www.missa.org

Liturgie du jour

Actualités

Vocation sacerdotale

Calendrier liturgique

Dans la prière, tirez le nom d'un saint



webmstr

mismenuann

Prières usuelles

Le Rosaire

Le sacrement de réconciliation et le dialogue avec un prêtre

La confession

Liturgie des heures

Lectionnaire

Comment m'engager dans ma communauté chrétienne pdf

ecathmontreal.png

ecdqtv_logo.jpg

Accueil Spiritualité


Journal Missa

 Archives de juin 2009 Journal Missa

 Vendredi le 19 juin 2009
Voici les promesses faites par Notre-Seigneur Jésus-Christ à Sainte Marguerite-Marie en faveur des personnes qui pratiquent la dévotion à son Sacré-Coeur.

- Je leur donnerai toutes les grâces nécessaires à leur état.
- Je mettrai la paix dans leur famille.
- Je les consolerai dans toutes leurs peines.
- Je serai leur refuge assuré pendant la vie et surtout à la mort.
- Je répandrai d'abondantes bénédictions sur toutes leurs entreprises.
- Les pécheurs trouveront dans mon Coeur la source et l'océan infini de la miséricorde.
- Les âmes tièdes deviendront ferventes.
- Les âmes ferventes s'élèveront à une grande perfection.
- Je bénirai moi-même les maisons où l'image de mon Sacré-Coeur sera exposée et honorée.
- Je donnerai aux prêtres le talent de toucher les coeurs les plus endurcis.
- Les personnes qui propageront cette dévotion auront leur nom écrit dans mon Coeur, où il ne sera jamais effacé.
- Je te promets, dans l'excès de la miséricorde de mon Coeur, que son amour tout-puissant accordera à tous ceux qui communieront les premiers vendredis du mois, neuf fois de suite, la grâce de la pénitence finale, qu'ils ne mourront point dans ma disgrâce, ni sans recevoir leurs Sacrements, et que mon divin Coeur se rendra leur asile assuré à cette dernière heure.
6:48:29 AM
Consécration au Sacré-Coeur (Sainte Marguerite-Marie)

Je me donne et me consacre au Sacré-Coeur de Notre Seigneur Jésus-Christ ma personne et ma vie, mes actions, peines et souffrances, pour ne plus me servir d'aucune partie de mon être que pour l'aimer, honorer et glorifier.

C'est ici ma volonté irrévocable que d'être tout à lui et de faire tout pour son amour en renonçant de tout mon coeur à tout ce qui pourrait lui déplaire. Je vous prends donc, Ô Sacré-Coeur, pour l'unique objet de mon amour, le protecteur de ma vie, l'assurance de mon salut, le remède à mon inconstance, le réparateur de tous les défauts de ma vie et mon asile à l'heure de ma mort. Soyez donc, Ô Coeur de bonté, ma justification envers Dieu le Père et détournez de moi les traits de sa juste colère.

Ô Coeur d'amour, je mets toute ma confiance en vous, car je crains tout de ma faiblesse, mais j'espère tout de vos bontés. Consumez donc en moi tout ce qui peut vous déplaire ou résister; et que votre pur amour s'imprime si avant dans mon coeur que jamais je ne puisse vous oublier, ni être séparé de vous. Je vous conjure, par toutes vos bontés, que mon nom soit écrit en vous, puisque je veux faire consister tout mon bonheur à vivre et à mourir en qualité de votre esclave.
6:44:05 AM
Neuvaine irrésistible au Coeur Sacré de Jésus Cette neuvaine nous vient de Sainte Marguerite-Marie Alacoque. Padre Pio disait chaque jour cette neuvaine pour tous ceux qui se recommandaient à ses prières.
6:42:18 AM
La consécration de la paroisse d'Ars à Marie

« Je connais mes brebis et mes brebis me connaissent ». Tel doit être l'ambition et le but de chaque curé dans sa paroisse. Qui mieux que saint Jean-Marie Vianney a su remplir avec perfection cette sollicitude paternelle du pasteur pour ses brebis ? La consécration de sa paroisse à la Vierge Marie en est un bon exemple: « Ne croyant pas, au gré de ses désirs, ses paroissiens croître dans la pratique des vertus, et craignant dans son humilité profonde, que son insuffisance ne fût la cause de leur torpeur ou de leur indifférence, le zélé pasteur appela à son secours les curés des paroisses voisines. Ainsi, on voyait paraître successivement sur la chaire d'Ars, pendant quinze ou vingt jours, mais à des époques différentes, MM. les curés de St-Trivier, de Jassan, de Chanan et autres.

