sépare des autres mais vide la personne humaine en la laissant malheureuse, en lui mentant et en la trompant sans réaliser ce qu’elle lui promet, puisqu’elle substitue les biens matériels à Dieu, l’unique source de vie. Comment pourrions-nous donc comprendre la bonté paternelle de Dieu si notre cœur est plein de lui-même et de nos projets qui donnent l’illusion de pouvoir assurer notre avenir? La tentation consiste à penser comme le riche de la parabole: «Mon âme, tu as quantité de biens en réserve pour de nombreuses années...». Nous savons ce que répond le Seigneur: «Insensé, cette nuit même, on va te redemander ton âme...» (Lc 19,19-20). La pratique de l’aumône nous ramène à la primauté de Dieu et à l’attention envers l’autre, elle nous fait découvrir à nouveau la bonté du Père et recevoir sa miséricorde.

Pendant toute la période du Carême, l’Eglise nous offre avec grande abondance la Parole de Dieu. En la méditant et en l’intériorisant pour l’incarner au quotidien, nous découvrons une forme de prière qui est précieuse et irremplaçable. En effet l’écoute attentive de Dieu qui parle sans cesse à notre cœur, nourrit le chemin de foi que nous avons commencé le jour de notre Baptême. La prière nous permet également d’entrer dans une nouvelle perception du temps: Sans la perspective de l’éternité et de la transcendance, en effet, le temps n’est qu’une cadence qui rythme nos pas vers un horizon sans avenir. En priant, au contraire, nous prenons du temps pour Dieu, pour découvrir que ses «paroles ne passeront pas» (Mc 13,31), pour entrer en cette communion intime avec Lui «que personne ne pourra nous enlever» (cf. Jn 16,22), qui nous ouvre à l’espérance qui ne déçoit pas, à la vie éternelle.

En résumé, le parcours du Carême, où nous sommes invités à contempler le mystère de la Croix, consiste à nous rendre «conformes au Christ dans sa mort» (Ph 3,10), pour opérer une profonde conversion de notre vie: nous laisser transformer par l’action de l’Esprit Saint, comme saint Paul sur le chemin de Damas; mener fermement notre existence selon la volonté de Dieu; nous libérer de notre égoïsme en dépassant l’instinct de domination des autres et en nous ouvrant à la charité du Christ. La période du Carême est un temps favorable pour reconnaître notre fragilité, pour accueillir, à travers une sincère révision de vie, la Grâce rénovatrice du Sacrement de Pénitence et marcher résolument vers le Christ.

Chers Frères et Sœurs, par la rencontre personnelle avec notre Rédempteur et par la pratique du jeûne, de l’aumône et de la prière, le chemin de conversion vers Pâques nous conduit à découvrir d’une façon nouvelle notre Baptême. Accueillons à nouveau, en ce temps de Carême, la Grâce que Dieu nous a donnée au moment de notre Baptême, afin qu’elle illumine et guide toutes nos actions. Ce que ce Sacrement signifie et réalise, nous sommes appelés à le vivre jour après jour, en suivant le Christ avec toujours plus de générosité et d’authenticité. En ce cheminement, nous nous confions à la Vierge Marie qui a enfanté le Verbe de Dieu dans sa foi et dans sa chair, pour nous plonger comme Elle dans la mort et la résurrection de son Fils Jésus et avoir la vie éternelle.

Du Vatican, le 4 novembre 2010

BENEDICTUS PP. XVI

© Copyright 2010 - Libreria Editrice Vaticana


5:23:56 AM

Journal Missa

 Mercredi le 23 mars 2011
Prières spéciales pour la paix en Terre Sainte Le Bureau de direction de la Conférence des évêques catholiques du Canada propose aux évêques du Canada que les célébrations du Chemin de Croix, le Vendredi saint, renferment des prières spéciales en faveur de la paix en Terre Sainte et à la grandeur du Moyen-Orient. Des suggestions de prière pour le Vendredi saint 2011 ont été préparées en français et en anglais. Les textes sont fournis en format Word (pour faciliter les adaptations éventuelles), ainsi qu’en format PDF (présenté sur un dépliant pouvant être imprimé sur papier 8 ½ X 11 pouces). Ils peuvent être téléchargés, adaptés et utilisés sans frais par les diocèses, paroisses, communautés religieuses ou tout autre organisme à but non lucratif.
6:12:43 AM

