www.missa.org

Liturgie du jour

Actualités

Vocation sacerdotale

Calendrier liturgique

Dans la prière, tirez le nom d'un saint



webmstr

mismenuann

Prières usuelles

Le Rosaire

Le sacrement de réconciliation et le dialogue avec un prêtre

La confession

Liturgie des heures

Lectionnaire

Comment m'engager dans ma communauté chrétienne pdf

ecathmontreal.png

ecdqtv_logo.jpg

Accueil Spiritualité


Journal Missa

 Archives de août 2007 Journal Missa

 Lundi le 27 août 2007
Sainte Monique (387) et Saint Augustin (430), la mère et le fils docteur de l'église. (RS), par Raymond Beaugrand-Champagne
4:56:49 PM
Le Christ nous appelle à voir la lumière sur nous-même - Averti par mes lectures à faire un retour sur moi-même, je suis entré dans le fond de mon coeur, sous ta conduite. Je l’ai pu parce que tu t’es fait mon soutien. J'y suis entré, et j’ai vu, de je ne sais quel oeil, plus haut que ma pensée, une lumière immuable. Ce n'était pas la lumière ordinaire que perçoivent les yeux du corps, ni une lumière du même genre mais plus puissante, plus éclatante, remplissant tout de son immensité. Non, ce n'était pas cela, mais une lumière différente, très différente de tout cela. Elle n'était pas non plus au-dessus de ma pensée comme l'huile surnage au-dessus de l'eau, ni comme le ciel s'étend au-dessus de la terre. Elle était au-dessus parce que c’est elle-même qui m'a fait ; et moi au-dessous, parce que je suis son ouvrage. Pour la connaître, il faut connaître la vérité ; et celui qui la connaît, connaît l'éternité ; c'est la charité qui la connaît. O éternelle vérité, vraie charité, chère éternité ! Tu es mon Dieu, et je soupire après toi jour et nuit. Quand j’ai commencé à te connaître, tu m’as élevé vers toi pour me montrer que j'avais encore bien des choses à comprendre et combien j'en étais encore incapable. Tu m'as fait voir la faiblesse de mes regards, en lançant sur moi ta splendeur, et j'ai frémi d'amour et d'effroi. J’ai découvert que j’étais loin de toi, dans la région de la dissemblance, et ta voix me venait, comme des hauteurs : « Je suis le pain des grands ; grandis, et tu me mangeras. Et ce n'est pas toi qui me changeras en toi, comme cela se passe pour la nourriture de ta chair ; mais toi, tu seras changé en moi ».
Saint Augustin (354-430), évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l'Église Confessions, VII, 10
4:55:00 PM
SAINTE MONIQUE Mère de Saint Augustin (332-388) A l'heure où sont trop oubliés les devoirs de la jeune fille, de l'épouse et de la mère chrétiennes, il est utile de rappeler les vertus de cette admirable femme. Ce que nous en savons nous vient de la meilleure des sources, son fils Augustin. Monique naquit à Tagaste, en Afrique, l'an 332. Grâce aux soins de parents chrétiens, elle eut une enfance pure et pieuse, sous la surveillance sévère d'une vieille et dévouée servante. Encore toute petite, elle aimait aller à l'église pour y prier, elle cherchait la solitude et le recueillement; parfois elle se levait même la nuit et récitait des prières. Son coeur s'ouvrait à l'amour des pauvres et des malades, elle les visitait, les soignait et leur portait les restes de la table de famille; elle lavait les pieds aux pauvres et aux voyageurs. Toute sa personne reflétait la modestie, la douceur et la paix. A toutes ces grâces et à toutes ces vertus, on aurait pu prévoir que Dieu la réservait à de grandes choses. Dieu, qui a ses vues mystérieuses, permit cependant qu'elle fût donnée en mariage, à l'âge de vingt-deux ans, à un jeune homme de noble famille, mais païen, violent, brutal et libertin, presque deux fois plus âgé qu'elle, et dont elle eut beaucoup à souffrir, ainsi que de sa belle-mère. Dans cette situation difficile, Monique fut un modèle de patience et de douceur; sans se plaindre jamais, elle versait en secret les larmes amères où se trempait sa vertu. C'est par ces beaux exemples qu'elle conquit le coeur de Patrice, son époux, et lui obtint une mort chrétienne, c'est ainsi qu'elle mérita aussi de devenir la mère du grand saint Augustin. Monique, restée veuve, prit un nouvel essor vers Dieu. Vingt ans elle pria sur les débordements d'Augustin, sans perdre courage et espoir. Un évêque d'Afrique, témoin de sa douleur, lui avait dit: "Courage, il est impossible que le fils de tant de larmes périsse!" Dieu, en effet, la récompensa même au-delà de ses désirs, en faisant d'Augustin, par un miracle de grâce, l'une des plus grandes lumières de l'Église et l'un de ses plus grands Saints. Monique, après avoir suivi Augustin en Italie, tomba malade à Ostie, au moment de s'embarquer pour l'Afrique, et mourut à l'âge de cinquante-six ans. Augustin pleura longtemps cette mère de son corps et de son âme. Le corps de sainte Monique a été transporté à Rome dans l'église de Saint-Augustin, en 1430. Cette femme illustre a été choisie comme patronne des mères chrétiennes. Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950.
4:52:08 PM
Lectionnaire