Mais de toutes les oeuvres pieuses entreprises jusqu'alors, de toutes les pratiques extérieures de piété, celle qui produisit le plus d'effet et obtint les plus heureux résultats, ce fut la consécration qu'il fit de toute sa paroisse à Marie conçue sans péché. Voici quelle en fut l'heureuse occasion. Comme nous l'avons déjà dit, le zélé pasteur s'employait tout entier au salut de son troupeau, et tant qu'il ne voyait pas chacune de ses brebis marcher vers ce but unique, il ne croyait pas le sien propre en sûreté, comme étant en quelque sorte responsable et que Dieu dût lui demander compte de la perte de telle ou telle âme, comme il le dit dans la sainte Écriture : Sanguinem ejus de manu tuâ requiram. Je réclamerai son sang de ta propre main.

De là ses veilles, ses travaux, ses jeûnes ses prières animées, ses soupirs incessants pour hâter le moment si souvent sollicité de la conversion de son peuple et de sa marche vers la perfection chrétienne. Un jour qu'il était à gémir plus que d'ordinaire au pied de l'autel de la Sainte Vierge, qu'il pleurait à chaudes larmes, les yeux élevés, les mains suppliantes et étendues vers l'image vénérée, qu'il la priait et insistait avec toute la chaleur de son âme ; qu'il poussait des clameurs réitérées et sollicitait sans cesse et sans désemparer cette Mère de miséricorde de lui venir en aide en faveur de ses pauvres paroissiens, il entend une voix céleste lui parler et lui dire Consacrez votre paroisse à Marie, conçue sans péché . Plein de confiance en cette voix qu'il a entendue et par laquelle son âme s'est trouvée subitement consolée, il annonce en chaire le dimanche suivant, le dessein qu'il a conçu de consacrer tous ses paroissiens à Marie conçue sans péché : que pour cela il fera faire un coeur d'or dans l'intérieur duquel seront enfermés les noms de toutes les familles d'Ars ; qu'il lira lui-même ces noms du haut de la chaire, afin que si quelqu'un a été oublié par mégarde, il puisse réclamer. Puis, revenant à son objet principal : " C'est à vous maintenant, leur dit-il, mes bien-aimés frères, c'est à vous de préparer vos âmes à cette offrande qui va être faite de vous tous à la plus pure des vierges, et dont la conception a été immaculée. Venez donc, tous, venez vous approcher du saint Tribunal qui purifie ceux qui s'accusent et redonne à l'âme pénitente toute la blancheur de sa première innocence. Après l'humble aveu de vos fautes, vous participerez au banquet de l'Agneau, à sa table sainte, dont l'aliment est le sceau des élus. Je composerai moi-même l'acte de cette consécration, et tous étant à genoux, je la réciterai à haute et intelligible voix, pour que chacun puisse la redire et se l'approprier. " Chapelle de la Sainte Vierge, Ars

Obéissant à la voix de leur pasteur, tous, en effet, se préparent, s'animent et s'encouragent. Tous leurs entretiens dans les champs, dans les veillées, dans les réunions, ne roulent que sur cette consécration, et ce jour va devenir un de ces jours heureux qui méritent d'être enregistrés dans les annales de l'histoire, et qui va former comme une démarcation en-delà de laquelle la paroisse d'Ars ne va plus ressembler à elle-même.