Journal Missa

 Mardi le 22 mars 2011
Témoignage de prêtres (Oeuvre des vocations du diocèse de Montréal)



Comment ai-je senti l'appel de Dieu à devenir prêtre? Et quelles sont les joies et défis de mon ministère?
7:12:44 PM
Recluses Missionnaires Video expliquant la mission/l'histoire des Recluses Missionnaires
6:19:33 AM

Journal Missa

 Mardi le 15 mars 2011
Le pape au clergé de Rome : le prêtre n’est pas un « administrateur »

Benoît XVI rencontre les prêtres du diocèse

 ROME, Jeudi 10 mars 2011 (ZENIT.org) - Le prêtre n'est pas un « administrateur », mais un homme choisi par Dieu pour imiter le Christ, qui sait comme lui être humble, aimer l'humanité, avoir une sensibilité pour les pauvres, soutenir avec courage l'Eglise là où elle est menacée.

Comme chaque année, Benoît XVI a rencontré ce jeudi les prêtres du diocèse de Rome, guidés par le cardinal vicaire Agostino Vallini, et leur a proposé une lectio divina sur le chapitre 20 des Actes des Apôtres, a rapporté Radio Vatican.

Le prêtre n'est pas « un patron de la foi », a affirmé le pape devant les prêtres romains. « On n'est pas prêtre à temps partiel ; on l'est toujours, de toute son âme, de tout son cœur ».

« C'est important : le prêtre ne prêche pas un christianisme à la carte, selon ses goûts, il ne prêche pas un Evangile selon ses idées préférées, selon ses idées théologiques : il ne peut se soustraire à une annonce totale, à toute la volonté de Dieu, même une volonté qui dérange, même les thèmes qui, personnellement ne me plaisent pas beaucoup », a ajouté Benoît XVI.

A partir du texte de saint Paul, a encore rapporté Radio Vatican, le pape a abordé le thème de la conversion. « Ne perdons pas le zèle, la joie d'être appelés par le Seigneur. La joie de pouvoir aller avec le Christ jusqu'au bout, toujours dans l'enthousiasme d'être appelés par le Christ pour ce grand service », a-t-il affirmé.

Pour Benoît XVI, le prêtre, comme saint Paul, ne doit pas penser à sa simple « survie biologique ». Se protéger est important, a-t-il expliqué, mais sans oublier que l'offrande de soi, même jusqu'au don de la vie, assimile le prêtre à son modèle, le Christ.

« Seul Dieu peut nous faire prêtres, seul Dieu peut choisir ses prêtres et si nous sommes choisis, nous sommes choisis par Lui », a poursuivi le pape. « Ici apparaît clairement le caractère sacramentel du presbytérat et du sacerdoce qui n'est pas une profession. C'est une élection de l'Esprit-Saint ».

Le prêtre, a-t-il ajouté, est appelé à « veiller » et à prier intensément. « Prier et méditer la Parole de Dieu n'est pas un temps perdu pour le soin des âmes, mais c'est la condition pour que nous puissions être réellement en contact avec le Seigneur et parler ainsi de première main du Seigneur aux autres ».

L'Eglise est menacée et le sera toujours, a encore affirmé le pape, selon Radio Vatican. « La vérité est plus forte que le mensonge, l'amour est plus fort que la haine, Dieu est plus fort que toutes les forces contraires à Dieu ». « Avec cette joie, avec cette certitude, prenons la route dans les consolations de Dieu et les persécutions du monde », a-t-il invité.


8:02:46 AM
We should trust ourselves to Christ and His mother, pray often, and say the Rosary. Then, although we have done little, we have done everythingJohn-Paul II - According to a periodical called Stimme des Glaubens, during a visit to Fulda, Germany, in November of 1980.
7:51:46 AM
Japon : le pape prie pour les victimes et leurs proches Restons unis dans la prière.
7:42:05 AM
Benoît XVI à l’Angélus : l’esclavage le plus grave est celui du péché Le pape a invité à reconnaître « humblement nos tentations » et à apprendre de Jésus « comment y résister, par la prière, le jeûne et le partage ». « Sorti vainqueur de cette lutte, le Christ ouvre notre cœur à l'espérance. Il nous conduit à la victoire sur les séductions du Mal et à la liberté qui est obéissance à sa Parole », a-t-il conclu.
7:40:06 AM
Exercices spirituels : une préparation à la béatification de Jean-Paul II « Les saints - a-t-il observé - étaient des personnes comme nous, avec leurs limites, leurs blessures, ils ont aussi commis des péchés mais à un moment donné, ils ont décidé de suivre Jésus jusqu'au bout ».
7:37:41 AM