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Thessaloniciens 1,1-5.8-10.

Nous, Paul, Silvain et Timothée, nous nous adressons à vous, l'Église de Thessalonique qui est en Dieu le Père et en Jésus Christ le Seigneur. Que la grâce et la paix soient avec vous.
A tout instant, nous rendons grâce à Dieu à cause de vous tous, en faisant mention de vous dans nos prières.
Sans cesse, nous nous souvenons que votre foi est active, que votre charité se donne de la peine, que votre espérance tient bon en notre Seigneur Jésus Christ, en présence de Dieu notre Père.
Nous le savons, frères bien-aimés de Dieu, vous avez été choisis par lui.
En effet, notre annonce de l'Évangile chez vous n'a pas été simple parole, mais puissance, action de l'Esprit Saint, certitude absolue : vous savez comment nous nous sommes comportés chez vous pour votre bien.
Et ce n'est pas seulement en Macédoine et dans toute la Grèce qu'à partir de chez vous la parole du Seigneur a retenti, mais la nouvelle de votre foi en Dieu s'est si bien répandue partout que nous n'avons plus rien à en dire.
En effet, quand les gens parlent de nous, ils racontent l'accueil que vous nous avez fait ; ils disent comment vous vous êtes convertis à Dieu en vous détournant des idoles, afin de servir le Dieu vivant et véritable,
et afin d'attendre des cieux son Fils qu'il a ressuscité d'entre les morts, Jésus, qui nous délivre de la colère qui vient.


Psaume 149(148),1-6.9.

Alléluia ! Chantez au Seigneur un chant nouveau, louez-le dans l'assemblée de ses fidèles !
En Israël, joie pour son créateur ; dans Sion, allégresse pour son Roi !
Dansez à la louange de son nom, jouez pour lui, tambourins et cithares !
Car le Seigneur aime son peuple, il donne aux humbles l'éclat de la victoire.
Que les fidèles exultent, glorieux, criant leur joie à l'heure du triomphe.
Qu'ils proclament les éloges de Dieu, tenant en main l'épée à deux tranchants.
leurs appliquer la sentence écrite, c'est la fierté de ses fidèles. Alléluia !


Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 23,13-22.

Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous fermez à clé le Royaume des cieux devant les hommes ; vous-mêmes n'y entrez pas, et ceux qui essayent d'y entrer, vous ne leur permettez pas d'entrer !

Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous parcourez la mer et la terre pour faire un seul converti, et quand vous y avez réussi, vous en faites un homme voué à la géhenne, deux fois pire que vous !
Malheureux êtes-vous, guides aveugles, vous qui dites : 'Si l'on fait un serment par le Temple, il est nul ; mais si l'on fait un serment par l'or du Temple, on doit s'en acquitter.'
Insensés et aveugles ! Qu'est-ce qui est le plus important : l'or ? ou bien le Temple par lequel cet or devient sacré ?
Vous dites encore : 'Si l'on fait un serment par l'autel, il est nul ; mais si l'on fait un serment par l'offrande posée sur l'autel, on doit s'en acquitter.'
Aveugles ! Qu'est-ce qui est le plus important : l'offrande ? ou bien l'autel par lequel cette offrande devient sacrée ?
Celui qui fait un serment par l'autel fait donc un serment par l'autel et par tout ce qui est posé dessus ;
et celui qui fait un serment par le Temple fait un serment par le Temple et par Celui qui l'habite ;
et celui qui fait un serment par le ciel fait un serment par le trône divin et par Celui qui siège sur ce trône.

4:49:52 PM
J’avance comme un âne…
4:48:25 PM
Collège cardinalice : Benoît XVI pourrait convoquer un consistoire Rumeurs pour novembre ROME, Lundi 27 août 2007 (ZENIT.org) – Avec le départ du cardinal Gagnon, le collège cardinalice compte 181 membres dont 105 électeurs et 76 non électeurs, de plus de 80 ans : un consistoire pourrait être convoqué par Benoît XVI pour la création de nouveaux cardinaux. Le « plafond » prévu pour le nombre des cardinaux électeurs étant de 120, Benoît XVI pourrait en effet envisager de convoquer un consistoire pour la création d’au moins 15 nouveaux cardinaux, probablement plus compte tenu des prochains anniversaires de cardinaux qui approchent des 80 ans, notamment le Doyen du collège cardinalice et ancien secrétaire d’Etat, le cardinal Angelo Sodano et le cardinal Edmund Casimir Szoka. Selon des rumeurs parues dans la presse italienne, ce consistoire pourrait être annoncé en octobre et se tenir au Vatican en novembre. Ce serait le deuxième consistoire du pontificat de Benoît XVI, après le consistoire du vendredi 24 mars 2006, à l’occasion de la fête de l’Annonciation. Le pape avait présidé place Saint-Pierre le premier consistoire ordinaire et public de son pontificat pour la création de 15 nouveaux cardinaux de quatre continents et 19 pays (cf. Zenit du 23 mars 2006). Parmi les archevêques de sièges cardinalices susceptibles de recevoir la barrette de cardinal figurent notamment les archevêques de Paris, Mgr André Vingt-Trois, de Varsovie, Mgr Kazimierz Nycz, de Gênes, Mgr Angelo Bagnasco, que le pape a nommé président de la conférence épiscopale italienne, de Sao Paulo, Mgr Odilo Scherer et de Washington DC, Mgr Donald William Wuerl. Parmi les postes cardinalices au Vatican se trouvent celui de Mgr Leonardo Sandri, préfet de la congrégation pour les Églises Orientales, ou celui de Mgr Stanislas Rylko, président du conseil pontifical pour les Laïcs. En outre, le pape pourrait élever à la dignité cardinalice des évêques ou prêtres de plus de 80 ans.
4:46:41 PM
EWTN Live

Real Video
28k to 100k
300k
500k

Windows Media
28k to 100k
300k
500k
4:34:19 PM
Décès du Cardinal Édouard Gagnon - Le 25 août 2007 à Montréal, M. le cardinal Édouard Gagnon, P.S.S., président émérite du Conseil pontifical pour les Congrès eucharistiques et évêque émérite de Saint-Paul, en Alberta, est décédé à l'âge de 89 ans. Né le 15 janvier 1918, à Port-Daniel, au Québec, il avait été ordonné prêtre de Saint-Sulpice (Sulpiciens) le 15 août 1940. Le 19 février 1969, le pape Paul VI le nommait évêque du diocèse de Saint-Paul. Trois ans plus tard, le Saint-Père acceptait sa démission comme évêque de Saint-Paul et lui confiait de nouvelles tâches au sein de la Curie romaine. Au Saint-Siège, il occupera d'ailleurs différents postes, assurant entre autres la présidence du Conseil pontifical pour la famille et plus récemment celle du Conseil pontifical pour les Congrès eucharistiques et ce, pendant de nombreuses années. Le pape Jean-Paul II l'avait créé cardinal en 1985. Les informations concernant les funérailles du Cardinal Édouard Gagnon seront rendues publiques sous peu.