Les cloches, dès les premières lueurs de l'aurore, se balançant dans les airs, annoncèrent la pompe religieuse avec laquelle devait se fêter ce beau jour ; la messe fut solennelle et célébrée avec toute la richesse des plus beaux ornements. Enfin, avant , l'Offertoire, le pieux pasteur, déposant au coin de l'autel sa chasuble toute brochée d'or, portant dans sa main le cahier où sont inscrits les noms de tous les chefs des diverses familles, le visage rayonnant d'une joie céleste, descend les marche de l'autel et s'avance vers la chaire. Toute l'assistance, pénétrée d'un recueillement est dans l'attente. Après s'être recueilli quelques instants, sa voix sonore sort de sa bouche par flots animés : il est chaleureux, véhément et pathétique. Son but est atteint, les coeurs sont touchés, émus et pénétrés. C'est dans ce moment qu'il dit à son auditoire de tomber à genoux, qu'il va tous les consacrer à Marie conçue péché. Tous ont obéi comme une seule personne. Dès aussitôt, il commence à haute et intelligible voix de réciter la prière de consécration à Marie.

Ouvrant ensuite son cahier, il en commence la lecture, répétant autant le fois : Un tel, - son épouse et leurs enfants, qu'il se trouvait de chefs le famille dans sa paroisse ; comme on le pense bien, personne n'y fut oublié personne donc n'eut à réclamer. Cette touchante et pieuse cérémonie eut lieu le premier jour du mois de mai de 1836, comme le porte le tableau qu'on voit suspendu à l'entrée de la chapelle de la Sainte Vierge. ( ... )

C'est à partir de ce jour que tout parut, dans cette paroisse, revêtir une forme toute nouvelle, qu'on vit plus d'assiduité dans les pratiques religieuses, plus de recueillement, de modestie et se former cet ensemble de vertus morales qui la distingue encore.» Biographie du curé d'Ars, M. Azun, de Bernètas, 1856
6:37:13 AM
Le rôle du prêtre
6:32:22 AM
Lettre du souverain pontife Benoît XVI pour l'indiction d’une année sacerdotale à l'occasion du 150e anniversaire du dies natalis du saint curé d’Ars

Chers Frères dans le sacerdoce,

En la prochaine solennité du Sacré-Cœur de Jésus, vendredi 19 juin 2009 – journée traditionnellement consacrée à la prière pour la sanctification des prêtres –, j’ai pensé ouvrir officiellement une « Année sacerdotale » à l’occasion du 150e anniversaire du « dies natalis » de Jean-Marie Vianney, le saint patron de tous les curés du monde. Une telle année, qui veut contribuer à promouvoir un engagement de renouveau intérieur de tous les prêtres afin de rendre plus incisif et plus vigoureux leur témoignage évangélique dans le monde d’aujourd’hui, se conclura en la même solennité de l’année 2010. « Le Sacerdoce, c’est l’amour du cœur de Jésus », avait coutume de dire le Saint Curé d’Ars . Cette expression touchante nous permet avant tout d’évoquer avec tendresse et reconnaissance l’immense don que sont les prêtres non seulement pour l'Église, mais aussi pour l’humanité elle-même. Je pense à tous ces prêtres qui présentent aux fidèles chrétiens et au monde entier l’offrande humble et quotidienne des paroles et des gestes du Christ, s’efforçant de Lui donner leur adhésion par leurs pensées, leur volonté, leurs sentiments et le style de toute leur existence. Comment ne pas mettre en évidence leurs labeurs apostoliques, leur service inlassable et caché, leur charité ouverte à l’universel ? Et que dire de la courageuse fidélité de tant de prêtres qui, bien que confrontés à des difficultés et à des incompréhensions, restent fidèles à leur vocation : celle d’« amis du Christ », qui ont reçu de Lui un appel particulier, ont été choisis et envoyés ?... lire la suite


6:27:59 AM
Lettre de Benoît XVI aux prêtres : « Laissez-vous conquérir par le Christ »
Une année sacerdotale pour « regarder l’avenir avec confiance »


ROME, Jeudi 18 juin 2009 (ZENIT.org) - « La foi dans le divin Maître nous donne la force de regarder l'avenir avec confiance. Chers prêtres, le Christ compte sur vous. A l'exemple du Saint Curé d'Ars, laissez-vous conquérir par Lui et vous serez vous aussi, dans le monde d'aujourd'hui, des messagers d'espérance, de réconciliation et de paix !", conclut Benoît XVI au terme d'une lettre passionnante aux prêtres, écrite à l'occasion de l'ouverture de l'année sacerdotale, demain, vendredi 19 juin, à Saint-Pierre de Rome, lors des secondes vêpres de la solennité du Sacré-Coeur.