Journal Missa

 Vendredi le 11 mars 2011
Des hommes et des dieux Des hommes et des dieux est un film dramatique français réalisé par Xavier Beauvois, mettant en scène les trois dernières années de la vie de sept moines trappistes du prieuré Notre-Dame de l'Atlas à Tibhirine, village de l'Ouest de l'Algérie, jusqu'à leur enlèvement, en 1996.
6:12:33 PM
Épitre aux Hébreux, chapitre 5 1 Tout grand prêtre, en effet, pris d'entre les hommes, est établi pour intervenir en faveur des hommes dans leurs relations avec Dieu, afin d'offrir dons et sacrifices pour les péchés. 2 Il peut ressentir de la commisération pour les ignorants et les égarés, puisqu'il est lui-même également enveloppé de faiblesse, 3 et qu'à cause d'elle, il doit offrir pour lui-même des sacrifices pour le péché, comme il le fait pour le peuple. 4 Nul ne s'arroge à soi-même cet honneur, on y est appelé par Dieu, absolument comme Aaron. 5 De même ce n'est pas le Christ qui s'est attribué à soi-même la gloire de devenir grand prêtre, mais il l'a reçue de celui qui lui a dit : Tu es mon fils, moi, aujourd'hui, je t'ai engendré ; 6 comme il dit encore ailleurs : Tu es prêtre pour l'éternité, selon l'ordre de Melchisédech. 7 C'est lui qui, aux jours de sa chair, ayant présenté, avec une violente clameur et des larmes, des implorations et des supplications à celui qui pouvait le sauver de la mort, et ayant été exaucé en raison de sa piété, 8 tout Fils qu'il était, apprit, de ce qu'il souffrit, l'obéissance ; 9 après avoir été rendu parfait, il est devenu pour tous ceux qui lui obéissent principe de salut éternel, 10 puisqu'il est salué par Dieu du titre de grand prêtre selon l'ordre de Melchisédech.
6:33:37 AM

Journal Missa

 Jeudi le 10 mars 2011
Livres Mystiques

Ce site s'adresse à tous les spirituels... gc


8:10:45 PM
LE LOGOS ET LA CREATION

LES MISSIONS DU VERBE

« Le Christ de par Dieu, a été fait pour nous sagesse, justice, sanctification, rédemption ».
  (Ière COR. I, 30)
 

I

LE LOGOS ET LA CREATION


    Les évangiles nous enseignent, et cet enseignement est confirmé par l’expérience intérieure de notre vie spirituelle, que l’homme qui est né de Marie, a  été crucifié sous Ponce-Pilate et est ressuscité le troisième jour, était l’Envoyé de Dieu, non pas un docteur ou un prophète comme tous ceux qui l’avaient précédé en Israël, mais le propre fils du Béni, engendré de sa Substance, descendu dans le monde pour laver dans la teinture de son sang l’humanité corrompue par la faute d’Adam, à la fois Rédempteur et Sanctificateur, mais aussi Celui qui viendra à la fin des temps juger les vivants et les morts pour la résurrection.

    Que le fils de Dieu, le Verbe lui-même, ait-pu s’incarner, prendre chère dans un corps humain et vivre d’une vie humaine, n’est-ce pas la preuve évidente qu’il y a antinomie, opposition fondamentale, hétérogénéité absolue entre la nature divine et la  nature humaine ? Que, de plus, le Verbe incarné ait parlé un langage humain intelligible à tous   ceux qui  l’ont entendu, n’est-ce pas aussi la  preuve évidente qu’il n’y a pas un abîme, un écart infranchissable entre la pensée divine et le langage humain ? Et, s’il en est ainsi, ne sommes-nous pas autorisés à conclure, par réciprocité, que la nature humaine et le langage humain possèdent quelques traits par où ils se raccordent à la nature divine et à la pensée divine, puisque la nature et le langage de l’homme se sont révélés aptes à recevoir la vie d’un Dieu, à exprimer la pensée d’un Dieu ?