Canada : Hommage de Benoît XVI au défunt cardinal Gagnon P.S.S. « Compétence » et « dévouement » au service de la formation des prêtres ROME, Lundi 27 août 2007 (ZENIT.org) Benoît XVI a rendu hommage à la « compétence » et au « dévouement » du cardinal Gagnon, canadien, en particulier son souci de la formation des futurs prêtres. Le cardinal Edouard Gagnon, P.S.S., est décédé dans la nuit de samedi 25 à dimanche 26 août à l'âge de 89 ans. Chevalier de l'Ordre patriarcal de la Sainte Croix de Jérusalem et prêtre de Saint-Sulpice, le cardinal Gagnon s'est éteint au séminaire Saint-Sulpice de Montréal. Il était né en 1918 à Port-Daniel. Entré dans la compagnie de Saint-Sulpice et ordonné prêtre, il a été professeur de théologie de 1945 à 1954. Il a participé au concile Vatican II en tant qu'expert. Il a également été Provincial des Sulpiciens pour le Canada, le Japon et l'Amérique latine. Au lendemain du concile, il a été nommé par Paul VI évêque de Saint-Paul en Alberta (1969-1972), puis il a été appelé à Rome pour être recteur du collège pontifical canadien et ensuite président du Comité pour la Famille, créé par Paul VI en 1973, et qui deviendra en 1981 le conseil pontifical pour la Famille. « Créé » cardinal en 1985 par Jean-Paul II, il est resté président du conseil pontifical pour la Famille jusqu'en 1990. Il était aussi président émérite du comité pontifical pour les congrès eucharistiques internationaux, et il disparaît au moment où le Canada se prépare à accueillir le congrès eucharistique international de Québec en 2008. Dans un télégramme au cardinal Jean-Claude Turcotte, archevêque de Montréal, le pape Benoît XVI exprime sa « peine » à la nouvelle du décès du cardinal Gagnon. Il dit « s'associer à la prière de l'Eglise du Canada, à la famille du défunt et à toutes les personnes touchées par ce deuil ». Il « confie au Christ ressuscité ce fidèle serviteur de l'Eglise qui, avec compétence et dévouement, a notamment consacré son ministère à la formation des prêtres, avant de se dévouer généreusement, pendant de longues années, au service du Saint-Siège ». Benoît XVI a également adressé un télégramme de condoléances au R.P. Lawrence B. Terrien, supérieur général de la Compagnie des prêtres de Saint-Sulpice, à Paris. Le pape y souligne également combien le cardinal Gagnon s'est consacré « avec zèle à la formation des prêtres ainsi qu'aux ministères confiés par le Siège apostolique ». Le pape accorde sa bénédiction apostolique à tous les Sulpiciens confrères du défunt cardinal Gagnon.
3:57:08 PM

Journal Missa

 Vendredi le 24 août 2007

10:20:29 AM

Journal Missa

 Dimanche le 19 août 2007
Angélus : La paix de Jésus est le fruit d’un combat permanent contre le mal
Etre instruments de la paix du Christ signifie « vaincre le mal par le bien »

ROME, Dimanche 19 août 2007 (ZENIT.org) La paix du Christ n'est pas une « absence de conflits » mais un « combat contre le mal », a affirmé Benoît XVI ce dimanche.


Le pape a expliqué aux pèlerins réunis dans la cour intérieure de la résidence pontificale de Castel Gandolfo pour participer à la prière de l'Angélus, qu'être des « instruments » de la paix du Christ signifie « vaincre le mal par le bien ».

Commentant les paroles surprenantes de Jésus dans l'Evangile de ce dimanche « Pensez-vous que je sois venu mettre la paix dans le monde ? Non, je vous le dis, mais plutôt la division », Benoît XVI a expliqué en quoi consiste véritablement la paix de Jésus.

« Cette expression du Christ signifie que la paix qu'Il est venu apporter n'est pas synonyme d'une simple absence de conflits », a-t-il souligné.