Le pape marque ainsi le 150e anniversaire de la « naissance au ciel » du curé d'Ars. Il s'adresse à plus de 400.000 prêtres catholiques.

Le Coeur du Christ et le sacerdoce

Mais Benoît XVI lui-même explique le sens de l'année sacerdotale en soulignant sa dimension universelle, au-delà des frontières visibles de l'Eglise et son lien avec le Coeur du Christ, puisque c'est aussi demain la solennité du Sacré Coeur et la Journée mondiale pour la sanctification des prêtres, instituée par Jean-Paul II en 1995: "L'Année sacerdotale (...) veut contribuer à promouvoir un engagement de renouveau intérieur de tous les prêtres afin de rendre plus incisif et plus vigoureux leur témoignage évangélique dans le monde d'aujourd'hui. Le Sacerdoce, c'est l'amour du coeur de Jésus, avait coutume de dire le Saint Curé d'Ars. Cette expression touchante nous permet avant tout d'évoquer avec tendresse et reconnaissance l'immense don que sont les prêtres non seulement pour l'Eglise, mais aussi pour l'humanité elle-même ».

L'immensité du don, la générosité de la réponse

Benoît XVI souligne l'immensité du don et la réponse généreuse des prêtres « qui présentent aux fidèles chrétiens et au monde entier l'offrande humble et quotidienne des paroles et des gestes du Christ, s'efforçant de lui donner leur adhésion par leurs pensées, leur volonté, leurs sentiments et le style de toute leur existence ».

Le pape évoque entre autres « le souvenir du premier curé » auprès de qui il a exercé son « ministère de jeune prêtre » en disant : « Il m'a laissé l'exemple d'un dévouement sans faille à son service pastoral, au point de trouver la mort alors qu'il allait porter le viatique à un malade grave ».

Le pape évoque aussi « les innombrables situations de souffrance dans lesquelles sont plongés bien des prêtres », « parfois même persécutés jusqu'au témoignage suprême du sang ».

A propos des abus cités par la presse italienne, le pape fait observer aussi la grandeur du don : «  Ce qui, dans de tels cas peut être surtout profitable pour l'Église, ce n'est pas tant la pointilleuse révélation des faiblesses de ses ministres, mais plutôt une conscience renouvelée et joyeuse de la grandeur du don de Dieu, concrétisé dans les figures splendides de pasteurs généreux, de religieux brûlant d'amour pour Dieu et pour les âmes, de directeurs spirituels éclairés et patients ».

Le prêtre et les laïcs

C'est pour cela qu'il a choisi de prendre en exemple saint Jean-Marie Vianney dont il dit : « Le Curé d'Ars était très humble, mais il avait conscience, comme prêtre, d'être un don immense pour son peuple ».

Le pape n'oublie pas pour autant les laïcs. Il souligne en citant ensuite Vatican II : « Son exemple me pousse à évoquer les espaces de collaboration que l'on doit ouvrir toujours davantage aux fidèles laïcs, avec lesquels les prêtres forment l'unique peuple sacerdotal et au milieu desquels, en raison du sacerdoce ministériel, ils se trouvent " pour les conduire tous à l'unité dans l'amour s'aimant les uns les autres d'un amour fraternel, rivalisant d'égards entre eux ».

La catéchèse en actes

Mais Benoît XVI souligne la force de l'exemple : « Le Saint Curé enseignait surtout ses paroissiens par le témoignage de sa vie. A son exemple, les fidèles apprenaient à prier, s'arrêtant volontiers devant le tabernacle pour faire une visite à Jésus Eucharistie. On n'a pas besoin de tant parler pour bien prier, leur expliquait le Curé. On sait que le bon Dieu est là, dans le saint Tabernacle. On lui ouvre son coeur, on se complaît en sa présence. C'est la meilleure prière, celle-là. Il les exhortait: Venez à la communion, venez à Jésus, venez vivre de lui, afin de vivre pour lui. C'est vrai, vous n'en êtes pas dignes, mais vous en avez besoin! »