    Faisons un pas de plus : Ce Dieu, qui s’est incarné et a parlé un langage humain, ce n’est pas le Père, mais le Fils, il y a donc une sorte d’appropriation spéciale du Fils à l’égard de la nature humaine, une accommodation, pour ainsi dire, de la nature divine dans le Fils à la nature humaine. Et quelle raison plus profonde peut-on donner de cette accommodation, sinon précisément d’admettre que c’est le Fils qui a créé l’homme à son image et à sa ressemblance ? Mais le Fils n’est-il pas à son tour l’Image du Père (1) ? C’est donc sous le même angle que nous devons envisager à la fois l’Incarnation, la Création et la Génération éternelle du Verbe en Dieu.

    Une première remarque s’impose : le Fils est l’unique engendré du Père ; en dehors du Fils il n’y a pas proprement de génération en Dieu. Or ce fils est engendré comme Verbe ou Logos, donc comme Intelligence éternelle et infinie. Puisque l’engendré est Intelligence ou Verbe, que peut être le générateur ou le Père sinon une pensée, éternelle et infinie, qui, en se pensant elle-même dans l’immanence de sa Substance, engendre sa Parole ? C’est donc parce que Dieu le Père est essentiellement Pensée et rien que Pensée que son acte éternel de fécondité a produit et n’a produit qu’une Intelligence, un Verbe (2). 
   
Ajoutons que c’est seulement dans le Verbe et par le Verbe que cette pensée divine, éternelle et infinie, se manifeste et devient en quelque sorte extérieure à elle-même, comme en une Figure qui l’objective ou une Image qui la représente. « Ce qu’il y a d’invisible dans le Fils, disait Saint Irénée, c’est le Père ; ce qu’il y a de visible dans le Père, c’est le Fils » (3). Personne n’a vu le Père, si ce n’est le Fils qui est venu le révéler au monde ; mais ceux qui ont vu le Fils ont vu le Père : c’est donc bien que le Fils est l’image du Père. Or la raison d’être d’une image, ce n’est pas seulement de reproduire exactement les traits de l’objet ou de la personne dont elle est l’image ; c’est d’être à son tour un objet de vision, de manifester dans une forme ou une figure qui lui soit adéquate celui dont elle est la représentation. En ce sens il est juste de dire que l’image dépend de son modèle. Tout ce que possède le Père, le Fils le possède aussi ; mais le Fils n’a rien de plus que ce qu’a le Père ; et, parce qu’il le révèle, il ne peut que répéter ce qu’il a appris du Père et faire la volonté de celui qui l’a envoyé. C’est d’ailleurs pour ce motif qu’il est témoin fidèle et que son témoignage est véridique.

    Comment cette Image, qui est la manifestation du Dieu invisible, sera-t-elle visible elle-même ? Une image ne peut apparaître, devenir visible que dans la lumière. Mais l’Esprit-Saint n’est-il pas précisément la Lumière de Dieu ? Si le Fils est l’Image du Père, il ne peut l’être que dans l’Esprit : c’est dans la Lumière de l’Esprit que le Fils est l’Image du Père (4). Et nous comprenons ainsi pourquoi le Fils seul est Image et non pas l’Esprit ; et aussi pourquoi il faut trois personnes dans la substance éternelle pour fermer le cercle où se meut la vie intérieure de Dieu.

    Ajoutons que le Fils est engendré de la Substance du Père, car c’est seulement selon la nature ou la substance que s’accomplit toute génération ; mais le Fils ne peut être Image qu’autant que le Père veut la Lumière dans laquelle il réfléchira l’Image de sa propre substance. Si, par conséquent, le Fils est engendré de la substance du Père, l’Esprit-Saint ne sera pas engendré : il procédera et il procédera, non pas de la substance, mais de l’éternelle volonté du Père. Cette procession s’effectuera, toutefois, dans la substance même du Père ; sinon l’Image qui doit se manifester dans cette Lumière ne pourrait plus être dite engendrée de la Substance du père (5).