« La paix de Jésus est le fruit d'un combat permanent contre le mal. La lutte que Jésus mène avec détermination n'est pas une lutte contre des hommes ou des pouvoirs humains, mais contre l'ennemi de Dieu et de l'homme, Satan », a expliqué Benoît XVI.

« Celui qui veut résister à cet ennemi en restant fidèle à Dieu et au bien, doit nécessairement faire face à des incompréhensions et parfois de véritables persécutions », a-t-il ajouté.

« Par conséquent, a poursuivi le pape, ceux qui entendent suivre Jésus et s'engager pour la vérité sans faire de compromis, doivent savoir qu'ils rencontreront des oppositions et deviendront, malgré eux, signe de division entre les personnes, y compris au sein de leurs propres familles ».

« Les chrétiens deviennent ainsi, sur les pas du Seigneur Jésus, 'des instruments de sa paix', selon la célèbre expression de saint François d'Assise. Non pas d'une paix inconsistante et apparente, mais réelle, poursuivie avec courage et persévérance dans l'engagement quotidien à vaincre le mal par le bien et payant le prix que cela comporte », a conclu le pape.

Saluant les pèlerins de langue allemande, à la fin de la prière de l'Angélus, le pape a ajouté :
« Les lectures de ce dimanche nous rappellent clairement que le Christ ne recherche pas des conformistes fatigués mais des témoins de la foi courageux en qui brûle le feu de son amour. () Lorsque nous nous tournons vers lui et nous ouvrons à sa grâce, nous pouvons résister à la tentation du péché et nous engager avec persévérance sur le chemin du bien ».
2:35:18 PM

Journal Missa

 Mercredi le 15 août 2007
L'Assomption de la B.V. Marie; Saint Tarcisius, martyr à Rome au IIIe siècles; Bx Isidore. (RS), par Raymond Beaugrand-Champagne
12:37:44 PM
MESSAGE DU PAPE BENOÎT XVI AUX JEUNES DU MONDE À L’OCCASION DE LA XXIIIe JOURNÉE MONDIALE DE LA JEUNESSE, 2008
12:36:02 PM