« Cette éducation des fidèles à la présence eucharistique et à la communion revêtait une efficacité toute particulière, quand les fidèles le voyaient célébrer le saint sacrifice de la messe », ajoute Benoît XVI. A propos de la confession sacramentelle, le pape fait observer ceci : «  Du saint Curé d'Ars, nous pouvons apprendre, nous prêtres, non seulement une inépuisable confiance dans le sacrement de la pénitence au point de nous inciter à le remettre au centre de nos préoccupations pastorales, mais aussi une méthode pour le dialogue de salut qui doit s'établir en lui. Le Curé d'Ars avait une manière différente de se comporter avec les divers pénitents. Celui qui s'approchait de son confessionnal attiré par un besoin intime et humble du pardon de Dieu, trouvait en lui l'encouragement à se plonger dans le torrent de la divine miséricorde qui emporte tout dans son élan ».

Les conseils évangéliques

A propos des conseils évangélique, le pape souligne qu'il sut les « vivre » selon « des modalités adaptées à sa condition de prêtre » : « Sa pauvreté, en effet, ne fut pas celle d'un religieux ou d'un moine, mais celle qui est demandée à un prêtre (...). Sa chasteté était aussi celle qui était demandée à un prêtre pour son ministère. On peut dire qu'il s'agissait de la chasteté nécessaire à celui qui doit habituellement toucher l'Eucharistie et qui habituellement la contemple avec toute l'ardeur du coeur et qui, avec la même ferveur, la donne à ses fidèles. On disait de lui que la chasteté brillait dans son regard, et les fidèles s'en rendaient compte quand il se tournait vers le tabernacle avec le regard d'un amoureux. De même, l'obéissance de saint Jean-Marie Vianney fut entièrement incarnée dans son adhésion à toutes les souffrances liées aux exigences quotidiennes du ministère ».

Les nouvelles réalités dans l'Eglise

Centrée sur le ministère sacerdotal, la lettre de Benoît XVI est aussi attentive à la relation du prêtre avec les nouvelles réalités dans l'Eglise. « Dans ce contexte d'une spiritualité nourrie par la pratique des conseils évangéliques, je tiens à adresser aux prêtres, en cette Année qui leur est consacrée, une invitation cordiale, celle de savoir accueillir le nouveau printemps que l'Esprit suscite de nos jours dans l'Eglise, en particulier grâce aux mouvements ecclésiaux et aux nouvelles communautés », écrit Benoît XVI.
6:20:59 AM

Journal Missa

 Jeudi le 11 juin 2009
FÊTE DIEU 2009

Avec le Cardinal Jean-Claude Turcotte

Le jeudi 11 juin 2009 à 19h30. Messe à la Basilique Notre-Dame suivie de la Procession Eucharistique jusqu'à la Basilique St. Patrick, où se tiendra la Bénédiction du Saint-Sacrement.


3:11:54 PM

Journal Missa

 Mardi le 9 juin 2009
The disasters of the Quran_1
The disasters of the Quran_2
The disasters of the Quran_3
Of all the religions Islam is the only one that has to threaten its adherents with death if they try to break away.
3:17:28 PM

Journal Missa

 Mercredi le 3 juin 2009
Enseignement confessionnel à l'école
Trois québécois sur quatre misent sur le libre choix

Les parents veulent choisir entre l'enseignement confessionnel ou moral.
Source: 24hmontreal.canoe.ca

Trois québécois sur quatre sont en faveur du libre choix entre l’enseignement religieux confessionnel et le cours d’éthique et de culture religieuse dans les écoles.

Un sondage Léger Marketing, réalisé entre le 13 et le 17 mai, révèle que 73 % des québécois estiment que le choix de l’enseignement religieux ou moral revient aux parents, et non au ministère de l’Éducation.