        D’un autre côté, il faut dire que l’Esprit procède également du Fils, car le Fils n’est pas une image muette, un reflet dans un miroir, une peinture immobile sur un tableau. Parce qu’il est né de la Substance divine, il est Vie et il porte en lui la splendeur du Père. De même qu’il est fécondité de la Vie, il est donc rayonnement de Lumière ; et la Lumière que veut le Père pour manifester son Image, c’est la Lumière même dont rayonne cette image. La Lumière du Père est aussi la Lumière du Fils et cette Lumière qui les enveloppe tous deux dans la splendeur de la gloire, c’est probablement l’Esprit-Saint. Et cet Esprit, à son tour, sera justement qualifié de Don, puisque c’est le don de la Lumière qui constituera la grâce sanctifiante et fera des élus les enfants du Père et les frères du Fils premier-né.

    Ce caractère « révélateur » des deux Personnes divines, Fils et Saint-Esprit, comme Image et Lumière de l’Invisible, explique leurs missions, c’est à dire leur aptitude à être envoyées ; car, si elles manifestent la substance du Dieu caché, ce n’est pas seulement pour Lui, qui se possède de toute éternité, c’est aussi pour l’Univers qu’il a Créé et auquel il envoie sa parole et son Don. De même en effet que, en sa qualité de Don, l’Esprit a une face tournée vers les créatures, le Fils, en sa qualité d’Image, est la cause exemplaire de toute la création : le Fils et l’Esprit sont, selon l’expression de Saint Irénée, « les deux mains du Père ».

    En ce qui concerne plus particulièrement le Fils, le fait que c’est Lui et non pas le Père qui s’est manifesté aux hommes (6) nous a déjà fait entrevoir une solution au problème de la création. En effet, si le Père demeure pour nous dans la vie présente le Dieu invisible et caché, il n’en est pas moins vrai que les Anges ne cessent dans le Ciel d’apercevoir sa face (7). N’en soyons pas surpris ; nous savons que le monde évangélique émane directement du Père et que nous n’aurons à notre tour la vision du Père qu’après la résurrection, lorsque nous serons entrés en possession de notre corps de gloire, parce que, revêtus de ce corps, nous pourrons être admis dans le Royaume de Dieu. Si donc nous avons reçus la visite du Fils en un corps de chair, c’est parce que l’Univers des choses créées émane de Lui et non pas directement du Père : les mondes de Vie sont l’œuvre du Fils. Si ces mondes de Vie, créés à l’origine des Temps, sont devenus, par la faute de l’homme coupable, des mondes de dissolution et de mort, ils n’en restent pas moins dans la sphère de domination du Verbe ; mais les conditions de son Incarnation, telle qu’elle avait été conçue dans les primitifs desseins de Dieu, en ont été modifiées : du Christ glorieux qu’il devait être, il est devenu le Christ douloureux qui s’est offert en sacrifice pour la rédemption des pêcheurs (8).

    Si la création de l’Univers est l’œuvre du Fils, ne serait-elle pas déjà, en un certain sens, une première Incarnation du Verbe ? Parce qu’il est en dehors de Dieu, comme un objet de vision en face du voyant, l’Univers est nécessairement d’une autre nature que Dieu ; sinon il serait en Lui. Or Dieu est essentiellement Pensée ; l’Univers sera donc objet de pensée et c’est dans ce caractère d’objectivité que réside le fondement métaphysique de l’étendue ou de la matière. Mais l’objectivité de l’univers, si elle en fonde la matérialité, appartient, dans sa réalité intrinsèque et par son origine, à l’ordre de l’Intelligible : elle doit être fondée, à son tour, dans une Intelligence. Et, si cette Intelligence est le Verbe divin, centre du monde intelligible, source de tous les possibles, foyer de vie universelle, le monde de l’étendue nous apparaîtra, dans sa racine, comme une objectivation de la Pensée de Dieu, telle qu’elle est représentée dans l’Intelligence éternelle et infinie du Verbe.

    Ainsi le monde de l’étendue n’est pas autre chose, en suprême analyse, que l’extériorisation dans l’espace infini, qui est le Rien, de tout l’intelligible contenu dans le Verbe à l’état de possible immanent ; il est, à la lettre, une incarnation de ce Verbe, le Christ cosmique (9). L’homme Jésus sera une seconde incarnation du Verbe, mais renfermée dans les limites d’un corps de chair ; et la figure de ce Christ humain sera l’exact équivalent de la figure du Christ cosmique, s’il est vrai que le microcosme est identique en essence au macrocosme et que l’Adam terrestre a été créé à l’image de l’Adam céleste.