Journal Missa

 Mardi le 14 août 2007
Mercredi 15 août 2007 Hommage à Notre-Dame de l'Assomption - célébration erucharistique à 19H30 à la Basilique Notre-Dame (Place d'Armes à Montréal) - Nous renouons avec la tradition. Nos fondateurs ont célébré l'Assomption le 15 août 1642. Venez, Marie vous attend !
8:38:17 AM
Saint Maximilien Kolbe, o.f.m. conv. martyr des nazis durant la guerre (RS), par Raymond Beaugrand-Champagne
8:33:25 AM
La brebis égarée Seigneur Jésus Christ notre Dieu, je n'ai pas un coeur qui se met en peine pour partir à ta recherche, ni de repentir, ni de tendresse, rien de ce qui ramène les enfants à leur héritage. Maître, je n'ai pas de larmes pour te prier. Mon esprit est enténébré par les choses de cette vie et n'a pas la force de tendre vers toi dans sa douleur. Mon coeur est froid sous les épreuves, et les larmes de l'amour pour toi ne peuvent pas le réchauffer. Mais toi, Seigneur Jésus Christ mon Dieu, trésor des biens, donne-moi le repentir total et un coeur en peine, pour que de toute mon âme je sorte à ta recherche, car sans toi je serai privé de tout bien ; ô Dieu bon, donne-moi ta grâce. Que le Père qui, hors du temps, dans l'éternité, t'a engendré dans son sein renouvelle en moi les formes de ton image. Je t'ai abandonné ; ne m'abandonne pas. Je suis sorti de toi ; sors à ma recherche. Conduis-moi dans ton pâturage ; compte-moi avec les brebis de ton troupeau élu. Avec elles nourris-moi de l'herbe verte de tes mystères divins dont le coeur pur est la demeure, ce coeur qui porte en lui la splendeur de tes révélations, la consolation et la douceur de ceux qui se sont donné de la peine pour toi dans les tourments et les outrages. Puissions-nous être dignes d'une telle splendeur, par ta grâce et ton amour de l'homme, toi notre Sauveur Jésus Christ, dans les siècles des siècles. Amen. Saint Isaac le Syrien (7ème siècle), moine à Ninive, près de Mossoul dans l’actuel Irak Discours ascétiques, 1ère série, n° 2 (trad. DDB 1981, p.68)
8:29:24 AM
SAINT MAXIMILIEN-MARIE KOLBE Prêtre, confesseur, apôtre de l'Immaculée Conception (1884-1941) Raymond Kolbe naquit à Pabjanice, en Pologne, petite cité alors dépendante de la Russie des Tsars. Doué d'un naturel vif, spontané et têtu, il lui arrivait souvent de mettre la patience de sa maman à l'épreuve. A l'âge de dix ans, un jour qu'il s'adressait à sa Mère du ciel après une nouvelle étourderie, la Vierge lui apparut et lui présenta deux couronnes, une blanche et une rouge, symbolisant la pureté et le martyre. Comme Elle l'invitait à choisir, sa générosité le poussa à choisir les deux. Dès ce moment, le privilégié de Marie prit cette généreuse décision: «Je deviendrai meilleur de jour en jour.» Et en effet, le petit Raymond ne fut plus le même. L'élu de la Vierge rêvait déjà du martyre et en parlait avec effusion: Marie avait canalisé cette énergie bouillonnante. A l'âge de 13 ans, Raymond entre au couvent St-François, à Lemberg, et y fait profession sous le nom de Maximilien-Marie. En 1912, il sort de Russie déguisé en paysan, poursuit ses études à l'université Grégorienne de Rome, et fonde la Milice de l'Immaculée qui constituera l'idée et l'oeuvre maîtresse de toute sa vie. Les sept premiers Chevaliers d'avant-garde se consacrent à Marie Immaculée le 17 octobre 1917. Ces dévoués serviteurs de la Vierge affronteront tous les ennemis de Dieu et de l'Eglise, particulièrement les suppôts de la franc-maçonnerie en Italie, en Pologne, et dans le monde entier. L'apostolat extérieur du Père Kolbe débute en Pologne, en janvier 1922, par la fondation du mensuel intitulé: Le Chevalier de l'Immaculée. En 1930, saint Maximilien-Marie part implanter une seconde Cité de Marie au Japon, près de Nagasaki. Deux ans plus tard, les Indes reçoivent le missionnaire de la Vierge dont le labeur demeure apparemment infécond à cause de sa santé ruinée par la tuberculose. Rappelé en Pologne où il doit reprendre la direction de sa première Cité, le Père Kolbe continue de se dépenser à la cause du règne de Marie avec un quart de poumon seulement. Son action évangélisatrice embrasse tous les moyens d'apostolat: la parole, la diffusion de milliers de médailles miraculeuses, la presse, le cinéma, le théâtre, la radio, l'avion, etc... «Mais par-dessus tout, disait-il à ses frères, le bon exemple, la prière, la souffrance voulue par amour, voilà l'action par excellence. Notre plus grande mission est de montrer dans la vie pratique ce que doit être le Chevalier de l'Immaculée.» La deuxième guerre mondiale le trouve à la tête de la plus importante organisation catholique de publications dans toute la Pologne. Avec une patience et une soumission aussi héroïque qu'admirable, saint Maximilien-Marie Kolbe accepta l'entière destruction de son oeuvre par les Nazis. Condamné aux travaux forcés dans le camp de mort d'Auschwitz, il fut un rayon de soleil pour les prisonniers. En 1941, la veille de la fête de l'Assomption le Saint mourut dans le bunker de la faim, après avoir offert sa vie pour sauver celle d'un brave père de famille condamné à mort. Voici, glanée dans ses écrits spirituels, sa recette de sainteté: «v égale V. C'est la formule qu'il donne et explique longuement. En peu de mots, elle signifie: «Si je veux ce que Dieu veut, je serai un saint.»
8:26:55 AM
Lectionnaire