«Un tel résultat démontre une fois de plus que ce qui unit le Québec est l’ouverture d’esprit et le bon sens de la vaste majorité des québécois, estime Marie-Josée Croteau, présidente de la Coalition pour la liberté en éducation (CLÉ). Le consensus social est un appui au libre choix, contrairement à ce qu’affirme le premier ministre Jean Charest

«La décision d’imposer le cours d’éthique et de culture religieuse est loin de faire consensus, renchérit Richard Descaries, porte-parole de la CLÉ. Pas moins de 150 000 personnes, dont des enseignants et des membres de l’Église, appuient notre position.»

Une famille de Drummondville s’est même adressée au tribunal pour demander que leurs enfants soient exemptés du cours controversé. Ils estiment que cette imposition, décrétée par le gouvernement, contrevient aux Chartes canadienne et québécoise des Droits de la personne.

Un casse-tête pour les écoles

Préparée à la sauvette et imposé en septembre dernier à des enseignants peu préparés, et peu convaincus, «le cours devrait faire l’objet d’un moratoire», croit M. Descaries. En ce qui a trait à la possibilité d’offrir le choix dans chaque école, même celles à niveaux multiples, le porte-parole du CLÉ estime que «c’est au gouvernement de trouver la façon de faire, et non aux parents ou aux enseignants».

Un premier sondage sur le même sujet a été réalisé en octobre dernier. Deux québécois sur trois optaient alors pour le libre choix.

---

"Nous avons maintenant un enseignement qui est le reflet de nos valeurs communes et qui s'ouvre sur l'inclusion et la tolérance. Alors, à mes yeux à moi, c'est le bon choix et j'ai la conviction que c'est également le reflet d'un consensus parmi la population", aurait affirmé le premier ministre Jean Charest.

---

M. Georges Leroux, aurait cependant confirmé lui-même devant la cour du Palais de justice de Drummondville que c'est un comité de 15 personnes qui a été chargé de faire des recommandations au gouvernement au sujet du cours ECR. Seulement 15 personnes, auraient donc réorienté l'avenir culturel et religieux du Québec, sans consulter leurs mandants, qui sont les ultimes responsables et les seuls finalement autorisés à déterminer l'éducation de leurs enfants: les parents. Ensuite, les 125 deputes de l'Assemblée nationale auraient appuyé ce projet sans prendre le temps de le soumettre au vote? Un consensus ?...  Non - il n'y a pas définitivement pas de consensus.

Un consensus est un accord général (tacite ou manifeste) parmi les membres d'un groupe, pouvant permettre de prendre une décision sans vote préalable. Bien que le consensus désigne un accord unanime (ou plutôt, l'absence d'opposition), l'usage récent en fait parfois l'opinion ou le sentiment d'une forte majorité. Le consensus comme méthodologie de prise de décision cherche à mettre l'accent sur la validité de l'opinion de chaque participant et se refuse à entériner un choix qui n'aurait pas au moins l'accord de tous....

Le consensus ici en ce qui concerne le cours ECR, est simplement entre un petit groupe de gens qui n'avaient pas d'autorité naturelle ou mandatée de décider considérant qu'ils n'ont pas la responsabilité première de l'éducation de l'ensemble enfants, cette responsabilité fondamentale ne peut appartenir toujours et partout qu'aux parents, et demeurera toujours bien sûr diverse en ce qui concerne la foi et les religions et la culture, en tout cas. Le gouvernement a l'entière autorité et responsabilité d'enseigner le domaine de sa compétence qui est peut-être limité à la législation civile, mais n'a aucune autorité d'enseigner les religions ou même les cultures religieuses, ou même les valeurs, qui relèvent des parents ou des églises ou des différentes religions, sauf en tant que mandataire des parents de qui toute autorité et responsabilité relève pour l'éducation de leurs propres enfants.
7:13:08 AM

 Archives depuis le 7 octobre 2017 | Journal Missa sur Typepad |
 Archives 2017 | 01-10 |
 Archives 2016 | 01-12 |
 Archives 2015 | 01-12 |
 Archives 2014 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2013 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2012 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2011 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2010 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2009 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2008 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2007 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2006 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2005 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2004 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2003 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2002 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01 |
 Archives 2001 | 12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07 | 06 | 05 | 04 |




© 1996-2017 missa.org Tous droits réservés | Réalisation
Version pour
imprimante  Imprimer
Commentaires
Recommander
Menu