 ---------------------------------------------------------------------------------------------------
(1)  « Imago Dei invisibilis » (Coloss. I, 15).

(2)  Cf. sur ce point nos Thèses pour une conception de la vie de l’esprit. Paris. 1929

(3)  Adv. Hoeres. IV. 6, 6 « Le Père, dit encore St. Irénée, est pour nous invisible et indéterminable. Mais son Logos le connaît, et, tandis que le Père est inénarrable, le Logos nous le raconte. Le Fils révèle la connaissance du Père par sa manifestation. La connaissance du Père est la manifestation du Fils, car toutes choses sont manifestées par le Logos » (loc. Cit. P 3).

(4)  « Il est impossible, dit St Basile, de voir l’Image du Dieu invisible, sinon dans l’illumination de l’Esprit. N’est-il pas impossible de séparer se l’image la lumière même de l’image, puisqu’en même temps qu’on voit les objets on voit de toute nécessité la lumière qui les fait voir ? Concluons donc : d’une part, c’est par l’illumination de l’Esprit que nous voyons la splendeur de la gloire de Dieu ; d’autre part, c’est par l’empreinte que nous sommes élevés jusqu'à la connaissance de Celui dont cette empreinte est la rigoureuse effigie ». (Lettre à St Amphiloque sur l’Esprit P 64).

(5)  C’est par l’opération du Saint-Esprit que le Fils s’incarnera dans le sein de la Vierge ; c’est aussi par l’opération du Saint-Esprit que le Fils a été éternellement engendré du Père comme son Image et l’empreinte de sa substance. C’est enfin par l’opération du Saint-Esprit que le christ s’incarnera mystiquement dans chacune des âmes humaines pour une nouvelle naissance.

(6)  Les Théophanies de l’Ancien Testament ne doivent-elles pas dès lors être attribuées au Fils, comme l’a soutenu toute la patristique, jusqu'à la seconde moitié du IV e siècle ?

(7)   Mathieu, XVIII, 10.

(8)  Cf. sur ces points notre Discours sur le Mystère du Royaume de Dieu. Paris, 1928.

(9)  « Dans la sphère de l’éternel et du divin, dit Soloviev, le Christ est l’éternel centre spirituel de l’organisme universel » (Leçons sur l’Humanité-Dieu, trad. Severac).

Source
 


7:59:53 PM

Journal Missa

 Mardi le 8 mars 2011
Charles de Foucauld Extraits de Fêtes et Saisons juin/juillet 2002
3:19:14 PM
Mercredi des Cendres : Célébrations présidées par Benoît XVI Mercredi 9 mars, mercredi des Cendres, et donc jour d'entrée en carême pour l'Église catholique, le pape Benoît XVI célébrera le rite d'imposition des Cendres en la basilique Sainte-Sabine sur l'Aventin dans l'après midi.
2:36:00 PM
Unité des chrétiens : Des Luthériens souhaitent la pleine communion

Des groupes de Luthériens demandent au pape un « ordinariat » pour entrer en pleine communion avec l'Eglise catholique, a confirmé le P. Hermann Geissler, de la Congrégation pour la doctrine de la foi, dans un entretien avec la revue « The Portal », revue officielle de l'ordinariat des Anglicans du Royaume Uni, dans son édition de mars 2011.

Ils souhaitent la possibilité d'entrer en pleine communion avec l'Eglise catholique dans des ordinariats catholiques semblables aux ordinariats institués par Benoît XVI pour les Anglicans.

« Le Saint-Père fera tout ce qu'il peut pour conduire d'autres chrétiens à l'unité...