Livre du Deutéronome 31,1-8. Moïse prononça ces paroles devant tout Israël : « Maintenant que j'ai cent vingt ans, je ne peux plus être votre chef. Le Seigneur m'a dit : 'Ce Jourdain, tu ne le passeras pas !' C'est le Seigneur votre Dieu qui le passera devant vous ; il anéantira les nations que vous rencontrerez, et vous donnera leur territoire. Et c'est Josué qui passera le Jourdain à votre tête, comme l'a dit le Seigneur. Le Seigneur traitera les nations comme il a traité les rois des Amorites, Sihone et Og, et leur pays, tous ceux qu'il a exterminés. Le Seigneur vous les livrera, et vous les traiterez exactement comme je vous l'ai ordonné. Tenez bon et soyez forts, ne craignez pas, ne tremblez pas devant eux : le Seigneur votre Dieu marche lui-même avec vous ; il ne vous lâchera pas, il ne vous abandonnera pas. » Alors Moïse appela Josué, et lui dit en présence de tout Israël : « Tiens bon et sois fort : c'est toi qui vas entrer avec ce peuple dans le pays que le Seigneur a promis par serment à ses pères, c'est toi qui vas remettre au peuple son héritage. Le Seigneur marchera devant toi, il sera avec toi ; il ne te lâchera pas, il ne t'abandonnera pas. Tu n'auras ni crainte ni frayeur. »

Deut. 32,3-4.7-9.12. C'est le nom du Seigneur que j'invoque : vous, magnifiez notre Dieu. Le Rocher : parfaite est son oeuvre, car toutes ses voies sont justice. Rappelle-toi les jours d'autrefois, repense aux années révolues ; interroge ton père, qu'il te l'apprenne, tes anciens, qu'ils t'en fassent le récit ! Quand le Très-Haut dota toutes les nations, quand il répartit les fils d'Adam, il fixa les frontières des peuples suivant le nombre des fils de Dieu. Mais le lot du Seigneur fut son peuple, Jacob, sa part d'héritage ; le Seigneur seul l'a conduit : pas de dieu étranger avec lui.

Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 18,1-5.10.12.14. Les disciples s'approchèrent de Jésus et lui dirent : « Qui donc est le plus grand dans le Royaume des cieux ? » Alors Jésus appela un petit enfant ; il le plaça au milieu d'eux, et il déclara : « Amen, je vous le dis : si vous ne changez pas pour devenir comme les petits enfants, vous n'entrerez point dans le Royaume des cieux. Mais celui qui se fera petit comme cet enfant, c'est celui-là qui est le plus grand dans le Royaume des cieux. Et celui qui accueillera un enfant comme celui-ci en mon nom, c'est moi qu'il accueille. Gardez-vous de mépriser un seul de ces petits, car, je vous le dis, leurs anges dans les cieux voient sans cesse la face de mon Père qui est aux cieux. Que pensez-vous de ceci ? Si un homme possède cent brebis et que l'une d'entre elles s'égare, ne laissera-t-il pas les quatre-vingt-dix-neuf autres dans la montagne pour partir à la recherche de la brebis égarée ? Ainsi, votre Père qui est aux cieux ne veut pas qu'un seul de ces petits soit perdu.
8:25:56 AM
Global warming? Look at the numbers ...
8:22:12 AM

Journal Missa

 Lundi le 13 août 2007
Hommage au cardinal Lustiger
9:20:06 PM

Journal Missa

 Vendredi le 10 août 2007
Saint Laurent; Soeur Clothilde Joubert; Saint Deusdedit, cordonnier à Rome (†1570). (RS), par Raymond Beaugrand-Champagne
4:48:45 PM
Saint Laurent, comme un grain jeté en terre

De prime abord, un grain de moutarde a l'air petit, commun et méprisable ; il n'a pas de goût, n'exhale pas de senteur, ne laisse pas présumer de douceur. Mais quand il a été broyé, il répand son odeur, il montre sa vigueur, il a un goût de flamme et il brûle d'une telle ardeur que l'on s'étonne de trouver un si grand feu lové en un si petit grain… De même, la foi chrétienne semble à première vue petite, commune et faible ; elle ne montre pas sa puissance, elle ne fait pas étalage de son influence. Mais quand elle a été broyée par différentes épreuves, elle montre sa vigueur, fait éclater son énergie, exhale la flamme de sa foi dans le Seigneur. Le feu divin la fait vibrer d'une telle ardeur que, tout en brûlant elle-même, elle réchauffe ceux qui la partagent, comme l'ont dit Cléophas et son compagnon dans le saint Evangile, tandis que le Seigneur s'entretenait avec eux après sa Passion : « Notre coeur n'était-il pas tout brûlant au-dedans de nous, quand il nous parlait en chemin, quand il nous expliquait les Ecritures ? » (Lc 24,32)…