2:31:01 PM
Des prêtres nouveaux pour la nouvelle évangélisation, par le card. Piacenza

Pour le cardinal Piacenza, « un monde déchristianisé demande une nouvelle évangélisation, mais une nouvelle évangélisation réclame des prêtres « nouveaux », non pas certes au sens de l'élan superficiel de chaque mode passagère et éphémère, mais au sens d'un coeur profondément renouvelé par chaque Sainte Messe ; renouvelé à la mesure de la charité du Sacré Coeur de Jésus, Prêtre et Bon Pasteur. »

Il souligne comme « particulièrement urgente » la « conversion du bruit au silence, de notre essoufflement dans le « faire » au « rester » avec Jésus, en participant à Son être toujours plus consciemment » et il rappelle que « chaque agir pastoral doit toujours être un écho et une dilatation de ce qu'est le Prêtre ! »

« Nous devons nous convertir à la communion, ajoute le cardinal Piacenza, redécouvrant ce qu'elle est réellement : communion avec Dieu et avec l'Église, et, en elle, avec les frères ».

Autre conversion : « Nous devons nous convertir à la participation quotidienne au Sacrifice du Christ sur la Croix. De même qu'il a prononcé et réalisé parfaitement cette substitution vicaire, qui a rendu possible et efficace notre Salut, ainsi chaque prêtre, alter Christus, est appelé à la suite des grands saints à vivre en première personne le mystère de cette substitution, au service de ses frères ; cela se réalise surtout dans la célébration fidèle du Sacrement de la Réconciliation, recherché pour soi-même et généreusement proposé aux frères, en même temps que la direction spirituelle, et dans l'offrande quotidienne de sa vie en réparation des péchés du monde ».

Et de conclure : « Parfois, l'effort est vraiment grand, et nous faisons l'expérience d'être en petit nombre, par rapport aux besoins de l'Église. Mais, si nous ne nous convertissons pas, nous serons toujours moins, parce que seul un prêtre renouvelé, converti, « nouveau », devient un instrument à travers lequel l'Esprit appelle les nouveaux prêtres. »


2:29:27 PM

Journal Missa

 Samedi le 5 mars 2011
Italie : vers le droit à l’objection de conscience des pharmaciens Le Comité national italien de bioéthique a reconnu le droit à l’objection de conscience des pharmaciens pour la vente de la "pilule du lendemain", celle-ci étant "liée à une finalité de type abortif". Il a garanti en même temps aux femmes le droit d’obtenir ce produit.

"La reconnaissance de l’objection de conscience pour les pharmaciens exprimée par le Comité national pour la bioéthique, relativement à la vente de la pilule du lendemain, est un nouveau pas en avant important pour une admission définitive du droit à l’objection de conscience du pharmacien et des auxiliaires de pharmacies", a commenté Lucio Romano, co-président de l’Association "Scienza et Vita".
5:10:34 AM
Benoît XVI met en garde contre les risques des nouveaux langages de communication Benoît XVI a jugé que le monde vivait une transformation culturelle. "Les nouveaux langages qui se développent dans la communication numérique, a estimé le pape, déterminent une capacité plus intuitive et émotive qu’analytique, et orientent vers une organisation logique différente de la pensée et du rapport avec la réalité, et privilégient souvent l’image".... "la culture numérique présente de nouveaux défis lorsqu’il s’agit de parler et d’écouter un langage symbolique qui parle de la transcendance"

Le site Vatican News sera en ligne d’ici Pâques
D’ici Pâques, Vatican News, un nouveau portail multimédia, où afflueront les nouvelles publiées par L’Osservatore Romano, par Radio Vatican et par l’agence missionnaire Fides, sera en ligne, a annoncé Mgr Claudio Maria Celli, président du Conseil pontifical pour les communications sociales, au cours de l’Assemblée plénière de son dicastère, ouverte le 28 février 2011. Des propos rapportés le 1er mars 2011, par L’Osservatore Romano.

Selon le quotidien du Vatican, l’un des buts inédits de "Vatican News" sera de donner une plus grande visibilité à "des problématiques ou à des situations qui concernent la communion ecclésiale dans différents pays". Autre nouveauté : un prêtre de langue arabe collaborera avec le Conseil pontifical pour les communications sociales.
5:07:27 AM
Gaz de schiste au Québec : des groupes chrétiens demandent à leur tour un moratoire

Les membres du Réseau œcuménique Justice et Paix (ROJeP) se disent vivement préoccupés par l’exploration et l’exploitation des gaz de schiste. Dans un communiqué de presse émis le 25 février, le ROJeP souligne que « porter atteinte au territoire, c’est mépriser la population qui l’habite ».

« Nous refusons de céder aux pressions de l’industrie en raison du danger que représente pour l’environnement et la santé des citoyens du Québec cette source d’énergie fossile, indique le communiqué. Nous le faisons sur la base de nos convictions éthiques concernant la prépondérance du droit de la population à son bien-être et au respect de son territoire sur les privilèges concédés à l’industrie. »

À l'instar de plusieurs citoyens, les membres du ROJeP déplorent que le gouvernement québécois refuse d'imposer un moratoire sur l'exploitation des gaz de schiste. Ils estiment que « les instances gouvernementales ont plutôt essayé d’imposer leur projet au nom d’un objectif trompeur de « développement économique » qui risquerait fort de profiter d’abord et avant tout aux entreprises et aux investisseurs ».

Le communiqué évoque les dangers pour l'environnement, mais met surtout en garde contre un changement de paradigme dans la gestion des ressources naturelles au Québec. « Les citoyens du Québec doivent impérativement savoir que cette industrie ne peut être rentable que si elle est intensive : il s’agit là d’un virage majeur dans la gestion des ressources collectives qui n’a pas fait l’objet d’un débat public. Ce manque de transparence a été dénoncé comme il se devait, et nous partageons cette indignation », écrit le ROJeP.

Le Réseau œcuménique Justice et Paix (ROJeP) est formé de « groupes enracinés dans la foi chrétienne et engagés dans la promotion de la justice, de la paix et de l’intégrité de la création ».

Des signatures qui ont du poids
La liste des signataires de ce communiqué donne du poids à la démarche. Plusieurs acteurs d'envergure du monde chrétien québécois ont signé le document. C'est notamment le cas de la Conférence religieuse canadienne, qui regroupe tous les supérieur(e)s de communautés religieuses au pays. Voici la liste des signataires en ordre alphabétique :

1.       Bureau de justice sociale des Sœurs de Ste Anne  (BJS-SSA)
2.       Carrefour de participation, ressourcement et formation (CPRF)
3.       Centre culturel chrétien de Montréal (CCCM)
4.       Centre de formation sociale Marie-Gérin-Lajoie
5.       Centre justice et foi
6.       Comité de solidarité sociale Sainte-Croix
7.       Comité Justice Québec de la Conférence religieuse canadienne
8.       Comité pour les droits humains en Amérique latine (CDHAL)
9.       Commission justice, paix et intégrité de la création (Petites Sœurs de l'Assomption)
10.    Conférence religieuse canadienne (CRC)
11.    Conseil des églises pour la justice et la criminologie
12.    Développement et paix
13.    Fondation Béati
14.    Groupe de théologie contextuelle du Québec (GTCQ)
15.    Groupe Solidarité Justice
16.    Groupe Solidarité Justice SNJM  (Sœurs des Saints Noms de Jésus et Marie)
17.    Jeunesse du Monde
18.    Justice écologie tendresse (JET)
19.    L’Entraide missionnaire
20.    Mission communautaire de Montréal (Église Unie)
21.    Mouvement des Travailleurs Chrétiens (MTC)
22.    Pastorale Sociale du Diocèse de Montréal
23.    Pastorale sociale du Diocèse de Saint-Hyacinthe
24.    Pastorale sociale du Diocèse de Valleyfield
25.    Programme Église verte
26.    Service de promotion humaine du Diocèse de Saint-Jean-Longueuil
27.    Société religieuse des amis (Quaker)
28.    Table diocésaine des agents et agentes de pastorale sociale  de secteurs (Montréal)


4:59:10 AM

Journal Missa

 Mercredi le 2 mars 2011
Lambert Wilson: confession intime « Des hommes et des dieux » lui ont offert le rôle de sa vie. Mais celui qui a été baptisé par l’abbé Pierre reste un être tourmenté. Un entretien avec Jean-Marie Rouart, de l’Académie Française - Paris Match
4:20:24 AM

 Archives depuis le 7 octobre 2017 | Journal Missa sur Typepad |
 Archives 2017 | 01-10 |
 Archives 2016 | 01-12 |
 Archives 2015 | 01-12 |
 Archives 2014 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2013 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2012 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2011 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2010 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2009 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2008 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2007 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2006 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2005 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2004 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2003 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2002 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2001 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 |




© 1996-2017 missa.org Tous droits réservés | Réalisation
Version pour
imprimante  Imprimer
Commentaires
Recommander
Menu