      Nous pouvons comparer le saint martyr Laurent au grain de moutarde ; broyé par de multiples tortures, il a mérité devant la terre entière la grâce d'un martyre éclatant. Alors qu'il habitait encore son corps, il était humble, ignoré et commun ; après avoir été torturé, déchiré et brûlé, il a répandu sur tous les fidèles à travers le monde la bonne odeur de sa noblesse d’âme... Vu de l'extérieur, ce martyr brûlait dans les flammes d'un tyran cruel ; mais une plus grande flamme, celle de l'amour du Christ, le consumait à l'intérieur. Un roi impie a beau rajouter du bois et allumer des feux plus grands, saint Laurent, dans l'ardeur de sa foi, ne sent plus ces flammes… Aucune souffrance sur terre n'a plus prise sur lui : son âme demeure déjà au ciel. Saint Maxime de Turin (?-vers 420), évêque Sermon 40 (trad. coll. Pères dans la foi, Migne 1996, p. 178 rev.)
8:06:38 AM
Lectionnaire

Deuxième lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 9,6-10.

Rappelez-vous le proverbe : A semer trop peu, on récolte trop peu ; à semer largement, on récolte largement.
Chacun doit donner comme il a décidé dans son coeur, sans regret et sans contrainte ; car Dieu aime celui qui donne joyeusement.
Et Dieu est assez puissant pour vous donner toute grâce en surabondance, afin que vous ayez en toute chose et toujours tout ce qu'il vous faut, et que vous ayez encore du superflu pour faire toute sorte de bien.
L'Écriture dit en effet : L'homme qui donne aux pauvres à pleines mains demeure juste pour toujours.
Dieu, qui fournit la semence au semeur et le pain pour la nourriture, vous fournira la graine ; il la multipliera, il donnera toujours plus de fruit à ce que vous accomplirez dans la justice.


Psaume 112(111),1-2.5-8.4.9.

Alléluia ! Heureux qui craint le Seigneur, qui aime entièrement sa volonté !
Sa lignée sera puissante sur la terre ; la race des justes est bénie.
L'homme de bien a pitié, il partage ; il mène ses affaires avec droiture.
Cet homme jamais ne tombera ; toujours on fera mémoire du juste.
Il ne craint pas l'annonce d'un malheur : le coeur ferme, il s'appuie sur le Seigneur.
Son coeur est confiant, il ne craint pas : il verra ce que valaient ses oppresseurs.
Lumière des coeurs droits, il s'est levé dans les ténèbres, homme de justice, de tendresse et de pitié.
A pleines mains, il donne au pauvre ; à jamais se maintiendra sa justice, sa puissance grandira, et sa gloire !


Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean 12,24-26.

Amen, amen, je vous le dis : si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais s'il meurt, il donne beaucoup de fruit.
Celui qui aime sa vie la perd ; celui qui s'en détache en ce monde la garde pour la vie éternelle.
Si quelqu'un veut me servir, qu'il me suive ; et là où je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu'un me sert, mon Père l'honorera.

8:01:24 AM

 Archives depuis le 7 octobre 2017 | Journal Missa sur Typepad |
 Archives 2017 | 01-10 |
 Archives 2016 | 01-12 |
 Archives 2015 | 01-12 |
 Archives 2014 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2013 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2012 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2011 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2010 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2009 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2008 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2007 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2006 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2005 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2004 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2003 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2002 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2001 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 |




© 1996-2017 missa.org Tous droits réservés | Réalisation
Version pour
imprimante  Imprimer
Commentaires
Recommander
Menu